Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 00:01

Quand vient l’automne, et cette année les dieux du ciel nous ont offerts des amuses-bouches pour ce qui est des turbulences, le corps éprouve un besoin de cocon douillet, de belles flambées et de nourritures roboratives. La ligne, préoccupation balnéaire, peut se glisser sous d’amples vêtements. Alors, c’est le temps béni du pot-au-feu, plat simple et généreux. L’art d’accommoder les bas-morceaux : paleron, gîte, culotte, queue, plat de côtes, jarret, macreuse, n’en déplaise aux génies des têtes de gondole, est sans contestation une bonne façon d’augmenter son pouvoir d’achat. Ce matin je ne vais pas vous donner la recette du pot-au-feu, ce qui serait une forme de soufflet (pas de soufflé) à mes chers lecteurs qui sont tous cordon bleu patenté. Non je vais vous livrer un grand classique : l’art d’accommoder les restes. J’accommode beaucoup ce matin, qui a dit que je n’étais pas accommodant !

Supposons donc que, recevant belle-maman dimanche à déjeuner, pour faire monter votre cote de femme très occupée, vous avez préparé de vos blanches mains un pot-au-feu des familles. Votre moitié masculine étant préposé aux pluches. Croulant sous les félicitations vous avez rosit de plaisir. Le soir venu, pensant à la semaine des enfants, plutôt que de leur proposer des filets de merlans panés vous vous êtes dit que sur votre lancée vous alliez leur concocter un truc qui allait les étonner. Comme chacun sait, nos gamins et gamines adorent les pâtes. Les satisfaire en les surprenant est assurément un bon plan. Donc, avec les restes de viande, surtout les morceaux aux fibres longues, vous les effilochez pour les faire revenir dans du beurre mousseux avec des petits oignons frais tranchés. Lorsque le tout a blondi pendant que vous faisiez cuire des nouilles, des vraies, toutes les grandes marques en font, al dente, vous beurrez un plat allant au four. Puis vous étendez une couche de nouilles, puis une couche de viande, pour terminer par une couche de nouilles. La particularité de ce gratin est de ne pas utiliser d’emmenthal râpé mais si ça fait plaisir à vos mouflons vous pouvez modérément recouvrir la préparation. Passage à four modéré pour que l’ensemble soit craquant. Je signale à mes chers lecteurs que le meilleur gratin de nouilles que je n’ai jamais mangé c’est chez Philippine de Rothschild.

 

 

 

Bien évidemment il n’est pas interdit aux grands de déguster mon gratin de nouilles à l’émincé de pot au feu. Dans ce cas, si ça vous chante, vous pouvez faire couler la miette avec Les Silex du domaine de la Barbinière 2007 www.domainedelabarbiniere.com c’est un assemblage de Cabernet Franc, de Cabernet Sauvignon, de Pinot noir et de Gamay ou avec L’Anjou Villages du sémillant Patrick Beaudouin www.patrick-beaudouin-layon.com ou la cuvée Zoé de Marc Parcé  www.la-rectorie.com/ ou des vins choisis dans ma foire aux vins
http://www.berthomeau.com/article-22881267.html http://www.berthomeau.com/article-22881498.html


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents