Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 00:05

Samedi dernier, sur i-Télé, la chaîne d'info en continu la plus regardée, je tombe sur l'émission " Ca se dispute " animée par Victor Robert - genre beau mec ki se la péte un peu - avec deux vieux routiers du sentier politique : Eric Zemmour du Figaro et Nicolas Domenach de Marianne. Bien évidemment ils pratiquent le sport favori des journalistes français : le commentaire, c'est-à-dire qu'ils nous assènent leur vision des faits et gestes des candidats à la présidentielle, soit un étrange mélange de " moi qui suis dans la coulisse, je vois et j'entends ce que vous ne voyez et n'entendez pas" avec des considérations politiques liées à leurs propres convictions. Bref, moi ça ne me déplaît pas car c'est enlevé, jubilatoire, avec juste ce qu'il faut de mauvaise foi. Donc, après avoir glosé sur l'imposition des mains de Ségo, l'intrusion de François dans la cour des grands, les petits meurtres entre amis des éléphants roses et, bien sûr un couplet obligé sur Sarkozy, en conclusion le beau Victor, sort de sa petite musette sa botte secrète : le bon coup de la RVF sur les candidats à la présidentielle et le vin.

Bravo Saverot ! On voit la patte de l'ancien de Capital, et ça sert aussi d'avoir une épouse qui chalute dans la politique pour le journal de référence, je parle de mon voisin " Le Monde ". Voilà un bon coup, et plus encore une bonne façon de mettre de vin en scène. D'ailleurs, les marketeurs de TF1, eux aussi, ont senti le vent, dans leur émission du lundi " J'ai une question à vous poser " y'en a une sur le vin, et quand y'en a pas hier le François n'a pas manqué de dire tout le bien qu'il pensait du vin. Pour moi ça me conforte dans mon approche positive de notre divin nectar. Dès que nous sortons des tranchées dans lesquelles, pour une fois unis, les extrémistes des deux bords veulent nous maintenir, nous pouvons enfin à la télévision effleurer un sujet jusqu'ici proscrit. Dès que nous quittons nos brodequins de défenseurs du vin pour chausser nos escarpins d'amoureux du vin, du bien vivre à la française, la " coolitude " quoi - pardon Merlot 33 - qui dans notre beau pays, en dehors d'un quarteron d'aigris et de rancis, pourrait en vouloir au vin ?

Pour en revenir à l'émission " Ca se dispute ", Eric Zemmour très doctement, avec tout le sérieux qui sied au journaliste politique, a souligné que le peu de goût du candidat Sarkozy pour le divin nectar - c'est ce qui est dit dans l'article de la RVF - constituait un de ses rares tendons d'Achille, un vrai manque qui pouvait faire douter le peuple de la réalité de son lien profond avec le pays. Rien que cela très chers lecteurs, je laisse à Zemmour la responsabilité de ses propos. Moi, ce qui m'intéresse, je vous l'ai écrit plus haut. Ceci dit, ce n'est parce qu'on apprécie tel cru ou tel vigneron que pour autant on ait une vision juste des questions qui agitent notre secteur. La RVF fait pour son lectorat qui ne boit que de la crème, c'est de bonne guerre. Attention cependant à ne pas conforter nos chers candidats dans leur vision étroite de la viticulture où, trop souvent pour eux, voisinnent que le haut du panier : les châteaux et les petits viticulteurs géniaux et le bas : ceux qui font un peu chier... Entre les deux : 80 % de la viticulture française, l'épaisseur du trait comme diraient les statisticiens. En fait le gros de la troupe, ceux avec qui nous pouvons rebondir dans la compétition mondiale... Pour le détail de l'article de la RVF de mars 2007 vous l'achetez et vous lisez l'article chers lecteurs (alors cher ami Gerbelle suis-je absous de mes fautes passées ?)

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Michel ELIE 01/03/2007 21:08

J'ai a une vingtaine de mètres de mon bureau la permanence UMP de ma sous-préfecture. Au milieu de la vitrine est colèe la photo (à mon avis un peu tristounette) de Nicolas SARKOZY. Hier matin, sur le trottoir, devant la vitrine des voisins ont déposé trois vieux meubles tarabiscotés. Le dépôt a été fait je pense sans pensée politique par des voisins pour un ramassage par la benne du jeudi.Ce débalage me fait faire un rapprochement avec les bonnes intentions du candidat à la présidence. Un point c'est tout. Mais cest quand même dommage qu'il n'ait pas anticipé sa réflexion de quelques années. Enfin entre les intentions et l'application (si il y a application, ce dont je doute) des intentions il y aura encore des centaines de vignerons sur le tapis. Démagogie, démagogie ......

philippe joly 28/02/2007 19:13

sarkozy était à sancerre il y a peu... est-ce une coïncidence?de l'agence reuters hier:
Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il était prêt à autoriser la publicité sur le vin s'il était élu président de la République en mai prochain.


"Le vin n'est pas une drogue. Assimiler le vin au tabac ou à la drogue, c'est une erreur", a dit le ministre de l'Intérieur et candidat de l'UMP lors d'une rencontre avec des vignerons, à Sancerre, au coeur d'une des grandes terres viticoles de France.
"La viticulture n'est pas simplement une activité économique, c'est une tradition française, c'est une identité française, c'est un savoir-faire français", a-t-il ajouté. "D'où ma proposition d'ouvrir la publicité s'agissant de la consommation de vin lorsque c'est raisonnable."
Il a estimé qu'on ne pouvait pas demander à la viticulture française d'être en concurrence avec la viticulture "du monde entier" si on ne lui permettait pas "de se battre à armes égales."
"On ne peut pas vous demander de faire la compétition alors que les autres ont le droit de faire de la publicité (et que) vous, vous n'avez pas le droit", a-t-il expliqué. "Donc je souhaite qu'on puisse discuter tranquillement de cette question. Il m'apparaît facile de trouver une solution."
Nicolas Sarkozy a d'autre part souhaité un rééquilibrage du "partage de la richesse" entre les producteurs de vin et les distributeurs. "A force de tordre le prix, le viticulteur, on va finir par ne plus le rémunérer pour son travail", a-t-il dit.
Il a en revanche déclaré qu'il resterait intransigeant en ce qui concerne les contrôles de l'alcoolémie sur la route, qui ont permis de sauver des milliers de vies.
y croit-il vraiment?
 

pphilippe 28/02/2007 16:54

"un vrai manque qui pouvait faire douter le peuple de la réalité de son lien profond avec le pays. Rien que cela très chers lecteurs," -- Rien que cela et pourtant tout cela ! Ce n 'est pas le propos de savoir si tel ou tel connaît les problématiques viticoles, elles sont surtout techniques (voire ) ... non l'important cher Jacques c 'est de comprendre que le vin est un des moyens d'expression du terroir, c'est de la "pierre qui rêve" et que ce langage là, il faut l'avoir appris  pour bien en parler et bien le défendre.
Cela s’appelle avoir des racines, ça compte dans un vieux pays comme le nôtre et ce n’est pas ringard dans un contexte de mondialisation où les repères sont un peu à réinventer.
amitiés

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents