Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 00:02

Désalcooliser totalement un vin pour moi c’est le castrer, le châtrer, l’émasculer. La castration est une privation. En effet, ainsi mâles ou femelles, par ablation, se voient privés de la faculté de se reproduire. Très tôt, en cette Vendée où le sexe était péché, grâce à mon pépé Louis, grand éleveur de beaux bœufs charollais,
http://www.berthomeau.com/article-6111806.html, j’étais très expert en ce domaine : castration, copulation et vêlage, alors que bien évidemment la moindre allusion à notre sexualité m’aurait valu une quasi-excommunication. Mais, en ce temps-là, j’étais bien loin de me douter que ce qui transformait les bouillants taurillons en paisibles bœufs, se pratiquait en Chine pour les eunuques « gardien de harem » (70 000 sous la dynastie Ming, ils n’étaient plus que 412 lorsque la fonction sera supprimée en 1912 cf. Le dernier empereur le film de Bertolucci) et pour les castrats jusqu’au XIXe siècle dans l’Italie « reine de l’Opéra » toute proche. Je dois avouer que ça aurait pu transformer mes rêves en cauchemars dans la mesure où la nature m’avait doté d’une superbe voix de soprano que j’ai perdu, bien sûr, lors de ma puberté.

Vous comprendrez donc aisément que j’ai fait un coup de sang lorsque passant le long du rayon vins de mon Monoprix mon regard aiguisé tombait sur une étrange bouteille à collerette, noyée dans la masse des vins, affichant toute honte bue : « Tous les plaisirs du vin SANS ALCOOL » www.icone-vins.com . Je m’en empare et je lis la contre-étiquette « Boisson issue de vin désalcoolisé. À déguster tout au long de la journée, bien frais, avec ou sans soif » Je continue ma lecture « Son bouquet enchante les saveurs épicées du Sud » Pourquoi pas, je ne suis pas borné. La suite me braque « Le vin est naturellement riche en antioxydant et vitamines. Cette boisson vous apportera tous les bénéfices du vin sans ses inconvénients. Après ouverture, conserver la bouteille au frais, mais la finir n’est pas un péché ! » C’est quoi ce baratin médicalisé ripoliné à la sauce à l’eau bénite. Pourquoi pas l’obtention d’indulgences plénières ! La suite me fait plutôt rire : « À consommer très frais » ça laisse augurer le goût de sirop… Tiens y disent qu’il y a une DLC mais elle n’est indiquée nulle part. Enfin, la composition : boisson issue de vin désalcoolisé, sucre, antioxydant (vitamine C) contient des sulfites. Reste à « déguster » cet ICÔNE désalcoolisé.


Bouchage à vis. Couleur saumonée. Nez désagréable : odeur de barrique mal lavée. En bouche, le produit est très frais, aucune sensation ni agréable, ni désagréable, une grande platitude avec en fin de bouche une sensation légèrement sucrée (moins que le jus de raisin. Ce n’est pas rafraîchissant car la note finale de sucrosité empâte le palais. Pour ma part je préfère largement ma BRSA.

 http://www.berthomeau.com/article-21565135.html pour me désaltérer et sans vouloir tirer sur une ambulance je ne vois pas l’intérêt qu’il y a à cultiver de la vigne, à vendanger, à vinifier pour aboutir à un tel résultat. C’est un gâchis économique et écologique. Désolé d’être aussi dur mais je ne comprends pas qu’on puisse mettre sur le marché un tel produit qui est de vide de tout ce qui fait le bonheur du vin. Mieux vaut boire de l’eau.

Pour moi une boisson sans alcool qui à l’ambition de rafraîchir est une BRSA ou un jus sucré et elle n’a qu’à aller planter ses choux dans le rayon ad hoc. Le baratin « médicalisé » n’autorise pas à adopter tous les codes du vin : bouteille, étiquette pour tenter une percée chez les consommateurs de vin avec un discours qui dévalue le vin. Il faut cesser de faire accroire que l’ingestion exagérée d’alcool est liée à la teneur en alcool de la boisson. C’est faux. Que certains consommateurs soient à la recherche de vins moins alcoolisés c’est une tendance liée au mode de vie sédentaire de la majorité des urbains mais il me semble qu’il y a une barrière à ne pas franchir : celle qui nous mènerait hors du domaine du vin. La démarche de Listel avec son Pink à 9° me semble intéressante mais quand je lis ce que dit en rigolant Vincent Pugibet, du domaine de la Colombette dans l’Hérault, « avec un vin à 13°, on n’est plus franchement efficace à 13 H 30… » je reste profondément dubitatif car on semble toujours considérer le vin comme l’accompagnant obligé du repas de midi. Les temps et les modes de consommation changent. Est-il efficient économiquement de passer par la vigne pour obtenir une boisson industrielle qui n’aura jamais les moyens de se battre dans la cour des softs drinks. Quand on pense que Pernod-Ricard a vendu Orangina au groupe Cadbury (Schweppes) faute de disposer des moyens de pouvoir en faire une marque mondiale me semble révélateur. Qu’il y ait des niches pour des produits innovants je suis le premier à le reconnaître mais faire accroire que la désalcoolisation totale ou très importante constitue un débouché essentiel pour le vignoble est une erreur.

Vous pouvez écouter en prime ce que disait le professeur Mac Leod sur France Inter à propos du goût, c'est très instructif et en rapport aussi avec ce qui précède
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_inter/SEPTNEUFWE/SEPTNEUFWE20080928.ram

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

alex 22/03/2009 19:11

Je viens de lire un post sur le vin sans alcool.. Je vous propose de gouter plusieurs vins sans alcool qui existent..c'est un peu comme le vin, il y en tellement que l'on s'y perd... a chacun ses gouts !

JACQUES BERTHOMEAU 22/03/2009 19:27


Je ne discute jamais les goûts des gens... Simplement pour le vin sans alcool je ne comprends pas pourquoi on se casse le fion à faire du vin c'est tout et surtout ce qui m'ennui c'est votre
c'est un peu comme du vin car le vin c'est du vin même quand comme le Cerdon ça ne titre que 5% d'alcool... Quand à se perdre je conseille la méthode du Petit Poucet... Bien à vous


Laurentl 29/09/2008 16:46

Décidément, quel que soit le sujet, il semble que l'on tombe plus bas, jour après jour.
Faire du vin sans alcool. Il doit y avoir des relents marketing derrière tout ça. Car il est quasi certain que ce ne sont pas les prohibitionnistes de tout poil qui poussent pour que ce genre de boisson existe.
Je m'en vais ouvrir une bonne bouteille ce soir pour oublier leur minimalisme totalitaire.

cordialement,
Laurent

Rocky 29/09/2008 06:12

En plus il est hors de prix, leur ersatz !
Sur le site de vente en ligne, c'est 6 euros la bouteille. Plus le port.
Quand je pense à tout ce que je peux boire de bon -alcoolisé ou non - pour quarante balles !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents