Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 00:00

 Face à cette extrême pointe de la provocation jubilatoire, si ça n’était pas décalé, pour vous livrer mon extrême contentement, j’utiliserais l’expression : boire du petit lait, mais comme je ne bois jamais ni lait ni petit lait alors je me laisse aller à une métaphore plus triviale : ce remède de bonne femme me plonge dans une extase proche de l’épectase chère au Président Félix Faure et au cardinal Daniélou. Et pour faire de la surenchère à la Bérurier je pourrais ajouter que ce nectar, que j’ai dégusté en primeurs – comme l’ami Jacques Merveilleux du Vignoble le fait à Bordeaux – est le velours de mon estomac, mais comme en matière de Rochers*, je préfère ceux des Corbières je m’abstiendrai de cette référence littéraire.


Comme tous les gars et les filles d’Embres&Castelmaure
www.castelmaure.com affichent qu’ils veulent nous « en faire boire de toutes les couleurs » moi je suis preneur. Bon public et tout et tout, je me réjouis de ce beau pied de nez « aux prohibitionnistes frileux ». Sans même demander une quelconque permission j’annexe à la charte fondatrice de l’Amicale des Bons Vivants dites aussi Amicale du Bien Vivre (pour adhérer vous reporter à la Wine News N°48 tout en haut à droite du blog) ce beau texte :
 

« Que faites-vous avec cette bouteille dans la main ? Quoi, vous buvez encore du vin ? Quelle honte ! Mauvais Français, citoyen de seconde zone ! Vous ne le saviez pas ? Désormais, c’est avec des pilules qu’on trinque : anxiolytiques, tranquillisants… c’est tellement plus moderne ! Vive le bonheur chimique ! Bien venue chez les nouveaux moralistes, au pays étriqué, frileux des prohibitionnistes où l’on s’abreuve sur écran plat de pensée inique, où l’on s’ennuie mais à risque zéro, où l’on a peur de tout, de la vie, de la chair et du plaisir. Vive l’abstinence !

Allez, sans rancune, messieurs les censeurs ! Santé ! C’est sûrement en pensant à vous que la Nature, généreuse, nous a offert en 2008 ce jus subversif, cette « drogue » gaie et insolente, antique remède à la bêtise passagère des hommes, éternel antidépresseur… »


Au café du Paradis, où seuls les bons vivants sont admis – n’en déplaise au Diafoirus cette qualité perdure après le grand saut – nos amis qui nous manquent tant en ces temps d’interdits : Desproges, Coluche pour les paroles et Bashung pour la musique, vont pouvoir lever le coude et leurs verres emplis de ce jus de « raisins sensibles préférant la caresse de la main de la vendangeuse à la brutalité des battoirs de la machine. » et composer une chanson à boire bien déjantée qui donnera de l’urticaire à tous les culs pincés.
 


Pour les prescripteurs de cet éternel antidépresseur je joins la fiche du Vidal * Vinique :

Couleur : Rouge

Millésime : 2008

Cépages : Grenache Noir 30%, Carignan 50%, Cinsault 10%, Syrah 10%

Sol : ½ Schistes, ½ Calcaires

Vinification : Grenache Noir, Syrah, Cinsault, égrappés, macération préfermentaire à froid, Carignan macération carbonique pressurage pneumatique et fin de fermentation à 20°.

Traitements : 2 soutirages, élevage en cuve, pas de collage, légère filtration.

Conservation : Vin jeune destiné à être bu sur le fruit, sûrement très agréable dans un ou deux ans mais il n’en restera plus.

Dégustation : Robe violette vive et brillante. Bouquet intense de fruits frais, au plus près du raisin, et des fruits rouges. Bouche ample, généreuse, fraîche, bâtie autour d’une explosion permanente de fruits rouges, agrémentée de quelques notes d’agrumes.

Température et Alliance : 16° - Vin de comptoir idéal pour des apéritifs accompagnés de quelques tapas occitans.

 

Ayant fait parti de ceux sur qui cette cuvée L’Esprit du Vent 2008 éternel antidépresseur a été testée en « double aveugle » je puis attester, non de son efficacité car je ne suis pas déprimé, mais de son universalité : à boire en toutes circonstances avec qui vous voulez, et pas seulement en croquant « quelques tapas occitans », sans autre souci que le plaisir. Aucune contre-indications ni effets secondaires liés à une consommation traditionnelle du produit. Pour la posologie : se conformer aux conseils de vos mères et grand-mères.
 

 L’antidépresseur est en vente libre sans ordonnance à Castelmaure SCV 4 route des canelles 11360 Embres&Castelmaure tél. +33 (0) 4 68 45 91 83 fax : +33 (0) 4 68 45 83 56 vins@castelmaure.com et à partir du 15 juin au prix public de 5 euros TTC dans toutes bonnes pharmacies - pardon dans toutes les bonnes caves d'ailleurs et de Paris...

BONUS :
Bonne nouvelle : le chemin vicinal reliant Embres&Castelmaure à Nouillorc n'a pas été coupé puisque  à l’issue du débat au Sénat, l’amendement de la sénatrice Payet a été rejeté. La publicité sur l’alcool sur Internet est donc autorisée à l’exception des sites destinés à la jeunesse et des formats publicitaires intrusifs dans la mesure où la publicité respectera les obligations de la loi Evin.

* Le velours de l'estomac était le slogan du Vin des Rochers
* Le Vidal est la référence en matière d’information sur le médicament
 

Dictionnaire VIDALavec plus de 5000 médicaments et 4900 produits de parapharmacie

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Goulebeneze 09/06/2009 11:31

Bonjour,de la bonne fame à la bonne femme... drôle d'évolution de la langue, tout cela est histoire d'expérience. cela dit, et je comprends bien ce second degré que j'approuve, mais attention à distinguer, comme vous le faites justement, la déprime et la dépression. La 1ere peut être passagère et se soigner avec quelques verres, j'en doute pour la seconde qui est une vraie maladie. Le vin ne sera probablement pas le meilleur ami du vrai dépressif (malade) il risque de tomber dans le même accoutumance qu'avec les anxyolitiques qui ne sont pas nécessairement de bons antidépresseurs mais qui permettent à des malades de vivre. Au fond, pour les malades de la dépression devenus alcooliques parce que non pris en charge par la médecine, ou qu'ils ne l'ont pas voulu, cette étiquette est une vraie provocation. Mais enfin, je connais d'anciens malades alccoliques et dépressifs que cela fera rire quand même, car c'est le propre de l'homme...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents