Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 00:07

wr.jpg 

"Comment je procède ? Je m'attache à la profondeur. Du 1er janvier au 31 décembre, j'emploie toute mon énergie à enraciner la vigne. La vigne n'est pas faite pour vivre dans la solution liquide qui constitue les premières couches du sol. C'est une plante supérieure, évoluée, qui est conçue pour créer du sol là où il n'y en a pas. Les romains l'avaient bien compris, et ils ont planté des vignes près de Marseille, à l'endroit où ils voulaient créer un sol. L'aberration suprême consiste à planter des vignes au même endroit que le blé. Le blé consomme le sol, alors que les vignes le créent."

"Comment force-t-on une vigne à "descendre" ? Tout d'abord, en la plantant très profondément. Si je plante un pied de vigne en l'enfonçant de quatre centimètres, je lui dis : "sois belle, amuse-toi, et tais-toi." Si je plante une vigne à soixante centimètres de profondeur, je lui dis : "tu vas souffrir pour dépasser tes propres attentes. Tu vas souffrir pour dire quelquechose qui te surprendra, pour produire quelque chose qui restera là après toi." Ensuite, je choisis de fortes densités de plantation. Je plante jusqu'à 10000 pieds à l'hectare sur les nouvelles parcelles. Troisièmement, je travaille la terre pour lui apporter de l'oxygène. Enfin, je me conforme à la biodynamie pour faire démarrer le processus jusqu'à ce que la vigne prenne le dessus et commence à fabriquer sa propre terre."

"Qu'est-ce qu'un homme ? Un homme est constitué par le réseau de tous ses gènes et la somme de ses possibles. Mais au-delà, c'est aussi son savoir. Le savoir qui engrange chaque jour, quand il apprend, quand il souffre, quand il s'enthousiasme, quand il tombe amoureux, quand il est déçu. Lorsque je rencontre quelqu'un, je recherche son humanité. Son patrimoine génétique ne m'intéresse pas. Quand je goûte un vin, pourquoi voulez-vous que j'analyse son génotype plutôt que son vécu ? Un vin de terroir montre la manière dont un vin communique tout ce qu'il a appris au-delà de son génotype. Et cet apprentissage, c'est la culture de la profondeur. Tous les jours, la vigne descend, elle apprend quelque chose de neuf et c'est ce qui se traduit dans le raisin."

Propos publiés par Andrew Jefford qui écrit " Et si jamais un vigneron français mérite d'être comparé à Roland Barthes ou à Jacques Derrida, c'est bien Jean-Michel Deiss. Ce compliment lui revient de droit, non seulement pour l'originalité déconstructiviste et subversive de sa pensée, mais aussi pour les belles métaphores dont il enveloppe ses raisonnements. Un discours de Deiss étonne au point que la dégustation qui le suit donnerait presque dans la sobriété..."
 
photo_112.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

David Lefebvre 10/02/2008 21:56

Et oui Jean-Michel, et Pline l'ancien nous apprend qu'ils maîtrisaient également l'oenologie minérale et pas uniquement organique comme nos Pasteuriens. Quant au constat fataliste de Wischmeier, si cher à nos agronomes, il justifie toutes les dérives.Sur la densité de plantation, il faut dire tout ! Moi j'aime pas qu'on m'écrase les pieds. Car si avec 10 000 pieds à 60 d'écartement c'est pour rouler à l'enjambeur ou au tracteur de 5 tonnes à 10 cm du pied, mieux vaut moins de pieds et des rangs plus écartés.  L'oxygène si la terre est écrasée ?!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents