Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 08:04

La salle retenait son souffle. dans la poche de sa veste Léon sentait son téléphone cellulaire vibrer. La Clairette venait aux nouvelles. Il y vit un signe du destin, l'heure était venue de plonger dans le marigot, de cesser de vivre dans ses rêves éveillés, il allait devoir barbotter dans le bouillon visqueux de la vraie vie, alors il tombait la veste et retroussait les manches de sa chemise. La symbolique était forte et la salle appréciait. D'un geste ample il demandait le silence complet, se tornait vers le président en lui disant " permettez-moi de vous appeler Georges, cher président, le présent vote n'efface en rien votre mérite, tout ce que vous avez apporté à ce pays et à notre appellation, bien au contraire il souligne et met en lumière vos qualités d'homme de dialogue. Votre dignité face à ce geste un peu fou de jeunes gens impatients est le gage que vous saurez mettre plus encore, au service du bien commun, votre expérience. Nous avons besoin de vous pour d'autres missions. Pour ma part je n'accepterai la présidence que si vous consentez à être le représentant de notre région au Comité National... Si vous acceptez, cher Georges, je m'engage à vous y faire nommer..."

Le sortant en charpie, au bord des larmes, opinait. Debout la salle ovationnait le petit Pochon qui pour la première fois levait les bras en V. Pourtant il savait bien que le plus dur restait à faire. Avant d'aller banqueter il s'isolait pour appeler son père, le gros Pochon, qui l'accueillait froidement. L'annonce de sa présidence le surprenait et le réchauffait. Il acceptait le déjeuner de dimanche, même avec ses compagnes " plus on est de fous plus on rit " ironisait-il..." Léon faillit ajouter que le rire serait peut-être jaune mais il se retint. Obtenir une victoire d'amour-propre n'était rien, la victoire tout court lui suffisait. Ménager la susceptibilité de son géniteur valait bien cette retenue. Lorsque Léon revenait dans la salle il croisait le regard méchant de Paillard à qui la jeune garde n'avait même pas daignée concéder un strapontin. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents