Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 00:07

S--gol--ne-002-copie-11.jpgS--gol--ne-003-copie-1.jpg
" L'outrage aux "bonnes moeurs" n'est plus ce qu'il était. Hier la nudité et le sexe, aujourd'hui l'alcool et la cigarette sont bannis des photos officielles. Et pourquoi pas des tableaux ? " Au Canard enchaîné, où les journalistes ne crachent pas sur le jaja et la fumette légale, dans le dernier dossier : Les nouveaux censeurs - M2149-, on laisse libre court, avec bonheur, à la raillerie sur le politiquement correct en retouchant le célèbre tableau "La Cène" de Philippe de Champaigne (1602-1674) pour donner de ce repas trop arrosé une version sanitairement correcte. Je vous propose les 2 photos et un texte sur les photos retouchées de Mao (ça fera plaisir à mon ami le guide du Pous...)
S--gol--ne-001-copie-2.jpgS--gol--ne-004.jpg

" 1972. Yenan. Au musée de la Révolution, après les manigances ourdies contre Liou Chao-chi d'abord, et contre Lin Piao ensuite, les plus habiles retoucheurs chinois, les experts ès laboratoires, avaient retouché des centaines de photos. Un travail d'orfèvre. La plus impressionnante, pour moi, était celle de Mao à cheval, avec à ses côtés, Lin Piao, à cheval lui aussi. Maintenant, sur le cheval de Lin Piao il n'y avait plus de Lin Piao, mais un petit halo blanchâtre, un ectoplasme, et Mao regardait le photographe droit dans les yeux, en faisant dans le même temps un mouvement de bras pour appuyer les propos qu'il tenait à son ami Lin. Mais à présent que le bandit LIn Piao n'était plus en selle, Mao paraissait s'adresser au cheval, qui d'ailleurs tournait attentivement ses naseaux vers lui, comme s'il comprenait son discours (...)
A Yenan, pendant la nuit, j'eus une discussion animée avec les Chinois qui m'accompagnaient. " Pourquoi retouchez-vous les photos ?" demandai-je. " Nous ne les retouchons pas, répondirent-ils. Nous avons seulement une conception différente de la photographie. - N'est-ce pas une conception différente de l'histoire ? - De la photographie plutôt... - Non, c'est une conception mutilante de l'histoire, insisté-je (...) "

extrait de " Deux mille ans de bonheur " Maria-Antonietta Macciocchi chez Grasset  pages 88-89


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents