Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 00:02

Carlotta avait tout essayé sans obtenir de résultats.Léon ne bandait pas. Il abreuvait Carlotta de discours sur la chasteté, la fidélité et le retour à la pureté, qu'elle gobait sans autre forme de procès. En réalité, notre jeune Pochon saisit d'une nouvelle frénésie honorait avec un capuchon toute une cotriade d'épouses délaissées par des époux trop occupés. Un jour de pluie, le blues l'avait saisi et dans un moment de folie il passait une annonce dans le Figaro " écrivain le matin cherche joli brin pour conjuguer le verbe aimer et plus si affinités..." Ce fut la ruée. Son téléphone explosait. Il gérait. Ce flux tendu l'ennuyait. Il coupa court, jetant dans le désespoir toutes ces belles sans amour, avoua tout à Carlotta et, alors qu'il croyait la jeter dans le désarroi, le Léon du, sans désemparer, la combler pendant trois jours d'affilés. Ca ne pouvait plus durer !

Le soir du troisième jour, posant le pied à terre, il déclarait à Carlotta " je suis las..." Elle s'étirait. Le téléphone sonnait. Il décrochait. " On vous demande à la réception..." Léon s'en étonnait, ici au George V il n'était qu'un passager clandestin, en transit, sans identité connue, rien qu'un homme entretenu. Un court moment il hésitait entre répondre " qui me demande et on demande qui ? " mais afin d'éviter d'embrouiller plus encore la situation, Léon se contentait de lâcher un " ah bon " poussif qui plongeait son interlocuteur dans la stupéfaction. " Ces messieurs semblent être de vos relations..." Léon délivrait un second " ah bon " tout aussi dépourvu de conviction pour enchaîner dans le mêm souffle un " faites les monter! " décidé qui prenait Carlotta à froid.

A ce stade du récit, le narrateur, moi en l'occurence, je vous dois une explication sur les débordements du jeune Pochon. Je pourrais par facilité me retrancher derrière la psychanalyse et chercher dans la petite enfance de Léon une foultitude de raisons. Tout cela ne serait que billevesées, je dois à la vérité d'avouer que ce pauvre garçon n'est que la pure victime de mon imprévision. A l'origine, pour ceux qui n'ont pas perdu le fil, la résistible ascension du petit Pochon se voulait une pochade sur toile de fond des agissements du microcosme des gens du vin. Et puis, soudain lassé, j'ai balancé le Léon, sans aucune précaution. Pfutt ! plus de petit Pochon. De fidèles lecteurs m'ont fait part de leur stupéfaction : il l'aimait bien le Léon. Alors, bon petit soldat, j'ai remis ça en précipitant le petit Pochon dans la fornication. De derrière les fagots de la rive gauche j'ai dégoté la Carlotta, une super nana, un canon, bref j'ai cédé à la facilité de la peopolisation. Je vous en demande pardon. Je me repends, un peu, juste ce qu'il faut pour retrouver le fil à cette foutue histoire... 

A demain chers lecteurs... Abonnez-vous qui disait le petit Pochon ça coûte pas un rond et ya de de temps en temps du bon...

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

S .COUREAU 17/09/2006 01:13

Cher jacques entre le leader syndical et le play boy je me demande des fois ce que je préfère chez petit Pochon ?
Et tout bien réfléchi je ne sais pas si ce n'est pas le play boy qui me plait le plus, il est tellement plus agréable à voir évoluer ....
Ceci dit  l'idée d'un électron libre qui gravit l'échelle syndicale en bousculant les barons en place est séduisante bien qu'utopique. Dans les faits les portes sont fortement cadenassées et  l'ascenseur syndical reste désespéremment bloqué au niveau zéro pour les nouveaux adhérents !
 

S.COUREAU 17/09/2006 01:12

Cher jacques entre le leader syndical et le play boy je me demande des fois ce que je préfère chez petit Pochon ?
Et tout bien réfléchi je ne sais pas si ce n'est pas le play boy qui me plait le plus, il est tellement plus agréable à voir évoluer ....
Ceci dit  l'idée d'un électron libre qui gravit l'échelle syndicale en bousculant les barons en place est séduisante bien qu'utopique. Dans les faits les portes sont fortement cadenassées et  l'ascenseur syndical reste désespéremment bloqué au niveau zéro pour les nouveaux adhérents !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents