Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 08:00

photoMarie2.jpg

Le matin du 14 juillet, sous un petit soleil, Marie se levait de fort belle humeur. Avant de chausser ses tongs orange elle entreprit de peindre ses ongles de pied en bleu turquoise. La veille au soir sa tentative de reproduire le drapeau tricolore sur l’index, le majeur et l’annulaire de ses deux pieds avait viré au fiasco car le gros orteil gâchait l’effet qu’elle en espérait. Ce soudain esprit patriotique lui venait de la rencontre qu’elle venait de faire, rue du Bac, avec un kanak balaise habillé en militaire du Génie. Marie qui circulait sur son vieux Mercier « Raymond Poulidor » n’avait pu éviter le bougre d’homme qui surgissait de derrière une jeep stationnée dans le couloir de bus. Par bonheur elle circulait à une vitesse d’escargot car elle pensait à la paire de Doc Martens rose fluo qu’elle avait aperçu en vitrine du côté de Montorgueil. Sa bécane valdinguait et elle se retrouvait dans les bras puissants d’un sosie de Christian Karembeu. Marie pensait « Merde chui pas Adriana ». Et pourtant, le beau légionnaire qui n’en était pas un, avant de la redéposer sur le macadam sollicitait son nom, prénom, pas sa qualité mais son numéro de téléphone portable. Ils iraient donc ensemble au bal du 14 juillet. Toute ragaillardie par cette soudaine irruption dans sa vie Marie filait jusqu’à la rue du Cherche-Midi où, chez Cotélac, elle faisait l’acquisition d’une gentille robe à pois rouge en crêpe georgette. Donc, allongée sur sa couette, en contemplant les poupées de coton qu’elle avait glissées entre ses doigts de pied, elle se disait que ça allait être vraiment une chouette journée. C’est à ce moment là que son téléphone portable a grelotté et, sans même réfléchir, Marie a appuyé sur répondre ce que d’ordinaire elle ne faisait jamais. Bien sûr elle espérait que ce fut son beau militaire qui, si matinalement, de sa jeep, venait s’inquiéter de son bon éveil. Douche froide, c’était Me de Candolle le notaire de la famille. D’une voix d’outre-tombe, sitôt ses civilités débitées, il lui annonçait « Ils sont tous morts. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Michel SMITH 21/07/2011 09:01



Le téléphone qui grelotte, fallait y penser ... pas étonnant que la douche fut froide.



Luc Charlier 21/07/2011 08:49



Ce post-ci est une forfaiture : Comme on ne peut pas répondre à la question du jour, je le place ailleurs. On n’a pas été
trotskiste toute sa vie pour rien !


 


Fastoche, même de tête, je le savais. Il s’agit de .....


Non, je ne vais pas briser le suspense (avec « e » à la fin, NB). Tout juste quelques indices : on me prendra
partiellement pour un perroquet ou quelqu’un de très possessif. Et après, il faudra que je me rende chez le « teinturier » - on appelle ainsi en Belgique un pressing.



Luc Charlier 21/07/2011 08:40



Tu évoques le 14 juillet, mon cher Jacques, et ma digression ira donc au 21 juillet, jour de la Fête Nationale belge, celui où Popol
1er prêta serment de fidélité à la constitution. C’est aussi celui que Madame Lepen a retenu pour proposer le rattachement de la Wallonie à la France. Toute la Flandre s’en réjouit : 258.000 chômeurs en moins (17,5 % de la population suivant les chiffres du Forem, équivalent belge de Pôle
Emploi). Ce que la Bretonne décoiffée n’a pas réalisé, c’est qu’elle accueillera du même coup un grand nombre de descendants d’émigrés polonais et italiens, venus suer sang et eau dans les mines
et les aciéries du « Pays Noir » ou de Liège mais aussi 10 % d’arabophones, marocains pour la plupart. Léon les aime bien, ces camarades, mais elle ?


Il y a du gaullien dans son propos : « Vive la Wallonie libre ! » en quelque sorte. Où l’on voit que Kouchner
avait tout faux, avec son fameux « devoir d’ingérence ».



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents