Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 08:00

Avertissement de l'auteur : ceci est une pure fiction

Aux alentours de cinq heures le vide se fit autour de lui. Resté seul à l'étage le petit Pochon ouvrait sa messagerie de coeur. Elle était pleine à craquer. Découragé par l'abondance il fut à deux doigts de la refermer sans même avoir consulté les messages de ses belles enamourées. Par bonheur, l'intitulé de l'un d'eux l'intrigua. Il le lut à haute voix " Vigneronne accorte, vigoureuse et sérieuse, cherche tendresse et pense frapper à la bonne adresse..." Souffle court, intrigué, il cliquait sur l'icône et le texte s'épandait sur toute la surface de son écran. Un texte charmant, vivant qui le plongeait dans un abîme de perplexité. Une pièce jointe y était annexée. Il l'ouvrait. Après un temps de chargement une photo en pieds de la Lucienne en question - c'était le prénom de la signature du texte bien tourné - le contemplait tout sourire. La totale aurait dit ce chenapan d'Alex, son neveu, le fils de sa soeur, la dame d'un certain âge ne doutait de rien et, à son grand étonnement, il trouvait ça bien. Elle n'avait pas jeté son dévolu sur sa petite personne au hasard, son choix relevait d'une vraie étude de marché. Pour ceux que ça choquerait, rappelons que dans le domaine de la tendresse c'est une aussi jolie façon de faire que de s'en remettre aux habituelles conventions.

Avec sa pointe Bic qui ressemblait à une rognure d'asperge, le petit Pochon dessinait un grand coeur sur un bloc sténo et, avec application, d'une oreillette à l'autre, il mêlait leurs prénoms : Lucienne et Léon, puis d'un geste vif, le transperçait d'une flèche. Sur l'écran, impassible, Lucienne observait ses enfantillages avec bienveillance. Au fur et à mesure des minutes qui s'égrenaient le petit Pochon trouvait à cette femme tombée du ciel des qualités qui transcendaient le seul attrait des 40 hectares de vigne d'un bon terroir dont je tairais le nom pour de bonnes raisons. Lucienne était simple et habillée avec goût, elle écrivait dans une langue précise et agréable, elle s'exprimait avec franchise et humour, ce qui,  par les temps qui courrent, est rare. Léon n'aimait rien tant que la rareté, les êtres au bord des lignes, ceux qui s'exposent sans pour autant se mettre en avant, les aventuriers du quotidien qui chaque matin ont le courage de prendre leur vie comme elle vient, avec bonheur et pugnacité.

à suivre   

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents