Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 07:00

photoB14.jpg

 

Me de Candolle dressait pour Marie l’état de sa fortune. Le magot accumulé par les tantes et oncles, faisait d’elle, même une fois déduits les droits de succession, bien allégés par le locataire de l’Elysée, une des plus beau parti de ce pays. Lénine se plaisait dans les vignes alors que Tintin au Congo se familiarisait avec les jurons locaux. Il s’était pris d’amour pour la nouvelle cuisinière marocaine du château. L’heure était pour Marie aux grandes décisions : fixer le prix des primeurs du millésime 2010. Le commandant de gendarmerie lui avait confié, sous enveloppe cacheté, une page déchirée du calepin de son oncle Philémon sur laquelle il avait couché, de son écriture fine et pointue, les chiffres adoptés lors du tragique déjeuner. Pour mettre de l’ordre dans ses idées elle enfourcha son vélo, qu’elle avait fait venir de Paris par DHL, et s’en fut pédaler sur le plateau de Pomerol. 730 hectares, 180 châteaux reliés par des petites routes sinueuses. Marie s’asseyait sur une borne de Pétrus. Elle se souvenait d’une déclaration de Jean-Pierre Moueix qu’elle venait de lire dans un des tous premiers numéros de l’Amateur de Bordeaux « Croyez-moi, en ce temps-là (celui de son père), ça ne se vendait pas comme ça, d’une pichenette... Petrus, le plus cher du monde ? Fallait-il que certains grands crus aient quelques faiblesses pour que Petrus gagne sa place ! Non ! Ce qui fait son succès, je crois, c’est l’expérience et la qualité professionnelle de ceux qui le font, et c’est sans doute la marge que je laisse aux revendeurs. ». Tout près une grue tendait sa flèche au-dessus des murs du nouveau chai. Marie sortait son petit carnet de moleskine, recomptait, repensait à ce que lui disait souvent Eric « Quand les mouettes suivent un chalutier, c'est parce qu'elles pensent que des sardines seront jetées à la mer ». Indignez-vous clamait ce bon Stéphane Hessel mais était-ce suffisant ? Non Marie se sentait une âme entrepreneuriale : elle allait faire ! Bâtir un modèle économique qui retrouverait du sens. Faire des grands vins pour qu’ils soient bus par le plus grand nombre. Produire de la valeur certes pour la pérennité de sa boutique, mais respecter les grands équilibres. Elle appelait Me de Candolle « Paul ça vous dirait de devenir mon attaché de presse ? »  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents