Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 09:39

Il était une fois dans notre beau pays deux maisons, une vaste et une belle, je n'ai pas écrit grande pour la première car la seconde se serait sentie offensée : la grandeur et le prestige étant son apanage. A Paris, l'une était sise place de la Madeleine, l'autre sur les Champs Elysées, chacune vivait sa vie en surveillant l'autre avec suspicion, le vin bouché ne pouvait bien évidemment se commettre avec celui de consommation courante. Mais comme les voies des buveurs sont impénétrables, que la France s'enrichissait, s'ouvrait, que nos voisins et nos cousins se mettaient à apprécier notre breuvage national sous le couvert de noms prestigieux, le déclin des gens d'en bas profitait aux gens d'en haut. Alors roule Mimille, plein pôt, la vieille maison est accueillante, elle engrange, découpe, délimite, déguste, l'heure est au blizkrieg et plus rien ne pourra arrêter la résistible ascension...

Tout allait bien dans le meilleur des mondes avant qu'un oiseau de mauvaise augure pointe le doigt sur le Nouveau Monde et dans un poulet drôlement ficelé ôse faire remarquer que dans l'auguste maison il faudrait balayer devant la porte, faire un peu de rangement pour que ces foutus nouveaux buveurs s'y retrouvent. Le problème c'est que la gente masculine, ultra-majoritaire dans toutes les maisons, n'a jamais ou si peu, fait le ménage, repassé sa chemise, la ranger et que c'est toujours aux autres de le faire : épouse, compagne, femme de ménage... Résultat : on veut bien faire le tri mais ce dont on ne veut pas on le dépose sur le palier d'en face et que ces braves gens qui ont ramé, trimé, obscurs et besogneux, se démerdent. Nous, ou une partie d'entre-nous, est dans la mouise, alors on veut garder le beurre, l'argent du beurre et la crémière en sus.

Pour sortir de ce petit jeu c'est tout simple : une seule maison, cohabitation au sens originel où plusieurs familles vivent sous le même toit, pas forcément ensemble, se parlent, se donnent des règles de vie commune, gère la co-propriété, font par le fait même des économies de structures : charges communes, font en sorte que le bien commun : la viticulture française soit en ordre de marche, s'enrichisse, se développe, ravale sa façade : une bonne image extérieure est un plus, améliore les parties communes, rendent les appartements à tous les étages agréables et accueillants. Bien sûr, comme dans toute communauté il y aura des frictions, des mauvais coucheurs, des envieux, des qui voudraient s'étendre, j'en passe... C'est l'intérêt du toit commun, de l'arbitrage obligé, de la recherche de solutions pragmatiques et viables. Ce ne sont pas les commissions théodules qui balaieront devant leurs portes, qui feront du tri sélectif mais, comme ils ont déjà commencé à le faire, nos consommateurs... Moi le premier car je ne bois pas des discours, aussi beaux et lyriques soient-ils, mais du vin qu'il soit d'en haut ou d'en bas...

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents