Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 00:08

 

Comme vous le savez j’adore les vaches et, comme tous les ans à la même époque, plaqué sur le flanc des bus de la RATP, affiché dans les couloirs du métro, un bovin aux yeux tendres me contemple. C’est l’emblème de la Grande Ferme de la Porte de Versailles, qui va se dérouler du 21 février au 1er mars, comme vont le dire les présentateurs de la télé, « l’incontournable rendez-vous de l’Agriculture Française ». Rassurante image nourricière que cette brave vache égarée dans la ville où beaucoup d’enfants n’en ont jamais vu en vrai. Gentil barnum fleurant la bouse de vache, le sandwiche au pâté, la saucisse grillée et autres fragrances de kermesse paroissiale. Rassurez-vous je ne vais pas vous la jouer dans le ton j’ironise. Pour les nouveaux venus sur cet espace de liberté, ou les anciens qui aimeraient me relire, en 2007, j’avais commis 4 chroniques sur le Salon de l’Agriculture. Si ça vous chante je vous en indique les liens.

Au cul des vaches avec une anglaise... http://www.berthomeau.com/article-5880006.html Quelle est la profondeur des Terroirs de France ? http://www.berthomeau.com/article-5883633.html La vengeance est un plat qui se mange froid http://www.berthomeau.com/article-5886568.html Avec Carrefour je négative ! http://www.berthomeau.com/article-5890899.html


Mon propos ce matin est plus circonscrit et peu se résumer ainsi : pourquoi diable dans la belle vitrine de l’agriculture planque-t-on le vin ? Pourquoi les bovins plutôt que les beaux vins ? Bien sûr, certains vont me rétorquer que les vins sont présents dans l’espace des provinces de France. J’en conviens mais mon propos est plus pointu, il se fonde sur deux de mes lectures récentes : un papier de
Jean-Yves Nau dans le Monde Argent : « Pourquoi la vigne rend les Français « schizophrènes ? » et un courrier adressé au tout nouveau Ministre de la relance, Patrick Devedjian par Jean-Charles Tastavy président des Vignerons indépendants de l’Hérault, qui s’étonne auprès de lui que la viticulture, qui est pourtant un élément fort de la balance commerciale, soit l’oubliée du plan de relance.


Je cite Jean-Yves Nau
 : « Ceux qui entretiennent quelques relations dans les cénacles internationaux des grands amateurs de vin ont appris à connaître l'un des plus troublants paradoxes dont peut aujourd'hui souffrir l'Hexagone. " Pourquoi prendre à ce point plaisir à vous tirer une balle dans le pied ? ", vous demande-t-on sans rire à Londres ou à Tokyo, à Genève comme à Bruxelles. Comment comprendre, en d'autres termes, que l'Hexagone ne veuille plus officiellement se reconnaître dans l'ensemble de ses vins, dans ceux qui les élaborent ou qui en font le commerce ?

Longtemps clé de voûte de la planète viticole, la France semble ainsi mener depuis quelques années une forme de guerre suicidaire contre ce qui, vu de l'étranger, constitue un patrimoine agricole sensoriel et culturel sans véritable équivalent.

Les symptômes de ce désamour sont multiples et croissants. Quand la vente des centrales nucléaires, des rames de TGV ou d'Airbus fait les gros titres, aucun responsable gouvernemental n'ose se féliciter publiquement du fait que la France a, en 2007, exporté pour plus de 7 milliards d'euros de vins. Et c'est dans le silence feutré du Sénat que Michel Barnier, le ministre de l'agriculture, rappelait il y a quelques semaines que " les exportations françaises de vins et de spiritueux jouent un rôle décisif dans le solde positif de la balance commerciale des produits agricoles et agroalimentaires " et que " ce secteur économique rivalise même dans sa fonction exportatrice avec des productions industrielles prestigieuses ".

Autres symptômes, nullement anecdotiques : le précédent président de la République affichait ses goûts pour une bière étrangère et l'actuel ne fait nul mystère de sa méconnaissance de cette richesse nationale. Roland Barthes traiterait-il aujourd'hui du vin comme il le fit il y a un demi-siècle dans Mythologies ? Quel intellectuel oserait encore soutenir que le vin " est perçu par la nation française comme un bien qui lui est propre, au même titre que ses 360 espèces de fromages et que sa culture " ? Qui oserait encore voir en lui, comme Barthes en 1957, une " boisson-totem " ?


Je cite Jean-Charles Tastavy
qui souligne que la tendance mondiale est à l'augmentation de la consommation et que par manque de compétitivité, la France n'en profite pas. « Si Airbus qui avait accueilli le premier déplacement officiel du Président de la République, et l’automobile font l’objet de toutes les attentions, nous sommes contraints de déplorer que le vin, premier poste excédentaire de la balance commerciale, n’est pas en pole position dans les préoccupations gouvernementales (...).

Pourtant, on peut affirmer que si la filière viticole française retrouvait la compétitivité qui lui fait défaut, les chiffres du commerce extérieur ne s’en porteraient que mieux, au bénéfice logique des finances publiques. Au regard de sa structure actuelle en terme : d’emploi, de taille d’entreprise et de structures juridiques, la filière viticole n’éprouve aucune difficulté pour répondre aux conditions de base du plan de relance. Nous nous engageons sans problème à ne pas délocaliser nos entreprises, à ne pas nous accorder de salaires faramineux ni de parachutes dorés… »


Pourquoi diable notre beau secteur n’est-il pas perçu par les décideurs publics ou privés comme une grande industrie stratégique ? Tout bêtement, si je puis me permettre de l’écrire, parce que la France, « honteuse » de l'héritage de son gros rouge, n’a pas voulu s’assumer comme le plus grand pays généraliste du vin. Pendant fort longtemps, nos amis de la RVF en tête, n’ont chanté que les Grands Crus et les petits vignerons – je ne leur reproche pas d’ailleurs – pendant qu’à l’INAO la grande dérive s’amplifiait. Dans mes postes de responsabilité pour mes interlocuteurs non spécialistes du secteur du vin leur vision était d’un simplisme déroutant : d’un côté les vins des châteaux qui se vendent tous seuls, de l’autre la marée rouge du Midi qui sporadiquement « fout le bordel » et coûte du fric. Le vin n'est plus une boisson populaire et Roland Barthes n'écrirait plus une ligne sur lui sauf, peut-être, à constater qu'il est devenu "la danseuse" des Grands et le nectar favori des bobos. J'exagère le trait bien sûr mais on ne peut vouloir une chose et son contraire. 

En effet, tout le monde oublie, ou fait semblant, que l’essentiel des bons chiffres du commerce extérieur, outre bien sûr les icones bordelais et bourguignons, est le fait de produits marquetés Champagne et Cognac, et de vins dont la noblesse n’est pas avérée. On ne peut à la fois se comparer à Airbus et laisser accroire qu’on peut s’attaquer aux marchés de masse en enfourchant sa mobylette bleue. Pendant que les vins du Nouveau Monde réinventaient le vin de monsieur et madame tout le monde, créant ainsi de nouveaux consommateurs, nous, nous nous complaisions dans nos débats fumeux débouchant sur du surplace. Les cris d’orfraies sur les « vins dit industriels », formatés, boisés ou lobotomisés nous ont fait oublier l’essentiel : savoir-faire des vins de tous les jours à la portée du plus grand nombre. Quelle malédiction, quel opprobre devraient être jetés sur des viticulteurs producteurs de raisins qui veulent vivre de travail ? De quel droit certains les tiennent-ils dans un tel mépris ?  

Alors il est trop commode pour se dédouaner de ne pointer le doigt que sur d’autres fautifs. Tout le monde connaît mon engagement ancien et constant contre l’hygiénisme mais attribuer à ses ayatollahs, et à eux seuls, le désamour du vin par les politiques, c’est se leurrer. C’est se mentir à soi-même. Si le vin n’est pas populaire c’est que beaucoup de ses défenseurs l’ont isolé dans un élitisme ravageur. Chacun doit ratisser devant sa porte. Je l’ai fait, pour ma part, en 2001 ce qui ma valu de me faire moquer par les beaux esprits, vilipender par les chefs de tribus et placardiser pour cause d’avoir dit tout haut ce que la majorité pensait tout bas.

Que disais-je de si horrible ? Tout bêtement que nous étions en position de répondre aux défis des vins du Nouveau si nous acceptions de piloter nos grands vignobles volumiques par l’aval. Qu’on ne vend pas des millions de cols comme deux cartons au caveau de sa cave. J’ajoutais que, si tel n’était pas notre choix, nous arracherions des vignes ce qui, dans un marché mondial du vin en plein développement, équivaut à délocaliser une grande part de notre vignoble. Pour autant mettais-je en cause nos AOC, nos vins de terroir ? Bien sûr que non, je leur demandais de revenir à leurs fondamentaux, ce que René Renou, président du CN de l’INAO s’évertua à promouvoir.

Nous récoltons en grande partie ce nous avons semé alors, au lieu de geindre, de quémander, de dire que c’est la faute des autres, de nous plaindre que l’on ne nous aime pas, de chercher des boucs émissaires, ne pourrions-nous pas retrouver l’esprit qui prévalait au sein du groupe de réflexion stratégique fait de respect mutuel, de convivialité, du souci de construire, d’explorer des pistes, d’œuvrer en oubliant pour un temps « sa casquette syndicale » pour que notre beau et grand secteur se prenne en charge et présente à l’extérieur l’image d’une industrie essentielle pour l’avenir de la France. Je sais que ça fait envolée de fin de banquet mais peu importe au moins à la fin des banquets, dans l’euphorie de la bonne chère et du bien boire, les mots avaient parfois de belles couleurs.

 

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Hub 22/02/2009 20:27

Pourquoi "surtout" en Alsace ?
Concernant la viticulture, je crois que la proximité de l'Allemagne a fait que le bio et la biodynamie sont aparrus assez tôt dans la région. Pierre Frick est en bio depuis 1970 et en BD depuis 1981. Marc Kreydenweiss depuis 1990, Eugène Meyer, un autre pionnier, depuis 1969.
Bien sûr, ici comme ailleurs, c'est encore une minorité. Moins de 4% des viticuteurs (mais plus de 10% de ceux qui mettent eux-mêmes en bouteille) travaillent en bio ou BD.
Il reste du chemin à faire !

Hub 22/02/2009 09:58

Je ne sais pas si la viticulture et à ce point absente du SIA. Mais mon quotidien régional (Dernières Nouvelles d'Alsace) consacre ce samedi un supplément de 8 pages au salon. 2 pages ont dédiées à la viticulture, dont une à la viticulture bio et BD. L'enjeu de réduction de l'usage des pesticides et engrais de synthèse est également largement traité, ainsi que la production d'énergie "verte", la vente directe au consommateur qui se développe, ... etc.
En résumé, cela donne l'impression que l'agriculture fait sa révolution verte, pour être au RDV des grands enjeux sociétaux et environnementaux où on l'attend.

JACQUES BERTHOMEAU 22/02/2009 14:38


C'est beau mais est-ce vraiment la réalité surtout en Alsace...


Michel Smith 19/02/2009 12:05

Cancer, crise du vin, institut national, barricades aux Antilles, discours présidentiel... La journée commence si mal que je file boire mon verre de grenache dans mon bistrot à vins favori pour ensuite allumer un cigare dans mon bureau et m'offrir un ti punch au rhum agricole ce soir avant de m'écrouler sur mon lit. Courage, fuyons !

pierre cambar 19/02/2009 10:03

Jacques
merci à nouveau de grand souffle d'air frais à la veille du salon
au plaisir de te voir au salon
espace aquitaine hall 1 E 24

bien amicalement

pierre

gus 19/02/2009 08:14

Bien sur que les viticulteurs sont paranos,mais comment peut il en être autrement quand régulièrement le produit de leur travail est sanitairement décrié.Pas plus tard que hier,un rapport de l'inca faisait la une des médias en nous assénant que le vin était cause de cancer des la première goutte bue!Au passage,la viande rouge est elle aussi mise au banc de accusés.Pour peu que l'affiche 2010 du musée de l'agr...pardon,du salon de l'agriculture soit censurée de son joli bovin....

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents