Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 00:09

9782847344660.gif
Dans l'introduction de ce document de travail - publié par Taillandier/Arte Editions - indispensable pour ceux qui veulent décrypter la mondialisation avec une boite à outils qui permet, dans l'abondance des informations, le rythme effréné de leur diffusion, la boulimie de leurs consommateurs, d'échapper au prêt-à-penser et au Thinker's digest, Virginie Raisson écrit : " Qu'il s'agisse des questions climatiques, énergétiques ou de biodiversité, nous ne serons rattrapés que par notre passivité et notre immobilisme. Pas par la fatalité ni par l'ignorance. Car nous savons. Et nous pouvons. Finalement, ce que souligne aussi cet atlas dans sa transversalité historique, méthodologique et thématique, c'est que même dans un espace mondialisé, le seul déterminisme qui existe, c'est l'action qu'on ne tente pas, les choix que l'on n'ose pas. C'est pourquoi une fois encore, l'avenir appartient aux décideurs et aux acteurs que nous sommes, pas aux prophètes."

Que voulez-vous, chers lecteurs, dans un monde plein de contradictions qui reflètent aussi les nôtres : nous voulons majoritairement en tant que citoyens préserver la planète, la réparer, privilégier le durable mais les consommateurs que nous sommes sont souvent réfractaires ou même résistants aux changements de nos habitudes, de nos modes de vie, choisir, comme toujours, est une douleur, un renoncement. De même, alors que nous nous offusquons bruyamment des délocalisations qui cassent des emplois et appauvrissent les plus fragiles de nos concitoyens, nous nous précipitons sur les téléphones portables, les micro-ordinateurs et les écrans plats dont les prix sont eux en baisse parce qu'ils sont produits par les pays émergents à bas coûts salariaux. Enfin, alors que le besoin de sécurité augmente de façon exponentielle face aux agressions nouvelles : terrorisme, épidémies type H5N1, extension des mafias, transferts de fonds illégaux, prolifération des armes de toutes natures..., l'Etat national est dépassé, il ne peut plus maîtriser seul ces grandes problématiques. Seul l'espace européen est efficient et le récent discours du président de la République devant le Parlement européen a, me semble-t-il, bien tracé les contours de la responsabilité de l'UE. Alors, que pouvons-nous faire, nous, les simples citoyens de la doulce France qui avons bien du mal à nous vivre européens?

Certes, garder notre esprit critique, c'est notre marque de fabrique, mais aussi chercher à mieux saisir la complexité du monde, à repérer les changements, à cesser de réclamer aux politiques des solutions simples et rapides à des problèmes complexes, mais aussi encore, et ce sera dur, écouter les objections des autres peuples, supporter la contradiction et accepter parfois de changer d'avis. Notre esprit soi-disant cartésien, apte à disséquer un sujet avec un bel esprit analytique et critique, fait qu'une fois opinion forgée, logique et rationnelle, nous campons dessus prêt à subir tous les siéges. Nous nous encalminons. Nous nous complaisons dans notre "exception française". Nous sommes peu enclins à prendre en compte les avis qui ne sont pas les nôtres - taxés comme stupides ou de mauvaise foi - à négocier pour chercher un compromis. Loin de moi de verser dans ce que l'on a qualifié de déclinisme, bien au contraire, je pense que la France a des atouts majeurs et une vitalité qui font d'elle un pays attractif et envié. Dans mon petit espace de liberté, pour ce vin produit mondialisé, je propose que nous redevenions acteurs et décideurs de notre propre destin, car nous savons ce qu'il faut faire et nous pouvons le faire.  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

philippe joly 15/11/2007 10:05

c'est la diversité de chacun qui fait la richesse d'un groupe...déclinisme français?on nous emplis les esgourdes du déclin français, de son apathisme devant la mondialisation, ect ect...se prendre en main?nous comptons en france des sociétés de très haut niveau, de professionnels reconnus, de scientifiques mondialement renommés.il est juste temps de se dire que les marchés sont ailleurs (la production aussi, je sais) , que les autres (même chinois!) peuvent faire aussi bien que nous, voire mieux.certains refusent de collaborer avec certains pays asiatiques  (droits de l'homme, pauvreté...) mais achète les produits fabriqués sous une marque réputée ou partent en vacance voir la grande muraille...on ne décline pas, c'est juste que nous sommes contradictoires...juste pour le plaisir...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents