Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 00:00

Dans mes débuts de chroniqueur, le 22 mars 2007,  http://www.berthomeau.com/article-6087365.html, j’écrivais : « J'inaugure aujourd'hui une nouvelle rubrique – l'innovation yak ça de vrai – baptisée : vins au mètre. Ce titre racoleur – je suis un peu pute comme vous avez pu le constater – est pourtant issu d'une observation des plus scientifiques : le rayon vin, à de rares exceptions, se présente aux yeux du pauvre acheteur comme une sorte de muraille postmoderne s'apparentant aux rayonnages achetés au BHV ou à Bricorama pour ranger les réserves de la maisonnée dans le garage – pour les provinciaux qui en ont un – ou le cagibi de l'appartement. Pas très chicos pour notre nectar sacré que d'avoir le cul posé dans des trucs qui ressemblent à des clapiers. Comme dirait José B le vin n'est pas une marchandise mais là ça en a tout l'air.

Etant très paresseux je commence par le magasin le plus proche de chez moi, un Franprix, très Franprix c'est-à-dire un peu bordel et compagnie avec changement de caissières tous les deux jours. Précision, je n'y achète jamais de vin. »

Ma jurisprudence Franprix près de chez moi n’a pas évoluée car lui aussi n’a guère fait de progrès. J’y vais de temps en temps acheter des pondéreux. Bref, en ce temps où les foires aux vins déboulent à fond les palettes dans le paysage tristounet des temples de la consommation aller traîner mes guêtres dans les allées d’un Franprix relevait du défi. Mais comme mon petit doigt m’a dit qu’en certains coins de Paris les Franprix relookaient leurs mises en plis, je me suis dit : quand faut y aller il faut y aller.

Bon fantassin du vin j’ai mis le Cap à l’Ouest, car paradoxalement c’est à l’Ouest qu’il y a du nouveau. L’avenue de la Porte de Versailles est une artère sans âme qui prend sa source devant la Maison de la Radio pour se jeter sur le rond-point de la Porte de Saint-Cloud à quelques encablures du Parc des Princes. C’est le bas du XVIe mais c’est le seizième tout de même. Donc je me pointe sitôt mon déjeuner. La foire aux vins je ne peux pas la manquer car elle est face à l’entrée du Franprix. Trois présentoirs, simples et de bonne facture, alliés à une signalétique indiquées sur des bannières : bio, les jeunes vignerons, les incontournables, les grands crus, les effervescents qui doivent permettre de retrouver la bonne bouteille dans le bon rayon. Après ça se complique un peu car le code couleur de chacune des catégories, sauf le bio vert pomme, est peu différencié, mais ne pinaillons pas. Avant d’explorer l’offre de la foire aux vins un petit coup d’œil sur le fond de rayon. Pas de commentaires même si un transpalette chargé de palettes et de cartons m’a empêché d’avoir le recul nécessaire pour la photo.


















Que dire de l’offre Foire aux vins :

1-     elle est pour le bio attrayante, large, fondée sur les 3 couleurs d’Autrement de Gérard Bertrand Vin de pays d’Oc 2008 3,50 euros et allant d’un pinot gris d’Alsace Wolfberger 2006 à 6,95 euros en passant par un Touraine-Mesland vieilles vignes Château Gaillard 2002 à 4,95 euros jusqu’à un Côtes du Ventoux Domaines de l’Auvières 2007 à 4,80 euros. Le tout complété par un château Lagarde Bordeaux 2008 à 4,75 euros, un Bourgogne château de Sassangy 2007 à 6,95 euros, et 2 coteaux d’Aix du Clos des Trois Sources un rosé et un rouge 2007 à 5,95 euros.

2-    Elle est mal identifiée pour les jeunes vignerons, j’aurais aimé mettre des visages, un petit bout d’histoire, derrière ces six jeunes talents du vignoble : les Johan Vidal, Sébastien Gutti, Patrick Gresta, Éric Laurent, Arnaud Lesgourgues et Éric Benoit. Bien plus que la recette du Risotto primavera et un texte généralo de chez généraliste, la parole de vigneron serait la bienvenue. Bonne initiative donc mais enrichir de vraie vie.

3-    Sur les incontournables et les grands crus la gamme est bien diversifiée en provenance et en prix et me semble bien coller à la clientèle Franprix. À noter, un Crozes-Hermitage de Michel Chapoutier 2007 à 10,50 euros, un Prieuré-Lichine 2001 à 26,50 euros, un Fombrauge 2007 à 21,95 euros et Lynch-Moussa 2004 à 17 euros. Du classique donc avec un coup de cœur personnel pour la sobriété de l’étiquette du St Joseph 2007 de Gilles Flacher à 10,90 euros.

4-    Grosse déception sur le rayon effervescents rien de très original et surtout à quand une vraie mise en avant d’une gamme de crémants représentative de l’excellence de l’offre française dans ce domaine. Profiter des foires aux vins pour convaincre le consommateur, si friant de bulles, que c’est le meilleur rapport qualité/prix serait vraiment innovant.    

 

 Reste que dans le domaine de l’innovation Franprix, pour ce qui concerne le service rendu au consommateur, me semble ouvrir une voie intéressante. La mise en relation entre le code barre des bouteilles et la fiche produit qui les concerne via un téléphone portable n’est pas un truc pour faire joli, pour amuser les fondus de l’I phone ou du Black Berry. En effet, même les mamies ont leur portable et le transformer en vecteur d’informations est porteur d’avenir. L’une des applications à développer pour une enseigne serait de permettre aux acheteurs, à partir du code barre d’une bouteille qu’ils ont acheté et apprécié, lui indiquer s’il est désireux de retrouver la même référence, le ou les magasins où le produit est disponible.  

Pour la présente application, qui en est au stade de l’expérimentation, elle s’adresse encore à ceux qui maîtrisent bien les nouvelles technologies. En effet pour accéder aux fiches produits soit :

-         vous téléchargez gratuitement sur votre téléphone l’application en allant sur www.codeonline.fr pour pouvoir en prenant une photo du code barre accéder à la fiche produit ;

-         vous saisissez les numéros du code barre sur le site mobile m.codeoline.fr et vous vous laissez guider jusqu’à votre fiche produit.

 

Trop compliqué vont me dire certains. Non, le seul facteur limitant me semble être aujourd’hui qu’il faut que vous ayez un portable ayant accès à l’Internet et que votre téléphone soit compatible avec l’application. Pas de chance pour moi ce n’est pas le cas du Black Berry mais comme les concepteurs de GS1 étaient présents lors de mon passage, leur démonstration sur un I Phone m’a convaincu.

 

Donc, comme Paris ne s’est pas fait en un jour, j’espère que les nouvelles mise en plis de Franprix arriveront jusqu’au mien. Leur foire aux vins tant dans sa forme que dans sa gamme est intéressante, riche de promesses si l’effort de caviste de proximité est poussé jusqu’au bout de sa logique. En écrivant cela je n’incite pas Franprix à aller piétiner les plates-bandes des cavistes indépendants mais les encourage à offrir à leur clientèle, dont une partie pour plein de raisons ne poussera jamais la porte d’un caviste, un rayon et un service vin de qualité. Quand aux palettes faudra bien un jour les virer des allées sinon j’ai l’impression de retrouver l’ambiance du premier hangar d’Edouard Leclerc à la Roche s/Yon au début des années 70...

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Rocky 17/09/2009 00:25

Le premier hangar Leclerc à La Roche sur Yon, rue de Nantes, à côté du Rex !C'était l'époque de la folie des porte-clés, j'y faisais des courses pour ma mère en sortant du bahut........

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents