Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 00:19

Les présidents de nos belles Régions, comme tous les politiques, adorent les inaugurations. Au milieu d’autres présidents, des professionnels comme on dit – je n’ai jamais rencontré en ces lieux d’amateurs, même si y’a beaucoup d’amateur pour ce type de maroquin –  serrés comme des poussins autour d’une mère poule – c’est pour être sur la photo – tout sourire, l’air entendu de celui qui en est, il coupe le ruban, puis après avoir supporté une tapée de discours de quelques-uns des chefs de tribu, il monte à la tribune pour infliger un laïus à des invités courageux, plus amateurs de petits fours que de message présidentiel, subissant sans broncher ce flux verbal d’ordinaire soporifique et convenu.

 

Tel n’est pas le cas avec le grand  Georges, président de « South of France », en général, avec lui, on n’est pas venu pour rien au petit pince-fesses inaugural, ça déménage et ça décoiffe sec. Je passe sur les avoinées régulièrement passées aux généraux de l’armée mexicaine bardés de décorations gagnées sur des champs de batailles fantasmés, pour m’arrêter sur un grand classique « Frèchien » : le challenge mondial. Tel fut le cas lors de l’inauguration du dernier Salon Millésime Bio – j’ai adoré la photo, que des fondus du bio comme l’inusable Ray-Ban et Perfecto – puisqu’il a tout simplement affirmé qu’il voulait « faire du Languedoc-Roussillon le leader mondial des vins bios » Bravo Georges ! Chapeau ! Très beau challenge ! Bien sûr, pour toucher la manne présidentielle, sans barguigner faudra que nos petits bios se rangent sous la bannière « Sud de France » qui, comme chacun sait, est un plus déterminant dans la compétition mondiale : dans l’Upper East Side c’est le must « Waiter the South of France for the girls ! » Bordeaux tremble. Je rigole mais les grands présidents ont tous leurs lubies faut pas les contrarier, surtout notre grand Georges qui dégaine très vite. Au moins, en voilà un pour qui le mot entreprise ne lui écorche pas la bouche « Venez avec vos dossiers l'esprit combattant et le sabre au clair ! Chargez ! ». J'en tressaille comme si je contemplais la charge de la brigade légère.

 

Bref, je digresse mais, si ce matin, je fais dans le Bio c’est que j’ai découvert que notre pays s’est doté d’une Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique, en langage communicant : Agence Bio. En France on raffole des Agences, ça rassure, ça fait plus sérieux que les Commissions. Bon je ne veux pas ironiser mais on a eu l’ADEME pour les économies d’énergies ce qui ne nous a pas empêché d’être à la traîne dans ce domaine. Va pour l’Agence Bio www.agencebio.org  qui, pour bien démontrer son utilité, s’est doté d’un baromètre issu d’une enquête quantitative menée par le CSA en face à face à domicile du 21 octobre au 31 octobre 2008 auprès d’un échantillon de 1050 personnes représentatif de la population française. Bon, je ne suis pas un fada des enquêtes qualitatives en tête à tête où le sondeur à une capacité d’orientation sur le sondé et le sondé une certaine tendance à se valoriser, donc à aller dans le sens voulu par les sondeurs. Je ne vais pas aujourd’hui entrer dans le détail de l’enquête (il me faut du temps pour l’analyser, la présentation du dossier date d’hier) qui titre « Produits BIO : Solides face à la crise, les indicateurs de consommation restent au vert ! » mais m’arrêter sur une seule rubrique.

 

Les produits bio recrutent et fidélisent

 

« Les consommateurs-acheteurs de bio ont une ancienneté moyenne de consommation de 9 ans. Mais on note une nette tendance au recrutement avec 21% de nouveaux consommateurs de moins de 2 ans d’ancienneté.

Le produit ayant le plus fort taux de recrutement de nouveaux consommateurs en 2008 est le vin issu de  raisins de l’agriculture bio (29% des consommateurs de moins d’1 an). »

 

Je m’en tiens là. Mes petites rubriques Nature&Découvertes, les bios-bons
http://www.berthomeau.com/article-18043962.html http://www.berthomeau.com/article-18466281.html

http://www.berthomeau.com/article-18520151.html

le pressentaient, le vin est sorti du ghetto dans lequel certains purs et durs du bio l’avaient enfermé. Il séduit les nouvelles couches de consommateurs. Le grand Jojo n’a pas tort c’est un créneau d’avenir mais ces vins, comme les autres, il faudra savoir les vendre en dehors des purs circuits spécialisés. Affaire à suivre dans une prochaine chronique...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents