Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 09:15

Hier, j'ai gravi avec humilité la montagne Ste Geneviève. Rassurez-vous, en dépit du renouveau des chemins de croix, ce n'était pas un Golgotha après l'heure. Tout au contraire, juché sur mon grand destrier noir, je contournais le Panthéon pour me rendre 2 rue de l'Ecole Polytechnique afin d'y déjeuner au bistrot "Les Pipos"; un troquet qui serait bien tropti pour accueillir en congrès nos joueurs de pipos mais qu'a une grande et belle ardoise de vins.

C'est le nouveau-né de Catherine, le 2005, son premier, que je suis allé découvrir sur les hauteurs de Lutèce. Pour les ex de Cap 2010 Catherine c'est Catherine Bernard qui, au temps où ils pensaient à compte d'auteur, pigeait, pas du vin alors, mais de la copie pour Libé et la Tribune. Moi, sitôt mon rapport de 2001 pondu, elle m'avait cuisiné des heures à la terrasse d'un café de la place de la Comédie. Précise, rigoureuse, accrocheuse et rieuse aussi, une pro comme on aimerait bien en croiser plus souvent. Avec ses papiers elle donnait des boutons à la conseillère du Ministre, vraiment une drôle de paroisienne Catherine qui pointait souvent sa plume là où ça dérangeait.

Bref, elle a bien tourné notre Catherine puisque la voilà aujourd'hui vigneronne à Castelnau-le-Lez dans l'Hérault. Elle a remis son sarrau, la théorie et la pratique, et c'est la bouteille de son premier vin qu'on posait sur la nappe à carreaux rouge et blanc. Du côté habillage c'est à son image, sans fanfreluches, une étiquette qui annonce sa bannière : COTEAUX DU LANGUEDOC avec en-dessous Appellation Coteaux du Languedoc Contrôlé et encore au-dessous, en discret, Catherine Bernard.  

J'suis un peu ému, trouver mes mots. Pas de cinéma, je goûte ! Bon faut que je me lance : j'aime ! j'aime beaucoup ! un vin rieur, d'un grand rire franc, qui vous donne plaisir, il a un petit air de chez nous Catherine, la patte de la vigeronne, de la belle ouvrage, fine et aérienne, la touche de légèreté qui vous réanime la tête. Désolé les puristes, j'ai pas le vocabulaire ad hoc, jsui qu'un faiseur de rapport qu'aime le vin, le bon. Bravo et chapeau Catherine la vigneronne, on te pardonne d'avoir abandonné ta plume pour la pipette, passer des mots aux actes : un difficile mais beau chemin.

J'suis pas le seul à aimer, les clients sont sur la même longueur d'ondes me dit la serveuse. Moi je repars avec ma bouteille rebouchée sous le bras afin d'éviter un contrôle positif par les uniformes forts nombreux en ces temps dans le périmètre de la Sorbonne. Le plus grand plaisir c'est de faire durer le plaisir. En descendant vers la Seine, sous le charme du nectar de Catherine, je faisais un rêve fou : Perrico, soudain saisi par l'humilité, en salopette Adolphe Laffont flambant neuve, frappait à la porte de la cave de Catherine, afin d'apprendre à faire le vin. Quelques joueurs de pipos en costume l'accompagnaient...   

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Françoise 19/04/2006 11:35

Merci de nous donner des nouvelles de Catherine dont j'avais pu apprécier la pertinence et la finesse dans son ex métier de journaliste. La chronique du jour donne envie d'en gouter plus !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents