Samedi 6 février 2010 6 06 /02 /Fév /2010 00:04

Genou-6746.JPG

 

De grâce chers lecteurs et lectrices surtout, ne criez pas à la provocation, ne jetez pas ce message dans les tréfonds de votre poubelle. C'est une recette très sérieuse dans la lignée de ma chronique Accords&désaccords : quel Vin va bien au teint de la tête de veau ? ICI-> sur le labeur méconnu du tripier et pour faire suite à celle sur le seul chemin qui mène au Conservatoire International du Bien Vivre ICI-> ) je vous propose d’exercer vos talents, pour ceux qui ne l’auraient déjà fait, sur une nouvelle épreuve.

 

La base de celle-ci est un livre « Beurk ! c’est bon » rassemblant « 46 recettes pour apprendre à cuisiner et à se délecter des produits beurks » de Julien Foulin  et Blandine Boyer publié aux éditions du Rouergue www.lerouergue.com car, comme l’indique, la quatrième de couverture « La cuisine, c’est comme le rapport à l’autre, il ne faut pas se fier à l’apparence. Ce n’est pas parce que le poulpe fait peur avec ses longs tentacules, qu’il n’est pas succulent en salade ou en ragoût. Ce n’est pas parce qu’un fromage sent très fort les pieds, qu’il n’a pas un bon goût en bouche. Ce n’est pas parce que la simple idée de manger des tripes d’un animal fait fuir, qu’il ne faut pas y goûter. La nature regorge de produits bizarres, laids, biscornus, rabougris, puants, bref dégoûtants et malgré tout savoureux. »

Cette seconde épreuve est du même tonneau que la première : l’accord de ces mets Beurks avec les vins de votre cru. Cultiver la différence, en notre monde si conformiste, si politiquement correct, est un luxe que les gens devraient savoir utiliser à bon escient pour sortir la tête hors du troupeau mais comme le disait ma mémé Marie ça les « asirent » - du verbe asirer = dégoûter – nos petits communicants frileux qui préfèrent s’en tenir aux chemins balisés. À noter pour mettre une touche postmoderne à mes propos que les fameux sushis qui font fureurs sont préparés avec du poisson cru : beurk !

 

1-     Salade de hampe et oreilles de cochon façon Thaïe « la hampe, encore un de ces produits moches comme tout dont la beauté intérieure parle aux initiés (dont je suis bien sûr). Avec son aspect naturellement un peu anémié, elle remporte haut la main le dernier prix au concours du beau steak. Quant aux oreilles, ce n’est guère mieux... »


2-    Spaghettis aux œufs de mulet « Le mulet n’est pas qu’un poisson qui racle les fonds des ports pollués. C’est un excellent poisson de mer, à la chair ferme et dont les œufs séchés, souvent qualifiés de « caviar de la Méditerranée (poutargue) possèdent un goût puissant et iodé. »


3-    Endives Gratinées au Trou du Cru « le Trou  du cru est un fromage élaboré en Côte-d’Or, qui ressemble à un petit époisses. Il dégage de fortes odeurs, pour ne pas dire qu’il pue ! Pendant trois semaines, ce fromage est affiné au marc de Bourgogne et il en découle des arômes d’alcool aux senteurs de paille ».


4-    Ragoût de poulpe au vin, pommes vapeur « on dit souvent qu’il faut battre le poulpe pour l’attendrir pour l’attendrir, mais ce n’est pas obligatoire. On peut le congeler au préalable pour les rendre moins coriace, ou les faire cuire très longtemps à feu doux. Les petits poulpes sont meilleurs. Les tout petits peuvent se manger entiers, grillés ou pochés et préparés en salade. »


5-    Soupe d’ortie à l’andouille croustillante « une soupe de trucs qui piquent avec des rondelles de crétin, c’est le pompon ! » Êtes-vous andouille de Vire ou de Guéméné ?


6-    Brochettes de couilles d’agneau et merguez à la sauce tomate il s’agit d’animelles d’agneau Yves Camdeborde déclare « il ne faut surtout pas dévoiler ce que l’on prépare comme plat, sinon personne n’en mangera. Mais une fois  bien assaisonné, c’est très bon. En revanch, il faut que les couilles soient très fraîches, c’est le secret. »


7-    Tatin de boudin aux poires « Le mélange de la douce poire et du viril boudin, c’est juste à tomber sous le charme du cuistot. »  

 

 À vos souris, chers amies lectrices et amis lecteurs ! Le jeu en vaut la chandelle : la mention sur votre carte de visite de « Conservateur du Bien Vivre » c’est quand même plus « Vérigoud » que « Conservateur de Limonade, E je ne sais plus combien... »  et question à 1 caramel à 2 sous : qui est cet homme recherché par toutes les polices du goût ?

Chou-6748.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés