www.berthomeau.com

    Vin&Cie,

             l'espace de liberté

 

 

photo581   

 

   
   

 

9782246807728 (1)


       

 

 

photo583   

 

 

Un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes...

Pour recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite, c'est gratuit. 

Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires.

Bonne journée à tous, ceux qui ne font que passer comme à ceux qui me lisent depuis l'origine de ce blog.   

 

 

 

 

Photo du Taulier de Ludovic Carème © http://www.ludoviccareme.com/ 




 

Mardi 27 octobre 2009 2 27 /10 /Oct /2009 00:03

Je commence par la fête la plus récente où je me suis rendu le mardi 20 octobre au Bar Rouge près du Carreau du Temple dans le 3ième arrondissement de notre capitale le Petit Paris futur noyau du Grand cher à notre Président. En juin déjà j’avais inscrit sur mon carnet de bal très fourni d’aller à un Apéro Vintage de Bordeaux au Progrès mais, pour je ne sais plus quelle raison, je ne pus m’y rendre. Faut dire que je me disais Berthomeau t’es vraiment pas la cible des filles du CIVB, même si tu fais du vélo, que certains te traitent de bobo, t’es un papy-boomers pas un djeune. Mais comme je suis un Grand Reporter – appellation qui s’applique à ceux qui vont sur le théâtre des opérations – à la guerre comme à la guerre, je pris mon chapeau – ce magnifique feutre que j’arborais avec mon aide de camp pour vanter le vin chaud bouillant – et pour une fois ma petite auto pour aller du Fouquet’s – une dégustation de château pas une commémoration du locataire du Château – vers le Bar Rouge. Belle image ne trouvez vous pas du Fouquet’s au Bar Rouge.


Mal m’en pris à cette heure de la journée j’avais oublié que la place de la Concorde c’est OK Corral, cul à cul, s’autobloquant, ces messieurs dames au volant sont prêt à tout pour se dégager de ce merdier. Comme j’ai une petite auto et du culot je me dépêtrais de ce sac de nœud. Puis vint l’axe Réaumur-République qui butte sur le Sébasto : patience et musique et me voilà rue de Bretagne où je me gare pour me rendre pédestrement rue de Picardie. Quand je débouchai sur le théâtre des opérations mon cœur fit un bond : face au Bar  Rouge un essaim de jeunes, verre à la main, donnait au lieu un réel air de fête. Quel plaisir de voir cette belle jeunesse papoter, aller et venir, rire... dans une atmosphère bon enfant. Mais, me dire-vous : « Qu’est-ce donc ces Apéros Vintage de Bordeaux ? »


C’est une belle initiative du CIVB. « Bravo, Roland Feredj... voilà de l’argent bien dépensé...» Ne me dites-pas que c’est ma semaine de bonté après mes accordailles avec Perico Légasse, c’est sincère. L’idée est simple : « un rendez-vous hebdomadaire, tous les mardis soirs, de 19h à 21h avec au programme : des lieux sympa, une ambiance conviviale, de nouveaux talents de la scène rock, et bien sûr la découverte de vins de Bordeaux à prix abordables. Donc je suis venu, j’ai vu, j’ai bu, j’ai entendu et je suis convaincu.et il ne me reste plus qu’à vous proposer des petites photos, une chanson de Thos Henley « jeune songwriter originaire de Southampton, qui propose des chansons folk-pop à base de balalaïka, banjo, ukulélé et guitare... » et la date et le lieu du prochain rendez-vous : le 27 octobre Le Mécano Bar 99, Rue Oberkampf 75011 Paris avec Kid Bombardos un groupe de rock bordelais.


 



 

L’autre fête c’est celle des Jardins qui se déroulait les 26 et 27 septembre. Ces jours-là s’ouvrent des jardins – tout particulièrement ceux des Congrégations – et c’est un plaisir de flâner dans ces havres de paix et de vert. Le dimanche après-midi je me rendais à une brocante rue du Ruisseau, du côté de la Porte de Clignancourt. Arrivé sur les lieux, une petite pancarte m’indique qu’elle est annulée mais qu’en remplacement, dans l’ancienne tranchée de la Petite Ceinture, une petite association : « Les amis des Jardins du Ruisseau » organisait  « Le Jardin des délices » : grand banquet solidaire en fanfare dimanche de 11 h à 19 h. La fanfare c'est Texas Couscous...

 

Je plongeais donc dans la fosse verte bordée à flanc de rive d’un long serpent de jardinets bien entretenus. Des tables, des bancs, des chaises, des jeunes beaucoup, des vieux, des couples, des enfants, des rires, des conversations et en surplomb de la voie de ceinture mangée par les herbes folles une fanfare déjantée et déchaînée épandait de la musique sur la fête. Je flânais. Je mitraillais. Et puis je tombais nez à nez avec la buvette. « La guinguette du Ruisseau » Je papotais avec les dames qui la tenaient : le rouge est un Corbières « Château les Palais » Xavier de Volontat et le blanc un Vin de Pays des Collines de la Moure en bag-in-box. J’ai dégusté le rouge car du blanc y’en avait plus une goutte. (l'effet Kir sans doute)














Bref, encore une fois, sans volonté d’enfoncer le petit clou avec un gros marteau pour renforcer ma démonstration d’hier : comment certains peuvent imaginer une fête populaire sans musique et sans vin ?  Il faisait beau, les gens étaient heureux d’être là après avoir partagé un bon repas où le vin fut un compagnon naturel. Nulle viande saoule, nul débordement, une fête tout simplement gaie et légère, conviviale, où certains buvaient autre chose que du vin, mais celui-ci était présent, affiché, proposé à qui le voulait. Allez, à la bonne vôtre, le Bien Vivre s’imposera à nous, Bons Vivants, d’être un peu plus présents sur le front de la fête...

Pour le reste allez sur la Wine News N°63 ( à droite du blog en haut) les jardins du ruisseau fêtent le vin pour des photos inattendues d'un coin enfoui de Paris. Vraiment allez-y sinon pourquoi le Berthomeau y se décarcasse ?

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 26 octobre 2009 1 26 /10 /Oct /2009 00:04

 J’ai tout à fait conscience de m’aventurer ce matin sur un terrain miné mais il faut savoir dans la vie prendre des risques, assumer des positions qui dérangent aussi bien les tenants de la prohibition non écrite que les jusqu’au-boutistes de l’ivresse, et surtout s’appuyer sur la réalité des choses : en clair ne pas continuer de véhiculer des clichés éculés ou de défendre des approches purement idéologiques.

Pour commencer  rappelons que la jeunesse, dans le découpage des âges de la vie, n’est en rien symétrique de la vieillesse qui, elle, à une limite naturelle : la mort. L’arbitraire tient au flou des réponses aux questions : à partir de quel âge est-on jeune ? Quand cesse-t-on de l’être ? Quand commence la vieillesse ? Dans mon propos de ce matin je m’en tiendrai aux chiffres : je ne parle que des jeunes adultes appréhendés en 2 tranches : les 18-25 et les 25-35 ans qui recouvrent souvent 2 phénomènes : le départ du giron familial et le début de la vie en couple.

Deuxième précision, ces tranches d’âge doivent être recoupées avec les CSP de leurs familles et celles où les jeunes vont s’agréger du fait des revenus procurés par leur activité professionnelle. Parler des jeunes en général est une stupidité, même si des traits et des goûts communs les unissent. De plus, même si là encore on assiste à des phénomènes d’uniformisation, l’origine géographique et le lieu de résidence entrent en ligne de compte.

Le jeunes donc, la fête ensuite, mais qu’est-ce donc que faire la fête ? Ce n’est pas le privilège de la jeunesse mais celle-ci est un temps qui s’y prête. Au sens où, comme le dit l’adage, « il faut que jeunesse se passe » c’est s’amuser. C’est s’amuser ensemble, au dehors, au-dedans, qu’importe ! C’est bien plus que se divertir car, de plus en plus, tout ou presque, en ce domaine dit de loisirs est organisé et souvent intéressé : l’homo ludens est exploité par la rage de l’homo eoconomicus. La vraie fête est spontanée. La fête est parfois subversive car elle s’affranchit des codes en vigueur dans l’autre social officiel. Elle peut être jugée dangereuse car elle tangente la ligne jaune, la dépasse. Acteur et spectateur à la fois le fêtard peut troubler l’ordre public. Mais la fête authentique est joyeuse, libératrice, elle n’a pas pour vocation de voir ceux qui la font finir le nez dans le caniveau.

À ce stade nous abordons les rives dangereuses des ingrédients « alcoolisés » ou autres qui accompagnent généralement certains rassemblements de jeunes très médiatisés, les raves par exemple ou les opens bars ou les beuveries de rue du samedi soir. Mais sont-ce là des fêtes ? J’en doute car aucun des ingrédients d’une vraie fête s’y retrouvent. Les lieux sont glauques, tristes, le but quasi unique étant de se défoncer. Le binge drinking n’est d’ailleurs pas une spécialité française. Comme j’habite à quelques encablures de la place Denfert-Rochereau d’où partent beaucoup de manifestations ou défilés, j’ai pu assister à la préparation de la dernière Techno parade. Qu’ai-je constaté ? Les jeunes garçons et filles, des plutôt jeunes 16-18 ans et des 20-25 ans, en paquets de 5 à 10, ont dévalisé le Franprix du boulevard St Jacques : pack de bières, coca et bouteilles d’alcool fort exhibées. Au sol, une fois leur départ je n’ai identifié aucun « cadavre » de bouteilles de vin.

Ce qui ma frappé en les observant c’est l’exhibitionnisme du flacon, comme si c’était lui qui comptait avant tout comme signe d’affirmation. Les propos de Marie Le Fourn « anthropologue et psychoclinicienne à propos de la bouteille omniprésente entre les mains de ces jeunes buveurs sont instructifs : « je me suis aperçue que beaucoup en faisait collection. Ils conservent des « cadavres », un peu comme des trophées. Des bouteilles de vodka et d’autres alcools forts, mais aussi des sodas qu’on mélange à l’alcool, et des boissons énergisantes, comme Red Bull ou Burn. La publicité pour ce type de produit circule beaucoup sous forme de vidéos sur le Web. Ceux qui les consomment y sont montés comme sexuellement super-puissants, capables de faire des tas de conquêtes en une nuit. C’est un peu leur viagra »

Comme je ne suis ni socio, ni psycho, ni anthropo, logue, je ne vais pas m’aventurer plus avant sur des terres inconnues de moi. Cependant, il est indéniable que ces pratiques largement majoritaires chez les jeunes, adolescents ou jeunes adultes, n’ont pas grand-chose à voir avec une consommation festive de vin. En dehors des bulles qui s’identifient aussi à l’univers de la nuit, des boîtes, mais le coût du flacon est un frein important, notre vin est vraiment un étranger dans ces modes d’alcoolisation. De ce constat je ne vais pas tirer des conclusions hâtives et définitives mais faire une proposition qui ne va pas plaire à nos « amis » les prohibitionnistes masqués.

Comme vous le savez ceux-ci sont des adeptes du « ni touchez jamais » à propos de toute forme de consommation de boisson contenant de l’alcool afin, affirment-ils, de restreindre la base de ceux qui verseront dans l’alcoolisme. Une telle approche, sauf pour certains individus fragiles, ne résiste pas à la réalité de nos vies en société. Comme je ne suis pas un adepte du pédagogisme, c’est-à-dire de programmes éducatifs pour les jeunes du type éduc-alcool – dont je ne conteste pas l’utilité – mon approche est plus ludique. Je m’explique. Nous devons, en dehors des festivités traditionnelles autour du vin, qui se déroulent dans nos vignobles, réinvestir l’espace festif des jeunes pour qu’ils prennent la mesure exacte de ce que le vin peut leur apporter pour faire vraiment la fête sans la finir le nez dans le caniveau.

Je sais que certains vous me traiter de fou dangereux, qui veut pervertir notre belle jeunesse, car je préconise une consommation ludique, festive, socialement encadrée, responsable, de vin en affirmant qu’elle constitue l’un des moyens les plus efficaces d’une politique de prévention contre les consommations excessives. Découvrir le vin, en parler avec ceux qui le font, l’apprécier, se retrouver ensemble sur une terrasse entre jeunes, en couples ou en bandes d’amis, se détendre, écouter de la musique, c’est ce que je continue d’appeler « un peu de douceur, de convivialité, dans un monde de brutes » Quoi de meilleur contre le stress qu’une bonne rencontre festive, en fin de journée ou pendant le week-end, où l’on peut se détendre, se laisser-aller sans pour autant se pochetroner. C’est ouvrir les écoutilles. Décompresser. C’est risqué me rétorquer-t-on. Certes, mais est-ce plus risqué que de se retrouver seul dans son studio, d’être sobre toute la semaine et de se murger à mort le samedi soir pour oublier que l’on est seul ?

Comme je l’ai déjà écrit le déni de réalité ne change pas la réalité. Réinjecter un soupçon de convivialité, de mieux-vivre ensemble, devrait faire l’objet, je suis très sérieux, d’une Grande Cause Nationale. En effet, puisque notre seule certitude c’est notre finitude n’est-il pas urgent de faire en sorte que nous vivions mieux ensemble pendant notre temps de passage. Pour ma part, vu mon âge, ce qui me soucie c’est la transmission aux générations qui sont au seuil de leur vie d’adulte et c’est pour cela, sans doute avec des maladresses, j’estime qu’au travers d’un produit millénaire nous pouvons, modestement certes, contribuer pour eux et par eux au remaillage de nos liens sociaux. C’est l’ambition de l’Amicale du Bien Vivre dites des Bons Vivants et de son Secrétaire-Perpétuel autoproclamé. D’ailleurs pour ajouter du crédit à ma petite plaidoirie je me suis déplacé, sans mon célèbre aide-camp qui est très casanier, un soir de la semaine passée à une petite fête de jeunes. Alors chers lecteurs soyez patients je vous conterai cela demain sur mes lignes...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 25 octobre 2009 7 25 /10 /Oct /2009 00:05

 

En remettant mon ouvrage sur le métier je prenais conscience que la toile de fond politique des années Pompidou, ce septennat étrange où l’héritage de l’homme du 18 juin, parti en une retraite hautaine et désabusée à Colombey, venait d’être recueilli par l’homme qui avait tué le père. Légitime certes, mais comme l’avait mis crument en lumière l’affaire Markovic Georges Pompidou n’était pas considéré par beaucoup de grognards du gaullisme, les fameux barons, comme un homme susceptible de perpétuer l’œuvre du Général. La désignation de Chaban-Delmas au poste de 1ier Ministre répondait donc au souci du normalien de Montboudif à la fois de rassurer ces derniers tout en affichant une volonté de dialogue avec des personnalités de droite jusqu’ici opposées au régime. Dans l’entourage du maire de Bordeaux les mendésistes François Bloch-Lainé et Simon Nora, le syndicaliste CFDT Jacques Delors témoignaient de ce souci d’ouverture. Mais, il ne faut pas se laisser leurrer par ces affichages dès les premiers jours du septennat, entre un Pompidou très attaché à la primauté absolue du Chef de l’État et un Chaban modelé par les jeux subtils de la IVe la ligne de fracture se dessinait.

L’UDR se taillait la part du lion dans le gouvernement Chaban : 27 maroquins – Union pour la Défense de la République, rien que ça – première déclinaison depuis la création en octobre 1958 d’un réel parti gaulliste : l’UNR héritière du feu RPF, ce dont se souviendra Jacques Chirac lors de son OPA sur la vieille maison après son coup de poignard dans le dos de Chaban en 1974 en créant le RPR habile fusion du vieux fonds de commerce gaulliste et de l’appareil verrouillant la mainmise du parti dominant sur la République. Trois Ministres d’État : l’amer Michel Debré à la Défense, le mystique Edmond Michelet aux Affaires Culturelles – on était loin des paillettes et des affaires – et l’apparatchik Roger Frey au poste clé des Relations avec le Parlement. Les centristes ralliés à Pompidou, comme toujours, jouaient les paillassons : René Pleven à la Justice, Jacques Duhamel à l’Agriculture et Joseph Fontanet au Travail. Ce ne sont pas eux qui troubleront les nuits du madré de Montboudif alors qu’en revanche le retour du déplumé de Chamalières, encore jeune et fringant, Giscard dit d’Estaing – la saillie pince-sans-rire du Général, à propos de l’annexion en 1922 du noble patronyme de d’Estaing par Edmond Giscard, lorsque le Ministre des Finances voulut que son nom, à l’instar de celui du père Pinay, soit donné à l’emprunt qu’il allait mettre en œuvre : « Vous avez raison, Giscard cela fera un joli nom d’emprunt » - ne l’enchantait guère. Il voulait Pinay au Finances et Giscard à l’Éducation pour remettre de l’ordre dans le « bordel » initié par Edgard Faure – ce dernier étant le sacrifié du nouveau régime – mais le rentier de Saint Chamond refusa car il voulait avoir les mains libres pour purger les effets sociaux des accords de Grenelle post-soixante-huitard. Georges Pompidou avait toujours en travers de la gorge, les « cactus », le « oui mais », et l’attitude de Giscard à son égard en mai 68, mais comme celui-ci l’a appuyé de manière décisive contre Poher, son entrée au gouvernement était évidente. Le maintien de Marcellin le pétainiste à l’Intérieur, étiqueté RI mais hostile au « modernisme » de Giscard, marquait la volonté de Pompidou de garder la haute main sur le Ministère de l’ordre et des élections. Les ambitions du maire de Chamalières, mijotées dans l’ombre par son porte-flingue Michel Poniatowski étaient trop voyantes pour ne pas être surveillées comme du lait sur le feu.


Pompidou ne s’en tenait pas qu’au verrouillage du gouvernement Chaban, il bouleversait aussi l’organigramme de l’Elysée en mettant fin à la dualité Secrétariat-Général et Cabinet, le premier absorbait le second. Sous de Gaulle, dans l’ombre, le Secrétaire-Général, jouait un rôle capital. Interlocuteur privilégié du chef de l’Etat il était le seul membre de l’équipe à pouvoir entrer à tout moment dans le bureau présidentiel. Le nouveau Secrétaire-Général était l’énigmatique Michel Jobert flanqué d’un adjoint le byzantin Edouard Balladur. Très vite la césure entre la tendance « rive gauche » décidée à donner ses chances à la « nouvelle société », et la tendance « rive droite » résolue à avoir la tête du folâtre Chaban, se dessinait dans l’entourage de Pompidou. L’ancien mendésiste Jobert, sincèrement européen, qui, selon Viansson-Ponté, « est le personnage le plus important de l’Elysée soutiendra loyalement les thèmes progressistes du chef du gouvernement. Balladur, « solide, subtil, distant, rapide » selon Jobert, dévoué à Georges Pompidou, même s’il jugeait aventureux certains projets de Chaban, fera preuve à son égard d’une grande correction. L’autre tendance est emmenée par un personnage qui cultivait son image de la droite France profonde, ultranationaliste : Pierre Juillet. Il était chargé de mission et flanqué de la redoutable Marie-France Garaud, jeune et ambitieuse avocate, qui avait gagné la confiance de Pompidou en démêlant l’imbroglio de l’affaire Markovic. C’était une passionnée, directe, cynique, qui gardait un chien de sa chienne à Chaban car celui-ci l’avait éconduit sèchement lorsqu’elle postulait à son cabinet de la Présidence de l’Assemblée. Impitoyable, bluffeuse, elle allait de suite tout tenter pour nuire au chef du gouvernement. En marge, à côté de ce beau monde, le très fameux secrétariat général pour les affaires africaines et malgaches tenu par le redouté taulier Jacques Foccart dont les fonctions officieuses couvraient un large champ dans le marigot gaulliste où se mêlaient les services secrets, les barbouzards, les affairistes et tout un petit monde interlope où je nageais comme un poisson dans l’eau.   

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 24 octobre 2009 6 24 /10 /Oct /2009 00:09

Vous auriez tort de ne pas ouvrir ce message du samedi sous prétexte que le samedi je ne cause pas du vin et de ne pas le parcourir jusqu'à son terme car je révèle une très belle adresse où l'on déguste chez le pêcheur de la langouste tout juste sortie de la mer... En bonus je vous offre de la lire en musique en écoutant le titre culte d'I Muvrini : a voce rivolta.
 J’adore Pétillon dans l’Enquête continue... suite du best-seller l’Enquête Corse... quelques instantanés savoureux.

 

À Sagone, en allant acheter du poisson, je découvre une pizzeria enkystée sous un immeuble lépreux face à un parking poussiéreux. Dans la rue, aucun panneau n’indique son existence. De retour j’interroge mon propriétaire sur les raisons de cette discrétion. Réponse « ils ne veulent pas être embêtés mais ils font les meilleures pizzas du coin. Les gens ici le savent... » Le soir illico cap sur la discrète pizzéria. C’est de la vrai pizza croute fine à l’italienne. Le serveur est sympa... Vivons heureux vivons cachés...

 

Lu dans un supplément de Corse-Matin, une déclaration de Toni Casalonga, l’un des piliers du riaquistu du Pays de Balagne, à propos des conseils à donner à ceux qui font des paris fous :

 

« - Premier conseil : on ne peut gagner que les paris que l’on fait, et il faut en les faisant accepter de pouvoir perdre.

-         Deuxième conseil : se faire du temps un allié, ne jamais abandonner un projet, profiter du temps qui passe pour l’améliorer. Et saisir les occasions de réaliser au vol

-         Troisième conseil : agir avec, agir pour, et non pas contre, utiliser l’accélérateur plutôt que le frein, les outils plutôt que les armes. »

 

Merci, à utiliser y compris sur le continent.

 

Déjeuner à l’auberge du pêcheur sur la route du golfe de Lava, des langoustes toutes fraîches pêchées, un délice dans une ambiance familiale sous la tonnelle, entre gens du cru – il faut savoir et trouver – le fils et la mère sans chichi, ça bourdonne sous la charmille, le soleil tape dur, on est au bout de nulle part et la myrte, fabriquée par le fiston féru d’herbes sauvages, douce, aux senteurs fortes du maquis ajoute en fin de repas à la douce béatitude...

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 23 octobre 2009 5 23 /10 /Oct /2009 12:35

Pour l'exaltation de notre belle culture française du vin  et avec beaucoup de retard, et je prie ceux qui ont pris la peine de répondre à mon abécédaire des amoureux du vin de m'en excuser car mes activités diverses m'ont mobilisées, je lève l'insoutenable suspens en vous livrant les réponses de ce grand et inégalable concours de l'été (si je ne m'envoie pas des brassées de fleurs qui le fera ?)

Aucun de ceux qui ont répondu n'ont totalisé les 78 bonnes réponses mais certains ont réalisé de bons scores j'y reviendrai auprès d'eux directement pour leur attribuer une belle bouteille.

QUESTION N°1 : A

 

-         comme ABV : Amicale du Bien Vivre, ces 3 initiales sont, à l’origine, celles d’un groupe de produits, lequel ?

 

Apéritif à base de Vin

 

-         comme Olivier Ameisen : quel le nom du médicament générique avec lequel il s’est guéri de son alcoolisme ?

 

Baclofène

 

-            comme Aramon : un jeune vigneron sur les hautes terres de Comberousse vinifie un Aramon en rosé : quel est le nom de baptême de sa cuvée ?

 

Grigri



QUESTION N°2
 : B

 

-         comme Baco, quelle AOC française conserve dans son encépagement cet hybride ?

 

L’Armagnac

 

-         comme Bizeul Hervé, hormis d’être tous les deux des blogueurs émérites, dans quel annuaire national à la couverture rouge nous retrouvons-nous classés à la lettre B.

 

Le Who’s who

 

-            comme Bordeaux fête le vin en quelle année s'est déroulé la première édition de cette manifestation ?

     

     1998

 

QUESTION N°3 : C

 

-         comme C.A.C, déclinez les initiales de cet organisme que j’ai qualifié de croskill des AOC.

 

Le  Conseil Agrément et Contrôles

 

-         comme Carrefour, quel le patronyme et le prénom du dernier né en vin de pays du Mammouth endormi de la GD ?

 

Augustin Florent

 

-            comme Croix, quel le nom du château de l’Appellation Pomerol qui s’est vu attribuer l’Oscar du meilleur second rôle pour son millésime 2006 par mon jury de dégustation ?

 

Vray Croix de Gay



QUESTION N°4 : D

 

-         D comme Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble, quel est le patronyme de l’Amiral à qui j’ai emprunté une partie de son nom pour en affublé jacques Dupont ?

 

L’Amiral Merveilleux du Vignaux

 

-         D comme Dame-jeanne, qu’est-ce donc ?

 

Bonbonne clissée qui sert à garder et transporter le vin

 

-              D comme Duras, les Côtes, mais pour Marguerite qui écrivit son premier roman au château de Duras et lui emprunta son nom d’écrivain quel était son patronyme de naissance ?

 

     Marguerite Donnadieu

 

Précision : dans la question N°3 concernant Carrefour, qui était fort imprécise, je précise que le dernier-né dont je demande le nom est une gamme de vin de pays. Vous pouvez rectifier pour ceux qui auraient eu du mal à comprendre.

 

 

QUESTION N°5 : E

 

-         E comme Embres&Castelmaure, quel est le nom du président de cette cave coopérative des Corbières ?

 

Patrick Hoÿm de Marien

 

-         E comme Eros, dans l’une de mes chroniques de 2009 intitulée « Les Vins d’Eros » l’un d’eux : le vin faramineux a pour base un cru du Languedoc, lequel ?

 

Le Faugères

 

-            E comme Est ! Est !! Est !!! qui est un vin blanc de Montefiascone, près du lac de Bolsena ou le vin souabe préféré d’Erich Honecker le dernier président de l’Allemagne de l’Est ou un cru très rare du gris de Toul ? (j’ai écrit une chronique en 2007 sur lui).

 

Le  vin blanc de Montefiascone

 

QUESTION N°6 : F

 

-         F comme Fion, hormis le sens vulgaire ce mot désigne aussi, sous l’appellation Fiounaïe, un dessert de Pâques en Vendée, traduit en français c’est un F… ?

 

Flan

 

-         F comme Fillette, « décoiffer une fillette… » ou pire… que désigne cette fillette-là ?

 

« Petite bouteille : le 1/3 de la pinte, du litre, de la bouteille, de 30 à 35 cl environ » Marcel Larchiver

 

-            F comme les Fiefs Vendéens) VDQS qui se répartissent en 4 appellations : Vins de Mareuil, Vins de Brem, Vins de Vix, et Vins de … Quelle est la petite dernière ?

 

     Pissote

 

QUESTION N°7 : G

 

-         G comme Got Claude, de quel Ministre de la Santé ce « grand » communicateur a-t-il été le Conseiller Technique ?

 

Jacques Barrot puis Simone Veil

 

-         G comme Garage, quel est le nom du château du célèbre « garagiste » Jean-Luc Thunevin ?

 

Valandraud

 

-            G comme Gros Plant, quel est le cépage de ce VDQS voisin du Lac de Grandlieu cher au cœur de Gaston Chaissac ?

 

     Folle Blanche

   

 

QUESTION N°8 : H

 

-         H comme Hospices de Beaune, quelle est la nationalité de l’acquéreur du tonneau de charité de la dernière édition de la célèbre vente des Hospices ?

 

Écossais

 

-         H comme Hospitallet, le château cher au cœur de Gérard Bertrand, lors de l’édition du festival de jazz 2008 de l’Hospitallet quel était le chanteur français qui tenait la tête d’affiche ?

 

Michel Jonasz

 

-            H comme Haute-Marne, dans son livre préfacé par Jean-Paul Kauffmann dans sa réédition: « L’âme du vin » - écrit en 1932 - Maurice Constantin-Weyer, regrettait la quasi-disparition du vin de son pays, de quel vin de pays s’agit-il ?

 

     Les Coteaux de Coiffy

 

QUESTION N°9 : I

 

-         I comme vin d’Ischia, sous quel nom, d’une île voisine célèbre, les officiers américains dans la Peau de Curzio Malaparte désigne-t-il aussi ce vin ?

 

Le vin de Capri

 

-         I comme Irancy, à quel canton, au nom qui coule si bien, est rattachée cette commune qui donne son nom à l’appellation ?

 

 Coulanges-la-Vineuse

 

-            I comme Irouléguy, quel est le nom du grand peintre basque exposé au musée de Bayonne qui illustre ma chronique « vin Basque » publiée en mai 2007 ?

 

 Ramiro Arrue

 

QUESTION N°10 : J

-         J comme Jaja de Jau, quel peintre signe l’étiquette de ce jaja célèbre ?

 

Ben  

-         J comme Jacob Creeks, à qui appartient cette marque de vins australiens ?

 

Orlando Whyndam filiale du groupe Pernod-Ricard

 

-            J comme Jasnières, comme j’adore les blancs du Domaine de Bellivière, quel est le cépage de cette minuscule appellation de 5 km de long sur 300 mètres de large ?

 

     Chenin Blanc

 

QUESTION N°11 : K

 

-         K comme Kauffmann Jean-Paul, dans sa préface à la réédition de « L’âme du vin » - écrit en 1932 – de Maurice Constantin-Weyer, Jean-Paul Kauffmann rappelle que celui-ci obtint le Prix Goncourt en 1928, quel est le titre de ce roman ?

 

Un homme se penche sur son passé

 

-         K comme Kiravi, à quelle société très connue et avec laquelle j’ai eu des liens appartient cette vieille marque de Vin de Table ?

 

La Société des Vins de France groupe Castel

 

-            K comme Klein Etienne, dans quelle grande École d’Ingénieurs enseigne cet écrivain de la science qui a répondu à mes 3 Questions ?

 

      L’Ecole Centrale

 

 QUESTION N°12 : L

 

-         L comme Lacryma Christi, sur les flancs de quel volcan célèbre ce vin moelleux quoiqu’assez sec les vignes sont-elles cultivées ?

 

Le Vésuve

 

-          L comme Latour, la maison Louis Latour, le Grand Ardèche (chronique d’octobre 2008): avec quel président des Vignerons Ardéchois ce premier vin de cépage a-t-il été conçu et développé ?

 

Georges Champetier

 

-         L comme locavores (chronique mai 2008),   « les membres de cette tribu ont fait vœu de ne manger que des produits locaux. Adieu café, riz, chocolat et huile d’olive : tout ce ni pas été produit, préparé et emballé dans un rayon de 160 Km est interdit dans les assiettes… » Pourquoi 160 km ?

 

Un mile = 1,6 km donc limite des 100 miles

                                                           

QUESTION N°13 : M

 

-         M comme Manga, quel est le titre du Manga japonais à la gloire du vin ?

 

Les Gouttes de Dieu

 

-         M comme Marsannay en quelle année cette appellation situées aux portes de Dijon et appartenant au prestigieux vignoble de la Côte de Nuits a-t-elle été  promue au rang d’Appellation communale ?

 

 1987

 

-            M comme Mastroquet, que désigne ce mot au XIXe ?

 

      Marchand de vin au détail, tenancier d’un débit de boisson

 

QUESTION N°14 : N

-         N comme Noah, en quelle année ce cépage hybride a-t-il été prohibé en France ?

 

La loi du 24 décembre 1934 introduit de manière légale la notion de "cépages interdits" en viticulture

 

-         N comme Négrette, ce cépage noir des vins de Fronton, est désigné en Vendée sous un nom étrange, lequel ?

 

Le ragoûtant

 

-            N comme Nabuchodonosor, combien de litres dans cette bouteille ?

 

     15 litres soit 20 bouteilles

 

QUESTION N°15 : O

 

-         O comme Orsenna Erik, dans son livre sur l’eau notre académicien part avec quelques larrons en dégustation dans un prestigieux domaine, lequel ?


La Romanée Conti


-         O comme Oxygène, quel est le réalisateur qui a popularisé la formule « oxygénez, oxygéner… » ?


Jonathan Nossiter


-           
O comme ODG, comme OI, que signifient ces initiales chères au cœur de l’INAO, Q ?


ODG (organisme de défense et de gestion) - OI (organisme d'inspection)


QUESTION N°16
 : P

  -         P comme Perico Légasse, quel métier exerçait-il avant de  chroniquer dans Marianne ?


Chauffeur de Jean-François Khan


-         P comme Pennautier, le château des Lorgeril près de Carcassonne, quel roi de France y a séjourné ?


Louis XIII


-           
P comme Patrimonio, quel est le cépage phare des vins rouges de cette appellation ?


Nielluccio


QUESTION N°17
 : Q

  -         Q comme Quichenotte, que désigne ce nom ?


Coiffe de toile portée autrefois par les paysannes en Vendée et en Saintonge


-         Q comme Quiot Jérôme de Châteauneuf-du-Pape, président du Comité Vins&Eaux-de-vie de l’INAO mais aussi du CNIV, que désignent ces initiales ?


Le Comité national des interprofessions des vins à appellation d'origine


-           
Q comme Queue, que désigne ce terme en matière de distillation des Eaux-de-vie ?


« Ni la tête ni la queue » produits de fin de distillation qui ont le point de distillation le plus élevé et passent les dernières

 
QUESTION N°18 : R

           R comme René Renou, quelle était le nom de l’appellation chère au cœur de l’ancien président du Comité National Vins&Eaux-de-vie de l’INAO ?


Bonnezeaux


-        
R comme Rosé, en quelle année l’OIV a-t-elle acté l’assemblage blanc rouge pour produire du rosé comme une pratique œnologique reconnue et autorisée ?


1985

-         R comme Retour des Indes, aux dires de Féret, dans son dictionnaire-manuel de 1896, il s'agissait… Il s’agissait de quoi pour un vin de Bordeaux ?


Vin auquel on a fait faire un long voyage pour le vieillir, le bonifier.

  
QUESTION N°19 : S

  -         S comme Sideways, quelle est la vraie vedette de ce road-movie américain ?


Le Pinot Noir


-         S comme Smith Michel, dans la chronique qu’il a écrit pour Vin&Cie quel est le cépage qui y tient la vedette ?


Le Rolle


-         S comme Sulfites, depuis quelle date la mention « contient des sulfites » ou «contains sulfites » est-elle obligatoire ?

Le 25 novembre 2005 

 
QUESTION N°20 : T

  -         T comme la montée de Tonnerre, 1ier cru du Chablis, quel Ministre de l’Agriculture a été maire de Tonnerre ?


Henri Nallet

-         T comme Toques&Clochers, en quelle année a eu lieu la première édition de cette belle manifestation des Vignerons de Sieur d’Arques ?

1990


-         T comme vin de Table, sous quel nom désignait-on ces vins avant la nouvelle dénomination communautaire ?


Vin
de Consommation Courante


QUESTION N°21
 : U

  -         U comme Ugni blanc, à Cognac où ce cépage règne en maître il est aussi désigné sous un autre nom, lequel ?


Saint Emilion


-         U comme Uchau, dans quelle région de France est-ce autrefois une mesure de capacité pour les liquides, principalement le vin ?


Dans le Sud-Ouest


-           
U comme URSS, quel était dans l’ancien empire des Soviets la principale République productrice de vin ?


La Géorgie


QUESTION N°22
 : V

  -         V comme Veuve Clicquot, quels étaient les prénoms et le nom de jeune fille de la plus célèbre veuve du Champagne ?


Barbe Nicole Ponsardin


-         V comme Viognier, dans quelle AOC rouge ce cépage est-il autorisé ?


Côte Rôtie


-         V comme Vin, quelle est la définition du Vin par l’OIV ?

 
« Nul autre produit que celui qui provient de la fermentation alcoolique du jus de raisin frais ne puisse recevoir l’appellation de vin ».


QUESTION N°23
 : W

 -         W comme Walden, à quel auteur américain Hervé Bizeul a-t-il emprunté ce nom ?


Henry David Thoreau


-         W comme Wagon-citerne, dans quel charmant port ai-je réceptionné des vins de table de South of France en Wagon-citerne ?


Le port de Gennevilliers


-           
W comme Wagner, le Vaisseau Fantôme (Der Fliegende Holländer) est répertorié dans l’ouvrage Opéra&Wine sous la rubrique Wines of the Netherlands, quel est l’auteur de cet ouvrage ? (chronique en janvier 2009)


Valentino Monticello

 
QUESTION N°24 : X

  -         X comme XO, que cachent ces initiales ?


Extra Old 


-         X comme classé X, dans l’une mes chroniques les plus consultée il est question des « Enfers » que cachent-ils au grand public ?


« Il existe à la Bibliothèque nationale un dépôt qui n’est jamais ouvert au public : c’est l’Enfer, recueil de tous les dévergondages luxurieux de la plume et du crayon ».


-           
X comme Xérès, quel est la couleur du Fino ?


Or pâle, jaune paille


QUESTION N°25
 : Y

 

-         Y comme d’Yquem, Alexandre de Lur Saluces l’ancien propriétaire a présidé pendant des années une mutuelle agricole de Gironde, laquelle ?


La Mutualité Social Agricole


-         Y comme Yvresse, dans une récente chronique quel grand auteur français orthographiait ainsi l’ivresse ?


Montaigne


-         Y comme Yaka, à quelle date le rapport Yaka plus communément connu sous le nom de rapport B a-t-il été publié?

 
Août 2001


QUESTION N°26
 : Z

  -         Z comme Zoé, quel est le nom du domaine d’un banyulenc ami qui baptisé ainsi une cuvée pour  affirmer que le vin, comme le pain, était indissociable de notre culture et de notre amour de la vie, en grec Zoi, traduction de Eve "La Vivante", mère de l'Humanité." ?


Domaine de la Rectorie


-         Z comme Zinfandel, la cuvée Z du domaine de l’Arjolle est-il un Vin de Pays ou un Vin de Table ?


Un Vin de Table


-           
Z comme Zinc, qu’est-ce donc qu’un Zinc ?


Le bar au sens du comptoir

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 23 octobre 2009 5 23 /10 /Oct /2009 00:05

Le vin fait couler beaucoup d'encre et de salive ces derniers jours : tout le monde se rue sur le dernier sujet qui fait peur : le dérèglement climatique même que la frétillante Isabelle Giordano avait organisé un débat sur son Service Public à partir d'un article d'un certain Claude-Marie Vadrot sur le sujet dans Politis.  Le titre de l'émission valait déjà son pesant de cacahuètes : AOC : un label qui ne veut plus rien dire ? Faudra expliquer à la dame que l'AOC n'est pas un label de qualité. Bref, Denis Saverot a du ramer sec pour faire entendre des arguments intelligents. Notre ami Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble, absent car en voyage, avait lui exécuté Vadrot par mail " rien qu'un tissu de conneries ". N'ayant pas lu la prose du sus-dit car je croyais Politis définitivement coulé en dépit de la nième souscription de soutien, je ne ferais présentement aucun commentaire mais l'audition de ses propos m'ont laissé songeur : amalgames, approximations, tout un laïus de sauveur de la viticulture française menacée, références constantes à ses copains vignerons pour justifier son pathos. Bref, ça avait le goût de bouchon de vieux con qui s'autoproclame expert de pinard comme y dit. Bref, puisque la séduisante Isabelle Giordano fait dans l'AOC discrédité moi ce matin je la prends à contre-pied et je la déclasse en IGP : facile Berthomeau !  

En effet ce matin je vais vous parler polar, d'un polar qui a deux ans tout juste et qui a connu un grand succès d’audience. Lors de sa sortie ses 3 auteurs Richard et Eric le Boloc’h et Yann Marchesseau confiaient au journal Sud-Ouest : « Bientôt Saint-Emilion sera plus connue pour ses crimes que pour ses crus ». Un autre média girondin s’enflammait « les auteurs inventent le thriller œnologique. » N’étant ni un spécialiste de l’éreintement, ni un adapte de l’encensoir, en parler avec le recul du temps m’est plus facile.

En effet, ce bouquin est sympathique, précis et très bien documenté « nous avons rencontré 21 médecins, des kinés, des prêtres, des notaires dans le coin et des viticulteurs pour comprendre la fabrication du vin. On a refait le chemin des meurtres » précisent les auteurs, j’ajouterais trop bien documenté pour les descriptions des lieux et des sites : comme une impression de plaquettes de syndicat d’initiative. La mise en place est besogneuse mais ensuite, lorsque les cadavres s’accumulent, le polar prend son rythme et le scénario bien ficelé capte l’attention : c’est clair j’avais envie d’aller au terme. Mais Dieu que le présent de l’indicatif est plat ! Mais Dieu que le verbe être et avoir sont transparents ! Mais, à tout pécheur miséricorde, nos trois auteurs sont des hommes de l’image pas encore des écrivains.

Alors me dire-vous, pourquoi chroniquer sur eux ? 3 raisons essentielles :

- la première : j’ai acheté le livre donc je l’ai lu et lu jusqu’à la dernière ligne même si je zappais sur la fabrication des cierges ou sur des descriptions du genre « Nadya avance un peu plus dans la nef, attirée par quatre peintures circulaires sur fond bleu turquoise. Un écriteau indique qu’il s’agit d’une fresque du XIIIe siècle représentant le martyre de Ste Catherine. Sur la gauche, dans la saillie, une Vierge étirée semble pointer du doigt les quatre médaillons. ». De plus comme la seconde moitié est bien plus efficace que la première l’impression finale est bonne. C’est comme si nos trois lascars se bonifiaient en écrivant.

- la seconde est plus complexe à exprimer, en effet, dans la mesure où nos jeunes pousses lisent peu ou pas du tout, si par bonheur le succès de ce polar est en partie dû à un lectorat jeune c’est tout bénéfice pour l’amour des livres. Que les trois auteurs me pardonnent, leur modeste cru, qui n’a d’ailleurs pas la prétention d’être un GCC, est un bon produit technologique. Un produit d’initiation pour néo-lecteur, comme le sont pour vins dit technologiques. Le succès des vins rosés en atteste. En poussant le bouchon un peu plus loin j’écrirais à propos d’AOC que c’est un excellent livre sans IG, un honnête vin de cépage. Un livre d’hommes d’images proches de la culture de la Toile. Mon propos n’a donc rien de condescendant, bien au contraire il reconnaît que nos goûts d’initiés, de gens qui se disent cultivés, doivent, sans pour autant jeter par-dessus bord notre culture, s’ouvrir à une forme de simplicité. Le polar qui a gagné ces dernières années ses lettres de noblesse me semble être un bon terrain d’initiation.

- la dernière je la trouve (voir la phrase en rouge dans l’avant-dernier paragraphe du commentaire) dans un commentaire trouvé sur le Net « J’ai acheté ce polar uniquement pour le plaisir futile d’avoir une dédicace d’un des auteurs, présent dans le Carrefour ou je faisais mes courses. Bon, j’aime aussi les polars, les français particulièrement, mais sans ça je n’aurai probablement pas acheté ce livre.

J’ai pu donc discuter avec Yann Marchesseau, un monsieur très sympa et avec qui j’ai échangé quelques avis sur le polar français,.

Bref, qu’en est-il de cet AOC ?

J’en suis fort désolé mais je suis très mitigé.

Le côté narratif est plutôt bon, notamment ce qui tourne autour du vin. Mais les dialogues, très présents, sont plus laborieux. J’ai l’impression que les auteurs ont voulu faire réalistes, les phrases fusent comme dans une vraie discussion, mais j’ai trouvé ça assez artificiel justement. A force de vouloir faire vrai ils sont arrivés à quelque chose qui sonne faux.
Les personnages des flics sont assez creux, surtout celui du capitaine Cuche, absolument pas crédible dans son emploi des termes anglais dans sa discussion, genre all right pour dire d’accord. Ça me fait penser à Tintin en Amérique

Les autres personnages sont des stéréotypes de notables d’une petite ville de province : le député forcément arrogant et avec le bras long, le couple de pharmaciens, la maire, l’aristo du coin…

L’intrigue en elle-même, le meurtrier, son mobile, tout ça est plutôt bon, sans être renversant, mais ce n’est pas non plus le but recherché. Au final, ça se lit sans déplaisir malgré ses défauts, mais aussi sans surprise.

Reste que ça permet de découvrir le monde du vin, et ça c’est toujours intéressant.

Par contre, j’ai trouvé que tel quel ce roman ferai une bonne série policière en deux épisodes sur France 2. Limite le scénario pourrait-être le livre lui-même. Bien filmé, bien joué (en enlevant les tics de langage du flic), ça pourrait être bien sympa. »

 

Normal nos trois larrons, conseillés par François des Ligneris, étaient entourés de bons conseils sur l’univers de la vigne et du vin de Saint-Emilion

 

Au final, je ne jouerai pas au verre à moitié vide ou à moitié plein mais je vous recommande d’aller sur leur site www.aoc-leroman.com pour découvrir leurs « teasers » sur leur premier livre dont je viens de vous parler et leur nouveau, écrit à 4 mains cette fois-ci, les frères le Boloc’h, « Le sang des Immortels » Pour ce faire une fois sur le site cliquer sur films.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 22 octobre 2009 4 22 /10 /Oct /2009 00:06

Ce matin je relève un réel défi : vous présenter mon invité, Jean-Michel Laporte, alors que lui et moi n’avons fait que nous croiser et converser. Mais, comme nous avons en commun, d’aimer le rugby – lui l’a pratiqué pendant 15 ans – de ne pas fuir les défis mais les relever et d’avoir choisi le vin, lui comme vigneron, moi comme écrivaillon, par passion alors que nous ne sommes pas issus du milieu, je me sens plus à l’aise pour accomplir ma tâche. Il n’a que 34 ans, l’avenir est devant lui mais avec déjà une belle expérience lui l’Ingénieur formé à la belle École d’Agriculture de Purpan à Toulouse – pendant mes années ors de la République je trouvais toujours du temps pour nos grandes écoles publiques ou privées – puisqu’avant d’arriver au château La Conseillante il a passé 4 ans au château Pey La Tour vignobles Dourthe, du CVBG cher à l’ami Jean-Michel Chadronnier.

Lorsqu’il cite Winston Churchill : « En matière de vin, je suis un amateur facile, je me contente toujours du meilleur » je goûte l’humour So british du vieux lion conservateur et me pare sans complexe de cette superbe appellation. Oui, je me sens un amateur facile. L’homme est aussi d’un contact facile, simple et solide, carrure rugby, direct, courageux aussi comme en témoigne sa position de bon sens sur la question des chais de Pomerol. Reconnu de ses pairs Jean-Michel Laporte a, depuis son arrivée en 2004 au château La Conseillante www.laconseillante.fr , mis en pratique son approche vigneronne. Ainsi confiait-il à l’ami César Compadre de Sud-Ouest « Tout commence à la vigne, où nous avons identifié 18 parcelles aux profils distincts (sols, cépages, âge des vignes, maturité…). Les raisins récoltés sont vinifiés dans 11 cuves, mais nous projetons la construction d'un nouveau chai avec 22 cuves » Projet différé par la crise mais l’objectif reste bien de vinifier séparément toutes les parcelles de la Conseillante. Perfectionniste, alors qu’auparavant les vins qui n’entraient pas dans l’assemblage de la Conseillante était vendu en vrac, depuis 2007, avec la naissance de Duo le 2d vin du château, l’exigence est encore plus grande. N’étant pas classé dans le cénacle des longs nez et des becs fins qui savent traduire en commentaires experts leur dégustation je ne m’aventurerai pas à vous donner les miens sur les vins du château La Conseillante. Je confie donc ce soin à mon ami Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble qui a écrit un jour : «  Quand La Conseillante exprime bien son terroir, c'est fabuleux ! Un bouquet frais, balsamique, violette et cèdre, très racé, une bouche élégante, fruit mûr, un corps plein, délicat, une assise crémeuse de tanins ronds, une finale fraîche, mentholée avec des notes confites. » Merci Jean-Michel Laporte d’être venu sur mes lignes...(ce matin j'ai beaucoup fait dans les amis, j'en ai...

 

Votre vertu préférée : la justice


Vos qualités préférées chez l'homme : la franchise, l’honnêteté


Vos qualités préférées chez la femme : la douceur, la beauté


Votre occupation favorite : passer du temps avec mes amis


Votre caractéristique maîtresse : mon relationnel


Votre idée du bonheur : un lagon paradisiaque avec mes proches


Votre idée du malheur : la mort de mes êtres chers


Vos couleurs et votre fleur préférées : le bleu et l’orchidée


Si vous n'étiez pas vous-même, qui voudriez-vous être ? : mon grand-père paternel


Où aimeriez-vous vivre ? : au pays de Cocagne

 
Vos auteurs préférés en prose : Emile Zola, Harlan Coben


Vos poètes préférés : Baudelaire, Ronsard


Vos peintres et compositeurs préférés : les impressionnistes : Monet, Manet, Renoir


Vos héros préférés dans la vie réelle : Nelson Mandela et mon grand-père paternel


Vos héroïnes préférées dans la vie réelle : ma compagne, infirmière en maison de retraite


Vos héros préférés dans la fiction : Astérix et l’homme invisible

Vos héroïnes préférées dans la fiction : Lara Croft


Votre mets et votre boisson : Une bonne côte de bœuf, accompagnée d’un Conseillante 2006, ou d’un Vega Sicilia Unico 1990


Vos prénoms préférés : Valentin, le prénom de mon fils


Votre bête noire : mon handicap au golf !


Quels personnages historiques méprisez-vous ? : Joseph Goebbels


Quel est votre état d'esprit présent ? : Concentré : nous tenons un grand millésime, il faut transformer l’essai


Pour quelle faute avez-vous le plus d'indulgence ? : La faute d’orthographe…

Votre devise préférée : nunc est bibendum

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 21 octobre 2009 3 21 /10 /Oct /2009 00:00

Dans un temps « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître » lorsque nous négociions, Henri Nallet étant Ministre, les AOP-IGP, j’adorais titiller les petits grisouilloux de Bairlaymont* (ne pas confondre avec les petits gris dit lumas) ou les Paganini des panels de feu le GATT avec le concept d’Appellation d’Origine Contrôlée. Ça les mettait en transes. Imaginez leur désarroi : une zone délimitée pouvant aller jusqu’à la parcelle, des rendements plafonnés, des cépages déterminés, des trucs et des machins décidés par les intéressés eux-mêmes, trouvant force de loi par des signatures ministérielles. L’abomination de la désolation pour ces gnomes shootés au dogme de la concurrence pure (normal les substances prohibées sont radicales qu’à l’état pur) dont l’exécration pour la main de l’Etat pouvait s’assimiler à celle de l’évêque de Rome pour les condoms. Normal la main invisible est plus discrète pour pécher en solitaire. « Ententes ! Rareté artificielle ! Prix gonflés ! » bramaient-ils. Goguenard je leur offrais une coupe de Champagne, quintessence d’une gestion bien cadenassée d’un Grand Vignoble. Bref, je jouissais.


Depuis, par la grâce de nos errements dans les « grands lacs de vin », nous nous sommes placés entre leurs mains faute d’avoir balayé à temps devant nos portes, d’avoir eu le souci que sous les grandes ombrelles des AOC les promesses des décrets soient tenues. Certains crient « au feu ! » J’ai très envie de leur répondre « Qui l’a mis ? » Comme d’ordinaire je digresse avant d’en venir à un double monopole : celui du Gringet et celui de Dominique Belluard sur le Gringet. www.domainebelluard.fr/  


-         Qu’est-ce que c’est le Gringet ?


-         Bonne question, en dehors de ceux qui lisent le blog d’Olif, et ils sont nombreux, qui connaît le Gringet : pas grand monde. En effet, il ne faut pas confondre les Gringets « cépages de mâturité tardive typiques de la région savoyarde qui peuplent les 2/3 du vignoble : Roussette d’Ayze ou Mondeuse blanche, la Grosse Roussette ou Marsanne, et le Bon blanc ou Fendant vert... » avec le Gringet...


-         Aux faits Berthomeau, aux faits !


-         Doucement, y’a pas le feu au lac ! Je donne la parole à Dominique Belluard : « Il y a deux ans, un microbiologiste suisse a réalisé un séquençage ADN du Gringet. Il est arrivé à la conclusion que celui-ci n’était ni un Traminer, ni un Savagnin.  Selon lui, il s’agirait plutôt d’un dérivé de l’Altesse. Voilà où l’on en est aujourd’hui, je n’en sais toujours pas plus ! » Le Dr José Vouillamoz, Université de Neuchâtel, Pôle de Recherche National « Survie des Plantes, le microbiologiste suisse dont il s’agit, ajoute : «  Il n’est d’ailleurs identique à aucun autre cépage de ma banque de données (2000 cépages du monde entier), c’est donc un cépage unique. »


-         D’accord c’est une antiquité mais pourquoi crier au monopole ?


-         Je cite toujours Dominique Belluard : « Il en subsiste 22 Ha, j’en cultive 12. Je suis le plus gros domaine, on tombe ensuite à 3 Ha, 1,5 Ha, 1 Ha…ensuite, ce sont de petits vignerons amateurs qui bossent sur des parcelles de quelques centaines de mètre carré, pour le fun. »


-         Oui mais rien n’empêche de l’implanter ailleurs pour faire un vin de cépage Gringet...


-         Bien sûr en ce bas monde mondialisé tout est possible mais rappelons tout de même que le Gringet, cépage endémique de la Savoie présent avant l’arrivée des Romains, n’est cultivé que dans le vignoble d’Ayse, l’un des 22 crus savoyards, et nulle part ailleurs. En plus, il est avec ses collègues savoyards : Jacquère, Mondeuse, Altesse, Persan interdit de séjour jusqu'en 2013 sur les étiquettes de ces bâtards de vins sans IG.
 

-         Pourquoi la Savoie ?

 

- Mon petit doigt qu'a traîné au 78 rue de Varenne ne te le dira pas...

 

- Donc, comme de coutume Berthomeau tu t’es fait mousser...

 

-         Vous ne sauriez si bien dire car l’idée de cette chronique m’est venue après m’être shooté au Brut Zéro 2005 de D&P Belluard, méthode traditionnelle AOC Savoie Ayse www.ochato.com C’est l’Everest ! pardon le terroir du Mont Blanc. De quoi convertir une secte entière de prohibitionnistes patentés. D’abord la bouteille est blonde, belle et pure, d’une beauté glaciale qui vous met le feu. Ensuite, si je puis m’exprimer ainsi, c’est une bouche fraîche pleine de promesses. Reste le corps enfin, découverte, caresses, montée du désir, explosion du plaisir. Le 7ième Ciel et, à peine remis de l’extase, l’absolue, l’impérative nécessité de s’offrir une nouvelle escalade...



 

 

-         Eh bien Berthomeau ce matin tu ne fais pas dans la pure minéralité, les fragrances de glycine ou les pointes d’épices, c’est du torride...


-         Oui, c’est sans doute l’un des effets sur moi du réchauffement climatique. Je plaisante, en revanche j’adore croquer les glaces et m’offrir des douches chaudes. Je déteste le tiède. Le plaisir, quelle qu’en soit l’origine, c’est sortir de soi, se laisser emporter, ne plus rien maîtriser, le bord du gouffre, la petite mort...


-         Tout le contraire de la modération...


-         Oui, j’ai déjà commis une chronique sur le sujet Au risque de choquer : modération et tolérance ne sont guère mes tasses de thé … j'suis tendance bon vivant et accueillant... http://www.berthomeau.com/article-29416108.html


-         C’est de la provocation ?

-         Non, j’adore les cuves ovoïdes du domaine Belluard...

-         Qu’est-ce cette nouvelle pirouette ?

-         Allez donc voir le blog d’Olif  http://www.leblogdolif.com/archive/2007/01/29/ayze-281-283-rue-du-gringet.html

   

-         Mais encore ?


-         Rien si ce n’est que je vais faire expédier une caisse de Brut Zéro à Mariann Fisher Böhl notre commissaire européenne pour l’Agriculture qu’est sur le départ pour son pot d’adieu en espérant que le rougissant Jean-Luc Demarty, ci-devant Directeur de l’Agriculture, se débloquera en se souvenant du temps où, dirigiste en diable, il nous sommait d’abaisser le calibre de la pomme de terre pour faire baisser les prix afin d’améliorer le fameux indice des prix. Je le rassure après 2 coupes de ce détonnant nectar le coq ne chantera pas 3 fois s’il met un peu d’eau dans son vin à propos de la régulation du marché du lait.


-         Je n’y comprends goutte à vos histoires à tiroir...


-         Normal, la Savoie c’est aussi le pays du fromage, alors un morceau de Tomme des Bauges sur un quignon pain le matin c’est tout de même mieux qu’un « faux emmenthal » fabriqué avec de la poudre de lait et de l’huile palme que t’achètes à 2 balles chez un « casseur de prix »


-         Tu retombes toujours sur tes pattes Berthomeau c’est lassant...


-         Oui c’est l’effet pulse du Brut Zéro, à bientôt sur mes lignes...

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 20 octobre 2009 2 20 /10 /Oct /2009 00:02

Considérant qu’en dépit du réchauffement continu et inquiétant du climat sur notre planète Terre nous assistons parallèlement à un grave et tout aussi préoccupant refroidissement des relations entre les hommes ;


Considérant
que pousser des hommes à bout pour qu’ils fourguent un maximum de « petits insectes noirs » dans lesquels des gugusses et des nanas, une fois sur deux, se contentent d’articuler « t’es où ? » est représentatif de l’état de nos sociétés humaines ;

 

Considérant que les syndicats agricoles ne semblent pas porter Jean-Louis Borloo dans leurs cœurs ;

 

Considérant que Claude Allègre ne sera jamais admis à l’ABV ;

 

Considérant que le réchauffement climatique pousse, dit-on, nos cépages vers des degrés extrêmes ;

Considérant qu’il est patent que se promener nus dans les vignes est contraire au message des autorités de Santé Publique qui préconisent « Malgré la canicule : sortez couverts » ;

 

Considérant que le Pape Benoît XVI réprouve aussi ardemment les deux attitudes ;

 

Considérant l’échec patent de l’appel du Secrétaire-Perpétuel à plébisciter la révélation intégrale de sa nudité (voir chronique : cliquez sur http://www.berthomeau.com/article-chaud-devant-nus-dans-les-vignes-quand-le-cul-se-substitue-au-qi-c-est-qu-ya-le-feu-au-lac-37346528.html ) ;

 

Considérant qu’il est urgent d’agir ;

 

Vus nos statuts qui n’existent pas,

 

Décidons, nous, Présidium * de l’Amicale du Bien Vivre, dites des Bons Vivants :

 

de suivre l’exemple, de notre vénéré Secrétaire Perpétuel autoproclamé et de son aide de camp, de revêtir une chaude tenue campagnarde (photo du haut tendance hobereau avec chapeau, photo du bas tendance koulak avec chapka)  conforme à la grandeur et à l’excellence de nos terroirs viticoles ;

 

de bénéficier des hauts degrés de nos vins pour nous concocter de savoureux Vins Chauds pour réchauffer nos corps, égailler nos cœurs, alléger nos âmes et si possible rire de bons coups.

 

























Le bol ci-dessus ne contient que la valeur d'une bouteille de 75 Cl.

 Pour ampliation et publication dans les meilleures gazettes :

 

Le Secrétaire Perpétuel de l’A.B.V

 

Jacques Berthomeau

  

* cet organe collégial est, comme vous vous en doutez, totalement bidon, mais même s’il se réunissait cela ne changerait rien à la gouvernance de l’ABV qui est totalement soumise aux élucubrations et aux lubies de votre serviteur.

Vous pouvez lire ou relire une vieille et courte chronique du 15 novembre 2005 Nouveau Produit : le vin chaud http://www.berthomeau.com/article-1205998.html

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Lundi 19 octobre 2009 1 19 /10 /Oct /2009 00:03

 

Oui   chers lecteurs, tout arrive à qui sait attendre, Périco Légasse et moi, pour une fois, nous nous  accordons, et de belle manière, sur les vins et plus particulièrement le grand blanc de « mourredon ». Le mont-rond sur le plateau qui surplombe Châteauneuf-du-Pape, c’est le château Mont-Redon où Jean Abeille et Didier Fabre œuvrent pour nous proposer une palette de vins que je qualifierais de vins de gentlemen, d’une élégance sobre, sans être austères, dépourvus d’afféterie, précis et raffinés, loin de l’ostentation propre à l’air du temps, étonnamment modernes, « gorgés de fruit et de fraîcheur » comme le note Périco pour le blanc 2007, alors qu’ils ne sacrifient en rien aux modes. En effet, les hommes de Mont-Redon font, ce qui peut paraître une évidence alors que ce n’en est pas une, à chaque millésime, le vin du Château Mont-Redon pour chacune de leurs appellations (Chateauneuf-du-Pape, Lirac, Côtes de Provence, Côtes-du-rhône) : une cuvée par couleur. Choix courageux, assumé, face à « l’impérialisme » de ce cher Bob Parker qui n’aime rien tant que les cuvées « dé à coudre ».  

                                    
Sans vouloir taquiner mon éminent et très médiatique « confrère » je crois que je l’ai précédé dans mon amour pour le Châteauneuf blanc du Château-Mont-Redon. Je m’explique. Un beau matin de fin de siècle, adoubé par une missive ministérielle, j’ai débarqué au volant de la petite auto de la DDAF du Vaucluse, à Dallas, pardon dans le charmant village de Châteauneuf-du-Pape « gouverné » d’une poigne de fer par un maire au nom prédestiné, pour tenter d’y ramener la paix. Le terrain était miné : un POS très orienté, une déviation bizarre, des scuds entre les 2 syndicats, des histoires autour de la bouteille écussonnée, j’en passe pour ne pas vous lasser. Plein de gens importants, dont une Garde des Sceaux qui lorgnait sur la cité des Papes, il fallait que je fasse gaffe. Alors, qu’ai-je  fait pour ne pas me retrouver à faire la manche sur les trottoirs du festival d’Avignon ? J’ai d’abord écrit une missive à chacun des vignerons pour leur proposer de me rencontrer pour tailler une bavette ; puis je me suis enfermé dans les locaux de l’INAO d’Avignon pour me plonger dans les archives de l’appellation chère au BARON PIERRE LE ROY DE BOISEAUMARIE. Ensuite ce fut une histoire pleine de surprises et de rebondissements mais c’est dans ce contexte « agité » que je suis allé rencontrer Jean Abeille au Château Mont-Redon.


La fonction de médiateur public a des exigences particulières où il faut, bien sûr,  ne pas prendre parti pour ou contre l’une des parties tout en préconisant un compromis le plus proche possible de l’intérêt général. Pour ce faire il est nécessaire de s’appuyer sur des hommes droits qui avancent et tenter d’éviter les hommes courbes qui se défilent. Sans conteste, dès notre premier contact, je rangeais Jean Abeille dans la première catégorie. L’homme a des angles, des convictions, mais surtout une ligne de conduite lisible : celle d’un vigneron toujours en recherche, précis, perfectionniste qui ne se paye pas de mots. Que n’avais-je entendu comme « horreurs » sur le terroir urgoniens, le 3ième de Châteauneuf après les fameux galets roulés du haut et les sables du bas, et, avec lui, je découvrais un vignoble planté sur des urgoniens respectueux de son environnement, mené avec intelligence, qui donnait naissance, à mon humble avis, à l’un des très grand Châteauneuf-du-Pape blanc.


Pour autant Jean Abeille ne tire pas la couverture à lui, l’œuvre est commune avec Didier Fabre que je connais moins bien – c’est pour cela que ma plume reste discrète à son propos – et il a donné beaucoup de son temps au collectif de l’appellation avec Jérôme Quiot, Alain Jaume et le regretté Paul Avril. De plus, et c’est important dans les entreprises familiales, la transmission générationnelle est sur les rails avec Pierre Fabre qui est le jeune vinificateur et éleveur des différents domaines, Yann Abeille qui, après 2 années passées en Australie et Nouvelle-Zélande, s’occupe de la partie culture et parc matériel. Pendant ce temps-là Christine Fabre travaille à Paris pour O.Bertrand distribution, Jérôme Abeille circule dans les USA en tant que VIE pour le compte de 4 caves et Patrick Abeille se forme à l’INSEC de Bordeaux.


À tous ceux, financiers de hedges funds et rentiers des fonds de pension, qui n’ont à la bouche que le fameux concept de création de valeur alors qu’ils passent leur temps à la détruire je dis venez donc salir vos escarpins dans ces petits morceaux de France où des hommes entreprenant en créant, eux, de la valeur, la fixent au sol, générant de l’emploi et de l’activité réelle se traduisant dans les chiffres de notre balance commerciale. À tous ceux aussi qui, crise aidant, trouvent commode de ne voir que ce qu’ils ont envie de voir en rêvant d’un monde englouti, j’écris que le dynamisme de nos territoires ruraux passe aussi par des « modèles » Château Mont-Redon.

Et oui 170 ha d’un seul tenant dont 100 en vignes sur les trois terroirs de Châteauneuf : 60 dans la partie haute des galets roulés avec ses cépages puissants qui donnent au vin sa charpente, 20 dans les sables dont les cépages syrah, cinsault, mourvèdre confèrent au vin ses saveurs de fruits rouges et 20 sur les urgoniens ces cailloux calcaires qui, avec un cocktail de 40% de grenache, 20% de Clairette, 20% de Bourboulenc, 10% de Roussane et 10% de Picpoul, offrent à Périco et à votre serviteur leur grand blanc. Avec une telle diversité, une telle palette de terroirs, des volumes significatifs, chaque millésime du Château Mont-Redon peut toucher bien plus qu’un petit cercle d’initiés fortunés. Beaucoup d’amateurs peuvent ainsi inscrire sur leurs tablettes de superbes vins de Châteauneuf  sans pour autant casser leurs tirelires. Cet aspect des choses, trop souvent négligé par les faiseurs de guide, de l’accessibilité par le plus grand nombre aux grands vins, est capital pour l’avenir du vin dans notre pays.


Mais Mont-Redon ne s’est pas fait en un jour. Lorsqu’Henri Plantin hérite en 1923, de 2,5 ha de vignes en 12 parcelles sur une zone boisée qu’il va défricher avec des treuils à vapeur achetés aux stocks américains pour être le premier à y planter des vignes, rien n’est évident. Travail de pionnier, cette ténacité et cette clairvoyance que l’on retrouve encore dans le travail de Jean Abeille et de Didier Fabre est comme une empreinte génétique marquant l’esprit Château Mont-Redon. Dans un temps où beaucoup se préoccupent, à juste raison, des questions d’environnement je suis admiratif du travail d’horloger mené sur ce beau terroir. Précision, réflexion, souci des grands équilibres, la démarche est pensée et se traduit par exemple dans le traitement des effluents : domestiques (le château reçoit 25 000 visiteurs par an), de cave, des phytosanitaires, totalement autonome. Remarquable ! À voir par tous ceux qui se contentent de blablater. Un détail, qui n’en est pas un, sur l’absolue nécessité de protéger la santé des travailleurs de la vigne, à Mont-Redon c’est une réalité vérifiable dans les procédures mises en place pour éviter le contact. De même les bâtiments HQE (haute qualité environnementale, tout est recyclable) témoignent de ce souci du durable. Je sais que certains vont m’accuser d’une forme d’hagiographie mais si le monde de la vigne et du vin désire, face aux attaques dont il fait l’objet, au lieu de brailler, apporter du concret en réponse, seules des démarches comme celles-ci sont en capacité de convaincre.


J’ai encore tant de chose à écrire sur le surgreffage, dans la partie Côtes du Rhône, des vieux ceps de Carignan avec de la Counoise afin de s’adapter aux nouvelles conditions climatiques ; sur les nouvelles tables de tri visioniques expérimentées cette année ; sur l’avenir du secteur qui préoccupe Jean Abeille et Didier Fabre... mais il est temps de conclure. Je vais le faire en évoquant le père de Jean Abeille qui a quitté sa confortable fonction d’Inspecteur Général des Eaux et des Forêts pour l’aventure du Château Mont-Redon car, dans un temps où la transmission héréditaire de charges publiques revient au goût du jour, il me semble qu’il est important de distinguer ceux qui se contentent d’hériter et ceux qui créent. Mon cœur tout autant que ma raison penchent pour ces derniers ; pour les autres je me dis dans ma petite Ford intérieure qu'à 23 ans j’étais Docteur en Droit Public et... j’ai construit ma vie...  



                                                                                                 

 


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés