Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 00:04

 
« À l’époque gallo-romaine, et alors que l’empereur Julien habitait le palais des Thermes, Paris, encore Lutèce, commençait à devenir un vignoble.

Après l’invasion franque, les jardins des villas abandonnées sur le plateau de la montagne Ste Géneviève et ses versants furent livrés à la culture, coupés de chemins qui les desservaient et habités par des laboureurs et des vignerons ; ils devinrent des clos plantés de vignes.

Les noms de ces clos sont venus jusqu’à nous et persistent dans quelques dénominations urbaines : le clos Gorgeau, qui a donné son nom à une rue ; le clos Hallier, où se trouve aujourd’hui la rue Bergère ; le clos Margot, à travers lequel on a percé la rue St Claude, au Marais ; le clos Saint-Symphorien, grand vignoble situé vers la rue de Reims ; le clos Bruneau, près la rue des Carmes ; le clos des Vignes, qui s’étendait de la rue des Saints-Pères à la rue Saint-Benoît ; le clos Saint-Etienne-des-Grès, contre l’église de ce nom ; le clos Sainte-Geneviève, non loin duquel se trouvait le pressoir du roi ; le clos Vigneron, remplacé par le jardin du Luxembourg ; le clos Garlande, le clos Saint Victor, le clos des Arènes et d’autres. Paris, dès Lutèce, n’est qu’une vigne. Il aurait pu pousser au premier rang des crus notoires, si, au clos Guerlande ou des Arènes, la nature avait bien voulu conférer quelques-uns des dons du clos Vougeot.

Le vignoble parisien est l’un des plus importants à l’époque franque. Il ne donne, cependant, qu’un vin léger, de conservation difficile. »Par un temps sec, il tire à l’aigre, au gras et au roux, et le plus souvent il est faible et sent son verjus. » Argenteuil et Suresnes n’en feront pas moins des vendanges attendues, et des vignes de Montmartre, dont nous avons vu la dernière, il sera souvent parlé dans les actes concernant la vieille abbaye.

Le Paris gallo-romain, émerveillé du succès de ces vignobles, en voulut rendre grâces ; mais à quels dieux ? Ceux des Gaulois, couronnés de feuilles de chêne, ne connaissaient pas le vin.»


 

Texte de Georges Montorgueil

 

 


à suivre samedi prochain

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents