Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 08:00

Pour ceux d'entre vous qui prendraient le train en marche les 5 premiers épisodes de cette pure fiction ont été mis en ligne entre le 22 mai et le 26 mai... Si vous souhaitez les lire faites un petit tirage papier et bonne lecture.

Soudain le jaunasse virait au cramoisi, se relevait tel un diable en boîte et balbutiait en triturant ses longues mains décharnées " désolé, je suis profondément désolé mademoiselle Fougère, je manque aux devoirs les plus élémentaires de la bienséance et je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Permettez-moi de vous présenter monsieur Léon Pochon, fils de Gustave Pochon un ami de notre Ministre... " La petite illuminait le malheureux d'un sourire moqueur pour mieux lui vendre un gros mensonge " monsieur Pochon et moi avons déjà fait connaissance avant votre arrivée. Il a beaucoup de conversation..." Léon, à son tour, prenait un ton pivoine qui ne l'empêchait pourtant pas, à son grand étonnement, de planter un regard franc dans les yeux de biche des bois de l'effrontée. Rassuré, le chef de cabinet débita son petit compliment.

L'exposé de l'affaire qui les rassemblait était simple. La demoiselle Fougère, prénommée Claire, devait faire, dans le cadre de son diplôme de 3ième cycle, un stage en entreprise, mais, pour des raisons trop longues à exposer en ce lieu, sa charmante mère, qui vous le comprendrez aisément cher monsieur, estimait plus convenable que vous le fissiez, chère mademoiselle, au plus prêt d'un lieu de pouvoir, a suggéré à notre Ministre que nous vous prissions en l'un de nos bureaux. L'austère peinait comme un diesel à mi-pente. Bon samaritain le petit Pochon vint à son secours " si je vous suis bien vous sollicitez mon soutien pour que je puisse guider la charmante Claire au travers des méandres de notre belle administration... " Soulagé, le comprimé opinait du bonnet. Perfide, même s'il subodorait déjà la réponse, Léon ajoutait " mais, si ça n'est pas indiscret et prématuré, à qui dois-je l'honneur de cette si agréable sollicitation ? "

La réponse fusait " à votre père qui à fait part à notre Ministre de vos éminentes prédispositions pour tout ce qui touche aux choses de l'informatique... " Cet hommage paternel, aussi insincère qu'intéressé, lui tirait un sourire carnassier avant qu'il n'ajoutât pince sans rire " et où donc devrais-je exercer mes talents monsieur le chef de cabinet ? " Peu sensible à l'humour ce dernier, tout entier habité par l'ampleur de ses hautes fonctions, très jugulaire, jugulaire, lui répondait sans sourciller " au bureau des interventions et des décorations qui est, vous vous en doutez cher monsieur Pochon, un lieu hautement stratégique de notre vénérable maison. Afin de ne pas chagriner le titulaire d'une aussi lourde charge le petit Pochon opinait en se fendant d'un large sourire et d'une oeuillade appuyée en direction de sa nouvelle protégée.

à suivre...  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents