Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 00:07

Le vin ne fait pas que la foire en ce moment il fait aussi la une de gazettes où, à priori, le bon peuple vigneron ne s’attendait pas à le voir ainsi traité avec autant de déférence voir de sympathie lui le pestiféré par qui le malheur arrive. Oui, Télérama, l’organe central des bien-pensants, affiche à la Une de son numéro du 19 septembre : Le Vin Une Révolution culturelle ? avec une superbe photo d’une grappe formée de verres de vin. Bravo, même si la révolution culturelle dont-il est question est plutôt celle de bobos dont les parents furent des maos. Qu’importe ! C’est very good. L’article page 23, titré lui dans la lignée du Libé du père July : Le caviste se rebiffe, nous donne la réponse à ce soudain intérêt. Je cite : « Le buveur » est aujourd’hui un ringard, un pauvre type, inadapté à la modernité. Un chauffard en puissance. Un cancer social. Le Kiravi et le Préfontaines ont sombré avec le Formica et la Gitane. À l’Elysée, pour la première fois dans l’histoire du pays, le locataire ne boit que de l’eau, et s’en vante. À l’Hôtel de Ville, le maire a vendu la cave, et l’a fait savoir : plus question de régaler nos hôtes étrangers de Pétrus et de Romanée-Conti quand le jeune électeur ne s’autorise au mieux dans son bar à vin de l’Est parisien qu’un misérable ballon de rosé sans soufre... »

 



















C’est beau, non ! Le gros rouge à la Zola du petit peuple besogneux a laissé la place au boire chic du bobo de l’Est parisien. Y’avait plus que ce pauvre Chabalier pour se pochetroner au petit blanc de comptoir (Le film Un dernier pour la route tiré de son livre  sort sur les écrans cette semaine si vous voulez voir la bande annonce
http://www.cinefil.com/film/le-dernier-pour-la-route.) Comme nous sommes à Téléramuche : un coup de griffe à droite, un coup de patte à gauche, vous me direz trois paters et deux aves. Je signale à ce journaliste, que la cave du maire de Paris, qui était plutôt celle de l’ancien Secrétaire-Général, ne recelait guère de Pétrus et de Romanée-Conti, et que ce genre d’argument pour le Président comme pour Delanoë sent le poujadisme des bien-pensants. Quand au petit rosé sans soufre ce n’est pas donné camarade. Bref, la suite de l’article est gentillette, très j’ai 2 sources et je fais un article, mais je ne crache pas sur le bonheur de voir le vin à l’honneur. Je regrette simplement le côté je brosse mes lecteurs dans le sens du poil. Les belles plumes assassines mais pertinentes sont une espèce en voie de disparition que Greenpeace devrait appeler à protéger.

 

Le N° Spécial Vin de Science&Vie est d’un autre tonneau. Sérieux, même s’il recèle parfois lui aussi, surtout dans le registre économique, des lieux communs, ce magazine qui s’adresse à un lectorat jeune et avide de savoir aborde des sujets que nous ne retrouvons presque nulle part ailleurs. Je vous recommande donc son acquisition pour 7 euros. Ce matin je vais me contenter de placer ma focale sur un sujet qui m’est cher : la dégustation. « Nous sommes tous des daltoniens du goût » titre l’article de Science&Vie, et cette affirmation, qui n’est pas en soi une condamnation de l’exercice de dégustation, permet de bien remettre les pendules à l’heure. Les travaux de Patrick Mac Leod, de Marc Danzart, de Frédéric Brochet et de quelques autres scientifiques structurent l’article. C’est passionnant et pour ne pas édulcorer l’article j’ai renoncé à ma pratique habituelle des extraits. Si vous souhaitez réagir, lisez l’article et je suis prêt à accueillir les points de vue sur l’importante question posée dans l’article : « De quoi se demander, au vu de son manque de fiabilité, si la dégustation ne sert tout simplement à rien. Une conclusion problématique, car si la dégustation ne porte pas à conséquence quand elle est conduite entre amis pour le plaisir, elle est en revanche décisive pour accorder une appellation d’origine ou contrôler la qualité d’un vin »

 

Que mes amis « dégustateurs de profession» ne lèvent pas le bouclier, Science&Vie donne la parole en défense à Robert Parker dans une interview : et pourtant, il critique... Pour ma part je suis et je reste un chaud partisan de la critique littéraire, cinématographique, artistique, musicale, gastronomique et du vin... avec sa part de subjectivité, sa difficulté à traduire par des mots des sensations, car elle participe à la diffusion de la culture du vin. Mon combat reste focalisé sur, comme un encart de Science&Vie le titre, la dégustation de contrôle en quête d’objectivité. Même si la réforme des procédures de l’INAO minimise cet aspect je ne suis pas encore convaincu que certains petits génies de la normalisation croskillienne ne rêvent pas toujours de cet « air de famille », de cette typicité réductrice, stérilisante, de ce côté je ne veux voir qu’une seule tête.

 

Sans vouloir conclure sur un sujet aussi chaud, je reste persuadé, comme un intertitre de l’article le souligne : sans la vue tout est perdu, que le vin est une boisson sociale, que la bouteille est destinée d’abord à être vue par ses convives, qu’elle est statutaire : GCC ou petit vin découvert chez un petit vigneron, peu importe, l’étiquette positionne, nous goûtons le vin d’abord avec nos yeux car il est peu fréquent de bander les yeux de ses invités ou de servir une belle bouteille dans une chaussette... Ce que j’écris n’en est pas pour autant une condamnation des dégustations à l’aveugle, bien au contraire, ce que je veux souligner c’est que, face à cet exercice, je trouve mesquin que certains grands seigneurs s’offusquent, dégainent leur puissance de feu de « parrain » du vignoble, si suite à des dégustations ainsi faites, avec sérieux, leur sublime nectar se retrouve parfois dans le ventre mou du peloton. C’est la loi du genre. C’est l’arroseur arrosé. Messieurs les nouveaux grands de notre petite galaxie du vin, un soupçon d’élégance ne nuirait pas dans l’univers impitoyable du vin...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

tchoo 25/09/2009 10:35


Outre que la réforme de l'agrément à diminué un tant soit peu la prééminence de la dégustation,
je ne suis pas sur que l'ensemble du corps de dégustateurs se plie à un quelconque diktat de l'authenticité de façon aussi tranché et caricaturale que certain ont voulu ou veule le présenter.
Nous savons tous, parce que nous la pratiquons que la dégustation est loin d'être une science qui plus est exacte, et que sa relativité demande à chacun de nous beaucoup d'humilité.


Michel Smith 24/09/2009 07:39


Sans la vue tout est perdu, soit. Mais sans la dégustation, il me paraît impossible de faire un choix. Un choix, certes, n'est jamais objectif, mais c'est un vote intérieur pour un vin que l'on
aimerait boire en telle ou telle circonstance. Je suis journaliste en vins, un peu critique bien que je ne m'attribue point ce terme que je laisse à d'autres, mais pour aider mes éventuels lecteurs
dans leurs choix, je m'efforce de soigner mes dégustations aux fins de sortir le bon grain de l'ivraie. Ce n'est pas un exercice infaillible, mais il vaut le coup d'être vécu car, à mon avis, il
évite de boire idiot.


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents