berthomeau

Mardi 3 juin 2014 2 03 /06 /Juin /2014 09:43

desmoines.gif

 

J’ai vécu, en direct live, juste avant la publication de Cap 2010, ce que vaut l’appui du négoce français : le poids des assignats.


L’Union des Maisons et Marques de Vin, l'UMVIN ça n’est pas l’UINM mais au mieux un club sympathique présidé par un président sympathique : Ghislain de Montgolfier puis par un président trublion Michel Chapoutier, au pire un leurre où jamais on ne croise les 2 poids lourds du négoce : Pierre Castel et Joseph Helfrich.


Sans risque d’être démenti je puis donc tranquillement affirmer, comme ce bon président Mao qui marchait sur l’eau, que le négoce français n’est qu’un tigre de papier : même pas peur !


chine-mao.gif

 

Alors lorsque le nouveau président de l’UMVIN, avec  sa manière directe et imagée, s’interroge à propos du futur plan d'avenir de la filière « et déjà, où est passée la stratégie d'il y a 4 ans ? » j’ai fort envie de lui demander : et vous le négoce qu’en avez-vous fait ? 

 

Rien !


Et même si vous avez hypocritement fait semblant de ne pas contribuer à son enterrement vous portez, vous aussi, une lourde responsabilité dans sa mise en bière.


N’attendez pas de moi que je dresse l’état de l’Union du négoce français car je suis, sous mes airs de vieux monsieur indigne, un garçon charitable mais permettez-moi de douter très fortement de l’efficacité du style de Michel Chapoutier sur le cours tranquille et pépère de la filière.


Qu’il soit excédé que le « négoce se fasse marcher dessus de manière éhontée », je peux bien sûr le comprendre mais le souvenir de ma mission d’appui à la peu courageuse Catherine Vautrin sur les droits de plantation me remet en mémoire la splendide position du négoce français  « courage fuyons ! »


Bref, comme tranchait Mac Arthur « Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard. »


Les lamentos sur la « division par deux de ses parts de marché à l'international en 30 ans » me laisse de glace et je n’irai pas jusqu’à citer la saillie de Jacques Chirac pour illustrer mon propos.


C’est d’ailleurs sous la présidence de celui-ci que furent célébrées les funérailles de Cap 2010 avec Hervé Gaymard comme porteur des cordons du poêle. La grande famille unie du monde du vin suivant le défunt en essuyant pour certains quelques larmes de crocodiles.


Dies Iræ  dies illa et l’interview de Michel Chapoutier link

 

Si vous n'êtes pas abonnés à Vitisphère faites-moi signe je peux vous secourir 


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 juin 2014 7 01 /06 /Juin /2014 00:09

1236383_10201287542663236_1800588050_n--1-.jpg

La photo est signée Armand Borlant photographe des stars

 

Au Bourg-Pailler, aux portes du bourg, sur le bord d'une Nationale passante, chez nous, la nuit comme le jour, les portes étaient toujours ouvertes, c’est-à-dire jamais fermées à clé.

 

Qu’avions-nous à voler ?

 

Pas grand-chose certes, mais cette attitude reflétait surtout une façon d’être. Seule la tante Valentine pestait sur ce qu’elle considérait comme du laisser-aller. Je dois dire que tout le monde s’en fichait. S’encombrer de clés, se barricader, n’était pas inscrit dans notre ADN de bons campagnards.

 

J’aime toujours les portes ouvertes où l’on frappe et où l’on répond : entrez ! Quand j’étais mioche, du fait du métier de mon père : entrepreneur de battages et de travaux agricoles la salle commune était très souvent occupée par des clients qui venaient soi-disant régler leur note mais qui, très souvent, après avoir éclusé quelques verres et bavassé repartaient comme si de rien n’était.


Cette forme de table ouverte dans une maison où l’on entre et l’on sort sans façon, le ballet matinal des bonnes à tout faire qui venaient quérir le lait pour leurs patronnes (tous les ragots venaient à mes oreilles), m’ont marqué à jamais.

 

De plus, mon pays étant un pays d’épais bocage où la clôture de fil de fer n’existait pas : les hauts et épais buissons entouraient les prés et les champs et il était toujours possible de sauter les échaliers qui étaient comme des fenêtres sur.

 

Vous comprendrez donc plus aisément tout le plaisir que j’aurai à accueillir du monde sur cet espace de liberté pendant cette période de roue libre.

 

Vigneronnes et vignerons, lectrices et lecteurs, vous êtes donc en permanence les bienvenus ici alors, faites de belles photos et profitez-en pour laisser libre-court à votre plume.

 

Vous êtes les bienvenus.

 

Merci par avance de votre aide...

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 31 mai 2014 6 31 /05 /Mai /2014 08:40

992905 10200638028366047 685903467 n

 

C’était mon objectif et j’y suis arrivé : tenir le rythme jusqu’au 30 juin 2014 date anniversaire du lancement officiel de ce blog.

 

 9 années !

 

Un sacré bail...


Les statistiques de mai 2014 ont récompensé mes efforts : 32197 visiteurs/ 57261 pages lues.


Et pourtant un record de ponts mais beaucoup de grisaille qui favorise la lecture, l’audience de mon blog a de nouveau sauté un palier. Depuis le début il en  est ainsi, à chaque fois que je pense que l’intérêt va fléchir la conjonction des fidèles lecteurs et de nouveaux arrivants donne un coup  de pouce aux statistiques.


Ces chiffres, somme toute modestes, sont un encouragement bien sûr mais pas une raison suffisante pour continuer en appliquant le même modèle.


J’ai besoin de me renouveler, de trouver de nouveaux angles, de relever de nouveaux défis.


En début d’année j’ai envisagé de tout laisser tomber. Je me suis ravisé en me donnant comme butoir la date anniversaire de ce blog, la fin d’un bail agricole de 9 ans.


Permettez-moi un rapide retour en arrière :


L’acte d’état-civil de Vin&Cie l’espace de liberté était court link

 

Mes premières chroniques de Juin 2005 ont sombré avec le site myspace : le 1er juin Adriana /le 2 Juin : Parker /le 3 Juin : Wine Attitude /le 6 Juin : Comme un lundi /le 7 Juin : Mobylette /le 8 Juin : vins de propriétaires /le 9 Juin : le retour du bon pain /le 10 Juin : la Logan /le 13 Juin : Carré de Vigne /le 14 Juin : Cinémascope / le 15 juin : Archives Nationales/ le 16 juin : Pollinisation Croisée/ le 17 juin : Vinexpo/ le 24 juin : Audimat / le 27 juin : Elevés à l'ancienne / le 28 juin : Noa Otello Clinton / le 29 juin : immeubles à la découpe.


Ma première vraie chronique chez mon nouvel hébergeur fut : décavaillonneuse date du 3 août 2005 link

 

En fin de bail :


4350 chroniques au compteur : trop sans doute, qu’importe !

 

Pages vues :      3 422 064 

 

Visites totales :               1 576 101

 

Abonnés : 1167


Le 30 mai 2011 j’écrivais « J’ai 6 ans et pas encore toutes mes dents : Vin&Cie l’espace de liberté vogue doucement vers la puberté » link


« Pour autant Vin&Cie l’espace de liberté n’est qu’une minuscule chiure de mouche à peine visible sur l’immensité de la Toile, il faut savoir raison garder. Ma chance initiale c’est que, suite à mon rapport en 2001, que certains ont rebaptisé Rapport Berthomeau, Google me référence très bien : j’ai un côté GD irritant. Les blogueurs sont courtisés, hameçonnés, en l’absence de modèle économique la tentation est grande pour eux de céder aux sirènes et aux joueurs de fluteaux. Pour ma part je n’ai aucun mérite à m’en tenir à une position hors des sentiers battus : j’ai un job, je file vers la retraite et j’ai toujours eu un goût prononcé pour l’indépendance. Simplement, je me permets de dire à tous ceux qui nous bombardent de communiqués de presse à copier-coller que l’ennui naquit de l’uniformité. Si vous souhaitez, et c’est compréhensible, mettre en avant vos vins, ne nous demandez pas de mettre nos pas dans ceux de nos confrères papier si conformistes.


La maison Berthomeau produit beaucoup, trop sans doute, mais sa production étant virtuelle l’empreinte carbone reste modeste. La Toile présente le grand avantage – certains estiment que c’est un inconvénient mais ils n’ont qu’à être prudents sur ce qu’ils mettent en ligne – elle stocke tout et les chroniques germent ou renaissent au gré de l’actualité via les mots-clés. C’est fascinant de voir resurgir une chronique oubliée, de celle que vous aviez négligée alors qu’elle m’avait demandé beaucoup de sueur. Alors, je biche !  L’Internet est ce que l’on veut qu’il soit : ce n’est qu’un moyen de communication qui ne recèle en lui-même aucune perversion. Moi je le prends pour ce qu’il est : une large ouverture sur le Monde. Contrairement à ce que certains pensent je ne passe pas ma vie devant mon écran je travaille par séquences lorsque l’envie ou la nécessité me prennent. L’Internet, Facebook ne me fascinent pas, je m’en sers. »


Et maintenant, après neuf années à chroniquer, que vais-je faire ?


Je n’en sais fichtre rien ou, pour ne rien vous cacher, je vais d’abord concrétiser mes nouveaux projets tout en chroniquant au fil de l’eau.


De toute façon vous verrez bien.


Bonne journée à tous.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Vendredi 30 mai 2014 5 30 /05 /Mai /2014 00:09

img-0624.jpg

 

Dans ma prime jeunesse vendéenne, où ne nous sortions guère de notre petit cercle villageois, les images du vaste monde se résumaient en quelques photos  glanées dans des magazines de la Bonne Presse, aux plans souvent tournés en studio des films de fictions vus au Rex de la Mothe-Achard.


Les nouvelles du monde parvenaient à mes oreilles par la radio et par les missionnaires venant prêcher pour collecter des fonds pour l’évangélisation des peuplades lointaines link Nous étions à des années-lumière de l’instantanéité de la Toile.

 

Les premières vraies images du monde, de l’Afrique tout particulièrement, je les ai découvertes lors des séances de cinéma de « Connaissance du monde », un organisme fondé en 1945 par Camille Kiesgen. Il s’agissait de documentaires de qualité qui nous étaient projetés à la salle paroissiale. L’énorme projecteur à lampes était installé au fond de la salle sur un trépied. Ça m’impressionnait. Nous vivions ces projections comme une longue récréation, beaucoup d’entre nous découvraient les premiers seins nus des femmes africaines.


Pour ma part, ce qui m’étonnait c’est que l’on désignait les peuples colonisés, dans les commentaires, d’indigènes avec une connotation péjorative, désignant des individus ou des arts « non-civilisés », ou avec un sens équivalent à celui de barbare ou de sauvage.


La supériorité supposée du colonisateur sur les gens du lieu, les indigènes me troublait : n’étions-nous pas nous aussi les vendéens crottés des indigènes ? J’admirais Jess Owens, le roi Pelé, les grands jazzmen noirs… Hitler, Staline, les collabos étaient des blancs.


Tout ça pour vous dire que les mots ne sont jamais innocents.


Le distinguo conflictuel entre levures sélectionnées et cultivées (voire transgénèse ou OGM) et les levures indigènes ou naturelles, contribuant à la fermentation alcoolique, c’est-à-dire la transformation du sucre du raisin en alcool, relève consciemment ou non d’un affrontement d’ordre culturel entre supérieur et inférieur.


D’où la violence des prises de position, la confusion des débats, les irréductibles de chaque camp s’employant à travestir la réalité pour mieux masquer l’indigence d’un combat dont il serait bon d’éclairer le sens.


Dans ma petite tête ce combat est pourtant simple à résumer : il s’agit de l’affrontement classique entre l’uniformité et la diversité.


Notre monde post-moderne est niveleur : tout partout à l’identique pour favoriser les échanges dans notre monde mondialisé. L’empire des marques mondiales insoucieuses de la main qui fait, la sous-payant pour mieux s’engraisser, jettent sur le marché des produits uniformes, formatés.


Avec le vin nous sommes dans le domaine du vivant, la fermentation alcoolique ne démarre que sous l'action des levures (celles de l'espèce Saccharomyce cerevisiae) à une certaine température. Ces champignons unicellulaires décomposent la matière, en l'occurrence le glucose, pour produire l'alcool, en diffusant du gaz carbonique qui échauffe le moût et qui stimule un peu plus les levures...


Dans notre monde, où tout s’achète et tout se vend, les marchands d’intrants cernent beaucoup de viticulteurs-vinificateurs,  les « conseillent », débitent des ordonnances rassurantes, on s’assure, on se réassure. C’est normal le monde économique est si dur.


Affirmer que le choix des levures est laissé au seul libre arbitre du vinificateur constitue un abus de langage, un déni de la réalité : beaucoup sont contraints, obligés, pieds et poings liés avec les exigences économiques auxquelles ils sont confrontés. Prendre le risque de ne pas obtenir ce que l’on souhaite comme résultat n’est pas à la portée de tous.


Et là on en revient à ce qui fâche, pour les vignerons qui font le choix des levures indigènes il s’agit d’un respect de ce que la nature confère au vin, le reflet de l’apport de la vigne, de la baie. Une forme d’idéal qui remet le terroir au cœur du travail du vigneron, conférant au vin une plus grande authenticité.


Est-ce contestable ? La démarche de ces vignerons n’est-elle pas tout simplement, non pas un retour en arrière, ni la recherche d’une naturalité antinomique avec toute l’histoire du vin, mais une volonté de retrouver la grandeur et la beauté de ce que fait la main avec le moins d’artifice possible. Prendre le risque, l’assumer, sans pour autant revendiquer une quelconque supériorité. Retrouver le temps de faire, prendre le temps de faire, être attentif, soigneux et intelligent.


Nous jugerons l'arbre à ses fruits est un bon adage que je fais mien… Nous trierons le bon grain de l’ivraie sans nous référer aux goûts dominants reflets d’un autre temps.


Choix de buveur, et non de  dégustateur, primauté à la liberté d’apprécier, d’aimer…


L’irruption dans le monde du vin d’une génération de vignerons plus respectueux de leur terroir, de leur vigne et de l’élaboration de leur vin, est un progrès. Condamner une démarche respectable au nom d’une supériorité de pratiques qui ne disent pas leur nom me semble une bataille d’arrière-garde.


Que chacun assume ses choix, chanter le vin comme un produit de civilisation tout en se fondant dans le grand océan des produits formatés en est un que je respecte et j’assume. Il a ses contraintes, ses risques aussi. La fameuse segmentation des marchés implorée pour régler l’absence de choix à la vigne et aux chais de beaucoup de nos appellations et autres IGP de masse, est un cache-misère. Ce ne sont pas les vins dit naturels qui menacent l’avenir des vins de France mais l’incapacité dans laquelle nous sommes de sortir d’une vision d’un autre temps. L’AOC pour tous ou presque c’est la dilution, le meilleur moyen de détruire de la valeur.


Pour le débat je vous propose 3 liens :


1-      « Levures indigènes et maîtrise des fermentations spontanées » Institut Français du Vin link


2-      « La supériorité des levures «indigènes»: un fantasme de naturistes ? » David Cobbold link


3- « Levures indigènes : révélatrices de terroir mais pas que ! » Amicalement Vin link

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 26 mai 2014 1 26 /05 /Mai /2014 10:00

J’ai reçu dans ma messagerie personnelle le 26 mai 2014 00:24 sous le titre : Vive le kolkhoze!


Ceci


« Tiens, l'omniscient, au moins, avec ces quelques chiffres, tu connais mieux tes amis, les humanistes, enfin, ceux que tu défends ardemment, champion!

(Évidemment, je sais, la SOFRES le confirme, c'est de ma faute, c'est une réaction…)


Européennes Castelmaure

 

À toutes fins utiles je signale que je ne connais en tout et pour tout que 2 citoyens-électeurs de cette commune qui compte comme l’indique le tableau 162 inscrits sur les listes électorales.


Sans commentaire !


Si vous voyez le rapport expliquez-moi, merci.

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Lundi 26 mai 2014 1 26 /05 /Mai /2014 00:09

carreau-du-temple-marais.jpg

 

Vraiment désolé de maltraiter ainsi dans mon titre la conjugaison du verbe être avec le verbe avoir et réciproquement mais je me conforme à la jurisprudence du « j’ai été au salon de la RVF » link pour pouvoir dérouler ma démonstration.


Acte 1 : Le vin s’installe dans une nouvelle dimension... me dit-on Dégustation au Carreau du Temple le lundi 2 juin 2014 de 11h30 à 20h30


Inscription: link 


Acte2 : je clique sur le lien et le prix s’affiche 10€ sauf que si j’applique mon code d’invitation WLLK c’est gratos.


Acte 3 : je me dis dans ma petite Ford intérieure tu devrais te méfier ! Pourquoi diable me direz-vous ?


2 raisons :


1-      Le matin même j’avais reçu ça via le réseau LinkedIn :


Cher/Chère Jacques,


J'aimerais que vous rejoigniez mon réseau sur LinkedIn. Thierry Desseauve Owner, bettane+desseauve


Vexé comme un pou que j’étais que le Thierry, que je connais depuis des lustres, ne sache même pas si je suis un garçon ou une fille. Puis réflexion faites je me suis dit que c’était le robot qui déconnait et que le Thierry faisait ça pour me plaire : pensez-donc demander à un vieux con retraité de rejoindre son réseau c’est vraiment très charitable de sa part.


2-      Et puis y’avait l’histoire du « j’ai été au salon de la RVF » qui avait photocopié son billet d’entrée pour bien montrer qu’il avait payé 25€. Là, je me suis dit que si je me pointais gratos au Carreau du Temple je tomberais dans un piège abominable. Imaginez le titre de la chronique de « J’ai été » : « non content d’avoir une carte de vieux dans les chemins de fer de l’État socialiste le Taulier se fait raser gratis, pardon rincer gratis, par Michel et Thierry »


Acte 3 : Réflexion faite je ne me suis dit qu’il ne me fallait pas commettre le post de trop qui souillerait de façon indélébile un parcours sans tache. Ce serait le coup de Clémenceau à Marcellin Albert 1 billet de cent francs pour payer son retour en train. Les 10 € de la honte et du déshonneur pour moi.


Acte 4 : « Qui veut trop prouver ne prouve rien.  » Thomas Fuller physicien anglais (1652-1734)


Acte 5 : Puisque je n’irais pas de toute façon au winelab de B&D pour ne pas tomber dans l'odieux guet-apens tendu par j'ai été  je publie aujourd’hui ma chronique avant même qu’il ne se déroulât, ça fera de la pub pour l’évènement.

 

Acte 6 : cadeau Bonus de la maison B&D


Bonjour à tous,


Pour ceux qui seront à Paris lundi 02 juin 2014, nous organisons un nouveau salon des Vins. Un nouveau concept, un nouveau lieu.


N’hésitez pas à vous inscrire gratuitement et à venir déguster de beaux flacons.


11h30 – 20h30 – www.bdwinelab.fr/inscriptions/

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 24 mai 2014 6 24 /05 /Mai /2014 10:00

pousson.jpg

 

 

Je goûte toujours avec délice, une gourmandise sans retenue les petits précieux ridicules qui s’enveloppent dans leur dépit surjoué pour nous en imposer, grimper sur leur Olympe inaccessible afin de jeter le discrédit sur ceux qui osent ne pas apprécier leurs hautes et sublimes pensées : « J'ai tellement vu, vécu ces derniers jours, un côté sombre, laid, mesquin du vin français (heureusement ultra-minoritaire!), que… » Pauvre chaton, il nous tirerait presque des larmes, comment peut-on passer à côté de lui sans le remarquer ?


Mais passons, ce matin c’est la notion d’ultra-minoritaire qui m’intéresse. Qui donc est majoritaire dans l’exercice du pouvoir d’influence dans le monde du vin ?


Ceux qui ne parlent pas et dont on ne parle jamais !


Ceux qui ne nous lirons jamais.


Ceux qui n’achèteront jamais un guide des vins.


Des pousseurs de caddies…

 

Le type important pour eux c'est Jean-Luc Roché link


Une majorité écrasante, silencieuse, qui pèse entre 80 à 90 % de la chalandise du vin.


Alors camembert, un soupçon de modestie ne saurait nuire à nous tous misérables petits plumitifs du vin.


Qui nous lit ?


Qui nous suit ?


Une minuscule poignée de lecteurs, des petits cercles, des gens qui pourraient comme les radicaux tenir congrès dans une cabine téléphonique.


C’est clair nous sommes tous ultra-minoritaires  et ça se passe de tout commentaires !


Pas la peine de repasser les plats trois fois pour mendier de l’audience !


« Le ridicule attaque tout, et ne détruit rien. » Benjamin Constant 

 


Ridicule -1996 par mariodelpais

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 22 mai 2014 4 22 /05 /Mai /2014 00:09

petites-recoltes2.jpg

 

Là, j’en suis sûr, je vais me mettre tout le monde à dos : les vignerons naturistes, les tauliers de restos et de bars naturistes, les petits cavistes naturistes et pas naturistes, les bobos forcément naturistes, Jonathan Nossiter nouveau converti au naturisme, les tronches de vin tous 5 naturistes, tous les garçons et les filles en plus jeune âge qui agitent leur verre de vin naturiste et puis, bien sûr, toute la maison Castel maison mère de Nicolas qui n’en a que faire de mes réflexions à la noix, la CNAOC, le CN de l’INAO et celui des IGP, les Interpros, les ODG, les OC, les marchands d’engrais, de phyto et de produits œno, les fabricants de machines à vendanger et les vendeurs de matos, le vigneron de Fronton qui me traite de con, n’en jetez plus je n’ai aucune vocation à me poser en martyr car ma fin de vieil homme indigne chroniqueur impénitent est proche.

  

Mais en attendant le clap j’ai des excuses :


1-      Lorsque j’officiais à la Société des Vins de France entre 1986-1988 à Gennevilliers, charmant port de pêche, j’ai embouteillé le jaja de la maison Nicolas à la suite d’un appel d’offres gagné haut la main sur les gars de Castel. À cette époque-là Nicolas était entre les mains du groupe Rémy-Cointreau et officiait à Charenton.


2-      J’ai bien connu Pierre Boisset l'acheteur des vins de la maison Nicolas.


Pierre-Boisset.jpg

 

« PENDANT PLUS DE CINQUANTE ANS, Pierre Boisset a été l'acheteur des vins de la maison Nicolas. De cette vie passée à arpenter les vignobles armé de son tastevin pour déguster des milliers d'échantillons où les piquettes voisinaient avec les vins loyaux et marchands, de cette expérience qu'il fut à peu près seul à réaliser à cette époque, il extirpa de savoureux souvenirs dans un livre paru au milieu des années 1980, Millésimes et Campagnes. Les carnets d'un acheteur de vins. Dans sa conclusion, cet observateur d'un monde viticole paysan et humble confiait son plus grand étonnement : « Jamais je n'aurais pu penser, en commençant mon métier, qu'un jour on vendrait des vins au prix des parfums de luxe. » Qu'aurait-il dit aujourd'hui en voyant un flacon de Pétrus se négocier autour de 3 000 euros, des Lafite ou des Latour dépasser allègrement les 1 000 euros ou en égrenant les chiffres des records de vente aux enchères de grands crus à Londres, New York ou Hongkong ? Il avait mis le doigt sur le phénomène le plus profond et le plus marquant de l'histoire de ce secteur économique depuis le milieu du XIXe siècle, quand le développement du chemin de fer fit du vin une boisson nationale, bon marché et quasi industrielle. Le passage, très rapide, d'un mode de consommation à un autre et le changement de statut qui s'ensuivit, la fin du « vin boisson » et l'émergence d'un produit transmettant autant d'émotions culturelles que de sensations gustatives, porteuses de valeurs statutaires et hédonistes. Certes, il reste aujourd'hui une large place de la production viticole dédiée à la mise en marché de vins accessibles mais, même dans ces catégories, la dimension « expérience émotionnelle » est importante pour les consommateurs. » THIERRY DESSEAUVE


petites-recoltes.jpg

 

3-      Les « Petites récoltes de Nicolas » existent depuis 1995. Un concept qui avait donné un sacré coup de jeune au vin de table. Le principe était simple, des bouteilles aux étiquettes « comme à la main » qui jouaient sur le mythe de la découverte du petit producteur. Un mythe qui s'écoulera à plusieurs millions de bouteilles tous les ans.


4-      J’ai confié récemment à une boîte spécialisée, qui me l’avait demandé, mon analyse gratis sur la stratégie de Nicolas. Bien évidemment je n’en ferai pas ici état c’est mon affaire et celle des dirigeants du groupe Castel qui, je n’en doute pas un seul instant, ont dû apprécier mes réflexions à la con.


Que les naturistes intégristes se rassurent, en évoquant une collection « les petites natures » dans cette maison très conservatrice je ne lance aucun pavé dans la mare, je me contente de constater que les voies de l’extension du domaine du vin sont impénétrables et que dans ce domaine ceux qui savent anticiper les tendances sont toujours les grands gagnants. Après tout le Vin de France, que Cap 2010 a préconisé, est l’héritier du Vin de Table, en mieux, et les vignerons naturistes en sont les fers de lance. Moi ce que j’en dis c’est pour causer et ramener ma fraise alors que l’on ne me demande rien.


EtiquetteVinGusBlayaisBourgeais.jpg BILAL_gamay-.jpg


Gus et Bilal

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Lundi 19 mai 2014 1 19 /05 /Mai /2014 00:09

10177452_1446952915546402_2337545381077776847_n.jpg

 

Je suis fidèle en amitié, et Vincent Pousson le sait tout comme Patrick Hoÿm de Marien et Bernard Pueyo, et entre amis on doit s’expliquer, parfois avec rudesse, toujours avec franchise, ne pas laisser à d’autres le soin de jouer les petits télégraphistes.


Alors foin de ceux qui savent tout et qui ne savent rien, notre passé commun reste intact, rien ne pourra en effacer sa trace, quant au futur il ne faut jamais dire jamais. Il est des ruptures violentes, douloureuses, qui font des brisures nettes, franches, mais qui se consolident avec le temps sans laisser de trace.


Ce beau projet, dont Vincent était l’âme, est-il définitivement, irrémédiablement enterré ?


Mon âme de médiateur, de raccommodeur de vaisselle brisée, m’incite à croire que non.


Comme on dit chez moi dans ma vieille Vendée : « j’ai eu fait… »


Pourquoi, une fois la catharsis passée, la colère, la déception surmontées, les rancœurs digérées, ne pas se retrouver autour d’une table, à tête reposée, pour se parler, s’entendre, se comprendre et reprendre le cours d’une vie commune.


Mission impossible me direz-vous ?


Je ne le crois pas, tout est toujours possible entre frères soudain devenus « ennemis » si la bonne volonté est au rendez-vous, si ce qui uni est plus fort que ce qui divise.


Alors pourquoi pas !


Je suis prêt à y contribuer, à faire en sorte que cette coopérative d’un 3e type se refonde, existe, ouvre ses portes sur des bases solides.


Prétention de ma part, peut-être, mais à tous ceux qui se sont contentés de regrets je dis : « vous qui affirmez que vous attendiez avec impatience la concrétisation de ce projet, venez donc contribuer concrètement à sa réalisation. Joignez le geste à la parole… »


C’est un appel, pas une bouteille à la mer car Embres est niché dans les Corbières. Même si ça vous paraîtra un peu nunuche dans notre monde dur et inflexible c’est une colombe de la paix.


En ce lundi matin plein de soleil, lumineux, j’espère qu’elle trouvera un rameau d’olivier juste avant de se poser sur la Coopé.

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 16 mai 2014 5 16 /05 /Mai /2014 08:00

Cette histoire vraie est emblématique d’une façon d’être de certains sur les réseaux sociaux, on s’y met en scène pour étaler les turpitudes des autres, sans bien évidemment que ceux-ci aient le droit à la parole.

 

Pour ceux de mes lecteurs qui ne connaissent pas mes relations anciennes et étroites avec la coopé d'Embres&Castelmaure je les invite à renseigner la case recherche, en haut à droite du blog, avec cette raison sociale et ils retrouveront mes chroniques.

 

J'écris cette chronique au nom de mon amitié ancienne pour un trio qui me semblait indissoluble : Patrick, Bernard et Vincent... 


telechargement--12-.jpg braisenville-038.JPG

 

Voici le déroulé de la rupture.

 

La nouvelle tomba comme un couperet, avant-hier à 9 h 55, sur la page Face de Bouc du sieur Pousson.« C'étaient mes trois dernières étiquettes pour les viticulteurs d'Embres-et-Castelmaure. La fin d'une époque. »


 

Sous-entendu : ils m’ont viré !


 

Stupeur et tremblement : sitôt le petit peuple de Face de Bouc s’émeut, plaint l’artiste, peste contre l’ingratitude de ces paysans tant vantés par leur idole.


 

Moi je trouve ça bien étrange alors je téléphone au Président de la coopé : mon ami Patrick Hoÿm de Marien, l’ami de toujours de Vincent Pousson, celui qui l’a accompagné et défendu aux heures difficiles.


 

Celui-ci, est stupéfait, meurtri par cette trahison, informé laconiquement par sms de la défection de Pousson. Car la vérité toute bête c’est que, sans donner ses raisons, bonnes ou mauvaises, qu’importe, le génial promoteur  du projet la Coopérative (il s'agissait d'une forme de guingette) se tirait à la cloche de bois laissant l’ardoise à la Coopé.


 

Adieu camion de Pousson, tables, couverts, oliviers… peccadilles que tout ça pour l’artiste incompris par ces paysans mal dégrossis.


 

Ce qui m’étonnait dans les commentaires des fans de Pousson c’est que nul ne relevait les propos en commentaires de Bernard Pueyo, le directeur d’Embres&Castelmaure, lui aussi compagnon de toujours de Pousson.


 

Je cite Bernard Pueyo :

 

 

« Le radicalisme exogène reste la signature des grands artistes. Un départ sans même avoir les couilles de le dire en face et de s'expliquer. Reste ta décision. Descend de ta bulle l'artiste, la seule issue à cette relation compte tenu des tes expériences passées de business man ne pouvait être que celle-là. »

 

« On va voir maintenant si tu as le courage de t'expliquer sur la toile puisque tu ne peux pas le faire dans les yeux, j'attends et j'exige tes explications, on va en parler tous les deux. »


 

Demande claire, souhait légitime, car il est bon de rappeler qu’un directeur de coopérative est responsable devant ses administrateurs de sa gestion, nous ne vivons pas, n’en déplaise à Vincent Pousson, dans une République bananière où les caprices de l’artiste doivent être honorés sans barguigner.


 

Mais, patience, nous allions tout savoir, en effet Vincent Pousson répondait avant-hier à Dany Rolland « Triste, Dany. Un peu en colère aussi. Explications suivront. »


 

Fort bien, c’était la moindre des choses, il devait bien ça à ces pauvres paysans tant aimés d’Embres&Castelmaure.


 

Alors, tout comme Bernard Pueyo, j'attendais.


 

Mais ce matin, revirement de jurisprudence « Ces quelques lignes pour remercier tous ceux, vignerons, artisans, fournisseurs qui nous ont fait confiance, à Isabelle Brunet et à moi-même, qui nous ont suivis sur le projet de LA COOPÉRATIVE. Pour nous excuser aussi après d'eux et de tous les futurs clients qui, avant même l'ouverture, nous avaient fait l'honneur de réserver en nombre dans ce restaurant qui malheureusement ne pourra pas voir le jour, pour une somme de raisons trop longue à expliquer ici et maintenant.


Au-delà de la tristesse, au-delà de la déception, avec une envie intacte, nous rebondirons, afin que l'idée perdure, sous une forme différente.

 

À très bientôt »


 

La messe était dite. Nous ne saurions rien du fond de cette affaire. Face à un petit homme meurtri, blessé, déçu, la commisération des fans resterait forcément de son côté.


 

Quelle absence de courage, faire ça à un ami, à son grand ami, un ami à la peine en ce moment, Patrick Hoÿm de Marien ça dépasse mon entendement. C’est inadmissible car ça laisse planer un doute insupportable. Vincent Pousson agit comme un enfant qui de prive de son jouet et qui boude.


 

Comme le souhaitait Bernard Pueyo je souhaite que Vincent Pousson s’explique, qu’il plaide sa cause, qu’il ne se contente pas de sa piètre mise en scène sur Face de Bouc. Il a peut-être de solides raisons de jeter l’éponge.

 

 

Qu'il les donne !


 

Pour moi ce qui compte ce n’est ni l’ego de Pousson, ni l’amitié bafouée, mais la pérénité  de la belle aventure d’Embres&Castelmaure. Derrière les étiquettes de Vincent Pousson il y avait du vin, des raisins, des vignerons...


 

Pourquoi jeter un tel doute sur la bonne foi de ses dirigeants en sous-entendant que si son projet est annulé c’est uniquement de leur fait, de leur faute, qu’ils n’ont pas été à la hauteur de son génie.


 

C’est lui qui est parti que je sache.


 

Pourquoi cette fuite ?


 

Jusqu’à preuve du contraire, j’ai confiance en la parole de Patrick Hoÿm de Marien et de Bernard Pueyo : il me semble, faute d'entendre les arguments de Vincent Pousson, qu'Embres&Castelmaure n’a pas grand-chose à se reprocher dans le naufrage de son projet 

 

 

 

Ressaisis toi Pousson, ne jette pas aux orties ces belles années par un comportement inapproprié.


 

Du courage bordel !


 

Rappelle-toi le dernier coup de téléphone que tu m’as passé Vincent à propos de l’ami Patrick à la peine ! Tu me semblais sincère.

 

 

Tu lui dois bien ça !


 

La vérité, toute la vérité, rien que la vérité, c’est une exigence de morale publique que tu  nous dois toi si prompt à redresser les torts.


 

Je n’instruis ici aucun procès, je ne prends pas parti, je suis dans le droit fil de notre histoire commune et je te demande seulement du respect pour les coopérateurs d’Embres&Castelmaure, donc des explications entre gens adultes et responsables.


 

« Touche pas à ma Coopé ! »


 

Et que l’on ne m’oppose pas que le linge sale ça se lave en famille puisque le linge sale c’est Vincent Pousson qui l’a étalé sur son mur pour se poser en martyr de ces « salauds de pauvres » d’Embres&Castelmaure.


 

Pourquoi toute cette publicité si maintenant tu te refuses à nous expliquer les raisons de ton  abandon ?


 

 

« Si toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire il y en a d’autres, en plus grand nombre, qui ne sont pas meilleures à entendre. » Léon Bloy.

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés