Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2005 4 20 /10 /octobre /2005 00:00

« Et puis il y a le serveur français. Il est sans concurrent en ce bas monde, à condition d'exercer ses talents dans un grand restaurant. En reportage à Dijon pour couvrir une course de F1, j'ai voulu dîner dans un endroit renommé. Guère expert en vins, je choisis un Sauternes pour accompagner une viande rouge. Légère hésitation du garçon : « C'est un vin doux, monsieur. » En bon barbare, je ne voyais pas où était le problème et confirmai mon choix. Embarrassé, le garçon se retira, mais il n'a jamais apporté la bouteille qui n'a d'ailleurs pas figuré sur l'addition. Un excellent repas, mais à l'eau... »

 

Signé Ted Stanger dans un livre plein d'humour « Sacrés Français! » Ce journaliste vit à Paris et aime la France.

Remarques en vrac :

1- en Bourgogne on boit un Bourgogne, ça va de soit;

2- le garçon devait être le sommelier, crime de lèse-majesté;

3- un liquoreux pas un vin doux barbare d'américain !

4- l'accord mets vin, grand classique, m'a toujours ravi, dans les journaux féminins ça ramène les femmes à la cuisine, pas très féministe tout ça;

5- les français sont des conseilleurs-nés, hier je suis tombé en arrêt comme un vieil épagneul breton devant la vitrine d'un « repaire de Bacchus » où une étiquette de conseil accolée à un cabernet-merlot Sarabande de Delphine de Margon 4,90 euros - très prout prout ma chère – indiquait » vin à boire légèrement frais et surtout entre amis " Ce surtout me troue... Et les autres on les boit avec qui ? Demain vin à boire surtout avec son patron ou avec sa belle-mère...

6- Lisez Ted Stanger ça fait du bien à notre orgueil national.

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Eric ROSAZ 20/10/2005 11:17

M. Berthomeau (je n'ose vous appeler cher Jacques)
Votre billet du jour me rappelle un souvenir lointain du temps où j'"officiais" comme sommelier dans un célèbre restaurant 3 étoiles du Sud Ouest de la France. Un soir, un haut fonctionnaire (il s'était présenté comme cela)invite une tablée d'amis à venir découvrir les mets fins et raffinés de cette elle région. Viens alors le moment crucial (et au combien important)du choix du vin. Commis sommelier, je me présente donc avec mon plus beau sourire et ma plus belle carte des vins devant ce monsieur. Repoussant d'un revers de main ma proposition de conseil, cette charmante personnalité, devant un parterre ébahi, me commande de rammener dans les plus brefs délais un grand cru classé de cette région nommée Pauillac. La tablée d'amis, d'un seul élan, accueillit ce choix par un ohhh d'éternelle reconnaissance. Quelques minutes plus tard, je reviens avec le flacon et lui présente. Satisfait, il m'autorise à "faire mon cinéma". Viens alors le moment de tous les dangers pour un sommelier : je verse quelques centilitres de vin dans son verre et là : stupéfaction, moue indignée (les amis retiennent leur souffle) la sanction tombe : bouteille bouchonnée. "Quoi, me dit-il d'un ton sec et fier, dans ce célèbre restaurant, ceci est inacceptable. Allez de ce pas me chercher une nouvelle bouteille. Cela a déjà que trop duré...." Rouge pivoine, je m'empressais de répondre à ces ordres et ces désirs (c'est aussi cela les métiers de l'hotellerie. Pourtant, le doute m'envahit. Bizarre, ce grand château, d'un millésime assez récent bouchonné? Non, il fallait que j'en sois sûr. Et sûr, je l'étais quelques minutes plus tard : le goût de bouchon n'existait pas. Alors, je fis quelque chose (que Dieu me pardonne)pas très honnête. Je lui resservis la même bouteille. Et là, miracle de l'oenologie surement, mon homme, d'un grand sourire et d'un signe de la tête évocateur, me demanda de servir tous ses amis ébahis devant de telles connaissances.

Remarques en vrac :
1 - honnêtement, en Bourgogne, je bois du Bourgogne
2 - s'il est vrai qu'il existe des sommeliers "bêtes", il existe aussi des clients "c...."
3 - Dans ma petite expérience hotelière d'étoilés, il m'est déjà arrivé (et plus souvent que vous ne croyez) de servir, à des "barbares de français" un cola à table.
4 - Les accords mets et vins dans les journaux féminins sont trop souvent faits par des hommes
5 - Est-ce que vous accepteriez de boire un verre avec moi dans quelques temps?
6 - Pour ce qui est de me lire, je n'ai pas encore écrit mes mémoires... pas sûr que cela intéresse grand monde.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents