Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 00:07

 

Comme vous le savez, je n’édite aucun guide avec des étoiles, des notes et des bonnets d’âne ; j’avoue sans fausse honte mon total amateurisme dans le domaine de la dégustation car, comme je l’ai déjà écrit, je suis un adepte de la diagonale du ouf. "Entre le vin et moi, rien de rationnel, comme pour ce qu'on dénomme amour entre adultes consentants c'est d'abord le corps, dans toutes ses composantes, qui exulte. Nul besoin de mots, même si bien sûr ils sont aussi de la fête, j'aime ou je n'aime pas. C'est la sublime simplicité de l'amour. Tous les jours, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, où que ce soit, je suis toujours prêt à tomber amoureux. Dire pour autant qu'elle soit belle, que je la classifie, l'épingle sûr un tableau de chasse, la compare en une verticale ou une horizontale, relèverait d'une forme vulgarité à laquelle je ne succombe pas. Seul compte l'échappée belle, la diagonale du ouf, où l'avant est toujours sublime, l'instant parfois céleste, l'après souvent dissous dans le flou des souvenirs. Qu'importe ! C'est l'insoutenable légèreté de l'être insoucieuse des docteurs de la loi, des pharisiens, des juges aux élégances ou autres docteurs ès-bouches cul-de-poulizées. Le plaisir, rien que le plaisir, et le plaisir si l'on se laisse aller dans le toboggan de la diagonale du ouf on peut le trouver partout. "

 

Alors, loin des chapelles de toutes obédiences, des modes du retour des bons produits d’autrefois, des petites polémiques sur les bio-cons ou les pétitions bio-chics de la Confpé contre le massacre à la tronçonneuse des vins de terroir, moi j’aime trainer mes grolles dans les salons dit Bio : Marjolaine au parc floral de Vincennes, où j’ai mangé au soleil des brochettes d’agneau sublissimes, grillées par une matrone limousine (l’éleveuse des moutons), avec des frites coupées gros (les services sanitaires n’auraient pas apprécié le côté bonne franquette, mais putain que c’était bon), où j’ai acheté de la Verveine et du Tilleul odoriférants, un Comté de 2 ans d’affinage d’un fruité extraordinaire, où j’ai bu un belle bière au chanvre, et bien sûr goûté et acheté des vins issus de l’agriculture biologique ou à celui de Montreuil la nouvelle verte : «  Sous les pavés, la cave… » logé sous les tôles des anciens studios Pathé : j’ai bavassé avec l’ami guide du Pous et des lecteurs assidus de mon blog, picolé et empli mon cabas de boutanches exquises. Bref, en avisé commerçant que je suis devenu, j’ai décidé d’ouvrir une nouvelle crèmerie : « Nature&Découvertes : les bio-bons… »

Ronde-des-vins-011.jpg

J'inaugure cette nouvelle chronique avec le Clairet de Château Cajus
www.chateau-cajus.com  que j'ai découvert au salon Marjolaine sous un millésime médaillé d'or - j'ai oublié lequel - au concours de Bordeaux. Ma première sensation : de l'allégresse en bouteille, de suite on a envie de s'en envoyer quelques belles rasades, ça passe sans agresser, avec douceur et légèreté. C'est un rosé rouge qui vous chauffe le coeur et vous rend l'âme légère en toutes circonstances. Pour les puristes c'est 70% de Merlot, 30% de cabernet sauvignon et franc. Les propriétaires sont avenants, souriants, pour tout vous avouer : très loin de l'image type du producteur bio militant et chiant, y z'ont des gueules de vignerons tout simplement. Allez sur leur site découvrir la gamme de leurs produits. La bouteille en photo est un Clairet 2006, médaille d'or 2007 au concours bio d'Aquitaine.
Ronde-des-vins-010.jpg

" En 1435, des paroissiens d'Eysines, Miqueu de Caseras et Peyrona de Neolet, son épouse, versent au chapitre Saint-Seurin, leur seigneur, en guise de cens pour dix tenures en vignes, une demi-pipe de vin clar, bon, pur, noed e marchant ; une formulation assez commune en Bordelais. On y retrouve le fameux terme gason de vin clar, anglicisé en "claret" ou "clairet", qui caractérise, dans l'esprit des contemporains, la production vinicole locale. Les autres qualités exigées reflètent davantage des préocupations commerciales : il faut un vin bon, nouveau et marchand ; en clair, un vin destiné à la vente et à l'exportation." in Bordeaux Vignoble millénaire.

Pour conclure, et même si je vais m'attirer les foudres de mon "ami" l'éminent et pertinent directeur du CIVB, j'avoue que j'ai du mal à comprendre le retard à l'allumage des vins de Bordeaux sur le marché florissant des rosés : quand on a la chance de détenir une dénomination comme Claret - que je préfère à Clairet - et que ce sont les Californiens qui sont les leaders pour ce produit sur le marché anglais, on fonce dans la brèche, on met le paquet. Combien de cols ? Merci à mes lecteurs bordelais qui ont accès aux statistiques du CIVB de me les communiquer.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

tchoo 02/04/2008 09:54

je pense surtout qu'il s'agit d'un choix dans la stratégie de la part du vigneron.La notoriété de l'AOC Entre-deux-mers n'est pas toujours très important et bon nombre de consomateurs peu avertis en France comme à l'extérieur situe souvent cette région dans le languedoc.certains choisissent donc de garder le nom de Bordeaux beaucoup plus connu et parfois plus porteur, même si Bordeaux à toujours du mal à être perçu comme blanc!

Rocky 02/04/2008 02:21

Je n'ignorais pas ce principe du "qui peut le plus peut le moins", et je me suis sans doute mal exprimé. Le sens de ma question était : "Pourquoi donc alors qu'en principe l'appellation Entre deux mers est plus valorisante, le blanc du chateau Cajus est-il labellisé sous l'apellation de base Bordeaux ?" Son vin pour une raison ou our une autre ne satisfait-il pas aux normes  de l'appellation  Entre deux mers ? Ou bien cette appellation est elle tellement sur le reculoir qu'il préfère l'appellation Bordeaux ?

tchoo 01/04/2008 14:14

Merci pour la passe, mon cher Jacques

c'est tout à fait cela, tout vin d'appellation en Gironde peut à minima se revendiquer dans l'AOC régionale Bordeaux, excepté l'AOC Blayais, qui ne doit plus compter beaucoup d'adepte.

Pour le Clairet/Claret c'est une AOC différente du Bordeaux Rosé, avec de critères de couleur notamment allant plus vers le Rouge et un volume en bouche entre rouge et rosé (voilà pour la théorie)
Pour ma part, j'ai toujours souhaité que le rosé s'appelle à Bordeaux CLAIRET.
Mais pourquoi faire simple.............

Rocky 31/03/2008 21:01

Question au spécialiste de la part d'un béotien. Apparemment le chateau Cajus est situé dans l'appellation Entre deux mers. Dès lotrs pourquoi donc leur blanc est-il labellisé Bordeaux et non Entre deux mers ?

JACQUES BERTHOMEAU 31/03/2008 21:46


Parce que qui peut le plus peut le moins dans notre système d'AOC donc rien n'empêche un Entre-deux-mers d'être un Bordeaux, de même pour un Médoc ou un St Emilion ou un Margaux ou...,
c'est un repli et il doit, je crois, être agréé comme tel par le syndicat de défense des Bordeaux... Pas simple ce système pyramidal et hiérarchisé... J'espère avoir été clair mais l'ami Tchoo
pourra peut-être vous éclairer de ses lumières bordelaises mieux que moi. Merci de votre fidélité.
Jacques Berthomeau


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents