www.berthomeau.com

    Vin&Cie,

             l'espace de liberté

berthomeau1.jpg

Un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes...

Pour recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite, c'est gratuit. 

Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires.

Bonne journée à tous, ceux qui ne font que passer comme à ceux qui me lisent depuis l'origine de ce blog.   

 

 

 

 

 




 

Lundi 9 août 2010 1 09 /08 /Août /2010 11:00

Lors de son passage à Saint-Estèphe en 1838 Stendhal s’enchanta de l’étrangeté d’une architecture de fantaisie : « cela n’est ni grec, ni gothique, cela est fort gai et serait plutôt dans le genre chinois ». Mais le plus cocasse est que cette abondance de clochetons, de tourelles, de merlons et de sculptures n’est destinée qu’à des étables et à des chais. M. .......... a oublié sa maison mais rien ne lui a semblé trop beau pour ses bœufs et pour son vin. »

 

6ième Question : Quel est le nom et le prénom de l’érecteur – surnommé « le maharadjah de Saint-Estèphe » pour son amour des voyages, notamment aux Indes – de ce célèbre château. Et quel est le nom et le prénom de l'architecte qui a revisité récemment le chais de ce château ?

 

  

Sans avoir l’esprit de contradiction, ni l’obsession des rives, ce matin pour la 6ième Question piochant du côté de Saint-Estèphe, j'aligne en partant de Lalande de Pomerol : un Pomerol et 2  St Emilion Grand Cru de mes amis les Goldsmith et Jean-Pétrus Lignac, qui sont en la bonne compagnie d’un Côtes de Castillon qui monte qui monte avec Stéphane Derenoncourt et d’un Haut Médoc Cru Bourgeois supérieur en plein renouveau avec Paz Espejo : Château Siaurac Lalande de Pomerol 2007, Château Prieuré 2007 St Emilion Grand Cru et Château Vray Croix de Gay 2007 Pomerol domaine de l’A millésime 2007 Château Guadet 2007 Grand Cru Classé de St Emilion Château Lanessan 2002 Haut Médoc Cru Bourgeois supérieur.  

 

Douard 8286 vraycroixgay._web_jpg.jpg

 

 

Douard-8289.JPGA_2007.JPGDouard-8290.JPG20100730152631890 0001

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 9 août 2010 1 09 /08 /Août /2010 00:09

Paris, entre deux rendez-vous de travail, Paz Espejo, m’attendait souriante dans le salon du bar d’un grand hôtel. Nous nous retrouvions justes après le déjeuner et nous prîmes un café. Sa nomination à la tête du Château Lanessan par la famille Bouteiller m’intéressait car elle symbolisait pour moi un réel passage de témoin, un trait d’union entre deux mondes, une volonté d’assumer pleinement, pour une belle signature, la négociation du grand virage dans lequel le monde du vin français doit s’engager pour affronter au mieux la nouvelle donne mondiale, et plus particulièrement dans le cas présent celui d’un beau Château du Médoc.  Douard-8297-copie-1.JPG

Au temps où j’officiais sous les lambris de l’Hôtel de Villeroy, au 78 rue de Varenne, pour moi le Château Lanessan c’était Hubert Bouteiller. Homme de conviction, à la personnalité bien trempée, dans le cénacle parfois bien plonplon du Comité Vin de l’INAO, ses interventions argumentées, souvent pertinentes, tranchaient. Je le confesse aujourd’hui, il présentait toutes les qualités requises pour présider le Comité Vins de l’INAO. Mais il était bordelais et, dans les subtils équilibres sociopolitiques du monde du vin français, le TSB : tout sauf Bordeaux unissait les barons des autres régions. Dans notre beau pays, les nominations publiques à des postes de responsabilité, font les délices des hommes de pouvoir et de leur entourage. Par chance, je n’eus jamais à procéder à cet exercice, le magistère de feu Jean Pinchon, quu succéda à un bordelais Pierre Perromat, m’exonéra d’avoir à trancher dans le ballet des prétendants.

 

Ce rappel du passé simplement pour saluer un homme, avec qui j’eus bien des désaccords, mais qui prit toujours la peine, une fois même par le truchement d’une longue lettre manuscrite suite à mon fameux rapport, d’argumenter, de tenter de me convaincre sans jamais se départir d’une grande courtoisie. L’ami Jérôme le sait mieux que quiconque, puisqu’il présida le Comité Vins de l’INAO, dans ce cénacle où les gens du vin tenaient leur destin en main face à l’Administration, le choc des personnalités valait mieux que le chant anesthésiant des robinets d’eau tiède. Mais les dés sont jetés, nous sommes entrés de plain-pied dans le royaume des AOP-IGP où la main a été donnée à l’Administration.

 

Revenons à nos moutons, je devrais écrire à nos chevaux, autre passion d’Hubert Bouteiller ce qui donne à la dénomination du second vin du château toute sa signification : Les Calèches de Lanessan. Donc, loin des agitations du microcosme parisien, lorsque la famille Bouteiller, afin d’assurer dans la sérénité le départ à la retraite d’Hubert Bouteiller, sollicitait Paz Espejo, afin de réveiller «  le bel endormi », celle-ci forte de son bagage technique, de son expérience dans le négoce du développement de marques à l’international, chez Calvet puis chez Cordier-Mestrézat,  saute le pas avec enthousiasme. Coup de cœur dit-elle, car le potentiel de ce domaine insulaire et unique, limitrophe de l’appellation Saint-Julien, avec ses 300 hectares,  dont 80 hectares de vignes d’un seul tenant cernées de 145 de forêts, royaume d’une riche biodiversité, avec ses  parcelles de vignes situées sur des croupes de graves garonnaises profondes, celles des meilleurs crus classés, est extraordinaire. Sans tomber dans les clichés Paz Espejo se voyait confier la baguette du chef d’orchestre pour donner sa touche, son empreinte personnelle à la partition du château Lanessan. PASS_ESPEJO_2B5I2944-bis.gif

Vendre le vin des autres est une très belle aventure mais, pour une âme bien trempée comme celle de Paz Espejo, ça devait avoir un goût d’inachevé. Embrasser « l’œuvre » en sa totalité, de la vigne au verre, ne pouvait que se révéler pour elle un beau défi. Alors dès son arrivée, le 3 août 2009, elle arpente toutes les parcelles avec le maitre de chai, elle goûte le raisin, elle adapte la date des vendanges à chaque parcelle, à l’optimum de mâturité de chaque cépage, quitte à interrompre la vendange pendant quelques jours. Retour à la vigne donc,  sa culture, son soin et sa protection dans le respect du terroir avec une approche pragmatique, sans dogmes pour générer le raisin qui exprimera le mieux le millésime. Comme le dit Paz « Quand la matière première est belle, plus on reste simple plus on arrive à des choses pures. Je ne suis pas une fanatique des produits œnologiques : des enzymes, des tannins… S’il y en a dans le raisin, j’aime autant les mettre en valeur sans en rajouter. Ils sont sans aucun doute très utiles certaines années, mais sur les bonnes années, plus on reste simple, mieux c’est. » J’avoue préférer cette saine franchise aux discours alambiqués, faux-culs ou bêtement militants.

 

Mais, par-delà cet engagement vigneron de Paz Espejo, ce qui m’intéresse au plus haut point dans son approche c’est sa volonté d’installer Lanessan dans univers des marques. À Bordeaux, rappelons que les Grands Crus ne représentent que 2% du marché, et que l’envolée des prix de certains masque la réalité du terrain. Comme dans la mode, où les must de la Haute Couture, les Lagerfeld et autres vendeurs de leur propre image, laissent de plus en plus la place à la dynamique de nouveaux créateurs inventifs, tel un Jean Touitou d’APC, le marché des tous nouveaux consommateurs occasionnels de vin va devenir de plus en plus friant de signatures, d’identification d’un château avec celles et ceux qui en sont l’âme.

 

Le château Lanessan a déjà tout d’un grand, en 1855 son propriétaire M.Delbos, négociant, a refusé de présenter son vin au fameux classement. Pierre Lawton le dit à Gérard Muteaud dans le Nouvel Obs. à propos du millésime 2009 « On trouve des vins d’une qualité remarquable comme Lanessan ou Chasse Spleen autour de 15 à 20 euros la bouteille hors taxes. Des prix très modestes au vu de leur qualité. » Tout le challenge de Paz Espejo va consister, avec sa patte personnelle, à traduire la classe naturelle de Lanessan dans l’air du temps. Comme l’aurait dit ma couturière de mère : le chic se niche toujours dans le détail : une broche, une ceinture ou un simple froncé à la taille... Dans un univers de massification, l’art de la marque signature tient à cette capacité à se démarquer sans pour autant bousculer les codes de la tradition.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Dimanche 8 août 2010 7 08 /08 /Août /2010 02:09

carte-regions-chili.jpg

Dans le bus un jeune chilien, en revenant des tinettes, engageait la conversation avec Chloé dans un bon français. Nanterre, étudiant en économie, mai 68, Cohn-Bendit, la rue Gay Lussac, les barricades, les charges de CRS, il portait fièrement autour du cou un bandana rouge qui lui avait servi à se protéger des gaz lacrymogènes. « Il sent encore le chlore... » fanfaronnait-il comme s’il avait été gazé dans les tranchées de l’Argonne. Pour faire l’intéressante Chloé lui servait, avec une belle conviction, le couplet traditionnel sur la situation politique inédite de son pays en passe d’accéder au socialisme par la voie pacifique. Il hochait la tête en souriant car, soupirait-il, même si beaucoup de Chiliens étaient d’accord avec Allende, bien sûr, restait la crainte de se retrouver face à l’hostilité des Etats-Unis. Et puis, les petits commerçants, les artisans comme les taxis ou les camionneurs craignaient d’être nationalisés. « Comment vous dire, la grande majorité des gens acceptaient la révolution à condition que ce soient les autres qui trinquent. Vous savez le Chili c’est un peu comme la France... » Nous nous esclaffions de concert. Il reprenait, avec un peu de tristesse « Regardez-les dans ce bus, qu’est-ce qu’ils lisent ? Des tabloïds où l’on ne parle que de faits divers, de sports ou de cul. Croyez-moi la majorité s’intéresse à l’avenir du Chili comme un turfiste à une course en sac. Ce qu’ils veulent c’est vivre comme les Américains, la bagnole, la télé et en foutre le moins possible » Devant nous, une vieille qui était passée au travers des mailles des douaniers faisait le compte de son balluchon et nous la sentions heureuse de pouvoir aller vendre son contenu : des jeans et des chemises de trappeurs sur les marchés de Santiago.

À l’aube le bus dévalait sur Antofagasta sous un soleil rasant. Et toujours ces baraques des campamentos au flanc des collines pelées tels des lentes de poux sur des tignasses mal lavées, c’était déprimant. Nous stoppions à Antofagasta, une nichée de lycéennes  en bleu marine et col blanc s’ébrouait autour de notre bus. Du vrai café, notre petit colombien frétillait en nous annonçant que nos n’étions plus qu’à vingt heures de Santiago. Il engageait la conversation avec notre étudiant en économie. « Bien sûr l’Université est à gauche, les ouvriers aussi, surtout dans le Nord minier où les traditions de lutte sont vivaces. Mais au Sud ce sont les latifundia, un lumpen prolétariat écrasé, soumis, la peur. Restait Santiago avec ses trois millions d’habitants sur les neuf que comptait le pays. » Chloé requinquée par l’expresso prenait part à la conversation « Et l’armée ? » s’inquiétait-elle. Pessimiste mais confiant l’étudiant concédait tout de même que certes la Marine était fasciste, les Aviateurs à droite, seule l’Armée de Terre et la troupe étaient loyalistes, mais que de toute façon les généraux, les amiraux se neutralisaient dans un subtil équilibre d’hostilité entre les différentes armes. Il ricanait « Vous savez nous la gâtons notre armée: good food, good home, good job. And penty of fun. Les chiens gras ne mordent pas leurs maîtres. » Le petit colombien surenchérissait en soulignant que les campamentos, cette masse, ce tiers des chiliens, se battraient en cas de coup dur pour le gouvernement de l’Union Populaire. Notre étudiant haussait les épaules « le peuple ne veut pas des Soviets ! Reste à ne pas perdre les élections de mars prochain. » Toujours la légalité constitutionnelle, ce pays s’y accrochait sans trop y croire, pour ne pas se faire peur.

Notre étudiant insistait pour que nous l’accompagnions à l’Université où il souhaitait saluer l’un de ses amis, professeur de français. Nous prenions un taxi qui longeait le bord de mer. Avant l’avènement de l’UP l’Université était tenue par des Jésuites, une AG l’an dernier les avait foutu dehors et depuis c’était l’Etat qui payait. Lancinante question posée à un groupe d’étudiantes : « et la Révolution ? » Elles ne comprenaient pas et leur étonnement était sincère. Le professeur de français se marrait « Tu aurais du leur demander ce qu’elles pensaient du chic de Jackie Kennedy là tu aurais fait un franc succès. » Presque personne n’est politisé ici à l’exception d’une poignée d’étudiants issus de la petite bourgeoisie. Très en verve, le professeur de français ironisait auprès de Chloé « Nous sommes une vitrine, nous visiter est du dernier chic, pour preuve nous avons reçu il y a quelques semaines la visite du Club de l’Obs., ma chère. » Nous rions jaune. Au retour, crochet, nous grimpions dans les collines dans les campamentos. Baraques en isorel, quelques parpaings, des toits en tôle, pas de sanitaires, pas un brin d’herbe, pas un arbre, pas une fleur, quelques antennes de télé, et des gens propres sur eux comme des employés rentrant du travail. Je m’en étonnais et m’attirais une réplique cinglante de Chloé « Tu les espérais en haillons mon beau légionnaire... » Ma réponse se résumait à une dénégation molle se référant à mes souvenirs d’enfance. Nous repartions vers le centre Antofagasta et nous longions un camp militaire verdoyant où le crépitement d’exercices de tir à la mitrailleuse me donnait le sentiment que ce pays n’était qu’un vaste trompe l’œil et qu’il nous faudrait ne pas y faire de vieux os.    

 

désolé l'escudo est portugais et non chilien, la monnaie de ce pays étant le peso merci Bernard...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 8 août 2010 7 08 /08 /Août /2010 00:09

Que cette phrase est belle !

Ce samedi j'ai envie de m'arrêter sur elle, de vous proposer de m'accompagner, le temps de cette chronique, dans une petite réflexion sur un sujet que nous ne savons pas aborder sereinement : notre vivre ensemble.

Deux évènements sportifs récents, l'un calamiteux, l'autre heureux, ont été symptomatiques à la fois de nos difficultés à mettre un contenu commun, partagé, à notre vivre ensemble mais aussi à notre grande capacité de nous sublimer lorsque nous retrouvons le sens de la communauté, du groupe.

En effet, entre la petite bande de grévistes au cul cousu de fric qui soi disant portait le maillot de l’équipe de France lors du dernier Mondial de football en Afrique du Sud, arrogante, fermée, triste, autiste et l’équipe de jeunes gens et jeunes filles, joyeuse, gagneuse, spontanée et solidaire, qui portait les mêmes couleurs aux derniers championnat d’Europe d’athlétisme à Barcelone, il semblait il y avoir un monde comme on dit.

Et pourtant, les deux recrutaient dans le même vivier coloré de ces fameuses banlieues où nous parquons ces français venus d’ailleurs. France étrange terre d’asile où comme le disait ironiquement Yannick Noah : on est français quand on gagne et Camerounais lorsqu'on perd.

Et pourtant de tout temps ce fameux maillot national fut porté par des hommes aux noms dont la consonance sonnait l’étranger : les Kopaszewski, Piantoni, Platini, Zidane, Mimoun, Jazy ou dont la couleur de peau nous rappelait notre passé colonial voire esclavagiste : Bambuck, Pérec, Thuram, Karembeu...

Est-ce que le Villiers-le-Bel de Myriam Soumaré est si différent du Trappes d’Anelka ? Différents le jeune Christophe Lemaître et le jeune Jérémie Toulalan non des petits gars bien de chez nous, le premier rayonne, le second balbutie des conneries pour s'expliquer « je ne sais pas ce qui m’est arrivé... »

Alors où se situe ce fameux gap ?

Juste avant eux, nous, les parents, les dirigeants, les cadres, tous ceux qui éduquent et forment, tous ceux qui sont les garants du bien public, les dépositaires de la vie collective, les transmetteurs, les passeurs de valeurs, celles et ceux dont les trajectoires prennent la valeur d’exemple.

Les deux sports en question s’appuient sur le bénévolat de milliers d’hommes et de femmes dévoués et désintéressés qui eux aussi sont à l’image de notre pays.

Alors l'argent, le buiseness, les sponsors, les agents, les grandes fédérations... ont-ils étouffé ce qui faisait la beauté et la dignité du sportif ? Je ne le crois pas. Le sport reste encore un espace d'accomplissement et de dépassement de soi et un magnifique spectacle pour lequel tout un chacun peut s'enflammer, s'enthousiasmer. Que nous le voulions ou non nous sommes devenus, à de rares exceptions, des consommateurs réguliers ou occasionnels de spectacles sportifs télévisés. Tout ce pervertissement par l'argent part de nous. 

 

En effet la télévision est une gigantesque pompe à fric qui transforme les compétiteurs et les compétitions en de fabuleux générateurs de droits. Des joueurs hommes-sandwiches, une FIFA entreprise mondialisée, des contrats aux chiffres mirobolants qui, au bout du bout, ramené au chiffre d’affaires généré, ne représentent que l'épaisseur du trait. La boucle est bouclé et lorsque vous posez votre cul devant votre télé c’est vous qui devenez le fait générateur de ce grand barnum.

Ça donne à réfléchir, ça devrait nous donner à réfléchir... 

 

Mais, pour en revenir à ma belle phrase-titre qui fait référence à une situation réelle, extrême, je me dis : nos joueurs feraient-ils comme eux ? Je ne sais. Lisez !

  « Pour les nazis aussi, le football était une question d’Etat. En Ukraine, un monument a été élevé aux joueurs de Dynamo de Kiev de 1942. En pleine occupation allemande, ils commirent la folie de battre, dans le stade local, une sélection d’Hitler. On les avait prévenus :

–       Si vous gagnez, vous mourrez.

Ils entrèrent sur le terrain résignés à perdre, en tremblant de peur et de faim, mais ils ne purent résister à l’envie d’être dignes. Ils furent fusillés tous les onze avec leurs maillots, au bord du ravin, à la fin de la partie. »

 

Même si cette histoire racontée par Eduardo Galeano est un peu romancée la réalité fut encore plus incroyable ... et n’enlève rien à la dignité de ces joueurs.

 

« En fait, une première équipe de l'armée de terre allemande fut battu le 12 juillet 1942. Les allemands furent très désappointés mais aucune arrestation n'eut alors lieu. Ils choisirent d'organiser un autre match avec une équipe plus forte. Le 17 juillet, le Dynamo remporta ce match 6-0 !

Les allemands choisirent alors une équipe hongroise, alors réputée pour son jeu, pour jouer le 19 juillet. Elle perdit ce match 5-1. A noter une ligne du rapport de ce match :
"Malgré le score, les équipes peuvent être considérées de force égales" ...
Un match retour organisé par les hongroise termina par une nouvelle victoire du Dynamo 3-2 le 26 juillet 1942.

Le 6 Août 1942, était organisé un match contre l'équipe de la Luftwaffe. C’est ce match perdu par l’équipe allemande 4-1 qui est entré dans la légende. Mais celui ci ne se termine pas par l'exécution des joueurs de l'équipe ukrainienne.

Il fallut une nouvelle victoire le 9 Août sur cette même équipe et une dernière humiliation (8-0 !) le 16 Août 1942 pour que cette équipe entre dans l'Histoire.

 

Selon les versions, 4 joueurs furent exécutés : Ivan Kuzmenko, Mykola Trusevich, Olexiy Klimenko and Mykola Korotkikh. D'autres sources donnent 8 joueurs abattus. Tous les autres furent déportés et un seul survécu après la guerre : Makar Honcharenko. »

 

Une photo rarissime  des participants du match du 9 août 1942 à Kiev, prise , selon certaines informations, par l’arbitre de la rencontre et conservée dans l’archive du journaliste I.Konontchuk. 
Les footballeurs ukrainiens sont en maillots sombres, les allemands – en maillots clairs.

 

dk4-copie-1.jpg

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 7 août 2010 6 07 /08 /Août /2010 11:00

« C’est l’évènement de l’été ! » a déclaré à France Bleue South of France le fils adultérin du grand philosophe audois Jean-Baptiste Botul et BHL a surenchéri dans le Bulletin des Anciens Entartés « C’est le millésime du siècle ! » Tout le monde en parle, même Périco Légasse, c’est tout dire. Bref, ne pas en être relève au mieux de la faute de goût, au pire des regrets éternels.

 

Alors, pour les retardataires, les étourdis, les vacanciers de retour de vacances, je vous donne en une seule page : le règlement et la fabuleuse liste des lots de ce Grand Concours de l’Été.  

 

Wine News N°75 : Le règlement du GRAND CONCOURS de l'Été http://www.berthomeau.com/pages/N75_Le_reglement_du_GRAND_CONCOURS_de_LEte--3478297.html

 

Wine News N°76 : Les Lots du GRAND CONCOURS de l'Été: http://www.berthomeau.com/pages/N76_Les_Lots_du_GRAND_CONCOURS_de_lEte--3478310.html  

 

Et, bien sûr, les 5 premières Questions :

 

1-       Ne vous prenez pas le cigare répondez à la 1ière Question du Grand Concours de l’été http://www.berthomeau.com/article-ne-vous-prenez-pas-le-cigare-repondez-a-la-1iere-question-du-grand-concours-de-l-ete-54348609.html

2-      « Beth s'envoyait en l'air avec un oenologue plein aux as » l’énigme de la 2ième Question du Grand concours de l’été. http://www.berthomeau.com/article-ne-vous-prenez-pas-le-cigare-repondez-a-la-1iere-question-du-grand-concours-de-l-ete-54350638.html

3-      C’était le genre de chose que l’on attendait de lui, un gros vin poussif et pompeux, la 3ième Question du Grand concours de l’été vanne sec ! http://www.berthomeau.com/article-c-etait-le-genre-de-chose-que-l-on-attendait-de-lui-un-gros-vin-poussif-et-pompeux-la-3ieme-question-du-grand-concours-de-l-ete-vanne-sec-54351648.html

4-      « Une seule qualité, la première », telle est ma devise depuis le premier jour. Honneur aux femmes pour la 4ième Question du Grand concours de l’été http://www.berthomeau.com/article-une-seule-qualite-la-premiere-telle-est-ma-devise-depuis-le-premier-jour-honneur-aux-femmes-pour-la-4ieme-question-du-grand-concours-de-l-ete-54352448.html

5-       Qui c’est qui a acheté la pièce de charité Pommard 1er Cru « Dames de la charité » ? La 5ième question du Grand concours de l'été est bourguignonne     http://www.berthomeau.com/article-qui-c-est-qui-a-achete-la-piece-de-charite-pommard-1er-cru-dames-de-la-charite-la-5ieme-question-est-bourguignonne-54354130.html

 

 

Bonne pioche, à vos mulots et à la semaine prochaine dans le monde fabuleux du Grand Concours de l’été de www.berthomeau.com

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 7 août 2010 6 07 /08 /Août /2010 00:09

La France éternelle, celle que certains esprits forts dise profonde, celle où les femmes portent toujours des blouses en coton, où les hommes restent fidèles au petit blouson beige en Tergal, où les gamins prennent des torgnoles au bout de la table, celle du bon sens populaire qui navigue entre une certaine forme d’absurdité et la folie ordinaire, fut à partir de 1993 savoureusement incarnée sur Canal+ par Les Deschiens. Cette série créée par le duo Jérôme Deschamps&Macha Makaïeff fleurait bon la province avec les 2 normands François Morel, un gars du Calvados, et Olivier Saladin, avec le sarthois Bruno Lochet et les gens du Nord : Philippe Duquesne et le monument belge la merveilleuse Yolande Moreau.

Ce qui a fait la force des Deschiens c’est tout à la fois le cadrage immuable d’un décor minimaliste, des dialogues servis par des personnages plus vrais que nature avec un François Morel hermétique à toute culture, accroché à ses principes désuets en matière d’éducation des enfants et une Yolande Moreau archétype de la femme au foyer soumise bien épaulés par Olivier Saladin s’échinant à tenter d’exprimer ses opinions et par Olivier le fils des Morel qui tente de se cultiver, au grand dam de ses parents, en lisant Gide ou Marguerite Yourcenar.

Reste que les Deschiens, comme tout bon français, avaient une boisson favorite : le GIBOLIN. Je vous propose donc une séquence d’une « dégustation de Gibolin » qui tendrait à prouver que c’était bien une boisson fermentée. Pour compléter deux autres vidéos sur le Gibolin pour faire le tour de la question et visionner l’ensemble des protagonistes des Deschiens.


Les Deschiens - Le gibolin professionnel
envoyé par opusincertum. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 6 août 2010 5 06 /08 /Août /2010 11:00

 Les enchères virevoltaient, 20 000 devant, 35000 ici, 40 000 au fond, le commissaire-priseur se prenait pour Karajan, je retenais mon souffle comme si par je ne sais quel sortilège je prenais le parti de mon énigmatique voisin ......... Ils n’étaient plus que deux, dont mon favori. Un blanc, le temps suspendait son vol, l’enchère à ..... € et, il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre que ce serait le prix de marteau de la pièce que je préfère appeler « pièce de charité ». Adjugé à : ..... ......., mon inconnu récupérait une identité. À la tribune, entouré des deux présidents, notre homme, se fendait d’un bref petit speech en ........ Manifestement mon favori n’était pas du genre à faire étalage de sa générosité. Il avait déjà acquis, en 2004, la pièce de charité, un Mazis Chambertin Grand Cru  « Cuvée Madeleine Collignon ».

 

5ième Question : Nom et prénom et nationalité de l’acquéreur de la pièce de charité Pommard 1er Cru « Dames de la charité », montant de l’enchère et les noms et prénoms des deux parrains de la vente des Hospices 2008. En tout donc 8 éléments de réponse.

 

Belles maisons : Jadot, Bichot, Latour, Boisset beaux flacons magnum de Beaune, 1er Cru Boucherottes 2006, belles bouteilles de Meursault 1ier Cru Les Charmes 2007 Domaine du Pavillon, Puligny-Montrachet 1ier Cru Les Perrières 2007, Vosne-Romanée 1ier Cru Les Malconsorts 2006, Pommard Clos des Ursulines 2007 Domaine du Pavillon, d'Aloxe-Corton Domaine Latour,  Chorey-les-Beaune blanc « Clos Margot » 2008, ils ont bien raison d’être fiers d’être Bourguignons...

 

Bichot_Meursault.jpgbeaune_boucherottes_2006_mag.JPG

Bichot_Puligny_Montrachet.jpg_vosneromanee-1erc_malconsorts-dcf_2006.jpg

POMMARD_URSULINES_2007.jpg

aloxejean-claude boisset logo

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 août 2010 5 06 /08 /Août /2010 00:09

Des trois couleurs du vin le blanc présente sur ces deux concurrents l’avantage – si je puis dire – d’être associé à des patronymes connus du grand public. Rares, en effet, sont les MM. Rouge ou Rosé, alors que les Blanc célèbres sont légion.

Florilège !

-         Laurent Blanc : entraîneur

-         Michel Blanc : acteur

-         Georges Blanc : restaurateur

-         Jacques Blanc : sous-secrétaire d’Etat aux agriculteurs

-         Christian Blanc : fumeur

-         Gérard Blanc : chanteur  †

 

De plus dans l’ambiance du temps qualifiée par FOG, dans son édito du Point, de cynique, les maximes : laver plus blanc que blanc ou être blanc comme neige ou utiliser des arguments cousu de fil blanc augmentent le capital de sympathie du symbole de la virginité. Pour mémoire le Blanc fut notre couleur nationale au temps des Capets, elle reste partie intégrante et centrale de notre drapeau tricolore et le symbole international de la trêve, de la paix et de la reddition.

Du côté du vin le Cheval Blanc est rouge, le Blanc-Foussy est une marque de VMQ AOC Touraine que j’ai vendu au temps de la SVF, du côté de la Champagne le Blanc de Blancs est un vin blanc issu que de raisins blancs, le Blanc de Noirs est fait avec des raisins rouges, à Pouilly le Blanc est Fumé (ne pas confondre avec le Blanc qui fume). Reste le cas d’Adèle Blanc-Sec héroïne de bande-dessinée réincarnée par Louise Bourgoin dans un film de Luc Besson et celui du Vinaigre Blanc qui n’a rien à voir avec le vin car c’est un vinaigre vulgaire dont les usages ménagers sont multiples... J’oubliais deux pépites : le Rouge et le Blanc la belle revue et Rouge, Blanc, Bulles l'excellent blog d’Anne-Laurence Chadronnier. Reste aussi le Blanc d’Espagne avec lequel les bistrotiers annoncent sur leur devanture les plats et les vins du jour et le Blanc d’œuf pour clarifier le vin.

Sans souci d’exhaustivité : le jambon, le fromage, le sucre, le poivre, le pain, le bois, l’ours, le merle, l’examen, le mariage peuvent être blanc. Au féminin l’oie est blanche, comme la sauce, la colombe, l’hermine, la voix, la fumée, la canne de l’aveugle, la carte, la salle, l’arme, la houille, la nuit, la gelée et en ces temps du triomphe du bronzage être blanc comme un cachet d’aspirine est une marque d’infamie. Au pluriel : les produits blancs, les alcools blancs, les viandes blanches, les russes blancs, les Blancs avec une majuscule et le double-cœur sur le cœur, les petits blancs, les blancs-manteaux, les pères blancs, les cols blancs... et au féminin la traite des Blanches...

Tirer à blanc, saigner à blanc, faire chou blanc, connu comme le loup blanc...

La télé fut en Noir et Blanc.

La Blanche est une note qui vaut 2 Noires et est une nouvelle AOC de l’Armagnac  

Le Blanc est une ville de l’Indre département fétiche de Francis Blanche – tiens, tiens – et de Pierre Dac. Le Mont Blanc culmine à 4 810,45 m en 2009, c’est aussi un tunnel de sinistre mémoire, une marque de dessert la Crème Mont Blanc et celle d’un stylo chic et snob le Montblanc.

Pour les amateurs de sensations fortes, style les Dents de la Mer, le Grand Requin Blanc est une star de cinéma alors que le Boudin Blanc est lui la star des réveillons et la semaine du Blanc nous met dans de beaux draps.

Pour finir en beauté cette revue du Blanc je vous propose l’Auberge du Cheval Blanc qui est une opérette allemande en 3 actes de Ralph Benatsky sur un livret d’Erik Charell, Hans Müller et Robert Gilbert adaptée en français pour sa création au théâtre Mogador par Lucien Besnard avec des lyrics de René Dorin. Ici ce sont les « inoubliables » Marcel Merkès et Paulette Merval qui roucoulent... et une chanson de feu Gérard Blanc membre du groupe Martin Circus depuis 1969 qui a connu individuellement un succès en 1987 avec Une autre histoire.

 

Merci à vous de m’accorder de but en blanc votre blanc-seing pour tout ce Blanc qui n’est pas de la poudre aux yeux...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Jeudi 5 août 2010 4 05 /08 /Août /2010 11:00

«  J’ai 230 ans, le premier nom féminin célèbre de l’histoire du luxe ; 12 ans à la Révolution et 90 ans à la fin du Second Empire. Je suis née à Reims, morte à Reims, entre temps j’ai vendu des milliers – aujourd’hui des millions – de bouteilles. Mon affaire m’est tombée sur la tête à 27 ans, quand j’ai perdu mon mari ; entourée d’hommes exceptionnels comme Edouard Werlé, mon successeur, je suis la veuve la plus fêtée du monde. Qui suis-je ? »

 

4ième Question : Nom, prénoms et jour/mois/année de naissance de cette célèbre Veuve ?

 

Je suis ce matin trop bon, d’une faiblesse insigne à votre égard avec cette pétillante 4ième Question et j’en rajoute une louche pour vous aider avec de belles bulles : le Cumières 1er Cru des Champagnes Georges Laval by Olivier Borneuf, Petraea Champagne Réserve Perpétuelle des vendanges 1997 à 2006 de Delphine et Francis Boulard, Champagne Mailly Grand Cru Brut Réserve de Mailly Grand Cru et  petit clin d’œil 1ière Bulle Fuchsia Limoux Brut 2007 de Sieur d’Arques.

  

1.jpg

Petraea_Juin_2010_222.jpg

magBReserve-etui.jpg

Fuchsia.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Jeudi 5 août 2010 4 05 /08 /Août /2010 00:09

En 1978, après ma visite des installations de Listel, j’avais confié aux brontosaures de l’ex IVCC devenu ONIVIT : « voilà un beau vin d’ingénieur ! » Et puis le temps passa, Yves Barsalou friant des montages savants annexait au groupe Val d’Orbieu cette belle marque. Lui rendant visite au temps où je parcourais la France du vin afin de pondre ce qui devint mon rapport je ne pouvais m’empêcher de penser « que c’est triste de laisser une telle marque dans la naphtaline... » Et puis, la pelote du Val d’Orbieu se détricotant le groupe Vranken récupérait l’enfant.

Les champenois aiment les marques !

Grand ménage de printemps : Listel se souvenait qu’il avait les pieds dans les Sables du Golfe du Lion et, surfant sur la vague montante du rosé,  naissait Pink Flamingo ! Un Gris de Gris qui pointait son nez dans les rubriques de ces messieurs dont c’est le métier de nous dire où se trouve le bien boire.

Bref, avec les petits camarguais, les flamants roses, la marque sortait de l’univers tristounet de sa bouteille ventrue. Du marketing me diront certains puristes ! Oui, bien sûr, avec dans la bouteille le jus qui va avec cette approche. Rien à redire d’un tel process assumé et mieux valorisé. Que je sache ça ne fait de l’ombre à qui que ce soit, et surtout pas aux vins de terroir, du moins à ceux qui le sont vraiment.

Et puis, arpentant mon Monop pour repeupler mon frigo je suis tombé sur le petit nouveau de Pink Flamingo la Cuvée 9°. J’achète. Bon prix : 4,50€, ça fait cher le degré-hecto ! Je plaisante bien sûr. Au frigo le vin de France avant de subir son examen de passage. D’abord la fiche technique :

 

Listel Cuvée Pink est élaboré à partir de moûts de raisins rosés de cépages à haut potentiel aromatique. Ces moûts sont également sélectionnés en fonction de leur finalité, c'est-à-dire pour leur équilibre acide/sucre. Ils font l’objet d’une fermentation maîtrisée à température contrôlée, puis d’un assemblage.

 

Mariage harmonieux des saveurs du raisin et de la finesse du vin rosé, Listel Cuvée Pink est un produit naturellement léger et riche en arômes.


Ses arômes de fruits rouges (framboise, mûre, prune et cerise) sont l’expression des cépages sélectionnés pour son élaboration.

      

Frais, innovant et à teneur en alcool réduite, Listel Cuvée Pink est un vin plaisir, nouveau et authentique.

      

Idéal à déguster frais, il deviendra l’atout indispensable pour égayer ce moment de plaisir et de partage qu’est l’apéritif (parfait pour sublimer des petits toasts et accompagner savoureusement des amuses bouches), les instants de détente et repas conviviaux (parfait avec une grillade ou des salades composées). Il accompagnera également une cuisine légère d’inspiration méditerranéenne ou encore asiatique.

  Douard-8260.JPG

Littérature habituelle, assez proche de la réalité du produit lorsqu’on le boit. En effet, les aromes au nez sont évanescents, mais en bouche c’est vraiment nouveau, simple, léger, frais, désaltérant avec ce qu’il faut d’acidité et une pointe de frizzante naturelle. Bien sûr certains beaux esprits vont m'objecter que ça ne casse pas 3 pattes à un flamant rose qui d'ailleurs n’en a besoin que d’une pour se poser mais je leur réponds que le rapport entre le plaisir annoncé et celui éprouvé est bon.

Petite remarque sur le couplet authenticité, à force de la galvauder je signale aux utilisateurs qu'ainsi elle ne relève plus que de l’incantation obligée ou du pur kitch à l’image du buffet Henri II ou de la table en Formica. Quand à sublimer les petits toasts il n’est pas interdit de rêver que le sous-verre d’une copie de Hopper sur le mur du salon va bien avec ceux qui sont dedans. Quand est-ce que nos littérateurs d’étiquettes arrêteront de faire genre, de péter plus haut que leur cul, d’utiliser le vocabulaire à mauvais escient.

Ceci écrit  Listel Cuvée Pink cuvée 9° joue à son niveau, dans la bonne cour et j’en suis persuadé participe en cela à l’extension du domaine du vin...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés