Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 00:07

L’un de mes mentors, rue de Varenne, André Lachaux, aujourd’hui disparu, ancien administrateur des colonies, un de ces hauts-fonctionnaires à l’esprit libre et fécond, pragmatique, était fasciné par les belles mécaniques intellectuelles de nos interlocuteurs des Finances, on disait alors de la rue de Rivoli, et parmi eux plus particulièrement : Jean-Claude Trichet l’actuel patron de la Banque Centrale Européenne et Daniel Bouton le patron  de la Société Générale. De beaux esprits certes, je les ai côtoyé, mais aussi, surtout chez le second, l’absolue certitude que leur supériorité intellectuelle était le garant de la justesse de leurs analyses. L’ingénierie financière n’a pas limite. Les plus belles et les plus savantes constructions sont possibles, reste à les vendre aux gogos avides de gains rapides et à deux chiffres. La « magnifique » mécanique des subprimes qui ébranle aujourd’hui la planète financière pousse la logique de nos beaux esprits jusqu’à son point absolu d’absurdité car nos génies de la finance se sont gavés de leur magnifique produit « pourri » à cracher du cash jusqu’à en oublier les risques qu’ils faisaient prendre à leurs entreprises. Même les prudents suisses s’y sont mis : UBS  et chez nous, le bon sens prêt de chez vous, s’est aussi pris les pieds dans le tapis. Pour cette dernière, je n’ironiserais pas sur son exposition insensée, les pères du Mutualisme Agricole doivent tout de même se retourner dans leurs tombes.  Bref, face à une telle débâcle, hormis nous indigner, qu’elle position à l’avenir adopter face à ceux qui, soyez en sûr, l’ouragan passé vont relever la tête et, sans vergogne, nous concocter de nouveaux plats juteux.

 

Permettez-moi ce matin de vous exposer la mienne. Lorsque je bourlinguais au cabinet, dans les réunions « interministérielles » à Matignon, face aux brochettes d’Inspecteurs des Finances, ma stratégie consistait, afin de contrer leurs imparables démonstrations, à faire « la bête », l’âne, genre « Paysan du Danube » - certains diront que ce n’était pas un rôle de composition, mais peu importe – d’attendre leur essoufflement, de leur poser des questions simples sur leurs modèles économétriques, sur leurs certitudes, de m’étonner de leur tranquille assurance, de m’en remettre en définitive aux bons vieux principes des « arbitrages politiques ». Ce n’était guère glorieux mais bougrement efficace et, aussi bizarre que ça puisse vous paraître, j’ai ainsi gagné l’estime et le respect de deux d’entre eux : le très sérieux François Villeroy de Galhau, qui sera ensuite de directeur de cabinet de DSK, et le très provocateur Guillaume Hannezo qui fut ensuite d'abord le génial ingénieur financier » de Jean-Marie Messier avant de sombrer avec lui. Et je reprends à mon compte ce bon vieux La Fontaine de mon enfance et la harangue au Sénat de son Paysan du Danube à propos des prêteurs :

 

« Craignez, Romains, craignez que le ciel quelque jour.

Ne transporte chez vous les pleurs et la misère;

Et, mettant en nos mains, par un juste retour,

Les armes dont se sert sa vengeance sévère

Il ne vous fasse, en sa colère,

Nos esclaves à votre tour.

 

Rien ne suffit aux gens qui nous viennent de Rome

La terre et le travail de l'homme

Font pour les assouvir des efforts superflus

 

Vos prêteurs au malheur nous font joindre le crime.

Retirez-les ils ne nous apprendront

Que la mollesse et que le vice ;

Les Germains comme eux deviendront Gens de rapine et d'avarice. »

 

Comme le dit Antoine Bernheim, le président des Generali, qui n’est pas un perdreau de l’année « quand je ne comprends pas quelque chose, je ne le fais pas. » C’est tout bête mais c’est sain. Ne pas se laisser éblouir par la virtuosité de « survitaminés » de l’intellect, en revenir aux règles simples de l’économie domestique, compter, cesser de ne privilégier que le court terme, retrouver l’esprit de l’économie de la Cité : bâtir avant de jouir… La complexité de nos sociétés, l'interdépendance dans laquelle nous sommes de plus en plus enserrés, l'instantanéité, les "protections" omniprésentes, alors que l'individualisme triomphe, fragilise nos vies. Retrouver de l'autonomie, restaurer la responsabilité individuelle, ôser proner le retour du bien public, dans la tourmente actuelle, bien plus que des slogans électoraux, sont des valeurs civiques modernes.

Pour en finir avec mes élucubrations je vous recommande, dans la même veine, de lire un bijou de science-fiction : Big Brother 2012 paru dans le Nouvel Observateur, cosigné par Michel de Pracontal et Jean-Jacques Chiquelin en cliquant sur ce lien :

http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2288/articles/a383178-.html

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Clavel 03/10/2008 09:01

Bonjour,
L'origine de cette crise est ,principalement, une technique financière appelée "titrisation" qui a permis de dissimuler l'extension démesurée des crédits sans garantie, de les disperser mondialement, et favoriser la spéculation immobilière, permettant ,ainsi, d'engranger par de multiples intermédiaires des marges confortables.
C'est une méthode millénaire qui a pris divers aspect dans l'histoire: En alchimie, la transmutation de la matière permet de transformer une substance en une autre, voire un élément en un autre (les éléments sont l’eau, la terre, le feu et l’air). Cette opération était réputée pouvoir être réalisée par un alchimiste disposant d’un cercle de transmutation ou par la Pierre philosophale, élément ultime (le cinquième élément ou alkahest), qui aurait permis, par exemple, de transformer le plomb en or en or. C'est Harry Potter à l'école des sorciers.
Je propose que l'on remplace le terme barbare "Titrisation" en Transmutation, plus adapté à la situation actuelle, les alchimistes de la finance ont changé le plomb des subprimes en or pour eux et la matière s'est vengée en retournant à l'état naturel de plomb pour les naïfs vertueux.
Jean Clavel

gus 03/10/2008 08:15

Actionnaire ou sociétaire,cigale ou fourmi....
A la banque verte,un sociétaire voit ses parts sociales rémunérées bon an -mal an aux alentours de 4%(ce n'est pas le Pérou mais c'est rassurant car il sait que c'est le résultat d'une gestion saine et "terre à terre "de sa boite).
Ces dernières années en rentrant en bourse,cette même banque est partie a l'international et pour satisfaire ses nouveaux actionnaires(qui ne se contentent pas de 4% eux!)a sans doute pris des risques inconsidérés.
Vision simpliste me direz vous?OK,mais une chose est sure,ce seront les employés du réseau de base (et donc la clientèle)qui paieront la plus grande partie des pots cassés....
Mutualisme relève toi,ils sont devenus fous...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents