Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 00:05

La création de valeur est le concept à la mode avancé par les prédateurs lors d'une OPA inamicale pour séduire les actionnaires de la proie et emporter le contrôle du capital. Ainsi, en dépit de sa compétence reconnue et de sa communication tout azymut, Guy Dollé le PDG d'Arcelor, a été prié d'aller jouer ailleurs et les Indiens qu'il avait pris de haut se sont retrouvés aux commandes.

Le " groupe vin de France " depuis l'an 2000, à l'exception trompeuse de 2004, se caractérise par le concept de destruction de valeur. On peut en effet constater, qu'à potentiel constant, au cours de cette période, la valeur de la production s'est situé en moyenne à 500 millions d'euros au-dessous du chiffre d'affaires lui permettant de générer de la valeur. Il ne faut donc pas s'étonner que la moyenne du résultat par actif, déflatée par l'indice su prix du PIB, a été en chute libre de façon constante en atteignant des pourcentages à deux chiffres en 2002-2003 : - 25,2% et - 36,5% en 2004-2005 pour les vins d'AOC. La conclusion du rapport annuel d'activité 2005 de Viniflhor est sans appel " Avec un résultat agricole en chute - 36,5% le secteur viticole se retrouve à 50% au-dessous de son niveau des années 1998-1999." 

Dans tout autre secteur la conjonction de volumes abondants et de qualité avec une baisse des prix à la production devrait permettre sur les marchés extérieurs une reconquête des parts de marché perdues. Ce phénomène, même si on peut le constater sur certaines destinations, n'a pas - faute d'une force commerciale suffisante et de rigidités savamment entretenues par les tenants de l'immobilisme - pris une ampleur suffisante pour freiner l'érosion de la valeur. Sur notre marché domestique, où l'inélasticité de la demande est telle, la chute des prix n'apporte aucun consommateur supplémentaire et surtout continue  à dévaloriser l'image du produit. On peut continuer à gloser sur les efforts de promotion, l'éducation ou sur les ennemis du vin, le galvaudage de la valeur à des effets bien plus ravageurs.

Que faire, me direz-vous ? Sortir du tête à tête classique de l'économie de cueillette, destructrice de valeur, où à moyen terme tout le monde est perdant y compris ceux qui conjoncturellement empochent des marges. Comment voulez-vous bâtir des marques sur un tel système fondé sur le perdant-perdant ? Qui peut penser que la France du vin puisse retrouver de la vitalité en détruisant de la valeur dans le coeur de son propre marché ? Seuls les démagogues traditionnels, qui n'ont jamais vendu une bouteille de vin, en tirereront parti en pointant le doigt sur les habituels boucs émissaires. Le temps perdu ne se rattrappe jamais dit le bon sens populaire mais de grâce que le syndicat des bras croisés et des verbeux ait la décence de s'auto-dissoudre et de laisser les vrais opérateurs se mettre en position d'enclencher le cercle vertueux de la valeur... 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

chavignol 10/11/2006 16:52

CQFD…Le 10 Novembre 2006 Inter Sud de France propose des mesures d’exception pour revaloriser les cours. Le Conseil d’Administration d’Inter Sud de France qui federe les quatre interprofessions de notre bassin de production s’est réuni ce jour, vendredi 10 Novembre. Le Conseil d’Administration demande : - le report exceptionnel de la déclaration de récolte à une date ultérieure, afin de permettre à l’ensemble de la profession de définir les volumes à déclarer, susceptibles de ramener un équilibre quantitatif pour chacune de nos dénominations. Cet équilibre entre offre et demande est la condition nécessaire à la revalorisation des cours. Dans cette perspective, le Conseil d’Administration d’Inter Sud de France demande : - une réunion de conseil de bassin dont M. Le Préfet de Région est le Président, à tenir de manire urgente vers le 20 Novembre. Ce conseil donnera l’occasion à Inter Sud de France, de présenter en avant-première à l’ensemble de la profession, des mesures de gestion de l’offre avant la déclaration de récolte. Solidaires, les deux familles de notre Interprofession ont conscience que la situation économique ne peut assurer aucune rentabilité à la filière dans son ensemble. Elles ont conscience que sans des mesures d’exception auxquelles devront s’associer les pouvoirs publics et la Région, tous les opérateurs de notre viticulture régionale sont en danger.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents