Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 10:25

Il est arrivé jeudi dernier. Moi, comme j'ai été soumis aux fantaisies de la Postale, " Le Beaujolais nouveau est arrivé " samedi. Bref, avec une semaine de retard, je cède la plume à René Fallet. Je vous offre quelques extraits. C'est gentiment désuet mais ça fait plus de bien que les pauvres mots lourdauds de Perrico...

Et le Beaujolais nouveau arriva.
Et du Nord au Midi, comme tous les 15 novembre, un printemps d'affichettes bleu ciel, rouges, orange, vertes, fleurit aux vitrines des débits de boissons, pour annoncer aux passants mornes que le petit Jésus du vin était né. Et les passants mornes s'éclairaient à la vue de ces papillons, et une goutte de rubis tombait sur leur vie grise, leur demeurait à la lèvre en confetti de sang...
LE BEAUJOLAIS NOUVEAU EST ARRIVE !!! Ce Te D
eum éclatait sur Paris, sur toutes les grandes villes, roulait dans leurs artères, chantait Montmartre et Contrescarpe, défilait dans la rue StDenis, tintait louis d'or sur tous les zincs où se pressait le peuple pour voir et toucher le divin enfant de l'année (...)
Le Beaujolais nouveau est arrivé, la fête est revenue pour quelques jours, fête tuée par l'armée des pisse-vinaigre mais ressucitée en cachette par les chante-la-joie increvables comme elle (
...)
Le Beaujolais nouveau est arrivé ! Coquinet de la cuisse, un poil canaille, sans soutien-gorge, un rien pute, léger et court vêtu, un brin muguet, un brin de fille, un doigt de Dieu, un doigt de cour. Il coulait source dans les hommes, il ne repartirait qu'en leur laissant au coeur le plus clair de la vie, la vertu d'un sourire (...)
Il voyageait aussi, ce doux cul-terreux de la Saône, ce joli voyou de la Guillotière, que les anciens paraient du nom superbe et royal de " Fils de l'amour ". Il prenait l'avion, ce fils de la terre, et s'en allait à l'autre bout, fils du soleil, porter la bonne parole, la bonne aventure aux quatre coins, chez les Anglais, les Canadiens et les Américains. New Beaujolais is here ! En Allemagne et en Belgique, ce fafardet soufflait la mousse de la bière, le temps d'une embellie. En Suisse, sonvoisin et son premier client, il prenait l'accent de Lausannne pour crier "coucou!" dans le fond des bouteilles.
" Me voilà, je suis arrivé ! ", commençait-il partout. Et puis il pérorait avec les mains, bousculait l'éventail politique, perdait le fil, le retrouvait, touchait une paire de fesses par-ci, une paire de seins par-là, tendrement dingue, si gentiment zin-zin qu'on lui pardonnait tout ainsi qu'à un enfant gâté.

La suite à l'avenant, ça fleure bon la gaudriole à la Bérurier, qui carburait au Juliénas, ça sonne comme du Brassens paillard, ça ne se prend pas le chou, c'est gentiment déconnant, un autre temps. Le temps de la France des années 75, tristounette, post-pompidolienne avec sa voie sur berge et ses tours, celle des éboueurs à Elysée et de la majorité à 18 ans...

Pour moi ce n'est juste qu'une piqure de rappel pour que vous cessiez de penser que le Beaujolais n'existe plus une fois passée cette belle journée. On peut en boire toute l'année. Je vous préviens que, lors des Assises de la Convivialité, Bernard Pivot, qui est très à cheval sur le sujet, vous fera réciter la litanie des crus du Beaujolais, du plus corsé au plus fruité : Moulin-à-Vent, Juliénas, Morgon, Chenas, Fleurie, St Amour, Régnié, Brouilly et Chiroubles...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pphilippe 23/11/2006 21:46

Eh, Jacques, lache lui la grappe à Perrico ! l'es ni meilleur ni plus mauvais qu'aucun d'entre nous, il prend le risque d'être parfois à contre courant et je pense, avec des doutes et des remises en cause possible.prendre un risque ! tu te rends compte ?

JACQUES BERTHOMEAU 23/11/2006 21:53

Non pour moi c'est le pire... Quels risques prend-il ? Pour l'avoir pratiqué en face c'est pas le monsieur qui doute et qui se remet en cause... Moi je le lâcherai le jour il fera passer la rectification qu'il m'avait promise sur les conneries qu'il avait écrit sur mon rapport sans l'avoir jamais ouvert... Quand on ne tient pas sa parole c'est que l'on n'en a pas et pour moi c'est carton rouge. Mais ne t'en fait pas Philippe il s'en fiche le Perrico que je lui tienne la grappe pour lui je ne suis qu'un petite m...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents