Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 00:02

Rappelez-vous : « Le vin est un alcool, donc cancérigène » ça c’est un titre qui claque, qui pète, qui fout la trouille au bon peuple qui certes ne lit pas le Monde mais qui regarde le journal du 20h à la télé qui lui anone les vérités débitées par le vieux journal de « référence » qui paraît en début d’après-midi, et auquel je suis toujours abonné. Ça porte, ça ajoute une onde choc supplémentaire au Tam-tam médiatique orchestré par un haut-fonctionnaire de la République, le dénommé Houssin, Directeur Général de la Santé, une chercheuse de l’INRA qui s’occupe de carottes et de navets, et bien sûr celui qui, face au micro complaisamment tendu par la convaincue d’avance Sandrine Blanchard, le professeur Président de l’Institut National du Cancer Dominique Maraninchi. Ça  marque les esprits lorsque le propos émane de la bouche d’un ponte du cancer http://www.berthomeau.com/article-30304997.html . Le mal est fait. L’impact sur le grand public est sensible. C’était le but recherché : jeter l’opprobre, face aux points de vue contraires laisser planer la petite musique : y’a pas de fumée sans feu.

Par bonheur cette fois-ci nos grands communicateurs ont trouvé face à eux une résistance qui, pour la première fois depuis que je traîne mes guêtres dans ce secteur, a utilisé les bonnes armes : celles de la contestation motivée et étayée de la valeur scientifique des arguments avancés. Grâce soit rendue aux militants d’Honneur du Vin, au frais de leurs adhérents, qui ont coalisé les bonnes volontés et organisé la contre-attaque. J’espère que les grands argentiers des pompes à fric du secteur vont enfin comprendre qu’il leur faut distraire un chouïa de la manne commune pour pouvoir se payer les expertises et les moyens de vieille sur tous ces sujets sensibles. Bref, les brochures Préventions Nutrition&Préventions des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations destinées aux professionnels de Santé, sont parties au pilon et le « Haut Conseil de la Santé Publique » a été saisi par la Ministre de la Santé pour qu’ « à la lumière des résultats contenus dans ce rapport – celui de l’INCA – et d’éventuelles récentes publications sur le sujet […] de bien vouloir examiner s’il y a lieu ou pas, au vue d’une expertise du rapport, de modifier les recommandations sanitaires actuelles. »

La réponse datée du 1ier juillet est sans ambigüité : « C’est non »

Considérant

  1. que les données scientifiques objectivent un risque de cancer associé à la consommation d’alcool sans effet de seuil ;
  2. que les données analysées ne permettent pas d’estimer avec précision les risques attribuables aux consommations d’alcool à faible dose ;
  3. qu’une recommandation nutritionnelle destinée au grand public doit tenir compte de l’ensemble des effets et impacts potentiels et ne pas se baser sur une morbi-mortalité spécifique ;

Le Haut Conseil de la santé publique recommande de conserver le principe actuel de recommandations basées sur des repères de consommation ;

 

On ne peut être plus clair et cinglant. Pour le sieur Houssin c’est un camouflet. Certes pour mettre un peu de baume sur la claque le HCSP préconise :

-         d’engager un travail d’actualisation et d’harmonisation des repères de consommation, fondé sur des donnée factuelles, qui tiennent compte du risque attribuable aux faibles doses ;

-         d’effectuer pour cela un travail de synthèse des connaissances afin de préciser le risque attribuable aux faibles consommations d’alcool, et le cas échéant d’examiner la relation bénéfice/risque de la consommation d’alcool a faible dose ;

afin que puisse rapidement être proposée une recommandation basée sur des données objectives.

 

Sans vouloir être mauvaise langue, même ce baume n’est pas un satisfécit pour les tenants du « zéro verre », en effet lorsque le HCSP leur demande d’engager un travail d’actualisation et de synthèse cela sous-entend que celui-ci n’a pas été fait et que nos amis les prohibitionnistes nous ont vendu leurs désirs pour des réalités. Mais la lie de la coupe n’est pas encore toute bue pour eux. En effet,

 

Le Haut Conseil de la santé publique suggère en outre :

-         que soit harmonisés les différents messages de recommandations issu d’organismes différents dès lors que ces organismes sont publics ;

-         d’évaluer les résultats des politiques de prévention afin de pouvoir les faire évoluer si nécessaire.

 

Pour ceux qui l’ignorerait tous ces différents organismes publics sont sous la tutelle du Ministère de la Santé et que le haut-fonctionnaire qui l’exerce est le Directeur Général de la Santé le sieur Houssin lui-même impliqué dans le dérapage médiatique : ça frise le pompier pyromane chers amis. Enfin le petit couplet sur l’évaluation des politiques de prévention n’est pas innocent : il sonne comme un coup de règle sur les doigts de nos amis prohibitionnistes en leur rappelant que la communication ne constitue pas en elle-même une politique de prévention et surtout n’en détermine pas l’efficacité.

 

Reste notre Sandrine Blanchard qui « nous marque à la culotte » lorsqu’il s’agit de nous stigmatiser. Que fait-elle face à ce communiqué ? Elle noie le poisson dans un article filandreux  titrant, tout en bas de la page 16, coincé entre la rubrique cinéma et celle du sport : Alcool et Cancer : nouvelle controverse. Désolé, miss Blanchard, il ne s’agit pas d’une controverse qui est une discussion suivie autour d’une question mais d’une mise au point très claire qui remet les pendules à l’heure. En clair « le zéro verre » mis en avant par l’INCA ne s’appuie sur aucune donnée scientifique avérée et par ce fait même n’aurait jamais du être mis en avant. Ça ne souffre d’aucune discussion. C’est un mensonge. Reste que nous sommes au mois d’août et le bruit émis par le communiqué du Haut Conseil de la santé publique équivaut à celui d’une flute traversière alors que celui du « mensonge » de nos amis prohibitionnistes atteignait en décibels médiatiques l’équivalent d’un concert de U2 au stade de France. Bien évidemment, les bavassous des journaux télévisés se garderont bien d’en faire état et miss Blanchard n’aura pas l’honnêteté journalistique minimale de tendre son micro à une personnalité en désaccord avec le professeur Président de l’Institut National du Cancer Dominique Maraninchi. Deux poids, deux mesures, le sanitairement correct de beaucoup de journalistes spécialisés couvre même le « mensonge » de ceux dont la mission est de protéger la Santé Publique, alors comment voulez que nous, simples citoyens, leur accordions un minimum de crédit.

 

QUESTION N°20 : T

 

-         T comme la montée de Tonnerre, 1ier cru du Chablis, quel Ministre de l’Agriculture a été maire de Tonnerre ?

-         T comme Toques&Clochers, en quelle année a eu lieu la première édition de cette belle manifestation des Vignerons de Sieur d’Arques ?

-         T comme vin de Table, sous quel nom désignait-on ces vins avant la nouvelle dénomination communautaire ?

 

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Sylvain NAULIN 30/07/2009 10:33

Cher JacquesBonne nouvelle en effet, mais comme le souligne un des commentaires, une simple bataille. Mais c'est déjà ça, ne boudons pas notre satisfaction.A ce sujet, je me permets de vous indiquer notre initiative et notre programme "Wine in Moderation - Art de vivre". Tout est dans le titre comme on dit. Ce programme a pour but de promouvoir une consommation modérée et responsable mais ce n'est pas seulement de la com'. En effet un des volets du programme est de compiler et de mettre à disposition du public les études scientifiques sur Vin et Santé. Ce site internet wineinformationcouncil.eu est ouvert depuis le printemps et je vous invite (tous) à le visiter ainsi que wininmoderation.eu.C'est une pierre à l'édifice, difficile à construire. Ce programme a été reconnu par la DG SANCO bruxelloise comme un des meilleurs programmes de prévention.Nous serions d'ailleurs ravis, cher Jacques, de vous en parler plus longuement. Pour alimenter une de vos chroniques? Qui sait...A bientôt.Amicalement,Sylvain 

FABRE Vincent 30/07/2009 09:45

Bonne Nouvelle !Pour compléter cet article excellent au demeurant : France Inter dans ses informations du matin a bien relayé cette nouvelle, même si la journaliste fait toujours l'amalgame entre une consommation modérée de vin et une consommation non raisonnée d'alcools forts ;La filière s"organise ( enfin diront certains ! ) : la budget de Vin et Société va être multiplié par six l'année prochaine grâce aux budgets débloqués par les Interprofressions Viticoles Françaises ; à Bordeaux, le CIVB va débloquer 0,50 Euro / Hl de vin vendu : donc de gros budgets en perspective pour la défense de notre Art de vivre et de notre Liberté de citoyen.Bien cordialement.

goulebeneze 30/07/2009 09:26

De mémoire, l'article était tout de même annoncé à la une en gros caractère en haut à droite.

Clavel 30/07/2009 08:20

Bonjour à tous, merci jacques, nous avons gagné une bataille mais pas la guerre. Le redac en chef du monde avait reçu de nombreux avertissements sur les dérapages incontrôlés de SB, sans réponse ou réaction rédactionnelle, il doit maintenant en tenir compte..JC

Norbert 30/07/2009 07:22

C'est une bonne nouvelle, même si elle est donnée entre un article de cinéma et de sport, ce qui ne diminue en rien sa valeur! A ce propos, il convient de rappeler, pour l'honneur des journalistes professionnels, que ceux-ce ne choisissent généralement pas l'emplacement des articles, ni mêmes leurs titres: il y a un rédacteur et un secrétaire de rédaction pour cela. On n'est pas sur un blog!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents