Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 09:13

La petite histoire qui suit, dont il vaut mieux rire que pleurer, est illustrative et, sans en tirer de conclusions générales, surtout dans le registre : tous les mêmes, elle doit pour tout ceux qui, dans cette situation de grandes difficultés, souhaitent travailler efficacement au redressement, les inciter à plus de dicernement et surtout à essayer de retrouver le chemin de l'intérêt général.

La scène se passe sur Canal +, à la fin de l'émission le Grand Journal de Michel Denisot, les téléspectateurs posent des questions loufoques aux invités. En l'occurence un ancien Ministre de la Culture, dont beaucoup de français pensent d'ailleurs qu'il l'est à vie, s'y collait. On le titillait sur une éventuelle biture au salon de l'Agriculture et bien évidemment la question du liquide vint. La réponse, naturelle, fut : la bière bien évidemment, une bonne bière du Pas-de-Calais... Et moi de sourire au souvenir de la pugnacité du cher homme au temps où le Cheverny ambitionnait d'accéder au saint des saints de l'AOC et de ses protestations d'amour pour le précieux liquide issu des vignobles entourant le chateau de Cheverny, milles sabords...

Le lobby du vin, vu de la fenêtre des anti de toutes obédiences, est un lobby d'élus et, par construction, un élu se préoccupe de sa clientèle électorale, c'est normal, elle est à l'origine de sa bonne fortune et tient entre ses mains son avenir. Et le vin dans tout ça ? Présent certes, mais comme le serait les fraises du Périgord ou les carottes de Créances. La surexposition du vin dans l'hémiclycle est contre-productif, les professionnels du vin doivent se prendre en charge et avoir le courage de s'attaquer aux causes profondes de la crise plutôt que d'envoyer des leurres dans le ciel plombé. Sinon ceux qui reviendront bredouilles de la chasse " au bitard " seront en droit de leur demander des comptes. C'est très médiatique par les temps qui courrent.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

SARL CHÄTEAU DU HAUT GUERIN 04/03/2006 00:27

L'homo politicus est infecté par le virus de l'opportuniste électoral, la contagion est plus ou moins sévère suivant les spécimens, mais  vous avez raison elle rend peu probable une sortie de crise viticole par les seules tribulation de l'hémicycle.
Néanmoins je reste relativement dubitatif tant qu'à la capacité des professionnels à proposer des solutions viables et surtout consensuelles pour faire évoluer la situation. La plus grosse difficulté venant du fait que l'on fait asseoir autour de la table des gens qui ont une vision différente du monde viticole. Ils ont le même Enfer mais ne rêve pas du même Paradis.
Ceci dit je ne demande qu'à me tromper et j'espère que vous nous tiendrez au courant des débats du groupe "sans interdit" dont je trouve la démarche trés séduisante.
Cordialement

S COUREAU 03/03/2006 23:19

l'homo politicus est un opprtuniste électoral, a des stades de contagion plus ou moins avancé selon les spécimens. Comme

Michel ELIE 11/02/2006 21:13

Citation :"Quand les hommes controleront les gouvernements, ils n'auront plus besoin d'être gouvernés, mais jusque-la, ils l'auront dans l'os"Charles BUKOWSKIJournal d'un vieux dégueulasse - page 250 - le livre de poche -

Claude Sauser 10/02/2006 09:17

Chapeau ! clair, concis, agréable à lire... C'est une bonne description des lobby et de leur fonctionnement face aux politiques (et reciproquement !)

Sylvie Champion 09/02/2006 17:52

Tout à fait d'accord et d'exprimer un autre commentaire.
Définition de Lobby : groupe de pression.
Un groupe c'est un ensemble où chacun des membres se reconnait, travaille dans l'intérêt général et  respecte les règles.
La pression d'un groupe sera d'autant plus forte qu'il se présentera le front uni et avec une légitimité certaine.Un défi à relever si possible avec panache (et sans bière à la main s'il vous plait). 
Un conseil : prendre garde de ne pas se laisser berner par la nuée redoutable des "faut qu'on/y a qu'à" qui sont plétores, en particulier dans une certaine plèbe politicienne, plus agile à manier le verbe qui fait mouche et abreuve les brèves de comptoir.
Le temps presse plus que certains ne le pensent !

JACQUES BERTHOMEAU 09/02/2006 18:26

Diffusez l'adresse de mon blog www.berthomeau.com , dites aux vignerons ou toute personne s'intéressant à notre démarche de s'inscrire, c'est facile il suffit de transcrire son adresse e-mail sous inscription à la newsletter de cliquer, on reçoit un message, on l'ouvre, on clique et c'est fait.
La base du réseau, le pied de cuve du club "Sans Interdit" dépend de vous chers lecteurs, moi je ne suis qu'un petit artisan derrière mon écran. Merci de votre diligence.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents