Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 00:08

 Ce titre va sans doute étonner ceux d’entre vous qui suivent mes élucubrations sur cet espace de liberté depuis son origine car ils savent mon allergie à ceux, bistrotiers, cavistes, restaurateurs qui affichent « vins de propriétaires » sur leur devanture pour attirer le chaland adepte d’authenticité. Elle vient de mes racines profondes mon « allergie », mon grand-père Louis fut longtemps métayer du vicomte de la Lézardière, à la métairie la Célinière, commune de St Georges-de-Pointindoux, avant d’acheter une minuscule borderie au Bourg-Pailler, à l’entrée du bourg de la Mothe-Achard. Que je sache la qualité de ses bœufs blancs tachés de roux n’a pas été bonifiée par le changement de statut des terres qu’il cultivait. Pour dire le fond de ma pensée je retrouve dans cette dénomination le caractère « petit rentier » des français : ma terre, ma maison, ma « femme »… Le faire-valoir direct n’est pas supérieur au fermage ou au métayage. Certains vont me taxer de mauvaise foi en me faisant remarquer que les vins de propriétaires sont des vins fait par ceux dont le nom est sur la bouteille. Là, permettez-moi, je me gondole grave. Beaucoup de ces vins sont des vins dit de propriétaires ne sont que des vins de salariés. Bref, l’allergie sous-jacente, aux vins des coopératives, est la raison profonde de cette ségrégation.

Alors pourquoi diable mettre en avant cette dénomination honnie ? La raison en est simple, j’ai trouvé dans une coopérative, Sieur d’Arques à Limoux, le « vin du propriétaire ». Le du change tout mes amis. Ce qui m’a attiré c’est la bouteille. Regardez la photo, c’est génial cette adjonction d’une fermeture système limonade. Moi ça me plaît. C’est pratique. Stockage au frigo. J’ai une petite envie, j’ouvre. Un petit gorgeon bien frais. Je referme. Refrigo. Des amis passent. Ploc ! Quelques coupes et le tour est joué. C’est une Blanquette « méthode ancestrale », 6,5% naturels, c’est fruité, ça va mettre en transes les « docteurs qui veillent sur ma santé » car ça pourrait séduire des jeunes adultes, les inciter à déguster ce doux breuvage. Comme je n’ai pas ma langue dans ma poche je me dois de dire que je trouve l’étiquette un peu trop classieuse : de l’or, ça fait un peu le pauvre paysan de Fernand Reynaud, « ça eu payé mais ça paye plus… » Moi j’aurais préféré une étiquette genre celle que mémé Marie collait sur ses confitures, simple, même un peu de guingois. En effet, Le Propriétaire, c’est le nom officiel de cette cuvée, c’est le vin du vigneron : Jean laverivière, au lieu-dit : les trois Cantons cépage : Mauzac et, bien sûr, c’est vinifié par Alain Gayda. Je l’ai déjà écrit, comme pour le Cerdon, voilà un beau vin d’initiation. Allez, quand vous aurez éclusé le stock d’étiquettes un petit habillage simple et nature et que la fête commence !

 

Quand je pense que les « grands esprits de la recherche agronomique» se chatouillent pour trouver des vins de faible degré et que nos « génies de la grande distribution » nous font prendre leurs pseudos-découvertes pour des innovations, alors que je les soupçonne de n’être que des moutons de Panurge en retard d’une guerre tout en se la pétant grave, alors que voilà des vins traditionnels, sympas, peu alcoolisés, pétillants, joyeux qui ne demandent qu’à être promus. Ça nous changerait de la énième promotion Champagne ou Bordeaux et des tristes têtes de gondoles. L’imagination n’est vraiment pas au pouvoir chez les boys de MEL qui cause plus vite que son ombre ou chez les « technos binaires» de Carrefour… Bougez-vous le cul les mecs ! Vous n’êtes que des « fonctionnaires » routiniers, bien au chaud, qui ne faites plus le boulot. Et ne venez pas me dire que votre mur de vin vous le dressez pour le chaland, ce con de payant. Allez faites-nous des mises en avant sympa, ludiques, sympathiques. Dites à vos chefs que le rayon vin c’est le mur de Berlin. On a changé d’époque les gars. Bon vous me direz comme je ne suis pas votre client préféré ce que je dis vous n’en avez rien à cirer. Allez, à quoi bon faire monter le degré puisque j’ai ma petite boutanche au frais et que Fernand Reynaud nous fait toujours rigoler…

   http://www.dailymotion.com/video/x5778w_fernandreynaudlepaysan_fun

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents