Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 07:00

Dans la longue chenille qui regagnait l’embarcadère les conversations allaient bon train. Beaucoup se gaussaient « C’est une folle furieuse. Les occasions de se réjouir sont si rares ma chère. Vraiment, il y a fort longtemps que je ne m’étais autant amusé... Nous faire boire du vin de France et du Vin de Pays de l’Hérault, il fallait l’oser, non... J’avoue que le de Moor très frizzante m’a ravi et le Champagne de Boulard est franchement un petit bijou. » Les « ma chère » jugeaient que l’ébouriffée savait recevoir, service impeccable, mets simples mais raffinés, et puis tout de même ce vin de pays de l’Hérault très ligérien formait un couple ravissant avec le Coucou de Rennes. Un peu en retrait, la petite poignée de ceux qui s’estimaient les maîtres du beau troupeau devisaient avec sérieux. « Ils ne pouvaient continuer de subir les diktats de cette grande sauterelle sans réagir l’heure était venue de lui clouer le bec et de reprendre la main. Voldemort – tel était son surnom hors de ses oreilles –, lui, restait silencieux. Son atavisme familial lui dictait la circonspection : avant de faire de Marie une ennemie jurée mieux valait tenter de se concilier avec cette astucieuse. Bien évidemment il se garda bien d’exprimer son sentiment profond à ses très chers collègues, bien au contraire sur sa face lisse et compassée il laissa transparaître des signes d’approbation courroucée. L’héritière et l’héritier de qui vous savez ne savaient pas sur quel pied danser d’autant plus qu’ils s’étaient fait chier toute la soirée en se disant que Marie de Saint-Drézéry avait une chance inouïe de ne pas avoir à subir la tutelle de ses ascendants. La chenille se scinda en deux : la Rive Gauche et la Rive Droite. Sur le pont de chacun des « petits navires » se tenaient quelques membres du club du troisième âge de Saint-Emilion pour la rive droite et de Listrac pour la gauche que Marie avait conviés à la réception. Discrets, nul ne les avaient remarqués, ils avaient beaucoup apprécié de côtoyer autant de beau linge et jouèrent à merveille leur rôle de distributeurs de la « pochette surprise » Celle-ci, cachetée à la cire, était logée dans de belles enveloppes en papier recyclé violet et il fut demandé aux récipiendaires de ne l’ouvrir qu’au signal donné par le capitaine : un coup de corne de brume. Les disciplinés majoritaires surveillant du coin de l’œil les impatients nul ne se risqua à enfreindre la consigne. Les bateaux appareillèrent avec la lenteur de limaces. Des haut-parleurs diffusaient en sourdine le « Beau Danube bleu », l’ambiance était joyeuse et rieuse, même que certains se laissèrent aller à quelques grivoiseries jusqu’au moment où le grand Éric actionna sa trompe suivi en écho par celle de François.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents