Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 00:09

Nous avons vu naître le petit bourgeon cotonneux
 http://www.berthomeau.com/article-19352528.html , puis se former la petite grappe de raisin, et voici venu aujourd’hui le temps de la récolte : la vendange. Vendenge en ancien français, issu du latin vindemia : de vinum « vin » et de demia, demere : « récolter ». C’est l’étape médiane de la vigne au vin. Temps communautaire, à la fois productif et festif, comme le temps de la moisson. Dans le monde méditerranéen, des fresques funéraires de la Grèce ancienne jusqu’aux toiles de l’époque classique en passant par les illustrations médiévales de la Bible, les représentations des scènes des vendanges sont nourries d’allusions culturelles.

 

L’ange jeta donc sa faux en terre, et vendangea la vigne de la terre, et en jeta les raisins dans la grande cuve de la colère de Dieu.

Et la cuve fut foulée hors de la ville, et le sang sortit de la cuve en telle abondance que les chevaux en avaient jusqu’aux mors dans l’étendue de mille six cents stades.

Apocalypse de St Jean, 14, 19-20, traduction Le Maistre de Sacy

 

Les Vendangeurs

 

Aux flancs du coteau les ceps s’alignent en longues files. Le soleil d’automne a jauni les feuilles. La vigne est chargée de raisins. Les vendangeurs coupent les grappes avec une serpette ou un sécateur ; ils en remplissent des paniers qu’ils vident dans une hotte. Quand la hotte est pleine, on va la porter à la cuve. Avec un long bâton, un homme foule le raisin qui s’écrase. Une bonne odeur monte de la cuve, et des guêpes sucent avidement le jus sucré.

Vocabulaire Méthode d’orthographe Cours Élémentaire Gabet&Gillard Hachette 1930

 

Sur le Coteau

 

Nous voici maintenant en Bourgogne, à la fin du mois de septembre. Sur la pente couverte des vignes, au milieu des rires et des chants, les vendangeurs coupent les grappes. Ils emplissent de raisins les cuveaux, et des chevaux traînent péniblement la voiture de vendange jusqu’au village. La pente est rude, et les bêtes s’arrêtent au milieu de la côte. Jeannot les a suivies. De là il voit, dans la plaine, le train qui file. Il voit aussi, à l’entour, des bombements de terrain, semblables à celui où il est. Ce sont des coteaux, ou collines. La plupart sont couverts de vignes, et Jeannot y découvre d’autres groupes de vendangeurs. Les raisins qui mûrissent sur les collines ensoleillées font les meilleurs vins de France.

Mon premier livre de Géographie Cours Elémentaire 1ière année S.Blin, M. Kuhn, R.Ozouf Delagrave 1936

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

S.COUREAU 16/09/2008 22:43

Alors les ados n'ont plus de jus ? Ils rechignent à l'effort ?
Avant de porter des jugements hatifs, il conviendrait de savoir si ces braves petits jeunes étaient payés de leur prestation ? Gémir sous l'effort ce n'est pas bien beau, ceci dit tout effort doit être récompensé ! Bien sur il y à le pic Saint Loup et le glorieux souvenir des anciens s'échinant au travaux des vignes et du chai, mais bon il ne faut pas pousser mamie dans les orties, on ne peut pas demander à des bénévoles de s'appeler stackanov !!!

Par ailleurs pour les avoir cotoyé un temps soit peu nos glorieux anciens, ont ne peut pas dire que la notion de gratuité, leur ait été beaucoup familere. Faire vendanger des gens pour le plaisir de vendanger et de discuter, dans ces temps reculé, cela revenait à dire qu'on prenait les gens pour des couillons !

clavel 16/09/2008 09:15

Nous avons fêté dimanche dernier les vendanges au domaine Clavel, avec beaucoup de monde, une centaine de personnes, un méchoui de 2 agneaux à la broche et un demi agneau découpé au gril. Pour en bénéficier, il fallait vendanger une vigne de syrah plantée face au Pic Saint Loup sur une pente assez raide. Il y avait une quinzaine d'adolescents et les garçons se plaignaient de la difficulté de ce travail, ils n'ont pas tenu jusqu'au boût et demandaient à leurs parents de les libérer au plus tôt. Je leur racontais la situation que j'avais connu dans le passé, où ,dans mon village des Corbières, tous les jeunes à partir de 12 ans faisaient leurs 2 semaines de vendange, la rentrée des classes étant calculée dans cet objectif. La salaire versé pour ces vendanges servait à payer la rentrée des classes, et le marché du jeudi à Narbonne précédant cette rentrée était impressionnant d'activité et de fréquentation.
J'avais l'impression, en leur disant ça, que j'étais le radoteur, qui ne comprenait rien au monde moderne.
Mais les parents étaient tout heureux de leurs 2 heures de vendange, de la dégustation des vins en liberté, et des rencontres entre familles. La convivialité autour de la vigne et du vin était gagnante. On a pu faire passer quelques messages au DRAF qui était au Lycée avec mon fils Pierre, et les discussion avec les gens de com présents, la présidente du club de la presse de Montpellier, et quelques autres dont notre ami Jean Kouchner (frère de l'autre) Nous avons beaucoup de chance, la qualité de notre vendange est superbe, alors que la difficulté de nombreux vignerons est réelle avec les pluies qui ont sévi dans toute la France et les orages qui ont frappé un peu partout, 22 communes dans l'Hérault ont été grélées certaines à 100%. Notre stagiaire qui cette année est champenois fils de vigneron, nous raconte la pluie chez lui.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents