Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 00:05

Dans l’avion du Glam, Michel Rocard, comme à son habitude potassait le dossier que je lui avais préparé. Nous allions au charbon : le Midi grondait et menaçait. En bon militant qu’il était, mon Ministre, avouait un faible pour les combats de ce pays. Aller au contact n’était pas pour lui déplaire. Moi j’étais dans mes petits souliers. Lorsque, le Mystère 20 aborda sa phase d’atterrissage de Béziers-Vias nous eûmes le sentiment que nous allions amerrir dans un océan de vignes. Souvenirs, souvenirs, certes, mais aussi un lien entre ce temps officiel où il a fallu, avec un certain courage, tirer un trait sur le passé et un temps, plus souterrain, imperceptible, où se levaient des hommes qui allaient prendre leur destin en mains. En 1974, Prosper et Louis-Marie Tesserenc ont été de ceux-là.

 

Ce dernier, suite à mon rapport, m’avait invité à l’AG des Cotes de Thongue à Valros. Le bougon des cépages était présent, plus bougon que jamais, mais lui aussi c’était le passé alors que mon hôte, lui, avec son regard pétillant d’intelligence et une jovialité communicative, incarnait ce que j’avais essayé de traduire dans les mots de mon rapport : « agir, plutôt que réagir » Bref, depuis cette soirée, comme certains le savent, je suis un addict « Cotes de Thongue » et Louis-Marie Tesserenc fait parti de ces hommes qu’il est important de croiser dans sa vie. Sur mes tablettes, depuis fort longtemps, j’avais inscrit le projet d’une chronique sur le domaine de l’Arjolle. Restait à la sentir, à lui donner la touche d’humanité, à l’écrire. Rien ne vaut pour ça une bonne discussion à bâtons rompus pour tenter de capter les petits riens qui font la différence.

 

Avec la reprise du domaine familial de 40 ha, les deux frères Prosper banquier en Afrique et Louis-Marie l’œnologue vont, comme tous les pionniers, pour relever les défis, chercher l’adéquation entre leur terroir et les cépages, des cépages venus d’ailleurs : sauvignon, viognier, réfléchir en liaison avec l’Agro de Montpellier sur ce qui se fait au Chili. Se tenir en éveil, être mobile, disponible permet de donner à leur liberté de choix du contenu et de saisir les opportunités des nouvelles demandes. L’irruption du fruit, ce raisin mûr et sain, avec plus de sucre et aussi d’alcool constitue pour le Languedoc, hors AOC, une chance à saisir. Les cépages ouvrent les portes des USA, du Japon, du Canada. Les lignes bougent. Ce pays immobile voit débarquer des gens du Nord. La diversité s’installe dans le Languedoc. C’est l’éveil de l’esprit vigneron : retrouver son vin sur une carte de restaurant, redonner du contenu avec le vivre ensemble au travers de l’aventure des Cotes de Thongue loin des traditionnelles oppositions caves particulières-coopératives et des clivages politiques traditionnels. Ouverture aussi avec le jumelage avec le vignoble hongrois proche du lac Balaton. Ce qu’il y a de passionnant dans l’histoire du domaine de l’Arjolle c’est qu’elle est intimement liée à une histoire collective d’un groupe d’hommes et de femmes. Ce n’est pas le chacun pour soi, trop souvent accolé à l’esprit pionnier, mais la conjugaison intelligente, sensible, de l’initiative individuelle et du sens du bien commun.

 

Autre trait qui me plaît à l’Arjolle, car c’est un trait de mon caractère, c’est l’éclectisme, ce goût de la recherche, cette capacité d’ouverture pour aller sur des terrains où d’autres ne se risquent pas. Cultiver sa différence : 40% de vins blancs, du muté sur grains de Merlot, implanter 1 ha de Zinfandel  et bientôt 1 ha de Carmenere, c’est un beau pied de nez aux conservateurs de tous poils. Même si je vais choquer certains, pour moi, les Tesserenc comme le noyau des vignerons des Cotes de Thongue sont en capacité, au travers de l’AOP, de redonner des couleurs et de l’envie à une nouvelle génération de vignerons du Sud. L’excellence c’est aussi cette capacité d’aller vers la modernité sans pour autant galvauder ses racines. Tel était l’esprit des pères fondateurs. Bref, comme à l’accoutumé je m’enflamme mais c’est pour la bonne cause. De plus, l’aventure de l’Arjolle est une aventure familiale, les voilà maintenant, après le départ à la retraite de Prosper, 6 associés : Louis-Marie, bien sûr, Charles Duby et Guilhem de Fozières des beaux-frères depuis 1986, en 1992 Roland le fils de Prosper et à l’aube du XXIe siècle François fils de Louis-Marie et Roch fils de Prosper. 100 hectares cultivés et 80 hectares de vignes en production. Vivre au pays, comme le clamaient ceux que nous rencontrions en 1983 avec Michel Rocard, quelle chance, surtout lorsque c’est pour exporter 80% de ses vins, participer au rayonnement de notre vieux pays et faire que tout autour il y ait des voisins, des gens qui viennent au caveau, qui se parlent, qui vivent quoi messieurs les tristes sires qui veulent nous priver de cet art de vivre, du bien vivre à Pouzolles comme à la terrasse du Daguerre.

 

Comme toujours je suis un peu bavard et certains vont me reprocher de ne pas écrire sur les vins de l’Arjolle. J’en conviens mais pour ma défense je peux vous affirmer qu’ils sont à l’image de Louis-Marie Tesserenc : ils ont du caractère, de la personnalité, du charme et ce je ne sais quoi de convivialité qui fait qu’ils ont un goût de revenez-y. Vraiment je vous invite à aller d’abord faire un petit tour sur le site du domaine pour les découvrir  www.arjolle.com puis si vous passez dans la région à faire un saut jusqu’à Pouzolles pour déguster les vins, bien sûr, mais aussi apprécier l’architecture du chais du domaine. Là aussi le geste traduit l’état d’esprit de pionnier des Tesserenc.



Rappel : adhérez à l'ABV pour que triomphe le bien vivre à la française : pour les formalités d'adhésion vous reporter à la fin de la chronique d'hier en cliquant sur son titre (colonne de droite du blog). J'y reviendrai car seul un vrai réseau amical et convivial nous permettra de mener à bien le combat contre les sinistres cavaliers de l'Apocalypse de l'abstinence. Et ne me dites pas que vous n'avez pas le temps !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

radiateur inertie 25/06/2009 07:14

C'est un réel plaisir de vous lire ! Merci

bonus bwin 04/06/2009 15:38

Effectivement les vins de l'Arjolle valent le détour. Il faut bien reconnaître que les crus du midi sont pour la plupart très réussis avec un vrai plaisir en bouche...

Gwenaël Thomas 04/03/2009 21:02

Vous l'avez dit, et j'ose le répéter, les côtes de Thongue sont un "noyau de vignerons" où, dans chaque cave, des hommes attentifs, méticuleux et souvent trop discrets, excellent dans l'art d'exprimer leur terroir. Inutile de les citer, ils se trouvent sur toutes les routes de cette mini appellation

Bwin 03/03/2009 11:46

Article très intéressant. je vais de ce pas faire un visite de ce site... Habitant à l'etrager, je peux vous dire une chose qui manque aux français de toutes ages : notre culture gastronomique.
Merci de la faire partager.

clavel 03/03/2009 09:13

Je dois ajouter à cette belle description d'une réussite professionnelle et familiale, un exemple agronomique viticole exceptionnel. On met en avant maintenant, dans la conduite de la vigne, la vie du sol qu'il faut protéger et entretenir. C'est à l'Arjolle que j'ai découvert, dans les années 1980, des vignerons qui élaboraient avec le marc de distillation de la proche coopérative, le fumier de bergerie et divers autres apports humiques, un volume important de compost qui était répendu dans les vignes. C'est à partir de ça que Jean Pierre Argilier a élaboré sa méthode culturale de vie des sols, avec la présence indispensable des vers de terre et des plantes à racines pivotantes enfouies au printemps, toutes choses qui permettent aux pluies de pénétrer profondément dans le sol, contrairement aux vignes desherbées chimiquement sur lesquel l'eau circule sans s'arrêter. Il fallait le faire à l'époque ou la théorie enseignée était plus vers le tout chimie, la mécanisation lourde, et la productivité du travail, 1 UTH pour 20 ha. de vignes.
Merci Jacques d'avoir mis en avant cette réussite languedocienne, alors que Midi Libre de ce jour a rempli de pleines pages sur les problèmes de la filière et l'explosion du domaine de la Beaume, non loin de Pouzolles, domaine propriété des Grands Chais de France.
JC

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents