Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:09

Dans la dernière ligne droite précédant le 25 juillet, jour de la St Jacques, j’aurais du être serein puisque je tenais l’objet de ma chronique : le St Jacques cuvée de Compostelle, Château Côte Montpezat 2002, un Côtes de Castillon d’excellente facture www.cote-montpezat.com   acheté à mon Monop 7 euros 80. Ce choix remontait à une très agréable dégustation, le samedi précédant Vinexpo, où j’avais tout à la fois apprécié les millésimes 2007 et le 2008, trouvé le propriétaire Dominique Bessineau plein d’humour et de détachement, et sympathisé avec le directeur du domaine Jean-François Lalle.

 

Tout s’emboîtait donc parfaitement. Pour moi les chemins de Compostelle commençaient au pied de l’église St Jacques Haut le Pas, point de ralliement des pèlerins venus du nord de la France et de l'Europe, avant d’emprunter la Via Turonensis qui passe par Orléans puis emprunte le Val de Loire jusqu’à Tours – lieu de pèlerinage de saint Martin, évangélisateur de la Gaule du IVème siècle – avant de piquer vers le sud en traversant le Berry, le Poitou, la Saintonge jusqu’au port de Blaye pour traverser la Gironde, la péninsule médocaine, les Landes, le Béarn, le Pays Basque : Saint-Jean-Pied-de-Port : 791,4 km. Un parcours très pépère de papy-boomer plein de vigueur mais qui admet son âge donc, mais c’est alors que je m’aperçus que mon projet se heurtait aux fantaisies de la géographie.

 

En effet, pour coller à la légende qui raconte que ceux « qui écoutent attentivement le puits du Château Côte Montpezat, peuvent entendre les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui, traversant ces terres venaient s’y abreuver… » j’aurais du emprunter la via Lemonvicensis qui part de Vézelay. Là mon script eut été raccord avec l’histoire et la géographie et j’aurais même pu imaginer de tourner quelques plans de l’ancien relais de poste du XVIIe qui atteste de cette étape sur l’un des chemins du pèlerinage. Et c’est là que tout a dérapé !
Que mon fol esprit libertin a repris le dessus en pensant à la fraîcheur de la paille et la tiédeur du foin des haltes nocturnes sur mes chemins d'adolescent marcheur dans ma Vendée bardée de lieux de pélerinage.
 Et c’est donc là que la fiction a vraiment rejoins la réalité en la personne d’un mécréant, « né dans la riante campagne entre Aubervilliers et la Courneuve », un certain Étienne Liebig – ça me rappelle qu’au temps de l’usine Maggi le Blanc Mesnil sentait le bouillon Kub – agnostique type, libertaire, très porté sur le sexe et totalement iconoclaste, a commis l’irréparable avec son « Comment draguer la catholique sur les chemins de Compostelle » éditions La Musardine www.lamusardine.com.

 

Lui est sur la bonne voie lorsqu’il « débarque du TER Paris-Vézelay de 9 heures du matin, chargé en tout et pour tout d’un sac à dos acheté la veille au Vieux Campeur… ». Faire succomber à la tentation de la chair des femmes catholiques ferventes, tel est son diabolique projet. Pas très original, c’est le rêve de tout libertin qui se respecte. En concluant son prologue, Liebig déclare « ami lectrice, ami lecteur, bienvenue sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ! J’y raconte l’irracontable, et Dieu me damne si j’ai menti ! » Tout est dit, ou presque, Dieu que la chair serait triste si la fiction ne la pimentait pas des fantasmes d’un narrateur, par construction, fieffé menteur.

 Même s’il est jubilatoire, provocateur en diable, reprenant la formule des affiches placardées par le curé de ma paroisse sur les tambours de l’église à propos de certains magazines, je dirais que cet opus n’est pas à mettre entre toutes les mains. Je le déconseille donc fortement à mes bonnes amies catholiques car, en bon expert que je suis de leurs âmes, je sais que les mots les choquent bien plus que la chose. Là, elles seraient servies, si elles me permettent de m’exprimer ainsi. De plus les appendices de l’opus : où draguer la catholique ailleurs que sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ? Le petit lexique des termes usuels utilisés par les amateurs de femmes catholiques et le chant : « le cul de la cheftaine » relèvent de la tradition française « gastro-couillarde » qui joint dans un même territoire les deux extrémités de l’axe gauche-droite : du beauf de Cabu au prolo de Wolinski qui rêve de se faire une bourge. Pas tout à fait mon genre de beauté mais comme je patine sur un espace de liberté ce n’est pas aujourd’hui que je vais inaugurer la censure : le lirons ceux, où celles, qui le voudront ! Moi, étant à la fois très professionnel et un mécréant notoire, je l’ai lu bien sûr…

 

Que le Liebig en question, qui semble exploiter un bon filon puisqu’auparavant il a commis : « Comment draguer la militante dans les réunions politiques », ne vienne pas me dire que je suis bégueule. J’aime les femmes, c’est tout, sans distinction de… religion et je n'apprécie guère de les voir transformer en proies surtout quand le prédateur conte ses exploits à la manière d'un Tartarin, à peine révisé, très Chasse-Pêche-Nature,  " je vais à Vézelay draguer la catholique comme on va chasser la sitelle torchepot dans les marécages du Bas-Rhin ou le castor dans le Nivernais : avec ma bite et mon couteau. En franc-tireur."
Pour finir sur un sourire, sachez qu'en surfant sur la Toile j'ai découvert une rubrique du Who's who, l'annuaire à la couverture rouge, qui publie chaque jour une page : l'anniversaire de... et, pour le 12 juillet, mon sang s'est glacé lorque j'ai constaté que je voisinais avec l'exilé de l'Île de Ré, un certain Lionel Jospin...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

gus 25/07/2009 08:11

Cet Etienne Liebig serait il cette "grande gueule " qu'on se plait à écouter  sur la  radio d'une principauté périphérique?Vraiment" touche à tout "ce gars là!Bonne journée.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents