Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 00:06

À la lecture de mon titre je vois déjà les esthètes frétiller du gosier en se disant ce galopin de Berthomeau s’est enfin décidé à nous parler des vins de Vienne, un must donc. En dépit de mon rapport intime avec Vienne l’Iséroise – j’ai travaillé à deux reprises avec son ancien maire, Louis Mermaz, alors qu’il était Président de l’Assemblée Nationale puis Ministre de l’Agriculture – ce matin c’est de Vienne l’Autrichienne dont je vais vous entretenir. En effet, au cul des bus parisiens, mon œil acéré a découvert ces derniers jours une intrigante proposition : « Vienne, vin&design » du 1er octobre au 30 novembre 2008. Dare-dare je suis donc allé sur le site et j’y ai découvert tout d’abord la déclaration du maire de Vienne, Michael Häupl orné du titre dont je me suis servi pour ma chronique : « Vienne et le vin sont inséparables » :

« En vertu d'une loi sur la viticulture parmi les plus sévères au monde, les vins autrichiens, et par là-même les vins viennois, ont connu lors des vingt dernières années un essor sans précédent. Aujourd'hui, nous avons toutes les raisons d'être fiers de l'excellence du vin de Vienne. Or Vienne n'est pas uniquement une ville du vin, elle est aussi une ville du design : architecture, mode, mobilier et bien d'autres domaines en témoignent. Riche d'une longue tradition, Vienne bénéficie désormais d'une reconnaissance internationale et d'un grand rayonnement sur ces deux plans. Savourez la culture et l'art de vivre de notre capitale qui s'expriment – notamment, mais pas seulement – à travers le vin de Vienne et le design moderne. »

On peut aussi lire : « À Vienne, la viticulture jouit d'une tradition deux fois millénaire. Aujourd'hui, Vienne, qui est aussi un vignoble à part entière, se présente comme une ville à l'activité viticole vivante et dynamique. 700 hectares de vignes sont exploités dans l'agglomération viennoise : ils influencent la physionomie de la ville, constituent un facteur économique primordial et offrent un espace de détente de proximité fort apprécié. Riesling, Weissburgunder, « Gemischter Satz » (un savant assemblage de vins) ou encore Blauer Zweigelt se dégustent dans les auberges traditionnelles de heuriger, en banlieue viennoise, ou sur les nombreuses tables gastronomiques de Vienne qui, de plus en plus, misent sur les crus viennois. »

Ou bien encore : « Bien manger & bien boire » Du petit verre gâterie au 7e ciel des pâtisseries: Vienne, la seule métropole internationale à faire le vin de sa vigne, est dans toutes les bouches. La Cuisine viennoise, la seule parmi les grandes cuisines du monde qui tire son nom d'une ville, vous attend. »

Et encore, le vin de Vienne va en ville « Depuis quelques années, le vin de Vienne quitte son pré carré traditionnel, le heuriger, et part à la conquête du centre-ville. Il est désormais chic de boire le vin de Vienne et de plus en plus de restaurateurs misent résolument sur les crus locaux. Et bien leur en prend, car le vin de Vienne sait se tenir ! Le « Gemischter Satz », riche en arômes et nerveux, le primeur appelé « Junge Wiener », le Grüner Veltliner, léger et poivré, et le Blauer Zweigelt au nez de cerise sont chez eux dans les restaurants tendance et sur les terrasses estivales des bistros. Les tables les plus réputées préfèrent en général les vins de caractère, élevés en barriques, comme le Weissburgunder et le Riesling bien mûrs, mais aussi le Chardonnay, le Sauvignon blanc, certain Grüner Veltliner viril et les grands crus rouges tels que le Pinot noir et le St-Laurent. Ce sont d'excellents compagnons d'agapes, qui s'adaptent facilement et complètent harmonieusement les nombreux délices de la cuisine viennoise. »

Et pendant ce temps-là dans notre doulce France alors que vient de se clore la Semaine du Goût et que la FIAC 2008 ouvre ses portes à l’heure où j’écris cette chronique le 23 octobre, nos « amis » des associations antialcooliques se sont fendus d’un communiqué où ils sortent l’artillerie lourde pour fustiger « la présence de plusieurs marques de boissons alcooliques – non seulement de vin et de champagne – mais de bière, d’apéritif et de whisky… » en soutien de la semaine du Goût. Pour eux cela illustre « les dérives auxquelles il faut s’attendre si la publicité pour l’alcool sur Internet n’est pas strictement encadrée » Pour faire bon poids, elles ont adressé au Premier Ministre une lettre pour souligner « le caractère illusoire de la protection d’une législation qui autoriseraient tous les sites à l’exception de ceux destinés à la jeunesse, au sens des dispositions de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. » Enfin ils s’étonnent du Haut patronage du Ministère de l’Agriculture à la Semaine du Goût. Bref, France pays emblématique du vin, France des vignerons, France en panne de croissance, France des PME du vin, France du bien vivre, remballe tout, cède la place à une France honteuse, une France triste, une France des hygiénistes incapables d’endiguer le fléau de l’alcoolisme depuis des décennies, une France bardée d’interdits, une France sous perfusion d’assistanat social. J’enrage d’une telle cécité, d’un tel acharnement imbécile. Dans quel monde vivent-ils ? Pourquoi se refusent-ils à admettre comme l’écrit si bien le Docteur Olivier Ameisen dans son beau livre « Le dernier verre » (je vais écrire une chronique à son propos), que la prohibition est une muraille de papier. Quand allons-nous sortir de ce face à face stérile, improductif pour aborder les questions de fond, sans anathèmes ni tabous ?

Que nous reste-t-il à faire au lieu de pester contre nos sinistres censeurs ? C’est simple : à convaincre le Maire de Paris, le Ministre de la Culture d’organiser fin octobre 2009 : « Paris, le vin&l’art contemporain » Entre nous, ça aurait de la gueule que d’offrir, à tous ceux qui pensent que nous restons la référence dans le domaine du vin, l’image d’une France alliant tradition&modernité. L’entreprise ne me semble pas hors de portée, mon principal souci c’est nous gens du vin qui montrons jour après jour notre incapacité à porter ce type de projet fédérateur et à fort impact sur notre opinion publique et tous ceux pour qui Paris est la ville de l’art de vivre à la française. Quand on pense que Bernard Arnault et François Pinault, mécènes et grands collectionneurs d’art contemporain sont, surtout le premier, même si ça fait sourire certains d’entre vous, des gens du vin, le challenge pourrait être relevé. L’idée est lancée et, selon la tradition de ce blog, elle va disparaître dans un silence abyssal.

Pour terminer sur une note plus gaie, quelques mots sur le vignoble de Vienne tirés du site 75cl info : «  Un vignoble riche en histoire : ce sont les soldats romains qui, il y a plus de vingt siècle plantèrent les premières vignes de la région ! C'est en 1986 que 3 noms de la Vallée du Rhône décidèrent de recréer un domaine : François Villard, Yves Cuilleron, et Pierre Gaillard. Les vignes, situées sur des coteaux granitiques, donnent naissance à des cuvées d’une qualité reconnue par les plus grands (Revue du Vin de France, R. Parker...). »

 

Commentaire Revue du Vin de France :

"Le caractère riche et dense des 2004 leur a permis de bien se fondre dans le boisé de l'élevage. Taburnum est ainsi magnifique de densité et d'expression.

A l'autre bout de l'échelle, on se régale du Côtes du Rhône franc et aromatique. Les rouges possèdent également un très bon équilibre et de la chair, en particulier le cornas, de toute beauté, et le Sonatum, droit et épicé."  

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Julie 28/10/2008 09:13

Respect des traditions ?

Première chose : quelle tradition ? La France est réputée pour une tradition du goût, de la gastronomie. D'une viticulture riche et de qualité. Dont certains n'ont, semble-t-il, rien à faire.
Alors, s'il faut briser une tradition de ce blog et mettre en œuvre un tel événement, pourquoi pas ?

Reste un dernier problème : si un tel événement culturel avait lieu, les affiches qui le signalent devraient-elles se soumettre aux régulations de la loi Evin ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents