www.berthomeau.com

    Vin&Cie,

             l'espace de liberté

 

 

photo581   

 

   
   

 

9782246807728 (1)


       

 

 

photo583   

 

 

Un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes...

Pour recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite, c'est gratuit. 

Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires.

Bonne journée à tous, ceux qui ne font que passer comme à ceux qui me lisent depuis l'origine de ce blog.   

 

 

 

 

Photo du Taulier de Ludovic Carème © http://www.ludoviccareme.com/ 




 

Mercredi 3 février 2010 3 03 /02 /Fév /2010 00:00

Chou-6912.JPG
« Homme de l’art » dans son acception ancienne selon le Robert l’art est défini comme « un ensemble de moyens, de procédés conscients qui tendent à une fin » et de citer Paul Valéry, Avant-propos de l’Encyclopédie française « On dit de la Médecine qu’elle est un Art ; on le dit aussi bien de la Vénerie, de l’Équitation, de la conduite de la vie ou d’un raisonnement. Il y a un art de respirer ; il y a même un art de se taire. »

Vu comme cela sans contestation possible l’œnologie est un art car c’est une activité supposant des connaissances et des pratiques spécifiques qui réclament un apprentissage. Donc tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes lorsque le « magasin culte » de la Rive Gauche, le temple de la consommation chic, la Grande Épicerie du Bon Marché, dans le cadre de ses Privilèges D’Initiés pour Février fait l’Éloge de la Culture. Le glissement sémantique est d’importance car l’évènement se rattache à la nouvelle marotte du temps : le tourisme culturel.

Aujourd’hui tout est culturel pour reprendre l’expression fétiche des soixante-huitards où tout était politique. Alors pourquoi les épiciers, si ça fait vendre, ne s’y colleraient pas eux-aussi me direz-vous ? Amener des gens à se cultiver est toujours une bonne chose et dans cette veine permettre à des consommateurs d’acquérir les rudiments de la culture du vin – pas celle des ceps bien sûr – participe à une forme d’élévation du niveau des connaissances. Donc je ne puis que donner un satisfecit aux communicants du BM d’organiser une visite guidée au château de Malmaison de l’exposition consacrée aux coulisses de la cave de l’Impératrice Joséphine. Le Vin et l’Histoire forment un couple parfait. Bravo donc de sortir les amateurs de leur  7ième arrondissement pour seulement 10 euros.

Là où l’opération prend l’allure d’un mélange des genres étrange c’est lorsqu’elle propose, peut-être influencée par son voisin « Le vin en tête » (chronique : Faut-il être maintenant être œnologue pour apprécier le vin ? ICI-> http://www.berthomeau.com/article-faut-il-etre-maintenant-etre-oenologue-pour-apprecier-le-vin--41993276.html ) : une « Initiation à l’œnologie » Je ne vais pas reprendre mon argumentaire développé dans la chronique citée mais vous proposer la lecture de la présentation de cette initiation. Ça vaut son pesant de Culture, avec un grand C comme connerie en barre... « La Grande Épicerie de Paris et son Chef de Cave, Hugues Forget, vous convient à une initiation à la dégustation à l’aveugle. La cave de la Grande Épicerie s’offre à vos palets (sic) pour une découverte œnologique unique. Dans le cadre feutré d’un salon privé du Bon Marché Rive Gauche, Hugues Forget aura le plaisir de vous présenter une sélection originale et surprenante afin de vous familiariser à l’art œnologique. »

J’ai respecté la charte graphique et l’orthographe mais je me dois d’ajouter un extrait du second paragraphe qui est lui aussi fort plaisant « Tarif : 30 euros par personne (valeur effective 60 euros) ... Le Bon Marché Rive Gauche se réserve le droit d’annuler l’évènement en cas de participation insuffisante. » En clair : la Grande Épicerie organise des dégustations à l’aveugle payantes, en soulignant finement que c’est ½ tarif, en se réservant le droit de vous renvoyer chez vous sans avoir pu bénéficier de ses prestations si elle n’amortit pas son opération. « Vérigoud ! » Dieu que c’est prétentieux ! Bravo les artistes c’est de l’art pour l’art ( l'art c'est aussi celui de se taire comme l'écrivait Valéry) mais que voulez-vous moi je ne suis qu’une tête de lard qui ramène toujours sa fraise, de veau bien sûr.

Bonjour chez vous !

Un vieil encarté du Bon Marché : Jacques Berthomeau carte N° 100 28120 1349 8807

PS. Jouer aux palets était un des loisirs dominical des hommes dans ma Vendée profonde. Les joueurs alternant séjour à la cave et jeu. Vive la culture paysanne et les révolutions de palais !

Chou-6914.JPG
Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 2 février 2010 2 02 /02 /Fév /2010 00:00

Rassurez-vous je n’ai pas abusé dès le matin de produits prohibés par la Faculté. Je n’ai bu que mon jus d’orange et mon café et ce que j’écris ne relève pas d’une extrapolation hasardeuse.

Je m’explique.

Récemment les plus fervents partisans du « french paradox » exultaient. En effet, la presse venait d’annoncer qu’une équipe de l’INSERM venait d’en démontrer la réalité par le décryptage biochimique de sa cause. Ramaroson Andriantsitohaina (neurobiologiste à l’Université d’Angers) a identifié une sorte de « sous-type alpha » des récepteurs aux hormones androgènes qui réagit aux polyphénols du vin rouge en provoquant un relâchement bénéfique des vaisseaux sanguins en contrecarrant le « stress oxydant » par la biosynthèse du monoxyde d’azote. Soit, à la lecture de ce qui précède, pour moi, comme pour beaucoup d’entre vous, l’équivalent d’une phrase de Robbe-Grillet traduite en mandarin. Ceci dit l’important c’est que le mécanisme en jeu et sa cible moléculaire ont bien été identifiés. Affirmer que la consommation d’un peu de vin rouge est bonne pour la santé est une réalité scientifique établie puisque la démonstration du relâchement des vaisseaux résulte d’une double série d’expériences menées avec des extraits de polyphénols du vin rouge, à la fois sur des souris et sur des humains « volontaires sains ».

Donc tout va bien me direz-vous. Sauf que, la gente médicale s’empresse d’ajouter que la dose doit rester modeste car sinon les effets bénéfiques du vin rouge sont annihilés par ceux néfastes de l’alcool. De plus, il est possible de profiter des mêmes avantages en consommant certains fruits rouges, le raisin bien sûr, mais aussi le cassis, les myrtilles... Pour les groseilles les recherches se poursuivent nous dit-on. Nos chercheurs angevins, très en verve, ont aussi identifié parmi les innombrables polyphénols du vin, tout particulièrement ceux de la famille des anthocyanes, une molécule qu’ils estiment prometteuse : la delphinidine. La science avance qui s’en plaindrait ! Pas moi bien sûr... Cependant, chers lecteurs, qui dit molécule dit gélules, brevets, laboratoires pharmaceutiques donc une sorte d’effet aïkido.

Je m’explique.

L’aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Ces techniques visent non pas à vaincre l'adversaire, mais à réduire sa tentative d'agression à néant. Ce que je crains c’est que nos blouses blanches, hypocritement prohibitionnistes, utilisent la belle image du  « french paradox » pour promouvoir leurs médocs à base de molécules de polyphénols en arguant qu’avec eux les braves gens obtiendront les mêmes résultats sans les effets néfastes du gros méchant vin rouge. Qui vivra verra mais, à trop médicaliser la consommation du vin, à mettre en avant des arguments santé, le risque est grand d’en faire le point d’appui à une contre-attaque de ses détracteurs. N’oublions pas que le vin est surtout bon pour la santé de l’âme et pour le réchauffement des cœurs. Qu’il fût accessoirement bon pour nos artères certes ne nuit pas mais trop de posologie nuit gravement au plaisir...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 1 février 2010 1 01 /02 /Fév /2010 00:00

Genou-6916.JPG
Mardi soir dernier je rentrais fort tard, fourbu et frigorifié, de la Gare Lyon en provenance de Montpellier Bio par le métro lorsqu’à l’arrêt de la station Corvisart mon regard fut attiré par une grande grappe affichée. Qu’est-ce donc me dis-je ? Comme c’était écrit je lis « Saint Mont Façonnés à la Main ». La rame repartait jusqu’à Glacière ma station d’arrivée et mes neurones glacés se réactivaient. Vous connaissez mon peu d’amour pour les campagnes d’affichage dans le métro alors pendant que je regagnais mon home je dressais mon plan de bataille pour le lendemain : retour sur Corvisart, photos, étude de l’affiche et le plus important voir si cette belle campagne permettait au parigot lambda rentrant du boulot de comprendre au cours de ses quelques secondes de vision de quoi il s’agissait : de vin ou d’une campagne pour la promotion du raisin, d’aller au-delà du slogan, de faire la relation entre Saint Mont et sa localisation géographique, de se dire en revoyant de nouveau l’affiche à quelques stations suivantes : « tiens j’en achèterais bien », puis ayant pris le temps ou ayant eu la chance de descendre dans une station où l’affiche est exposée de pouvoir y lire tout en bas juste au-dessus du logo des financeurs « à découvrir en magasin, sur les meilleures tables et chez votre caviste » se poser la question essentielle : « mais je vais les trouver précisément où ces fameux Saint Mont de vignerons ? » www.vins-saintmont.com

En effet, le vieux principe de la réclame c’est de déclencher un réflexe quasi-pavlovien du consommateur : marque/acte d’achat. À noter, n’en déplaise aux créatifs d’agence, que l’esthétique de l’affiche peut parfois être contre-productive en brouillant l’impact direct. L’important c’est d’abord d’être vu, donc d’attirer le regard, ensuite d’être compris. L’affiche de Saint Mont capte l’attention c’est incontestable mais l’embrouillamini des mains qui exhibent verres, sécateurs, grappes, bouchon, poignée de terre...etc, des grains de la grappe, des bouteilles... est certes lourdement démonstrative sur le « façonnés à la main » mais indescriptible vu d’un wagon de la rame. Pour le texte c’est du même tonneau : il faut être à quai pour le lire « Fruits de toute l’attention de nos vignerons, les Grands Vins de SAINT MONT sont façonnés à la main, jour après jour, révélant ainsi leur finesse et l’authenticité de leur nature. » Phrase trop longue, trop conceptuelle, qui décourage le lecteur. De plus, avez-vous observé les usagers du métro lorsqu’ils attendent la rame sur le quai ? Si oui vous aurez constaté qu’ils tournent dans leur grande majorité le dos aux affiches. Donc, l’efficacité du message tient dans sa brièveté et sa visibilité vue de la rame.
Genou-6921.JPG


Vous allez me dire que je pinaille mais toutes ces belles affiches dans le métro c’est du bel argent qui provient en des proportions que j’ignore : des vignerons eux-mêmes via leur CVO qui, me dit-on, a été multipliée par 4, de la région Midi-Pyrénées, de l’UE. En conséquence ce n’est pas pour faire joli mais pour à la fois faire progresser la notoriété de Saint Mont et faire vendre des belles bouteilles de cette appellation. L’important c’est le lien qui se créé pour mener le consommateur jusqu’au rayon. Comme j’ai beaucoup d’amitié pour les Gascons de Saint Mont, et tout particulièrement pour un digne porteur de black béret, je me suis enquis de ce qui se faisait pour tisser ce lien et par la même occasion pour le faire savoir. J’ai donc enquêté. Qui donc enquête à chaud dans les médias du vin ? Assurément pas grand monde, les petits séjours dans le terroir sont plus douillets que le macadam parisien. Et pourtant c’est là que tout ce joue. Le consommateur lambda, dont ces « beaux messieurs » se fichent comme de la guigne, c’est bien lui qui forme les gros bataillons qui font la consommation.

Qu’ai-je découvert ? Ça :

 DSC8630

Un essaim sympathique de « black béret gascon », avec même quelques femmes en son sein, assemblé sous la pancarte symbolique de la station BASTILLE s’apprêtant à fondre sur les magasins Nicolas de notre ville capitale. Mon cœur tressaille d’allégresse même si je n’ai pu accéder à cette info que parce que j’ai fait le boulot. Bravo ! La prochaine fois il faudra mieux mailler la chaîne. Le faire savoir. Buzzer sur le Net. Faire dans le cousu main puisque tout est fait à la main à Saint Mont. Je vous assure chers vignerons que ça ne coûte pas très cher d’avoir de l’imagination. J’aurais pu en rester là mais comme je suis un bon petit soldat du vin bravant la pluie j’ai endossé ma canadienne et je suis parti jusqu’au Nicolas du 137 boulevard Auguste Blanqui où le vigneron André Micas officiait. Fidèle au poste, il m’a accueilli avec beaucoup de gentillesse en compagnie du caviste, Matthieu Lechevalier, lui aussi fort avenant. Petite dégustation puis petite discussion à trois. Suggestion du caviste qui confie être friant de la présence d’un vigneron dans sa boutique : pouvoir signaler l’opération à l’avance avec une petite affiche pour que ses clients puissent être mieux prévenus. Là encore, la logistique fait la force des armées et si demain d’autres enseignes, telle Monop sont envahies par les black bérets de Saint Mont il faudra faire un petit effort d’organisation. Je suis reparti de chez Nicolas avec un magnum de Collection Plaimont 2005 sous le bras www.plaimont.com , acheté bien sûr, car d’abord ça peut toujours servir pour faire un petit cadeau et puis le sympa André Micas méritait bien de l’appellation Saint Mont. Allez haut les cœurs les Gascons ! Vous êtes sur le bon chemin, celui qui fait le lien avec ceux qui vous font vivre : vos consommateurs.

Genou-6928.JPGGenou-6944.JPG
Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 31 janvier 2010 7 31 /01 /Jan /2010 02:01

L’aérogare de Tempelhof nous fascina par son avant-gardisme, en comparaison celle d’Orly semblait bien provinciale avec sa façade plate de HLM. Ici, sur plusieurs niveaux, le bâtiment principal semi-circulaire de 1230 mètres de long, réalisé sous le 3ième Reich, impressionnait par sa fonctionnalité et sa démesure. Alors que nous nous extasions dans l’immense hall, un gros bonhomme, caricature du Bavarois buveur de bière, nous abordait, avec un air de contentement, pour faire savoir à ces petits français impressionnés que ce bâtiment était le 3ième plus grand au monde par sa surface au sol après le Pentagone et le palais du génie des Carpates à Bucarest. Chloé me murmurait à l’oreille « et si je lui répondais : salaud de nazi, tu crois que je ferais mouche ? » Je la tirais brusquement par le bras laissant en plan sans autre forme de procès ce digne représentant du Schweinesystem.  « C’est un flic... » lui dis-je entre les dents. « Et comment tu sais cela mon grand ? » Je me contentais de sourire en haussant les épaules. Dans le métro qui nous emmenait vers le centre du quartier de Kreutzberg je confiais à Chloé ma crainte d’être la victime d’une manipulation. Elle fronçait les sourcils « Une manipulation ! Mais manipulé par qui ? Tu deviens parano... » Je soupirai « Peut-être bien mais nous sommes ici en zone américaine et c’est le champ de jeu de la CIA alors je pense qu’il nous faut vraiment nous tenir sur nos gardes sinon nous risquons de nous retrouver au milieu d’une partie de billard à trois bandes... » Mes propos alambiqués ne la convainquaient pas « Sois plus explicite mon grand ! » Alors j’allais droit au but « À la réflexion je ne comprends pas pourquoi Marcellin m’envoie ici si ce n’est pour que je serve de poisson pilote aux Yankees ... » Chloé s’esclaffait « Tu viens tout juste de t’en apercevoir. Je rêve ! C’est évident que tu n’es plus ici maître du jeu. Je croyais que tu l’avais compris : dans ce putain de Berlin ce qui compte pour les américains ce ne sont pas ces petits connards que nous allons rencontrer mais les communistes est-allemands de l’autre côté du mur. Marcellin t’envoie dans cette pétaudière pour savoir où se trouve la menace réelle, pour identifier quels sont les éléments qui sont entre les mains de Moscou. Quel jeu joue nos soi-disant alliés. La guerre froide c’est cela mon tout beau. Fini de jouer solo mon coco, ici c’est la cour des Grands. » Fataliste je concluais « alors nous allons leur en donner pour leur argent... »


En retrouvant l’air libre en plein quartier de Kreutzberg nous pûmes vérifier que la zone de chalandise de nos petits camarades étudiants ne respirait guère l’opulence renaissante de l’Allemagne de l’Ouest car elle se composait essentiellement d’usines bombardées, de gares désaffectées, d’HLM trop proches du mur pour séduire les promoteurs et elle était cernée de bidonvilles turcs empestant la fumée de charbon de bois et le suif de mouton rôti. Nous rôdaillâmes dans des cafés peuplés d’une faune fumant du shit sous des drapeaux du Viêt-Cong et des photos de Mao et d’Hô Chi Minh. L’évocation du nom de Sacha auprès des camarades ne nous attira que des sourires vagues ou même une forme d’hostilité sourde. Fatigués nous échouâmes dans une sorte de club en sous-sol où un guitariste en keffieh palestinien jouait vaguement du Joan Baez sous les regards indifférents de quelques corps indistincts vautrés sur des matelas jetés à même le sol. Certains se pelotaient sans enthousiasme pendant qu’une fille dans un coin allaitait un moutard roussâtre. Venant de je ne sais où un charmant Suédois efféminé nous tendait deux canettes de bière. Nous nous posâmes sous un drap tendu sur lequel une main malhabile avait peint des slogans contre la bombe à neutrons. Olof, le suédois, gérant de ce club communautaire, se roulait un joint tout en s’enquérant, dans un anglais hésitant, de notre situation. Notre réponse « Nous cherchons Sacha... » lui tirait un mince sourire, le premier de la journée, qui nous remontait le moral. Toujours dans son anglais guttural il nous confiait « Je crois qu’il loge dans un grand entrepôt avec ses camarades du « Centre de la Paix ». C’est une communauté. Ici presque tout le monde vit en communauté. Vous devez avoir faim. Je vais vous conduire dans un restaurant à kebabs ... » Nous tétions nos bières, demandions à régler ce qui nous valait un nouveau sourire las, et nous le suivions dans un lacis de ruelles sombres jusqu’à un appenti couvert de tôles. « C’est chez Mustapha, l’agneau y est délicieux vous verrez. » Pendant que nous nous restaurions, notre nouvel ami Olof, toujours aussi obligeant, nous dessinait sur une feuille de carnet le plan qui nous permettrait de nous rendre jusqu’à la tanière de Sacha. Le thé à la pomme avait plutôt un goût de serpillière mais, après notre journée d’errance, la perspective de nous poser en un lieu hospitalier nous le faisait apprécier bien mieux qu’un Earl Grey de chez Mariage. Je réglais l’addition avec mes dollars pour le plus grand plaisir de Mustapha le patron qui, pour nous remercier, nous enveloppait des halvas dans du papier journal. Avant de nous quitter Olaf murmurait quelques mots à l’oreille de Chloé qui opinait en souriant.


La nuit tombait. Le suivi du plan d’Olaf nous conduisait jusqu’à un canal dont les eaux noires reflétaient les auréoles jaunasses de gros projecteurs juchés sur des miradors qui s’alignaient, à intervalles réguliers, sur la berge d’en face. Soudain sur notre gauche, alors que nous nous engagions sur le chemin de halage plein de fondrières, surgissait une vedette de la police truffée de mitrailleuses. Son projecteur puissant nous enveloppait l’espace d’un court instant avant de continuer sa course sur les murs de briques des usines éventrées. Nous n’étions pas très rassurés. Chloé me tirait par la manche « Je crois qu’il nous faut prendre cette rue, là... » elle pointait le doigt vers une ruelle aux pavés disjoints. « Que te voulait Olaf ? » Ma question hors de propos lui tirait un rire nerveux. « Coucher avec moi mon grand... ça m’a l’air d’être le sport national ici...» Comme je n’étais pas convaincu par sa réponse je revenais à la charge. « Tu me racontes des bobards. Je suis sûr que c’est avec moi qu’il souhaitait copuler... » Chloé ricanait « puisque tu sais pourquoi me poses-tu la question alors ? » Ma réponse me restait en travers de la gorge car, face à nous, tel un décor de cinéma, sous le halo blafard de rares lampadaires se dressait une muraille de parpaings grisailleux couronnés d’un buisson de barbelés rouillés, haute d’au moins 6 mètres. Transis, bras ballants, nous restâmes plantés face à elle pendant une poignée de minutes sans même entendre les pas de deux flics dans notre dos. « Vous n’avez jamais vu le Mur ? »

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 31 janvier 2010 7 31 /01 /Jan /2010 00:09


Lorsque j’ai écrit, puis mis en ligne ma chronique humoristique sur la pseudo-guerre du Pinot noir entre le comté de Feenwick et l’oncle Sam (voir Dans les années 50 les Américains perdaient la grande bataille du Pinot Noir contre d’irréductibles européens ICI->) il n’y avait de ma part ni malice, ni volonté d’aborder par la bande «l’affaire dites des faux Pinot Noir». J’ignorais alors que les 11 prévenus étaient convoqués pour le 16 décembre devant le tribunal correctionnel de Carcassonne pour «tromperie sur la qualité» et pour «faux et usage de faux». J’ai découvert l’information en lisant le Midi Libre mardi dernier en prenant mon petit-déjeuner avant de me rendre à Millésime Bio. C’est l’ami Jean Clavel qui, par un commentaire sur ma chronique humoristique, a greffé le débat sur l’affaire. C’est la vie de l’Internet et, après tout, c’est bien ainsi

Prévenus, pas des coupables, la correspondante du Midi Libre Séverine Troucat, sans doute instruite par les débordements médiatiques antérieurs (voir ma chronique T’es coupable ton nom est dans le journal : à propos du faux pinot du Langue d’oc ICI-> ) , le rappelle fort justement « Toute personne est présumée innocente tant qu'elle n'a pas été condamnée par une juridiction de jugement. » De ma chronique je ne retire pas un seul mot. Je me cite.

«Écrire ce que j’écris ne préjuge en rien de la gravité des faits ni des responsabilités en cause.»

«Je plaide pour une administration sereine de la justice»

«La justice des hommes doit s'exercer loin des passions, de la foule versatile et surtout respecter ses propres règles en évitant de jeter en pâture des citoyens présumés innocents. C'est l'honneur et la grandeur des démocraties que de tenir bon face aux dérives d'une société avide de sensationnel confortée en cela par des médias violant le secret de l'instruction.»

Dans cette chronique je faisais référence à la « loi de Lynch ». William Lynch, juge de paix en Virginie, instaura des procès expéditifs menant à des exécutions sommaires. Pour ce faire il présidait la cour, recrutait les jurés et veillait à l’exécution. On n’est jamais si bien servi que par soi-même. La «loi de Lynch» se répandit dans les territoires de l’Ouest jusqu’à ce qu’à l’établissement et la consolidation de l’état de droit. Le lynchage, sous-produit de cette loi, désigne les exécutions sommaires par les foules excitées par des organisations de haine telles le Klux Klux Klan aux USA.

Nous sommes très loin de tout cela me direz-vous ? Les dérives du procès d’Outreau ne sont pas là pour me rassurer. Les « bonnes âmes », comme les mouches, ont changé d’âne sans se soucier d’avoir participé à leur manière à l’hallali.

C’est le commentaire d’une truite anonyme qui m’a poussé à écrire cette chronique car il illustre bien l’incapacité de certains à admettre jusqu’aux droits de la défense. Un avocat défend son client avec tout l'argumentaire qu'il juge utile à cet effet. Quand aux réquisitions du Procureur, au nom de l’État, elles sont fondées sur ce que requiert le code pénal en la matière et non sur l’émotion ou une vision morale. Nous ne sommes pas là dans le domaine du bien ou du mal. Alors écrire «ce que les avocats ont sorti en séance est un mépris total du consommateur, américain, européen et français. Les amendes proposées par le proc sont vraiment ridicules. Au regard de ce mépris. Au regard des sommes colossales qui ont été engrangées par ces entreprises avec cette fraude.» (J’ai corrigé les fautes d’orthographe) participe au climat malsain qui entoure l’exercice de la justice des hommes avant même que le jugement ne soit rendu.

Garder sa capacité d’indignation est une bonne chose mais il faut se garder des amalgames, des emballements, des réquisitoires sans preuve, des jugements sommaires, nous sommes tous faillibles, alors gardons-nous de nous draper dans des habits de Justice et de n’en brandir que le glaive en oubliant que sa balance n’est que celle des hommes qui la rendent, souvent bien imprécise et imparfaite, mais bien préférable à l’assouvissement des humeurs des foules anonymes si versatiles. Enfin, je signale à la truite anonyme que même si je suis un homme fidèle en amitié, je fais référence ici à Pierre et Alain, ma chronique d’aujourd’hui n’est motivée que par une conviction profonde : «l’état de droit » est le seul rempart à l’arbitraire et à la barbarie. Gardons-nous de le remettre en cause pour une simple affaire de «tromperie sur la qualité» et de «faux et usage de faux» où tous les grands dégustateurs n'ont pas été capables de détecter le goût d'un vrai Pinot Noir du Languedoc. y'en a-t-il un d'ailleurs ? Tromperie, certes, mais si dérisoire au regard de celles qui mettent en cause la santé des consommateurs. Bien évidemment, l'aspect économique ne m'a pas échappé et là les juges possèdent tous les éléments pour que la justice passe... en tenant compte comme l'a fait l'administration des douanes du contexte économique local...
 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 janvier 2010 6 30 /01 /Jan /2010 00:00

En nos temps médiatiques, dans la foulée des chefs de cuisine étoilés, certains pâtissiers sont devenus de véritables stars : Pierre Hermé, Philippe Conticini, Christophe Michalak (Plazza-Athénée)... Dans le temps, comme disait mémé Marie, un simple pâtissier de Maisons-Laffitte, Louis de son prénom comme pépé Louis, doté d’un patronyme fort répandu: Durand qui ne vous prédestine guère à la notoriété, pouvait créer dans son anonyme « laboratoire » un des musts indémodables de la pâtisserie française : le Paris-Brest qui, comme son nom l’indique, s'inspirait d'une très vieille classique de la petite reine : le Paris-Brest-Paris créée en 1891 par Pierre Giffard du Petit Journal (elle défuntera en 1951 faute de participants). Elle avait lieu tous les 10 ans et comptera en tout et pour tout 7 éditions (interruption pendant le 2d conflit mondial, reprise en 48).


Le gâteau, créé lui en 1910, est censé représenter une roue de bicyclette avec des rayons en pâte à pain (certains pâtissiers, dit-on, perpétuent la tradition des grands Paris-Brest, si vous en connaissez faites-le savoir). Ceux de maman, fine cuisinière et excellente pâtissière, dans mon souvenir, avaient de 35 à 40 cm de diamètre. Pour faire simple le gâteau consiste en une couronne de pâte à choux garnie d’amandes effilées, garnie d’une crème au beurre ou d’une crème mousseline pralinée. Pour les passionnés vous pouvez visionner une vidéo de 1977 http://boutique.ina.fr/video/art-et-culture/gastronomie/CPA77059990/le-paris-brest.fr.html où Gaston Lenotre détaille la recette du Paris-Brest à Jean Ferniot (25 mn 54s).

 

Dans ma bonne ville de Paris deux adresses recommandées par Sébastien Demorand :

-         Le Bistrot Paul Bert 18 Rue Paul Bert, 75011 Paris01 43 72 24 01

-         Chez Philippe Conticini « La pâtisserie des rêves » 93 rue du Bac 75007 Paris 01 42 84 00 82.

Genou-6894.JPG

Le premier est un classique, le second est revisité par Conticini « affiche les rondeurs de pâte à choux. Une surprise à découvrir : du praliné pur coulant au cœur d’une crème pralinée. 100% addiction... » (Portion individuelle ou pour 4). Les deux sont, pour les amateurs du péché de gourmandise, à se damner. Reste un point capital à régler : que boire avec le Paris-Brest ? Ce gâteau alliant la légèreté de la pâte à choux à l’onction d’une crème sucrée j'estime que le recours à des fines bulles vives vous donneront l’élan nécessaire en fin de repas pour le savourer.

 

Mon choix, lie le Paul Bert, haut lieu du Paris-Brest mais aussi point de ralliement de la dégustation annuelle des « Vins de ses amis » chère à Laurent Bazin, à un vigneron-ami : Gilles Azam du domaine des Hautes-Terres  www.leshautesterres.fr/ et sa cuvée Joséphine : Crémant de Limoux. J'adore c'est de l'or en bulles... Et un Paris-Brest garçon et « Osez Joséphine»

Genou-6135.JPGGenou-0647.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 29 janvier 2010 5 29 /01 /Jan /2010 00:00

Si vous me le permettez ce matin je vais m’essayer à l’humour anglais sur un sujet à haut risque. Dans l’imagerie populaire le pochtron français, pilier de bar et cireur de zinc, se murgeait en solitaire essentiellement au petit blanc ou au ballon de rouge alors que le « guzzler » (gros buveur) british descendait des pintes de « beer » dans son pub en bonne compagnie. Sans verser dans une sociologie de « comptoir » je peux affirmer sans trop de risques d'être démenti que le buveur rosbif se révélait plus être un buveur social que son collègue froggies. Les nouvelles générations de buveurs anglais sont plus radicales comme un témoigne la pratique de la « chaise du dentiste » qui consiste à verser directement la boisson, des alcools fort généralement, dans la gorge du client. Soit une forme de gavage liquide à l’esthétique étrange. Cette pratique, ainsi que celle de la commande d’un « all you can drink for 10 pounds » (tout ce que vous pouvez boire pour 10 livres)  et celle de l’alcool gratuit pour les femmes vont être interdites dans les bars et les boîtes de nuit à dater du 6 avril 2010 par le gouvernement de sa très gracieuse majesté.
Ronald Searle's Something in the Celler Wonderful World of Wine 

L’auteur de l’article dans lequel j’ai repéré la « chaise du dentiste », le correspondant des Echos à Londres Nicolas Madeleine, note que le gouvernement travailliste, chassant le vote des jeunes, a tenté de promouvoir une consommation plus « civilisée », en pure perte. Le « binge drinking » continue de faire fureur Outre-Manche. Le Ministère de l’Intérieur anglais estime à « entre 8 et 13 milliards de livres les dégâts liés à la consommation excessive d’alcool » - à noter la largeur et la précison de la fourchette : 5 milliards de £, l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette, les statisticiens sont des gens tellement sérieux qu'ils se foutent de notre gueule avec sérieux. Sans vouloir trop ironiser je me permets de souligner que l’analyse et le traitement de ces nouveaux phénomènes d’alcoolisation brutale, au Royaume-Uni comme chez nous, doivent aller au-delà des simples mesures de pure interdiction qui, elles aussi, se révèleront inefficaces.

Pour ce faire, en emboitant le pas au magazine conservateur et iconoclaste « The Spectator » - à ne pas confondre chers lecteurs avec le « Wine Spectator » - qui dénonce la paranoïa de l’establishment anglais, il faut se garder de tomber dans les obsessions des « prohibitionnistes masqués » frenchies qui s’attaquent au flacon faute d’avoir une quelconque prise sur les comportements. La citation de Nicolas Madeleine extraite du magazine est vraiment So british « Bonne année ! Mais ne me passez pas la bouteille. Vous ne m’avez pas entendu ? Nous sommes tous en danger de perdre notre âme (...). Selon le gouvernement, l’alcool fait de vous un joueur, vous fait trébucher et coucher avec des femmes qui ne sont pas la vôtre. Il pousse les pauvres à frapper les enfants et les riches à investir dans les hedge funds »

Trève de plaisanteries, soyons pragmatiques, puisque le vin rouge est bon pour la prévention des caries dentaires (lire la chronique « Le vin rouge en bain de bouche : un excellent anti-carie pour vos enfants ! ICI ->) je propose de civiliser la pratique « chaise de dentiste » en demandant à nos « arracheurs de dents » plutôt portés sur les implants – rentabilité oblige – de substituer un GCC ou un petit vin naturel de terroir, ça dépend du quartier où ils sont implantés, pour le rinçage buccal. Ce serait « Vérigoud » car ça doperait les ventes de notre précieux nectar et ça pourrait-être remboursé par la Sécurité Sociale. Un bon plan à proposer à la Ministre de la Santé au moment des discours d'inauguration du Salon des Vins de Loire à Angers la semaine proche ! Ce serait very exciting ! Qui s'y colle ? Sorry, je vous avais prévenu c’est de l’humour anglais : décapant non !

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 28 janvier 2010 4 28 /01 /Jan /2010 00:00

De mes vertes années bocagères, où je n’aimais rien tant après l’école que d’aller gambader dans les prés bas, j’ai gardé un goût particulier pour la nature. Mais ce n’était pas une nature de carte postale, bien lisse, propre sur elle, mais une nature domestiquée avec ses pâtis cernés de hauts et profonds buissons qui témoignaient d’une conquête déjà ancienne sur la friche ou la forêt. Stigmates de la nature sauvage que ces noirs ronciers monstrueux scellant une paix armée entre le paysan et une nature qui lui était parfois hostile et souvent bien trop chiche. De cette proximité physique, charnelle, dénuée d’affect bêtifiant, est née une forme d’allergie inguérissable à toutes les formes de constructions intellectuelles donnant de la nature une image d’Eden, de Paradis Terrestre à reconquérir. Nous sommes des prédateurs, au même titre que les autres occupants, et nous nous devons d’assumer notre statut de dominants. Que dans mon bocage profond les ravageurs les plus redoutables des trente dernières décennies furent nos ingénieurs remenbreurs du Génie Rural je n’en disconviens pas mais ce n’est là que l’un des épisodes dans l’éternelle confrontation entre l’agriculteur en quête d’une terre toujours plus productive – la chimie les fertilisants et la génétique les y aideront grandement – et cette nature toujours prête à l’envahir et à reprendre « ses droits ». Tout ça pour dire qu’il est trop facile, pratique même, de n’instruire qu’à charge le procès du productivisme sans tenir compte des craintes nées de cet éternel combat. Alors la nécessaire prise en compte et en charge par les intéressés et la collectivité de pratiques plus respectueuses des équilibres entre le souci de produire plus et celui de produire mieux requière bien plus qu’un simple Grenelle de l’Environnement mais l’expression de choix bien plus redoutables pour notre vieux pays profondément agricole. Tel ne va pas être mon propos de ce matin mais je souhaitais dans le débat sur la résistible ascension de l’agriculture biologique sortir des approches purement conflictuelles entre ceux qui se terrent dans les tranchées d’un modèle agricole à bout de souffle et les chevau-légers de la nouvelle armée verte, pour que le « modèle » bio ne subisse pas le même sort que celui des « AOC » : se transformer en l’unique « nouvelle frontière » de notre agriculture et de notre viticulture bien sûr...

Genou-6908.JPG
Le parc des expositions de Montpellier, sorte de chancre hideux perdu dans une nature périurbaine,  cerné de routes pleines de fondrières accueillait en ce début de semaine Millésime Bio 2010. J’y débarquai au soir du lundi. Bien accueilli, badgé, je croisai sitôt une effervescence empressée de présidents patentés. « Venais-je pour l’inauguration ? » m’interrogeaient-ils ? Que non je n’étais là que pour les flacons. La grappe des présidents se formait pourtant attendant la vive parole du Grand Jojo connétable du Sud de France et suzerain de cette multitude de féaux. J’admirais les brochettes chuchotantes avec une mention toute particulière pour les santiags sous costume-cravate de clerc de notaire d’un bougon des cépages fort amorti. Bref, le vieil homme vint délivrer sa harangue, mélange étrange de vérités premières, d’idées reçues estampillées et de conneries éculées. Je me délecte du spectacle, du « je paye donc je suis... et fermez vos gueules les mouettes ». Bravo grand Président ! Tout le monde est content. Appuyé sur sa canne, notre grand Jojo, cabotine, et reçoit un à un, ou en petit paquet ses obligés. C’est beau comme l’obtention d’une subvention. Je délaissai l’essaim avide de miel pour faire mon tour de chauffe dans les allées numérotées.

Genou-6907.JPG
« Où dîner bon et sympathique dans l’ex-place fort du Grand Georges ? » tel fut la question que je posai à un membre de notre belle Amicale des Bons Vivants, languedocien pur jus. Il me conseilla : « L’acolyte » mais dans mon hébètement post-Frèchien je compris « L’alcoolique ». Pour un bar à vins c’eut été une extrême provocation même si cette taverne est sise au 1 rue des Trésoriers de France. Douché je me rendis à pied de mon hôtel vers cet acolyte.  Je confiai mon itinéraire à mon nouvel joujou qui fait tout. Géo-localisé je me laissai guider. J’étais une bille bleue qui cheminais : à droite la rue Jacques Cœur... les ruelles du vieux Montpellier. Arrivé au point rouge de mon écran je poussai la porte et je suis de suite séduit par le lieu. Accueil chaleureux, nous montâmes à l’étage, mobilier de bric et de broc, cosy et confortable, une carte bien foutue, simple, alléchante, bistronomique pour faire plaisir à l’ami Demorand. Itou pour les vins, ouverte et diverse la carte donne envie. Comme j’avais les crocs après des huîtres de l’étang de Thau j’ai dévoré un beau et vrai tartare arrosé d’un Pas de l’Escalette. Comme nous étions voisins du fameux Guide du Pous je dus me soumettre à la question mais je ne vous livrerai pas les paroles de ma chanson j’aurais trop l’impression de radoter.

Le lendemain matin dans la fraîcheur piquante de la place de la Comédie je rejoignis mon chauffeur qui avait des airs de la Nathalie de Gilbert Bécaud. Cap sur le Parc des Expos et avant de passer au vrai boulot j’ai fait une station dans une salle sans fenêtre pour savourer les paroles des « sachants » sur l’état d’avancement de « la définition du vin bio par l’Union Européenne » Congratulations, un président ravi, madame la directrice de l’Agence Bio accueillante, Jean-François Hulot chef de l’unité Agriculture de la Direction Générale de l’agriculture et du développement rural, pédagogue, précis, le Bio entre dans la norme avec logo communautaire obligatoire tout est bien dans le meilleur des mondes de l’univers impitoyable de l’agro-alimentaire qui hume dans le Vert une nouvelle source de jouvence. Comme le note Hervé Lalau dans un commentaire : par l’odeur alléchée les « loups » sont entrés dans la bergerie : qui croqueront-ils ? Attendre et voir : j’en reparlerai en temps et en heure (un indice les vendeurs d’études en barre sont dans le pré pour sûr qu’ils vont vendre un bon prix leur prose tarifée).

« Mars attaque ! » fantassin du bio, les pieds dans le vert et le nez dans le verre, je suis blanc le matin et rouge l’après-midi. Le plus difficile est de choisir dans cette profusion. Au pif, au feeling, au « tu devrais aller chez... » d’amis croisés, aux appels de ceux qui me lisent chaque matin, tel la faucheuse-lieuse du pépé Louis je moissonne, j’engrange, je croule sous les infos, je crache, je bavasse... À l’ami David Cobbold je dis « tu aurais du venir à millésime bio » pour au moins 2 bonnes raisons : la première c’est que derrière les tables ce sont des vignerons qui ne te prennent pas le chou avec leurs convictions, c’est du vin dont ils parlent et je t’assure y’avait du bon ; la seconde c’est que ce n’était pas franchouillard : vignerons espagnols et italiens en nombre, argentin, égyptien, roumain... j’en oublie sans doute. De plus dans ce salon à taille humaine l’atmosphère est bon enfant et c’est bien organisé. Professionnel aussi, dans mon hôtel au petit déjeuner la langue de Shakespeare m’environnait. Donc mention TB sauf pour un bar en face des Toilettes mal tenues, négligées, sans préconiser des tinettes à sec « bio » dans le parking faudrait que les gestionnaires du Parc se bougent le cul. Ma besace s’emplissait et mon estomac criait famine. D’ordinaire en les salons la restauration est soit prétentieuse et chère ou nulle et non avenue (le pire étant le Grand Tasting de B&D où seul le mangeur debout peut survivre). Poussé par la faim je pointais donc mon groin aux lisières du restaurant. On me scannait : « c’est gratuit pour vous... » premier étonnement. J’allais vers l’entrée : second scan, j’avais l’impression d’être un paquet de lessive à une caisse d’hyper. Découverte du lieu : second étonnement c’est immense et gentiment bourdonnant. Des files numérotées pour les buffets placées tout autour permettent de bien gérer les files d’attentes. Temps d’attente réduit, une grande et vraie assiette que l’on vous garni de tout bio entrées, plat, fromage et dessert indépendants, du bon pain, pour le vin les vignerons apportent le leur. De grandes tables rondes avec couvert sur tables permettent de s’asseoir, de se restaurer. C’est bon. Là je vote les félicitations du jury. Bravo !

Ainsi requinqué je repars au front la fleur au stylo. C’est du boulot croyez-moi pour un gars aussi cossard que moi. Je passe la surmultipliée. Que de chroniques, que chroniques vais-je devoir écrire pour désembouteiller – pas mal, non – mes neurones surchauffés. Je sature des papilles. Je m’offre une bière bio bien fraîche. Je croise et salue l’ami Michel Smith, puis Yannick... puis d’autres. La pendule tourne. J’en ai plein les bottes. Va falloir que je couche très vite  tout ça sur le papier – façon de parler car je vais tapoter sur mon clavier – pour ne rien oublier. Taxi, la gare de Montpellier toujours aussi zonarde, l’IDTGV avec le chef de cabine, brave, qui récite sa leçon comme nous au temps de l’école primaire. Dans l’espace dit zen c’est lui qui fait le plus de bruit mais bon il est gentil et pour 35 euros en première je ne vais pas demander qu’il me serve à la place. Sur ma lancée j’ouvre ma boîte à malices : mon vaillant Vaio et je me lance dans cette chronique. Nous avons 15 mn de retard du fait dixit notre ange gardien « des embouteillages à l’entrée de Paris ». Juste avant l’arrivée toujours vaillant il nous présente les excuses d’IDTGV qui nous dit-il n’est pas responsable de ce désagrément. Voilà une bonne méthode : filialiser ça permet de reporter la responsabilité : astucieux, non !

 

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mercredi 27 janvier 2010 3 27 /01 /Jan /2010 00:00

Le Pinot noir, bien avant que le film Sideways lui donnât la vedette, a tenu une place tout en haut de l’affiche, dans les relations parfois orageuses entre le Nouveau Monde du vin, la Californie en l’occurrence, et l’Ancien Monde dont nous les français sommes sans contestation possible le fleuron. Combat homérique entre de petits producteurs soucieux de l’authenticité de leur vin, respectueux de leur terroir et d’affreux yankees aux vins bodybuildés, sans racines, remake de l’éternel affrontement entre David et Goliath. Message d’espoir aussi puisque le Petit fit dans les années 50 plier le genou au Grand et arrogant Oncle Sam. Page d’histoire méconnue de notre Histoire qu’il faut extraire de l’oubli afin de redonner espoir dans les couches les plus profondes de notre terroir.
Comme vous le constatez ce matin ce n’est pas dans les pages glacées de l’antique Revue des Vins de France ou de ses concurrents qui blablatent sur notre divin nectar que vous pourriez trouver un scoop d’une telle importance. De quoi fiche Bob Parker le cul par terre mes chers lecteurs. Je pèse mes mots car vous allez subir le choc des photos. Plus précisément celui d’images inoubliables d’irréductibles se levant pour aller affronter l’ogre jusque dans sa tanière. J’en ai les larmes aux yeux. Ce fut beau comme l’antique. De plus ce fut terriblement So British. Bien sûr, vu l’état de l’enseignement de la géographie dans notre pays, allons cher Robert Pitte associez-vous à mon courroux, qui chez nos jeunes pousses pourrait situer sur une carte le Grand-duché de Feenwick ? Déjà qu’ils ont bien du mal avec celui du Luxembourg, sans parler du Lichtenstein qui n’est qu’une principauté, ils s’en tiennent à Monaco qui fut longtemps un bon client de la Une de Paris-Match et à Andorre pour les clopes et les apéros.
Et pourtant, situé dans les Alpes, coincé entre la Suisse et la France, ce confetti vivait en ces mornes années 50 dans une forme d’économie bucolique tirant l’essentiel de ses ressources du Pinot Grand Vin de Feenwick lorsque les barbares californiens assoiffés de $ mirent sur le marché une copie, un ersatz de Pinot baptisé Pinot Grand Enwick. Bien évidemment avec leurs méthodes commerciales inqualifiables ils inondèrent le marché mettant rapidement le petit pays au bord de la faillite. Mais ce n’était sans compter sur l’intelligence et l’astuce de ceux qui font corps avec leur terroir. Pour connaître la suite de cette épopée qui aurait réchauffé le cœur de José Bové je vous invite à visionner mes 2 vidéos :
- la 1ère de 5 mn 41 qui est un hymne vibrant au vin visionnez jusqu’au bout la dernière scène vous fera chaud au cœur avec un Peter Sellers désopilant dans ses multiples personnages ;
- la 2de de 2 mn 15 rien que pour l’inoubliable Jan Seberg.
Elles sont en anglais.
Si vous souhaitez visionner le tout en version sous-titrée ou en VF vous pouvez acquérir le DVD sur l’Internet en référençant « The Mouse that Roared » ou « La souris qui rugissait ». Voilà un beau cadeau pour ceux qui vous sont chers. Dernière précision, cette histoire est tiré d’un livre d’un écrivain américain d’origine irlandaise Léonard Wibberley

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 26 janvier 2010 2 26 /01 /Jan /2010 00:02

Vous ne pouvez pas savoir comme je goûte avec une forme de gourmandise rigolarde les déclarations d’amour enflammées des Nouveaux Convertis au Bio, qui ne sont pas bien évidemment les vignerons en conversion bio mais les gens de plume patentés écrivant sur papier glacé. En ce début d’année nous subissons une inflation de superlatifs pompeux tel 2010 année du Bio, nous observons une surenchère très putassière des anciens petits marquis qui, toute honte bue, se ruent dans les rangs de vigne enherbés, se vautrent dans le naturel, s’agenouillent devant les nouveaux autels, psalmodient les antiennes autrefois méprisées, se poussent du col pour avoir le privilège d’aborder en premier les calices non soufrés, se rengorgent du plaisir extrême de troquer leur costume de pingouins très je vais souper au château pour enfiler un bon vieux falzar en velours côtelé plus adapté aux agapes roboratives de ces « braves petits vignerons » si soucieux de dame nature. Certains, biens sûr, m’objecteront qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! Certes oui et même si je suis, comme le père tout disposé à faire tuer le veau gras pour les enfants prodigues, un peu de modestie ne nuirait pas aux nouveaux convertis.
99-005964.jpgParabole des ouvriers de la dernière heure (1600-1637) 158x174 Jacobsz Lambert musée des Beaux-Arts de Rouen

Comme le notait un grand expert de la question, Edgard Faure, ce n’est pas la girouette qui tourne c’est le vent. Nous sommes en notre beau pays coutumier de ces grands retournements historiques : nous brûlons facilement ce que nous avons adorés et nous n’aimons rien tant les esprits forts quand ils ont rejoins le royaume des morts : Philippe Seguin encensé par tous, Pierre Mendès-France promu référence absolue... Ceci écrit, avec les proclamations d’amour au bio des nouveaux convertis nous nous situons dans le champ du dérisoire qui ne change rien au cours de l’Histoire donc je m’empresse de dire que ma chronique se place, elle, dans le domaine de la jubilation. Ce qui me plaît beaucoup dans ce grand virage c’est qu’il ne fallait pas être un grand prévisionniste pour observer dans les faits la montée d’une demande sociale pour une agriculture plus respectueuse de son environnement. Mais, comme l’écrit judicieusement Aldous Huxley « Les faits ne cessent pas d’exister parce qu’on les ignore ».

Des ignorants, oui, parfois méprisants et suffisants, mais surtout des gens qui ont l’art de fermer les yeux sur ce qui les dérangent. Les adeptes du «Ce n’est pas vrai parce que ce n’est pas bien » qui comme l’écrit dans le Bêtisier du sociologue Nathalie Heinich, elle-même sociologue, « ainsi se résume, en forme de wishfull thinking, le déni politiquement correct du réel »  Et de citer les plus beaux spécimens : Beauvoir&Sartre « parangons de l’intellectuel engagé, qui ont cru bon de traîner dans la boue deux rescapés David Rousset et Margarete Bubber-Neumann, parce qu’ils affirmaient qu’il existait des camps en URSS ». Qu’ils aient des circonstances atténuantes – les nouveaux convertis pas Beauvoir&Sartre – je veux bien en convenir car dans le camp d’en face le radicalisme de certains, adeptes du « tout est politique... » les confortaient dans leur aveuglement. Dans ma vie professionnelle j’ai toujours constaté que les radicaux de tout poil se révélaient être les meilleurs alliés des conservateurs. Et là mon sourire goguenard a tendance à virer au rictus.

En effet, au-delà de ces pauvres petits revirements, ce qui est en jeu c’est la capacité de ceux dont le métier consiste au travers de leurs écrits de donner une vision de la réalité qui ne soit pas tronquée par leur subjectivité. « Le je pense que... » qui règne en maître est dérisoire. Bien sûr, il est difficile de se départir de ses présupposés idéologiques, culturels, sociaux, mais il me semble tout à fait possible de décrire des faits qui ne correspondent pas à l’idée que l’on s’en faisait avant d’entreprendre de les observer. Ce type d’approche que j’ai tenté de mettre en œuvre lors de l’écriture de mon rapport m’a valu d’être vilipendé par tous les camps. Sans me poser en Saint Sébastien criblé de flèches, ni m’ériger en donneur de leçons – ce que certains peuvent me reprocher j’en conviens – permettez-moi tout de même de regretter que lorsque les termes des choix vitaux pour l’avenir de notre secteur ont été posé, tout ce beau monde soit s’était fait porté pâle, soit enfourchait avec les conservateurs de toutes obédiences de vieilles haridelles en laissant accroire que sortir les AOC de leur ambigüité c’était faire le lit des « vins industriels ».

Désolé de vous avoir infligé mon humeur du moment mais depuis mon plus jeune âge je suis affligé du syndrome « Croix d’Or » (chronique du 26/11/2005 ICI-> http://www.berthomeau.com/article-534935.html qui a muté récemment grâce à l'impayable Chabalier en « Allergie au Sot d’eau » les nouveaux convertis ramenards et prosélytes me gonflent absolument. Pires encore sont ceux qui, tout en gardant leurs convictions anciennes bien ancrées, pour des raisons de développement de fonds de commerce, se croient obligés de tomber la veste et la cravate pour accueillir en leur cercle soit une grande prêtresse de la religion naturelle ou d’enluminer leurs chroniques d’une touche de carbone neutral car ça plaît au bobobio mon coco. Bon quand je me relis je me dis que je viens de me faire un petit paquet d’amis... mais « sans la liberté de blâmer il n’est pas d’éloge flatteur » alors ça ne m’empêchera pas de trinquer même avec ceux qui me donnent de l’urticaire car au moins ils le sauront.

PS : dans mon rapport de 2001 page 23 j'énonçais les 4 priorités de ce que j'avais baptisé «  Le Nouvel Elan des Vins Français pour 2010 » et la première était : devenir leader en matière de pratiques respectueuses de l’environnement. Aujourd’hui je suis à Millésimes Bio à Montpellier...

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés