Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 00:19

En me voyant me hisser prestement sur l'estrade la petite, déjà mal assurée sur ses hauts talons, eut un mouvement de recul qui faillit l'envoyer à la renverse. Je la retins par le poignet. Ses faux-cils, lourds et charbonneux, papillottaient. Dans la salle, les braillards interloqués se taisaient. La petite frissonnait. Lui arracher son bout de culotte eut été une ignominie. Pour la rassurer, très paternel, je posais mon bras gauche sur ses épaules glacées et, tel un bateleur de foire, en pointant mon index en direction de Sylvie, d'une voix qui se voulait impérieuse, je m'entendais annoncer " messieurs, la maison ne recule devant aucun sacrifice, elle a décidé de vous offrir ce soir le come-back d'une reine de la nuit, un spectacle d'exception, la mise à nue de Cruella la fille au longs compas..." Sylvie s'exécutait. Les types bavaient déjà. Très professionnelle elle commandait au type de la cabine, qui s'occupait des lumières et du son, de mettre sur la platine "A wither Sade of Pale" de Procol Harum. Dans la salle une chape de silence tombait. Les mecs n'en pouvaient plus. Moi, l'air dégagé du mâle qui tient sa nana, je me rasseyais en faisant signe à la mère maquerelle de venir me rejoindre. Elle posait son gros cul sur la banquette en pestant " vous me manquez pas d'air mon garçon..."


Sur la scène, encerclée d'un halo de lumière crue, Sylvie se débarrassait de son Marcel. Dans la salle le murmure qui suivit l'explosion de ses seins lourds prenait des allures de feulement d'une meute en rut. Mains sur les hanches, menton haut et regard dur, poitrine projetée, elle s'exhibait. Le vieux bramait. Le machiniste jouait avec les couleurs et amplifiait le son. Sylvie se délestait de ses mocassins et, sur la pointe des pieds, descendait avec grâce les marches de l'escabeau branlant qui tenait lieu de grand escalier. Un nouveau murmure parcourait la salle, viandard. Le défi de ce corps offert, si près, les menait aux pires obscénités. Sylvie, lascive, les provoquait. Un court instant la pointe de ses seins effleurait le crane chauve d'un VRP. Il tentait de lui enserrer la taille. Elle le claquait. J'ironisais " elle relève le standing de votre bouge, chère madame...


- Petit con...


- Et si on faisait affaire ?


- Brejoux vous en faite quoi ?


- Un cocu...


- Vous êtes louf jeune homme, c'est un flic...


- Et moi, un futur flic.


- Vous m'embrouillez, à quoi jouez-vous ?


- A ne pas mourir...


- ...


- Quel beau cul !


Sylvie, debout sur une chaise, venait de laisser glisser son short au long de ses jambes dorées et son string exposait une paire de fesses elles aussi colorées par le dieu soleil.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents