Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 00:05

Le début d’après-midi de ce dimanche, près de l’église d’Auteuil baignait dans une douce atmosphère d’été indien. Enfin ! Affublé de canes anglaises, mon genou gauche de cycliste impénitent ayant rendu l’âme, je progressais clopin-clopant, entre les stands d’une brocante très XVIe arrondissement, lorsque mon regard acéré fut accroché par une affiche à éclipse déroulant son visuel sur un grand panneau Decaux. « Tendez vers la différence… » le slogan m’intriguait. Objurgation au parfum moral, avoir un but, une fin, s’en approcher, tendre vers avec volonté et effort, je croyais entendre un « Bossuet » moderne m’apostropher. Oui mais, dans le cas présent, c’est la différence que je me devais de viser. Voilà bien une cible mouvante, car « se distinguer », sortir du lot, créer un écart entre soi-même et les autres est une entreprise malaisée, surtout en ce monde où l’uniformisation du plus grand nombre est la règle. Bref, je ne vais pas philosopher mais me mettre, un instant, dans la peau d’un pékin du XVIe, sortant le caniche frisé de son épouse permanentée, face à cette invite, et m’interroger : mais qu’est-ce donc ce JP Chenet avec ses 3 petites bouteilles au col incliné ?

 

Le fond de l’affiche, très stylisé, n’éclairait guère ma lanterne. Alors ce nom Chenet qui fleure bon le feu de cheminée allait-il me guider vers le terroir profond ? Est-ce un vigneron ? À la réflexion, alors que le toutou las d’arroser le même tronc d’arbre tire sur la laisse, j’écarte cette hypothèse : les vignerons en France sont tous petits et ils n’ont pas les moyens de s’offrir de la réclame dans les quartiers huppés de la capitale. Quand aux châtelains de Bordeaux ils me disent en ce moment, sur d’autres panneaux, que je peux pour le prix d’une de leur bouteille, m’offrir un château. Et décrypter les initiales du prénom : Jean-Paul, Jean-Pierre, Jean-Philippe, Jean-Pascal… ne m’avançait à rien. Le clébard pomponné de ma digne épouse, au bord de l’asphyxie, me rappelait à mes devoirs. Revenu dans mon 200 m2 je confiais mes soucis à ma petite dernière, Marie-Antoinette, qui me pouffait au nez. Je m’offusquais de cette hilarité. La petite effrontée pour calmer mon courroux me dit de sa jolie voix flutée : « Père, si vous voulez tout savoir sur JP Chenet vous n’avez qu’à aller consulter le blog le mieux informé de la Toile : Vin&Cie l’espace de liberté. » Guidé par mon petit génie de fille qui joue aussi bien du clavier que du piano je me rendis donc sur le site du dénommé Berthomeau.

 

Que lis-je alors chez cet Ostrogoth de la Toile ? Que JP Chenet est la première marque de vin français exporté. Diantre, j’ignorais déjà que notre cher jaja puisse être marqueté. Dans mon souvenir, le Gévéor, le Kiravi, le vin des Rochers étaient le velours des estomacs populaires à jamais disparus. Certes, à quelques encablures de chez moi, survit un Nicolas qui livrait autrefois de bien belles bouteilles. Bref, que ce fusse ce roturier de Chenet qui porta au plus haut la bannière de notre doulce France du vin en terres étrangères me laissait coi. Qui plus est, ajoutant à ma confusion, ce manant logeait ses Grands Chais de France aux confins de l’Est en un lieu au nom imprononçable : Petersbach. Pour moi, seul le négoce bordelais pouvait exporter nos grands vins : le quai des Chartrons, les goélettes, les caisses bois, les lords anglais… Ouf, ce manant à des établissements à Bordeaux : Dulong, Calvet, un grand « centre d’embouteillage (étrange appellation) à Landiras et quelques châteaux. Ces Grands Chais étendent leurs rets dans tous les beaux vignobles de France : Val de Loire, Languedoc, Jura etc. et de cet étrange et mystérieux Chenet ils vendent 95 millions de cols (ça me rappelle les cols durs de mon père). Estomaqué je hèle Marie-Chantal mon épouse légitime pour lui faire part de ce déluge de cols et, que l’entends-je me répondre ? Tout bonnement qu’avec son amie Nicole elles se sont sifflées du Chenet dans un bistro de la place du Marché St Honoré en picorant dans leurs salades. Du Cinsault-Grenache rosé me précise-t-elle en avalant ses sushis. Pour moi c’est la fin d’un monde : si nos femmes se piquent de connaître le vin que nous reste-t-il, à nous, sexe fort ? Mais d’où vient ce fleuve de vin ? Pour le blanc, 20%, de Gascogne, moi qui pensais que le Gers était la patrie de l’Armagnac, pour le rouge, 80%, d’Oc, j‘ignorais cette nouvelle baronnie des vins de pays. Tout change, comme c’est étrange ! Et pour clore mon ébahissement ce Chenet séduit dans 160 pays…

 

Mais alors me dis-je pourquoi ne pas nous l’avoir dit sur sa belle affiche ? Moi j’aurais été fier d’apprendre qu’un challenger français guerroyait avec succès contre les barbares du Nouveau Monde. Un winner frenchie c’est si rare en ces temps difficiles que cette fichue différence vers qui la réclame me dit de tendre elle est dans ce défi relevé. Quand Renault vend beaucoup de Clio il le dit. Il en est fier. Alors, que JP Chenet au col cassé affiche la couleur des vainqueurs. Vous êtes un vin d’un nouveau type, qui bouscule les vieux principes, balaie les idées reçues, un vin qui tire notre Languedoc bougon, lui redonne de l’allant alors, sans rouler des mécaniques, affichez ces différences, ne jouez pas dans la même cour que les autres. Peu connu si vous voulez séduire de nouveaux consommateurs ou détourner certains de leurs habitudes pourquoi ne pas décliner votre pedigree. Que les bouches en cul de poule ne vous aimassent point, peu importe. Pour sortir de votre relatif anonymat ce qui importe c’est d’affirmer votre savoir-faire internationalement reconnu, dire que vous aussi vous avez des racines, que ce vin roturier, bien fait, a aussi sa place dans le quotidien des français. Mais, comme dirait ma concierge, les conseilleurs ne sont pas les payeurs, alors tout ce que je viens d’écrire ne sont que les élucubrations d’un paisible bourgeois du XVIe arrondissement un peu dépassé par les évènements.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pascal.frissant 18/10/2008 07:37

Nous aimerions plus de détails sur les pratiques de rétorsion des centrales. Je fais référence au commentaire numéro 2, signé pigeon, probablement en raison d'un traumatisme humiliant dans ses relations commerciales.

pigeon 15/10/2008 11:44

La LOI de MODERNISATION ECONOMIQUE (L M E ARTICLE 21 ) : DELAIS de PAYEMENT

Je précise travailler dans une PME producteur-négociant de VINS AOC.
Une fois de plus l’Etat a voulu se mêler de ce qui ne le regarde pas en « moralisant » les délais de payement des achats de la Distribution selon le type de produit.

Dans notre cas de figure les VINS faisaient partie depuis une dizaine d’années au moins des produits dont le règlement ne pouvait excéder 75 jours, ce qui a fait qu’à l’époque la quasi-totalité de nos clients qui payaient à 30 ou 60 jours se sont arrogé le droit de passer à 75 jours.

Ces jours derniers on nous annonce comme un cadeau aux PME « en difficulté » le retour aux 45 jours fin de mois ou 60 jours maxi dans nos produits, à compter du 1er janvier 2009.



Nos clients semblent avoir accepté le principe sans rechigner auprès du Ministre…mais il fallait être bien naïf pour ne pas s’attendre à d’immédiates exigences de CONTRE-PARTIES , donc de chantage, émises par nos Grandes Centrales sans aucune pudeur ni discrétion : « je vous payerai dorénavant 15 jours plus tôt…nous vous demandons d’appliquer une remise supplémentaire (sous forme de prestation déguisée avec un libellé plus ou moins fantaisiste) de x %.. ». A noter d’ailleurs que le % aimablement demandé est supérieur au loyer de l’argent pour les 15 jours de trésorerie gagnés.





Que dit le Ministre ?………Sans commentaire…………

DL 09/10/2008 14:35

Un 2 ares à Paris, c'est presque 1 gaymard !

Trèves de plaisanteries, ce vert "Jean Pierre" ne donne pas envie d'en boire ?
Mais c'est peut-être parce que l'emballage n'assume pas le pédigrée industriel du vin qu'il réussit aussi bien aux quatre coins de la planète.

Où que j'aille sur cette planète, Jean-Pierre Chenet est connu comme étant un vigneron talentueux....
C'est comme Monsieur Lepetit qui fabrique un formidable camembert moulé à la louche avec du lait de normandes qui pâturent une fleur à la bouche, si j'en juge la boîte.
Finalement après réflexion, je préfère le vin de Mr Chevrotin car je sais qu'il n'est pas vigneron.
Je ne prétends toutefois pas que Chevrotin soit meilleur que Jean-Pierre Chenet, tout comme le camembert Lepetit soit meilleur que le Gillot (quoique) , mais au moins, en tant que consommateur néophyte asiatique, avec Chevrotin je sais que je me fait pas une fausse idée de la manière dont est élaboré le vin.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents