Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 00:09

Ce vieux proxo de d’Espéruche, jamais en reste d’une proposition indécente, lors d’un de nos débriefing me suggérait « de mettre Chloé entre les jambes de ce buveur d’eau… » en ajoutant grassement « comme ce nabot aime les grosses bagnoles – il se trimballait en effet en Jaguar – lui fournir une poule de luxe ajouterait à son standing… » Je refusai sèchement. Raymond, paternel, m’approuvait « la pauvre elle en assez bavé avec les frappadingues de Milan pour qu’on la jette dans le pieu de cet étriqué qui m’a tout l’air d’un pervers… » D’Espéruche bougonna qu’il ne faisait que son boulot et que nous avions bien fait pire avec Chloé, avant d’ajouter d’un ton provoquant « en plus je suis sûr que ça lui plairait ! » Je le calmai en coupant court « tel n’est pas le problème, premièrement c’est inutile, deuxièmement avec Chloé nous avons d’autres projets… » Ramenard il ronchonna « et je suppose que nous ne sommes pas dans ces projets… »  Je ricanai « mais non vieille folle, si tu veux faire des heures de nuit chez les frelons de la GP je suis preneur mais il va falloir que tu abandonnes tes costards minables de VRP… » Raymond, goguenard en rajoutait « si ça te dis je te confie à ma nièce Marie-Eglantine, la fille de ma sœur Yvette à qui nous devons nos nouvelles fonctions officielles, elle t’emmènera dans les bonnes maisons. Je te vois bien en futal pat’d’eph avec une chemise à fleurs col pelle à tartes. Je suis sûr que les enragés te prendront pour un clône de Paul Mac Cartney… »

J’avais besoin de changer d’air, de ranger mes belles fringues, de me replonger dans les spasmes de la Gauche Prolétarienne. Pour ce faire j’adoptai les 3x8 : 5h-13h dodo, 13h-21h cabinet et mondanités, 21h-5h un mix réunions enfumées de la GP+mon travail de nègre. La plage d’ajustement étant celle de mon sommeil, je dormais peu. Chloé me fournissait les substances actives pour gérer ma suractivité. Mon besoin de revenir me mêler à la mouvance activiste prenait sa source dans les évènements violents qui ponctuèrent l’année 1970. « Du 15 avril 1970 à la fin mai, il y aura 82 attentats avec explosifs assure le Ministère de l’Intérieur. » Avant que la loi-anticasseurs adoptée le 8 juin 1970, et même après, tout l’arsenal terroriste est développé par les groupuscules gauchistes : incendies au cocktail Molotov, bombes artisanales, cassages de gueule, bastonnades, manifestations violentes, séquestrations de patrons. Bien évidemment tout ne vient pas du même camp, le SAC de Charles Pasqua et du père Foccart jette de l’huile sur le feu : ainsi, au Palais de Justice de Besançon, les braves pandores ont la surprise de mettre la main sur des militants du très vertueux Service d’Action Civique qui leur déclarent pour se justifier « qu’ils ont agi ainsi pour protester contre le terrorisme gauchiste. » Le PCF et la CGT fournissent des listes de Mao à la police. Cependant notre terrorisme reste « bien tempéré » à côté de ce qui se passe en Italie où, le 12 décembre 1969, la bombe déposée Piazza Fontana, officiellement par les futurs brigadistes, a fait 16 morts et 87 blessés. En fait, c’est le début de la « Stratégie de la Tension » développée par les mouvances d’extrême-droite de l’Armée et des Services Secrets de la République Italienne. Chloé m’a dressé un tableau effrayant de la situation.

En France, le très sérieux Commissariat au Plan, sous la houlette d’un obscur Ingénieur des Mines : René Montjoie, a pondu un document prospectif exposant divers scénarios visant « à en finir avec la gauchisme avant la fin de l’année 1970 ». Les experts se sont débridés en jetant sur le papier « des sabotages en usine commis par des militants maos ou assimilés, le crash d’un avion qui leur serait attribué – les palestiniens innoveront en ce domaine avec un art consommé du chantage – des batailles rangées dans les facultés à risques faisant une vingtaine de morts , dont deux membres du service d’ordre… » Tout ça pour faire monter la pression dans l’opinion publique, justifier une répression ferme mais « limitée » et faire apparaître le gouvernement comme seul garant de la sécurité et de l’ordre à la vieille des élections municipales des 14 et 21 mars 1971.

Le point de focalisation de l’agitation se situait dans le bastion CGT de l’Ile Seguin à Billancourt. À l’intérieur des ateliers, comme aux portes de l’usine l’affrontement des Maos et des Cégétistes est permanent. Bien sûr, la direction, Pierre Dreyfus en l’occurrence, un social-traître qui sera le Ministre de l’Industrie de Pierre Mauroy en 1981, ne bronche pas. Elle laisse faire. Cependant, en février 70, l’étincelle qui va mettre vraiment le feu aux poudres va venir, non  de la Régie, mais de la fac de Nanterre. Des gauchistes, maos, anars, trotskards, « la bande à Jospin », y avaient agressés de « braves » étudiants communistes et les avaient séquestrés dans un amphi.  Sur ordre de la direction du PCF, Pierre Bernardini, un ancien de la CGT Renault, rassemble une dizaine de militants devant les douches de Nanterre. À leur arrivée la volaille gauchiste s’égaille. Les étudiants cocos sont donc libérés et tout ce petit monde repart en ordre dispersé. Erreur funeste car les gauchos n’ont fait qu’un repli tactique pour mieux revenir à la charge sur le parking de l’Université. Avant de passer à la charge une salve de bombes artisanales : des poches pleines de poudre, de tessons de verre et de grenaille, tombe sur les cocos. Attaque à la barre de fer, l’Austin des amis de Bernardini – un comble pour des communistes défenseurs de l’industrie nationale – est totalement défoncé. Ils réussissent à s’échapper. Bernardini se retrouve seul, mains nues, face à la meute. Les coups pleuvent. « Crève salope ! ». Bilan médical : double fracture du crâne et dix jours de coma. Commentaire désabusé du dit Bernardini à propos de ses agresseurs, lorsque Jospin sera 1ier Ministre de Chirac « il y en a aujourd’hui qui se pavanent dans les Ministères… »

 

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents