Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 09:40

Quitter ses espadrilles mais garder sa chemisette, c'est le retour dans la ville, Paris sous le soleil, alors pédaler tranquille, passer outre, réfréner une forte envie d'en découdre avec les amnésiques professionnels, tous ceux qui se rachètent une conduite en laissant entendre à qui veux bien l'entendre mais à la condition de ne pas dire à l'intéressé - moi en l'ocurence -  " que ce Berthomeau sent le gaz, car c'est un ennemi de l'intérieur, la troisième colonne, celui par qui le malheur est arrivé... ". Personna non grata en certaines enceintes, infréquentable je suis, après tout pour réformer un système dévoyé sans doute vaut-il mieux le faire avec ceux qui l'ont perverti, des experts en quelque sorte. J'exagère me direz-vous. A peine, la semaine passée m'a encore apporté la preuve, si tant est que j'eusse besoin de cette nouvelle dérobade, que ce n'est pas la girouette qui tourne mais le vent. Alors reste le temps, la patience, le sourire, le temps d'en rire, et puis un jour vient, celui où l'on reçoit avec un mépris poli les lettres de créance de ceux qui, la veille, changeaient de trottoir pour mieux le faire sans doute.

Voyez-vous chers lecteurs, un soir j'ai traversé Paris blotti dans un brancard gonflable, le deux tons n'était pas ministériel mais ambulancier, je ne sentais plus mon coeur : il battait la chamade sans vouloir redescendre, Lariboisière, le service cardiologique pour un beau cas de Wolf Parkinson White en crise aigu : induction parasite sur mon palpitant, de naissance, un court-circuit sans disjoncteur, se retrouver en slip dans un lit d'hôpital, se retrouver  petit homme alors que l'on se croyait important dans son grand bureau de la rue de Varenne, se faire choyer par un personnel hospitalier disponible et attentif, et puis un jour passer 6 heures sur une table d'op dans un service de pointe, petit laser filant le long de la fémorale, au septième tir l'induction parasite fut foudroyée, trois jours après je faisais du vélo dans mon Paris. Alors, chers amis, sentir, presque toucher la mort ne donne aucun droit particulier mais vous octroie la bonne distance entre l'accessoire et l'essentiel, entre la vanité et l'affirmation de soi, pour faire simple : vivre !

Je vous souhaite une bonne semaine à tous... 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

tchoo 14/06/2006 10:46

Moi en Père la morale passéiste?voilà qui va en faire rire certains!...........................

S.COUREAU 12/06/2006 23:44

On a fait beaucoup de maxime au XVII siecle, des livres entiers .... Tchoo est amateur de maxime  ..... Quelle bizarerie ! moi qui croyais que la mode était passée, avec nos ennuyeux auteurs classique ....
Et voilà que refait surface l'arriere garde passéiste de la sempiternelle morale classique menée tambour battant par le soldat tchoo ....
désolé, moi je préfère en rire aujourd'hui de peur d'avoir à en pleurer demain, plutôt Figaro que Bossuet plutôt un bon verre de vin que la grisaille !
 

tchoo 12/06/2006 11:36

Quand le sage montre les étoiles, l'idiot regarde le doigt!

S.COUREAU 12/06/2006 10:52

Cher Jacques vous avez bien raison, c'est pour cela et c'est promis que si on a un jour la chance de serencontrer je vous promets qu'on ouvrira un petit vin de derriere les fagots dont vous me direz des nouvelles ...
Histoire de relativiser et d'aller à l'essentiel.
Bien cordialement
 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents