Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 08:33

Paris le 31 août 2006

 

Cher JR,


La nouvelle est tombée : vous partez ! Vous quittez la présidence du syndicat des vignerons que vous occupiez depuis une grosse poignée d'années. Combien ? Je ne sais... Ce dont j'ai souvenir c'est que président vous étiez lorsque je débarquai d'un avion d'Air Liberté, en plein été, juste avant que le raisin ne soit vendangé, dans votre pimpante cité au pied des Pyrénées. Vos collègues venaient tous de démissionner du Comité et, dare-dare, les gens haut-placés du cabinet me dépêchait pour tenter de vous proposer un traité de paix. Médiateur y m'avait baptisé. C'était la première fois que ça m'arrivait depuis que je suis né.


Sous les stocks vous crouliez, des petits prédateurs, des bradeurs patentés ne faisaient que vous énerver. Bref vous faisiez que vous chamailler, vous insulter, faire du courrier aux autorités et plein de procès et autres joyeuseutés. A mon arrivée aux côtés du fringant Bringuier vous étiez dans vos petits souliers. Moi j'étais très étonné de ce défilé dans l'antichambre du préfet. Tout le monde voulait me causer. Se faire psychanalyser. Les excités voulaient des têtes coupées que bien sûr je ne leur ai pas données vu que je suis né en Vendée et que là-bas c'est pas notre tasse de thé. Bref j'ai écouté. J'ai même engueulé votre banquier préféré. J'ai beaucoup proposé. Dissous le Comité. Vous ai demandé de prendre vos responsabilités. En un mot j'ai essayé de faire au mieux le boulot pour lequel j'étais mandaté. Le résultat n'a pas été à la hauteur des problèmes posés mais qu'est-ce j'y pouvais ?


Pour en revenir à vous de prime abord je vous ai trouvé un peu ébouriffé même si je dois avouer que ce que vous me proposiez ne m'a pas décoiffé. Je n'ai pas toujours saisi ce que vous m'expliquiez, c'était un peu alambiqué mais, comme je ne suis pas très éveillé, j'ai évité de vous contrarier. On a beaucoup réunionné. Même que vous m'avez, à plusieurs reprises, invité à causer dans vos assemblées. J'y suis toujours allé. Faire des discours m'a toujours botté. Et puis ça faisait plaisir au préfet de me voir pérorer. Au bout du compte on a piétiné et les problèmes ont perduré.


Et puis la roue a tournée. Je m'en suis allé dans d'autres contrées. J'en ai profité pour jeter sur le papier mes petites idées. La dernière fois qu'on s'est revu c'était le jour où votre voisin préféré du département d'à côté, une célébrité avec Ray Ban incorporé, m'a donné un bel exemple de sa fidélité à la parole donnée. Vous aviez l'air gentiment peiné. Rassurez-vous la terre ne s'est pas arrêtée de tourner. Ce qui compte pour moi c'est que dans votre département ké presque tout Aocé, un peu moins que le bordelé, j'ai noué de solides amitiés, des gens de qualité et de fidélité. Alors j'aime toujours y retourner.


Allez, cher président retraité, je vous fait mes amitiés. Chassez bien le sanglier et sachez que moi, le gratte-papier, j'aurais tant aimé voir sur les arpents du vignoble de votre beau département, plutôt que des ceps arrachés, les premiers signes de la prospérité retrouvée... Bon vent cher président...


Votre dévoué


Pour les non initiés je suis désolé pour les clés de ce courrier. Je vous promets de ne plus recommencer.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Denis Pigouche 11/09/2006 15:49

Et oui,
 

notre Jean Roger est parti,
 

en laissant derrière lui
 

le travail d’un Président accompli.
 


 

Son successeur s’appelle Denis,
 

un vigneron de ses amis
 

qui à une élection de « con » s’est soumis,
 

élu il en est sorti
 

et J.R. était ravi.
 


 

Monsieur Berthomeau si j’écris,
 

c’est pour vous dire Merci,
 

car en lisant votre texte il a dit
 

avec une certaine nostalgie
 

que même là haut on peut s’y faire des amis.
 


 

Sachez Monsieur Berthomeau que si,
 

un jour vous veniez par ici,
 

« chez les Catalans » comme on dit,
 

bien reçu dans notre Midi
 

vous ne regretteriez pas Paris.
 


 

Encore une fois Merci.
 


 

Son successeur Pigouche Denis.
 


 

P.S. : Jacques Ke le prénom rime aussi !!!
 

Anne Madrid 05/09/2006 13:07

Ben si c'est codé, pourquoi ne l'avez -vous pas envoyé directement, et personnellement, à ce bon JR, au lieu de mettre en ligne un courrier manifestement privé? Vous avez des responsabilités à l'égard de vos lecteurs, cher Berthomeau, entre autres celle de ne pas les "saouler" avec vos rancoeurs refroidies! Allez, sans rancune!

JACQUES BERTHOMEAU 05/09/2006 15:35

Si vous avez trouvé de la rancoeur refroidie dans mon courrier à ce bon JR vous me lisez mal chère Anne Madrid, il n'y en avait nulle trace. La transparence de mon propos pour initiés certes, et j'ai promis de ne pas recommencer, me permettait de le mettre sur mon blog. C'est ma liberté. La vôtre est de ne pas apprécier. Mais puis je vous saoule c'est que vous abusez de moi, quel honneur ! Moi j'adore la castagne...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents