Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 08:36

Par ces temps de cuves pleines, d'excédents, certains pensent et déclarent qu'il eut suffit, pour ne pas en être réduit à une destruction massive du produit, de faire beaucoup de promotion et de jeter sur les routes ou d'embarquer dans des avions une armada de vendeurs pour vendre ce vin à toutes ces bouches qui viennent tout juste d'y goûter. Vision du marché à l'image de notre parcellisation : nous ne manquons pas de vendeurs de vins nous souffrons cruellement d'un manque de vins vendeurs.

Traduit en cols notre excédent se situe dans les 500 millions de cols, une paille donc, l'épaisseur du trait, une pécadille qui n'est pas le résultat d'une quelconque fatalité. Je m'explique. Pour en arriver là nous avons produit du raisin en "contrôlant" les rendements, vendangé ce raisin, vinifié ce raisin, enrichit le moût avec du sucre ou des moûts concentrés, agréé ce vin, stocké ce vin... Le metteurs en marché pour se donner un peu d'air ont du "vendre" moins cher que moins cher une partie de ces vins et participé à l'effet dominos sur les prix. Au bout du bout ces vins vont être distillé avec des aides de l'Union, de la France et même des producteurs eux-mêmes qui vont s'endetter pour détruire. L'alcool de carburation s'écoulait à 40 euros/hl en 2005. Avec la hausse du baril de pétrole on peut espérer un peu mieux.

Mais, m'objectera-t-on, c'est la faute aux autres (les barbares du Nouveau-Monde et les vieux ennemis de l'intérieur) si nous en sommes réduits à de telles extrémités. Amnésie collective et refus de choisir une politique générant un flux de vins vendeurs nous ont conduit à cette situation. Si l'on veut bien revenir au cep de vigne qui produit du raisin est-ce commettre un "crime" contre le vin que d'imaginer qu'une partie de ce raisin puisse être distrait de la vinification pour produire des moûts concentrés destinés à l'enrichissement de tous nos vins (plus de sucre de betteraves) ou des jus de raisin (bien sûr sur des parcelles identifiées afin de jouer la carte du rendement optimal) ; suite à ce premier tri est-il tout aussi économiquement incorrect de souhaiter qu'en dehors des vins prévendus ou presque, la vinification des grands volumes soient pilotés par ceux qui vont les vendre ?

Se contenter d'arracher des vignes et de distiller faute de mieux ne nous mettra pas en situation de reprendre les parts de marché perdues faute de pouvoir proposer des vins vendeurs. C'est quoi un vin vendeur ? C'est un vin qui conquiert le droit de figurer sur un linéaire, qui par ses qualités propres et, pas seulement ses apparences, plaît à un consommateur qui y revient, qui le retrouve et ainsi se fidélise. C'est désespéremment basique, mais ça fait des millions de cols qui génèrent des petits sous qui permettent de mettre en avant le produit et de gagner des parts de marché et de lancer nos vendeurs à l'assaut des marchés émergents. Bon quand est-ce qu'on s'y colle ? Moi je suis partant pour l'aventure... 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

S.COUREAU 03/05/2006 22:34

Cher Jacques,
Dois je comprendre en vous lisant que vous voulez vous essayer à la commercialisation des "vins vendeurs" ?
Ce serait une occasion idéale de mettre en pratique vos idées.
Si c'est le cas, surtout ne moubliez pas je suis prêt à participer, je pense que se sera encore plus aventureux, que les expéditions coloniales dont vous parliez tantôt .... et qui sait peut-être aurons nous droit à une plaque commémorative à la fin ?

SG 03/05/2006 12:56

Au sujet du MCR, ne risquons nous pas de mettre en place de grosses structures (équipées  en osmose inverse) qui planterons des vignes dans le but de faire du MCR. Et ainsi, ne retirer en aucun cas, des volumes de raisin du marché.
Ensuite, il est acquis de diriger sa vinification afin d'obtenir un vin 'sur-mesure', en fonction des goût du client (surtout à l'export).

Jean Clavel 03/05/2006 10:32

quand est ce qu'on s'y colle? Mais les propositions qui mobilisent actuellement les responsables professionnels, c'est de l'institutionnel, on tente de réformer des structures viticoles para-publiques, des méthodes d'agrément, peut être est ce des choses nécessaires , mais  rien qui aura des effets sur la mise en marché. Les professionnels de la vente qui sont au contact du marché international disent des choses qui ne sont pas entendues par ceux qui discutent du sexe des anges et sont dans les avions vers Paris le mardi matin. L'un me disait récemment , en Languedoc notre capacité globale de vente et la nature de nos produits sont à peine à plus de 50% de notre production, que faire du reste ?

tchoo 03/05/2006 09:49

Combien vous avez raison, mais aussi, notre "armada" de vendeurs n'a pas été non plus à la hauteur, ne serait-ce par le retour d'infos du marché qui a subit quelques interférences.Alors oui remettre en avant les attentes du marché pour produire, oui trois fois oui, mais reprendre du dynamisme commercial pour inciter les acheteurs à reprendre nos produits et imposer une image positive de nos vins quelques peu écornée ici où là

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents