www.berthomeau.com

    Vin&Cie,

             l'espace de liberté

berthomeau1.jpg

Un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes...

Pour recevoir mes chroniques chaque matin abonnez-vous à la newsletter, colonne de droite, c'est gratuit. 

Merci pour votre fidélité et n'hésitez pas à faire des commentaires.

Bonne journée à tous, ceux qui ne font que passer comme à ceux qui me lisent depuis l'origine de ce blog.   

 

 

 

 

 




 

Samedi 14 août 2010 6 14 /08 /Août /2010 11:00

Demain c’est le 15 août et pour beaucoup de Français ça commence à sentir le retour à l’écurie mais, ici, sur mon « espace de liberté » la rentrée c’est la perspective de belles bouteilles comme s’il en pleuvait. Le Grand Concours de l’été vire à mi-parcours et, selon vos goûts, trot ou galop, il va vous falloir bien le négocier avant d’aborder la dernière ligne droite. Bon courage à vous.

 

pour les retardataires, les étourdis, les vacanciers de retour de vacances, je vous donne en une seule page : le règlement et la fabuleuse liste des lots de ce Grand Concours de l’Été.  

 

Wine News N°75 : Le règlement du GRAND CONCOURS de l'Été http://www.berthomeau.com/pages/N75_Le_reglement_du_GRAND_CONCOURS_de_LEte--3478297.html

 

Wine News N°75 : Les Lots du GRAND CONCOURS de l'Été: http://www.berthomeau.com/pages/N76_Les_Lots_du_GRAND_CONCOURS_de_lEte--3478310.html 

 

6 - «Rien ne lui a semblé trop beau pour ses bœufs et pour son vin...» puisqu'il leur a bâti un château à Bordeaux… la 6ième question fait dans l’exotisme

http://www.berthomeau.com/article-rien-ne-lui-a-semble-trop-beau-pour-ses-boeufs-et-pour-son-vin-puisqu-il-leur-a-bati-un-chateau-a-bordeaux-la-6ieme-question-fait-dans-l-exotisme-54357397.html

 

7 - « Ce fut le coup de foudre réciproque, aidé peut-être par la qualité du Bourgogne » la 7ième question fait dans le road-movie

http://www.berthomeau.com/article-ce-fut-le-coup-de-foudre-reciproque-aide-peut-etre-par-la-qualite-du-bourgogne-la-7ieme-question-fait-dans-le-road-movie-54358254.html

 

8 - Oser l’extase au pays de naissance de Pierre Abélard : des vignerons polissons donnent matière à ma 8ième Question

http://www.berthomeau.com/article-oser-l-extase-au-pays-de-naissance-de-pierre-abelard-des-vignerons-polissons-donnent-matiere-a-ma-8ieme-question-54359491.html

 

9 - Lorsque mon espace de liberté se voulait libertin il parlait du vin Papal, c’est la 9ième Question qui vaut excommunication

http://www.berthomeau.com/article-lorsque-mon-espace-de-liberte-se-voulait-libertin-il-parlait-du-vin-papal-c-est-la-9ieme-question-qui-vaut-excommunication-54360159.html

 

10 - « La soif wallonne n’a jamais été dédaignable » nos amis belges ont toujours aimé les vins français pour preuve la 10ième Question

http://www.berthomeau.com/article-la-soif-wallonne-n-a-jamais-ete-dedaignable-nos-amis-belges-ont-toujours-aime-les-vins-francais-pour-preuve-la-10ieme-question-54360948.html

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Samedi 14 août 2010 6 14 /08 /Août /2010 00:09

Cher Alain Rousset,

 

 

Bordeaux n’est pas Rouen ; Aurélie Boullet alias Zoé Sheppard n’est pas Jeanne d’Arc, et vous bien sûr Président ne pouvez endosser les oripeaux de l’évêque Cochon. Je sais fort bien que « si Aliénor d’Aquitaine n’avait pas épousé Henri II et si la prise de Rouen en 1152 n’avait pas privé les anglais des vins d’Ile de France » le vignoble bordelais ne serait peut-être pas ce qu’il est mais de grâce, Monsieur le Président de la région Aquitaine laissez aux anglais, l’art du bûcher. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, l’offense ne vaut pas une telle vengeance, franchement mieux vaut en rire que d’en arriver à une telle extrémité.

Douard-8340.JPGVirer, ou même suspendre sans traitement pour deux ans, sans autre forme de procès que celui instruit par ses pairs, l’impertinente Aurélie Boullet alias Zoé Sheppard, ce serait vous couvrir d’un ridicule que vous ne méritez pas. Ayez du panache ! De la grandeur d’âme ! Prenez ça de haut ! Tancez l’impertinente ! Invitez-là à déjeuner ! Soyez beau joueur ! Faites comme Michel Rocard un jour à Conflans où Bedos publiquement dans un spectacle où il était présent l’avait durement raillé : applaudissez !  51uUph0PxGL__SL500_AA300_.jpg

Pour mes lecteurs je dresse l’acte d’accusation : en commettant un tableau sans complaisance de son milieu de travail, votre Conseil Régional, Aurélie Boullet alias Zoé Sheppard dans son corrosif « Absolument dé-bor-dée ! » et en le publiant chez Albin Michel, cette fonctionnaire territoriale, trentenaire, fort bien diplômée, a selon vos procureurs pratiqué « un discours démagogique anti-fonctionnaire » qui met en péril (sic) la « crédibilité et l’honneur du personnel de la région »Bien sûr, 30 000 exemplaires c’est du lourd. Bien plus qu’une campagne de com du Conseil Régional.

.

Certes l’acidulée plonge sa plume dans le vitriol lorsqu’elle évoque la cérémonie des vœux du Don – le Parrain de la Région – un buffet « dont le coup de la nourriture et en serveurs représente facilement le PIB du Gabon » ; son arrivée « engoncé dans un costume de créateur et son autosuffisance, il fend la foule en serrant le plus de mains possible et en affichant un sourire ultrabright destiné à inspirer confiance ; son discours bien sûr rédigé par les éminents cerveaux du cabinet qui ne passera pas dans les annales ; l’entame de ses vœux « l’année 2007 est particulière, car contrairement à 2008, année des municipales, elle n’est pas bissextile » dont elle dit qu’elle fut « étourdie par tant de profondeur ; et cerise sur le gâteau sa page Facebook où la fouineuse découvre des applications de grande utilité : Which Superhero are you ? « Le Don n’est rien de moins que Superman ! » et elle l’imagine « moulé dans un slip rouge par-dessus une paire de collants bleus. » Pour le s’il était un dessin animé : la réponse concoctée par ses communicants est la Belle au bois dormant ce qui fait dire à Monique, la copine de la donzelle persifleuse « Étrange, entre sa légitime, Barbara, et sa tripotée de maîtresses moins connues, j’ai toujours pensé qu’il était plutôt branché femmes. »

 

Pas gentil, gentil mais bon c’est la loi du genre très border line, très Desproges, et, sans appeler à la rescousse ma bonne amie Véronique, le côté homme à femmes, dans le plus pur style DSK, c’est plutôt porteur : les français adorent ça. Pour les discours, ayant pratiqué le peu valorisant travail de nègre dans ma vie de cabinet je n’ai jamais vu un homme politique rédiger ses discours. Donc, que vous fussiez un peu irrité, j’en conviens aisément, mais prendre ces égratignures bien bénignes avec distance et hauteur remettrait sans aucun doute cette charmante jeune femme à sa place en lui conférant le statut peu envié « de langue de vipère ». Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt et faire oublier la part de vérité de ses écrits sur « un univers où incompétence rime avec flagornerie... » « Où les journées sont rythmées par des réunions où aucune décision n’est jamais prise, des rapports rédigés en 10 jours alors que 2 heures suffiraient, des pots de bienvenue, de départ d’anniversaire... »

 

Bref, même si les fonctionnaires constituent le cœur de votre électorat, je vous suggère pour couper court de faire effectuer un audit de fonctionnement de vos services par un cabinet indépendant. Ce serait rendre justice à ceux qui croient dans le bien-fondé du service public et à ceux de vos agents dont les mérites seraient enfin reconnus. Se contenter d’utiliser Aurélie alias Zoé comme bouc-émissaire me semble de bien mauvaise politique.

 

Vous allez me dire, de quoi je me mêle ?

 

De ce qui me regarde en tant que citoyen mais aussi en tant que salarié de l’État. Dans votre bonne ville de Bordeaux certains m’ont affublé du titre infâmant de « haut-fonctionnaire parisien » ce que ne suis pas n’étant ni haut, ni fonctionnaire, à la différence d’Aurélie.

 

Et pourtant, pendant 3 années j’ai eu la haute main sur la gestion des 30 000 fonctionnaires de tout grades et de corps différents, présidant en lieu et place du Ministre le CTPM (Comité Technique Paritaire Ministériel : l’équivalent du CE d’une entreprise), négociant avec les syndicats, discutant des tableaux d’avancement, des promotions, des nominations etc. je crois savoir de quoi je parle en matière de Fonction Publique. Critiquer le comportement de certains petits chefs ce n’est pas jeter l’opprobre sur tous les agents. D’ailleurs, dans les grands sièges sociaux du secteur privé, on retrouve les mêmes comportements. La bureaucratie est une réelle calamité et les responsables publics, en ces temps de vaches maigres, feraient bien de s’en préoccuper en se mettant les mains dans le cambouis de la réalité pour nous faciliter la vie au lieu de nous la compliquer.

 

Alors que faire me rétorquerez-vous ?

 

Avoir une explication de gravures entre 4 yeux avec la chroniqueuse « éreinteuse » sur le DGS qui utilise son bureau comme « garçonnière » et home cinéma, sur Monique qui se sert du téléphone pour ses conversations personnelles avec « une conscience professionnelle qui force l’admiration » et tout ce qui fait la vie de votre belle administration. L’un des reproches majeurs que font nos concitoyens au personnel politique c’est de vivre dans une bulle, loin des réalités du quotidien, alors voilà pour vous Monsieur le Président du Conseil Régional une belle occasion de leur prouver le contraire. Ce n’est pas déchoir que de se pencher sur la vie que vivent les gens de peu sous la férule d’une hiérarchie adjudantesque.

 

Quand à Aurélie vous pouvez lui conseiller, si elle si désespérée, de s’aérer, de bouger, de ne pas se complaire dans un si petit marigot, d’aller voir ailleurs, lui dire qu’elle n’est pas mariée avec le Conseil Régional... sans vouloir me mettre en avant, au cours des 20 premières années de ma vie professionnelle, je ne suis jamais resté plus de 3 ans dans la même fonction. Acquérir de l’expérience exige de se frotter à des métiers différents, à des gens différents : passer du cabinet de Michel Rocard au 78 rue de Varenne à la direction de l’établissement de la Société des Vins de France à Gennevilliers c’est plus qu’un grand écart, c’est sauter à pieds joints dans un autre monde, se frotter au peuple. Bien sûr, la machine à café, l’Internet et la cantine c’est plus fun mais un petit peu de baroud forme mieux la jeunesse que le confort d’un rond de cuir...

 

J’en reste là, monsieur le Président du Conseil Régional, en m’excusant auprès de vous d’avoir osé écrire ce que votre entourage n’a pas le courage de vous dire. Les courtisans sont lassant, les « emmerdeuses » aussi mais à mon sens mieux vaut un peu de poil à gratter que trop de pommade, certes ça irrite mais ça met en éveil...

 

Sans espérer, ni souhaiter une quelconque réponse à cette adresse, recevez, monsieur le Président, cher Alain Rousset, mes meilleures salutations.

 

Jacques Berthomeau chroniqueur indépendant et amateur de Pessac-Léognan

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Vendredi 13 août 2010 5 13 /08 /Août /2010 11:00

« Le vin circule donc facilement à pleins tonneaux mais aussi en muids, en setiers, en lots, en queues, en poinçons, en pipes en ce plat pays où le charroi est facile. « La navigation, axée sur l’Escaut » contribue à un important trafic de transit et de répartition locale. 

Mais comme souvent les « séductions se multiplient, et le progrès façonnant les mœurs, les habitudes de consommation changent » et de nouveaux fournisseurs de terroirs plus favorisés par la nature apparaissent jouant de « leurs arômes, attractifs sans doute puisque le client goûte et suit bien. » Les nouveaux venus sont « les crus de Bourgogne, Volnay, Pommard, Beaune » mais aussi les Arbois, les Auxerre et bientôt les marchands embarquent bientôt au passage à ..... des vins qui « profitent de la nouvelle vague, de la nouvelle vogue. »  Le catalogue se gonfle donc et « à la fin du 15ième siècle apparaissent les vins de .......... Ils ne s’appellent pas encore ainsi, mais bien « vins de la Montagne » ou « vins de la Rivière » Ce sont alors des vins rouges .’.. « en attendant la prise de pouvoir par les bulles blanches, au moment où l’on constatera que le nom de « .......... », terre ingrate, sèche et pauvre, est réellement porteur... »

 

10ième Question : Les ... remplacent deux villes et une région, indiquez les noms de ces 2 villes et de la région alors province qui deviendra une appellation.

 

Nous sommes à mi-parcours de ce Grand Concours de l’été et, comme le Tour de France, nous faisons étape pour cette 10ième Question chez nos amis belges, grands amateurs de vin et de cyclisme. Alors pour les allécher, vous allécher, je leur mets sous le nez de belles bouteilles de deux beaux vignerons d’Alsace Jean-Michel Deiss et Etienne Sipp avec l’Alsace 2009 du Domaine Marcel Deiss et le Grand Cru Kirchberg 1999 de la maison Louis Sipp.

 

ri kir 99logoSIPP46mm

Douard-8304.JPG  Douard-8305.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 août 2010 5 13 /08 /Août /2010 00:09

À l’intérieur du livre acheté sur les quais « Beaujolais vin du citoyen » Georges Duboeuf par Henri Elwing, plié en quatre, j’ai découvert les 2 feuillets double-face d’un « reportage », signé par un esthète du vin Nicolas de Rabaudy, sur Georges Duboeuf pour le compte du Figaro-Magazine du 10 novembre 1990. Si je vous le propose dans son intégralité, dans le cadre de mon opération « Grand Corps Malade » c’est qu’il me semble très représentatif de l’ambiance du début des années 90. Hormis le ton et le style très Fig-Mag, un peu condescendant, et une certaine forme d’hagiographie, l’auteur ne pratique pas la langue politiquement correcte qui a cours de nos jours dans nos gazettes. Son enthousiasme pour le travail de Georges Duboeuf n’est pas feint, mais bien réel et il repose sur une réalité qu’on aurait tort de minorer ou de cacher. 20 ans après, il est facile d’ironiser, de jeter aux orties le Beaujolais Nouveau, d’instruire des procès, d’oublier le chemin parcouru. Pour ma part j’ai l’intime conviction que ce ne sont pas les savantes analyses du passé produites par de beaux esprits, moi y compris, qui apporteront à cette belle région un souffle nouveau mais la capacité de tous, vignerons et négociants, à se prendre en mains pour que la réalité des vins du Beaujolais, quelle que soit leur positionnement sur le marché, correspondent à ce qu’on dit qu’ils sont. C’est l’essence même des AOC : écrit ce que tu fais, et fais ce que tu dis... Sinon, vive les IGP !

« Georges Duboeuf a inventé le beaujolais nouveau et transformé le troisième jeudi de novembre en date-culte. Grâce à ce génie des vignobles, le vin des mâchons est devenu un phénomène médiatique mondial»

 

Au pays de Rabelais, de Curnonsky et des 600 fromages, la nouvelle est d’importance : le beaujolais 90 ne sent pas la banane, comme en 1988, je viens de le constater en le goûtant dans le laboratoire d’analyses œnologiques, sis à Romanèche-Thorins, de Georges Duboeuf, cinquante-sept ans, le pape incontesté du beaujol’pince comme disait le regretté James de Coquet.

Vin régional de joueurs de boules devenu un phénomène de marketing, le beaujolais primeur 90 exhale des arômes de framboise, de fraise, une once de myrtille, c’est un concentré de fruits et de bonbons anglais ; en bouche il est plus tendre, plus friand que le 89, il est dénué de cette lourdeur disgracieuse qui le fait pencher vers la puissance d’un bourgogne de pinot – ce qu’il ne sera jamais.

Inventé en 1954 par Louis Orizet et don disciple Georges Duboeuf, le beaujolais primeur, premier vin AOC de l’année viticole, est l’expression accomplie du gamay, ce raisin noir à jus blanc qui pousse partout – jusqu’en Australie – mais qui ne livre de pur beaujolais que sur les monts du Lyonnais riches de granit. Cela s’appelle l’imprescripbilité du terroir. Sa marque. Son sceau.

Oui, il y a un goût primeur tant recherché par les amateurs qui contestent l’assimilation du beaujolais à un vin d’esthète : vive le vin plaisir qu’on lampe sans se creuser la tête ! Sachez que le style primeur, la vivacité et la gaieté ne sont pas la qualité de la vendange, la générosité du soleil ou le degré alcoolique – entre 10,5° et 14° pour le 90, ce qui évitera la chaptalisation, un ajout de sucre excessif. Restons près de la nature.

La saveur fruitée, la framboise, la banane, la rondeur charmeuse, tout cela est le fait du vigneron, de son talent, de son savoir-faire, de son expérience, de son flair. Une cuvée de beaujolais ça se vit dans le chai, ça se respire dans l’angoisse.

« Il est plus difficile de réussir le beaujolais primeur que le vin du château Lafite-Rothschild, de Petrus ou de Cheval-Blanc », lance Georges Duboeuf, levé depuis 5 heurs du matin, aux prises avec son 65ième verre de beaujolais nouveau (Il crache, rassurez-vous. Et il note ses impressions digérées par l’ordinateur.)

UNE BOISSON TECHNOLOGIQUE

Voilà une autre nouvelle capitale : le beaujolais des mâchons et des bistrots est un vin complexe, à l’accouchement problématique.

-         Une fois la vendange rentrée, le vigneron dispose de quatre jours de vinification décisifs où chaque heure peut modifier le caractère du vin, explique Duboeuf, une cornue à la main, et l’œil sur ses fioles. En quatre-vingt-seize heures, le vigneron rate ou réussit son vin. Je le lui achète ou je l’envoie à la distillerie. Dans ce court laps de temps, il doit déclencher la fermentation à 20° et levurer son vin, c’est-à-dire introduire des levures sélectionnées, comme la 71 B, qui va donner le goût primeur, tout en surveillant ses cuves afin qu’elles ne grimpent pas en température ; ainsi la couleur apparaîtra, le sucre se transformera en alcool, puis il devra descendre les vins à basse température et séparer les jus de tire des jus de presse, tout cela n’est pas rien.

-         A Bordeaux, le maître de chai d’un grand château peut prendre son temps, il laisse le vin en gestation se faire, éclore dans les cuves, sans le brusquer. Il attend, et il n’intervient pas : c’est de tout repos, non ?

 

Le beaujolais nouveau, une boisson technologique ?

La vinification semi-carbonique, Duboeuf avoue ne pas la posséder complètement.

-         On ne sait pas tout, ajoute-t-il, chaque année, des vendanges à la mise en bouteille, on joue les apprentis sorciers. Le beaujolais nouveau est encore au stade de l’expérimentation, c’est la stricte vérité.

 

DES REUSSITES SPECTACULAIRES

Pour tout nouveau millésime, un assaut de prouesses – et des réussites spectaculaires ne l’oublions pas. Ce qui frappe l’amateur, l’œnophile curieux, c’est que le jus de la treille lyonnaise, le pot des mâchons chers aux canuts de la soie, le beaujol’ de la canaille soit concocté par des forts en thème de l’œnologie moderne, par des gourous des cuves, des biologistes doublés de généticiens – j’exagère à peine. Les grosses têtes de la vinification affublés d’une panoplie d’ordinateurs auraient-ils envahi les exploitations viticoles et les coopératives ? Oui.

Le beaujolais de Clochemerle, c’est de l’histoire ancienne – toute proche, il est vrai. Le vin d’aujourd’hui, à la fin du XXe siècle, c’est la science du vin.

Comment en serait-il autrement ? Comment le beaujolais nouveau aurait-il conquis le monde – comme le champagne et les bordeaux – s’il n’avait été un bon vin, constant, marchand et loyal ? Le méchant picrate ne s’exporte pas. Personne n’en veut !

La formidable avancée qualitative du beaujolais primeur – et son succès mondial – c’est à des experts en dégustation comme Louis Orizet, inspecteur général de l’INAO dans les années 50, et à son disciple Georges Duboeuf qu’on la doit. C’est Louis Orizet, fantastique dégustateur, homme de plume et de culture, qui a inventé le vocable « beaujolais nouveau », en 1954. Ce n’est pas une agence de « pub », c’est un homme de la vigne, un fieffé connaisseur doublé d’un poète. C’est lui qui a transmis son savoir à l’embouteilleur-négociant-propriétaire Duboeuf dont la société vend aujourd’hui 18 millions de bouteilles dans 78 pays et 450 millions de chiffres d’affaires.

LES SECRETS DU TERROIR

Né dans une cave, orphelin de père à l’âge de quatre ans, l’enfant Duboeuf doit faire bouillir la marmite. Sa mère exploite un petit domaine à Pouilly-Fuissé, ce vin d’or et d’amandes qui bouleverse l’amateur. A l’âge de quatorze ans, le gone Duboeuf, à vélo et en culottes courtes, livre le vin de maman aux restaurants du coin, à Paul Blanc, l’oncle de Georges Blanc, au père Bocuse et aux bistrotiers de Lyon. C’est dans ces années de vaches maigres – très peu de vignerons vivent alors de leur vigne – qu’il apprend les secrets du terroir, les trucs pour réussir le vin et surtout pour le bien goûter. Sans bouche, sans nez, pas de vigneron, pas de négociant capable de discerner la piquette du nectar, le bon vigneron du bouseux, en général un aigri des papilles.

Trente années de périples, de courses, de visites de caves vont forger la science de Duboeuf et sa mémoire. De son coin de terre, les environs de Mâcon, il a tout vu, tout connu, de la misère acceptée à l’explosion du beaujolais embarqué par une flotte de Boeing – 60 millions de bouteilles exportées en 1990.

-         Ici, dans le Mâconnais, et jusqu’aux Pierres Dorées, plus au sud, le paysan vivait au rythme des saisons. Jusqu’en 1960, l’hiver, il coupe le bois, l’été il coupe le blé, et en septembre les raisins. Le reste du temps, il s’occupe de son potager et de ses vaches qui s’engraissent dans les champs et sont payées cher par l’abattoir. Le vin ne saurait le passionner, il n’en vit pas, ou si peu. Ce sont les coopératives qui vont le sauver et les gens de l’INAO lui apprendre à respecter la vigne.

Le premier job de Georges Duboeuf, c’est l’embouteillage à domicile, le travail à façon, la mise en bouteilles, si périlleuse à mener à bien. C’est comme ça qu’il va pénétrer chez les plus humbles paysans-viticulteurs et leur enseigner la bonne parole vineuse. Et acquérir un charisme unique dans les annales de l’œnologie française.

LES VINS DOIVENT ETRE RESPECTES

Perfectionniste, Duboeuf lutte pour la propreté dans le chai et l’hygiène du viticulteur. Sorti d’une toile de Le Nain, le paysan-vigneron qui a trait sa vache dans l’étable ne doit pas entrer dans le chai avec ses sabots crottés. Il ne doit pas entreposer les légumes et les instruments de culture près des barriques. Ni tremper sa pipette dans les moûts sans la rincer : les microbes, ça existe. Les chats et les chiens n’ont pas à dormir dans la cave. Les vins doivent être respectés, ce ne sont pas des choux ! Même si on met du rouge dans la soupe pour faire chabrot !

Jusqu’en 1960, véritable date charnière, le beaujolais, c’est la France de Zola, de Maupassant (une vie) qui va se trouver propulsée dans l’univers des batteries de cuves en inox, le contrôle des températures et la chaptalisation autorisée. Et l’enrichissement de milliers de viticulteurs à qui Duboeuf achète les vins. Cette année, Geo-geo, comme ils l’appellent, aura analysé 12000 échantillons, goûté le vin de 500 viticulteurs et de 12 caves ! Une œuvre de titan : la métamorphose d’une région par le génie d’un homme.

Voilà un vin international que l’avisé Duboeuf a fait aimer dans des pays à forte tradition viticole comme l’Espagne ou la Grèce, où il a été exporté pour la première fois en 1989. Le Japon et Hong-Kong, c’est fait. Il restait Moscou où le vin nouveau va faire son apparition le 15 novembre prochain lors d’une fête à la française. Car l’arrivée du beaujolais aux quatre coins du globe c’est le message de la France du bien-vivre et du savoir-boire. Songez que la totalité de la flotte cargo –

 Des centaines d’avion – est mobilisée pour véhiculer le vin, de Lyon, dès le 14 novembre dans la nuit. Même le Concorde sera de la partie : il se posera à Lyon avec à bord une flopée de citoyens américains désireux de goûter le vin là ou il naît.

Sans de formidables progrès en qualité, en légèreté, en équilibre – le sucrage est néfaste pour la dégustation – le vin cher à René Fallet n’aurait pas été reconnu hors de l’hexagone. Il n’aurait pas non plus gravi l’échelle sociale – le gamay frais ses bistrots à droit de cité chez Maxim’s, à la Tour d’Argent et à l’Elysée où le président de la République se fâcherait contre l’intendant du palais si le vin des traboules ne figurait pas au menu, le 15 novembre, à midi.

« C’est le vin le plus médiatique du monde », note Georges Duboeuf, soulignant aussi que c’est le plus rapide à s’imposer, à surclasser ses concurrents – et à s’effacer. Quinze jours après son lancement fulgurant, personne n’en parle plus. Mais le vin est bu ! Et désiré. Il est entré dans les mœurs.

COMME UNE SUPER-MARQUE

La médaille a son revers. Le beaujolais nouveau fonctionne comme une super-marque. Les vignerons élevés par Georges Duboeuf dans le goût du bon vin sont devenus exigeants, un rien prétentieux question porte-monnaie et compte en banque. Le prix du beaujolais a monté de 30% en deux millésimes ; pas mal, non ? Les paysans qui font les vendanges en Renault 25 ont des envies de nouveaux riches. Oublié le temps de la mouise, quand le père Ramonet, à Chassagne, n’avait pas de chaussures pour sarcler ses vignes !

-         Le beaujolais c’est comme le champagne, ça n’a pas de prix, disent les parvenus du gamay, les crésus des règes dont les femmes ont abandonné le catalogue de la Redoute pour le dépliant Hermès.

Fureur de Duboeuf, qui les sermonne :

-         Ah ! les vignerons, vous avez la mémoire courte ! Priez le ciel que la vigne vous soit toujours clémente ! Vous n’êtes pas les dieux des ceps, vous êtes les serviteurs de votre terroir que le Seigneur vous a légué, et qui vous a appris la belle vie.

Le beaujolais 90 est vendu 26 F environ. Un bon prix, non ? ( note du rédacteur 4 euros)

POUF-8277.JPG  POUF-8278.JPG

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 12 août 2010 4 12 /08 /Août /2010 11:00

Jean-Luc Henning  dans Érotique du Vin écrivait :

 

« .... ... l’instigateur du concile de Trente, l’homme qui approuva en 1540 l’ordre des Jésuites, qui confia l’exécution des fresques de la Chapelle Sixtine et dont la jeunesse inspira à Stendhal le personnage de Fabrice del Dongo, .... ... donc aimait tellement le vin de ..... qu’il s’en baignait les genitalia tous les matins. On pourra s’étonner d’un tel souci. Était-ce pour les rafraîchir ou pour les enflammer ? »

 

9ième  Question Quel est le nom de ce Pape et le nom du vin du bain des genitalia ?

 

La 9ième Question va comme une mitre à un évêque à ce cher François Mauss, dit François le Débonnaire, l’homme du GJE, du Davos du Vin et généreux donateur des beaux flacons ci-dessous : Château Arnaudon Fronsac 2007, Château Bellevue St Emilion Grand Cru 2003, Confidence Margaux 2008, Vigna Elena Barolo 2004, Percristina Barolo 2003 et Pajana Barolo 2004 de Domenico Clerico, Dow’s 1994 Vintage Porto, Château Rouget Pomerol 2001, Taurasi Dei Feledi Di San Gregorio 2001, Domaine des Charbotières Anjou Villages 1994, Barolo di Martini 2000, Valmaggiori Sandroni Nebiolo d’Alba 1996.

Niveau_1-222.gif

Niveau_2-233.gif

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 août 2010 4 12 /08 /Août /2010 00:09

Conan-Konopnicki.jpg

Qu’êtes-vous donc allé faire dans cette galère ? Comme je l’ai écrit, la défense d’une juste cause est exigeante et ne supporte pas l’à peu près. Alors, pour tenter de vous convaincre que vous vous êtes engagé dans un cul de sac, une impasse, je vous propose de lire 2 des réponses d’un vigneron François Chidaine, président de l’ODG de l’AOC Montlouis, à une interview de Vitisphère «Le lien au terroir est une bonne opportunité pour protéger nos sols»

Fran-C3-A7oisChidaine08s.jpg

J’espère que François Chidaine, qui s'est installé en 1989 dans l'appellation Montlouis, sur 20 hectares, qui est la locomotive de cette jeune appellation, et qui travaille son exploitation selon les règles de la biodynamie, représente pour vous un interlocuteur plus valable que moi. Bien sûr, je ne sais s’il entre dans les petits papiers de votre pétulant coéquipier, jamais avare de leçons donnés aux vignerons, lorsqu’il écrit à propos de l’appellation Montlouis « En viticulture, il y a ceux qui cherchent toujours à monter plus au que le cru et ceux qui se donnent du mal pour le respecter. L’univers de la vigne française est aujourd’hui dévasté par une épidémie de pédanterie qui pousse de plus en plus de producteurs à gravir les coteaux de la gloire en marchant sur les principes de l’AOC. Si l’appellation Montlouis n’échappe pas au phénomène, elle a aussi ses gardiens de vertu. » Moi j’aurais écrit « en foulant les principes de l’AOC »

 

La parole est donc donnée à François Chidaine :

 

Question : Que pensez-vous aujourd’hui de la réforme de l’agrément ?  

 

« On n’a pas encore suffisamment de recul, mais je ne suis pas hyper critique. Je la trouve positive, et je crois que c’est en marchant qu’on apprend à marcher.

Cette réforme offre d’une part plus de liberté aux vignerons, dans le style de vinification, mais c’est propre à notre syndicat qui accepte les gens qui font différemment, du moment que le lien au terroir, la trame, est là. Une partie des vignerons du syndicat font partie des dégustateurs de l’organisme de contrôle, mais ne représentent que 40% d’entre eux. Il pourrait y avoir des excès de zèle de la part de certains dégustateurs, trouvant que le vins ne sont pas conformes à l’idée qu’ils se font de l’appellation, mais nous n’avons pour le moment pas été confrontés à ce cas.

D’autre part, à la dernière dégustation à laquelle j’ai participé, j’ai été agréablement surpris par le niveau. La réforme incite le vigneron à plus réfléchir à ce qu’il va mettre en bouteilles, parce que le lot peut être retiré du marché, ce qui oblige à avoir une certaine rigueur dans la production. Parmi les gens qui étaient un peu fébriles par rapport au cahier des charges, quatre ou cinq ont quitté l’appellation. Ils n’avaient jamais joué la carte, ils ne voulaient pas de rigueur à la production, ni à la vinification. Ils font maintenant du vin de table ou du vin de pays.

Il n’y a plus d’obligation de faire de l’appellation, on le fait si on a envie, avant c’était tellement permissif que tout le monde en faisait. Finalement, tout le travail fait par notre appellation depuis des années est validé par la réforme. »

 

Question : On a parfois le sentiment d’une rupture entre l’INAO et certaines appellations ou certains grands vignerons. Quelle est votre analyse ?

 

« Dans notre cas, l’INAO nous accompagne, c’est 100% gagnant avec eux, parce qu’il y a des gens compétents, ce que beaucoup de syndicats de vignerons ne comprennent pas. Je pense que beaucoup de vignerons ne comprennent pas le fonctionnement de l’INAO, qui est plus à notre service que l’inverse. L’INAO de Tours nous a mis une personne à disposition de façon ponctuelle sur les dossiers en cours, qui nous pose les vraies questions. De plus, le dialogue avec le directeur de l’INAO de Tours est bon, il n’a par exemple pas freiné quand nous avons voulu mettre en place le Pétillant originel.

Evidemment, Montlouis est jeune par rapport à sa reconnaissance, et est moins confrontée que certaines grandes appellations à des choses mises en place et figées, et le rapport au foncier n’est pas le même. Il y a une certaine cohésion sur l’appellation, globalement on est dans le dialogue, y compris entre indépendants et coopérateurs, et on avance.

J’ai ramené de mes voyages le sentiment que pour les australiens et les californiens, même s’il y a des disparités dans la qualité des vins, le modèle de référence reste le modèle français de protection des AOC. C’est à nous de renforcer ce modèle, mais c’est plus difficile pour certaines appellations ou des courants bloquent tout. Mais il faut aussi parfois que les gens s’impliquent un peu plus dans ce qui se passe dans leur syndicat. »

 

Je ne ferai aucun commentaire vous laissant le soin de les faire après lecture et réflexion.

 

Permettez-moi maintenant de m’expliquer sur le titre de ma chronique en listant nos goûts communs :

-         Votre choix page 28 « Un vin sous le charme de la Baronne » chronique du 14/05/2008 Aline au pays des merveilles , la saga de la baronne Guichard  http://www.berthomeau.com/article-19261133.html

-         Votre choix page 36 « Des coopérateurs qui ont du génie » chronique du 22/06/2009 La montée de Tonnerre, Guy, Henri et le Chablis de la Chablisienne  http://www.berthomeau.com/article-18822332.html

-         Votre choix page 42 « Du plaisir dans la tradition à prix doux » chronique du 01/12/2008 Mes riches heures en Bourgogne 3 : la Maison Louis Jadot, maison de confiance    http://www.berthomeau.com/article-25113132.html

-         Votre choix page 87 « La passion d’une femme enracinée » ma chronique du 11/08/2007 Vigneronne de Poggio d'Oletta   http://www.berthomeau.com/article-7018845.html

-         Votre choix page 96 « Une appellation qui ne manque pas d’audace » ma chronique du 05/05/2009 Changer l'Aude en Vin : le rapport Berthomeau sur le terrain http://www.berthomeau.com/article-31004895.html

 

Voilà le travail mais comme je ne suis pas un sectaire, comme l’an passé dans ma chronique du 19/10/2009 http://www.berthomeau.com/article-pour-une-fois-d-accord-perico-legasse-et-moi-adorons-les-vins-du-chateau-mont-redon-37571965.html : j’avoue même des goûts communs avec Périco qui page 100 avec le Château Unang « La noblesse discrète d’un cru rédempteur » voir ma chronique du 10/08/2009 10 de coeur : 10 femmes de vin du Sud parées de blanc   http://www.berthomeau.com/article-34102998.html

 

 Bien sûr ma plume ne peut égaler la sienne lorsqu’il écrit à son propos « Pour ceux qui savent que le vin est un produit sacré né de la rencontre d’une verticale reliant la terre au ciel et d’une horizontale survolant le sol, cet intitulé n’est pas usurpé. « Ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait », dit le Christ dans l’évangile. Ainsi peut-on rendre grâce au Château Unang de consacrer les charmes de l’AOC Ventoux » Amen !

 

Une dernière chose, cher Éric Conan, comme je suis un très ancien et très fidèle amateur, merci pour votre papier sur le Cerdon de Raphaël Bartucci page 121 « Des Bulles gourmandes de plaisir » et permettez-moi une requête puisque vous écrivez « L’un des meilleurs producteurs de vrai Cerdon. Il se fait dévaliser dès que ses bouteilles sont prêtes à la vente » : pourriez-vous m’aider à acquérir quelques précieux flacons de ce vigneron ?

 

Enfin, comme en France tout se termine par des chansons, mais comme j’ai l’esprit de contradiction je vous offre, cher Éric Conan, un merveilleux épisode des Deschiens « La Malbouffe ». Avec mon meilleur souvenir...

 

Jacques Berthomeau

 

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 11 août 2010 3 11 /08 /Août /2010 11:00

Octave Gréard dans son introduction des Lettres d’Abélard et d’Héloïse écrit « Après une jeunesse brillante, vouée tout entière à l’étude, « devenu roi sans partage, nous dit-il, dans le domaine de la dialectique, Abélard était entré, comme en triomphe, dans la chaire de Paris, à laquelle sa destinée l’appelait depuis longtemps. 

La fortune le caressant, écrit-il, lui offrait dans Héloïse la réunion de tous les attraits. Sans être douée d’une beauté remarquable, Héloïse ne manquait pas de charme. Une rare distinction d’intelligence promettait d’ajouter aux agréments de son commerce les plus exquises voluptés de l’esprit. Son goût pour l’étude servirait à en former le lien. Nulle femme, aussi bien, ne pouvait se refuser aux vœux d’Abélard. Et quel obstacle pouvait-il avoir à redouter ? Point de mère dont la tendresse surveillât le premier essor des sentiments de la jeune fille ; point de père qui prît soin de son honneur ; pour tuteur, un oncle tout entier aux fonctions du canonicat, peu clairvoyant, fier de l’instruction de sa nièce et jaloux de l’accroître, mais sans qu’il lui en coûtât aucun sacrifice »

 

8ième Question : le village de naissance de Pierre Abélard est une toute nouvelle appellation communale d’une grande appellation un peu malade. Précisez le nom de celle-ci et celui de la commune en question.

 

Pour cette 8ième Question en hommage à Héloïse ce matin je voues propose des vins de femmes : Estelle, Hélène, Iris, Isabelle et Anne-Victoire : « RESERVA  Las Ninas » cépage Carmenere, la cuvée « Khayyâm »  2009 du Mas de Libian, « Lisson »  Clos des Cèdres 2002, le Moulin à Vent 2009 du Domaine des Côtes de la Molière, et le Miss Vicky Wine Fleurie 2007, Château des Moriers.

logo_Las_Ninas_long.jpg POUF-8294.JPG

Clos-des-Cedres-2002.jpg

MAV09.JPG.jpeg

Douard-8026.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Voir les 0 commentaires
Mercredi 11 août 2010 3 11 /08 /Août /2010 00:02

Je ne plaisante pas ! J’ai des preuves. Notre Grand Georges Frèche a encore frappé ! Il affiche sur fond rouge sa militance pour notre divin nectar et la promène tout au long de sa belle région. Bien sûr, ce ne sont pas encore des petits avions avec banderole sur la queue qui font de la promotion au-dessus des « bronze-culs » littoraux mais rien n’interdit de penser qu’une telle idée pourrait germer dans la haute pensée de notre Lider Maximo du jaja du populo.

 

Georges Frèche aime le Rouge ! Pour preuve ses futures statues de Lénine et de Mao – il n’a pas osé Staline pour ne pas remuer le couteau (ils ne l’ont plus entre les dents) dans la plaie de son copain communiste en rupture de ban Jean-Claude Gayssot – sur la place Hélios de son Odysseum à Montpellier. D’ailleurs, pourquoi ne pas rebaptiser ce lieu : Place Rouge, ce serait une belle provocation à l’endroit des autres pensionnaires : Churchill, De Gaulle, Roosevelt et Jaurès. Je propose aussi, à titre de son engagement pour notre Rouge régional, que les Interprofessions de South of France se cotisent pour lui offrir son buste qui serait placé entre celui de Vladimir Ilitch Oulianov Влади́мир Ильи́ч Улья́нов plus connu sous le nom de Lénine Ле́нин et de Mao Zedong, dit aussi Mao Tsé-toung, ou Mao Tsé-Tung, ou Mao Tsö-Tong 毛澤東 ou 毛泽东. Un beau podium, hein !

 

Reste à vous fournir la preuve de mes dires du défi lancé par notre vénéré Lider Maximo des Coteaux à notre défenseuse des buveurs d’eau la sémillante Roselyne Bachelot des Coteaux du Layon...

 

La voici :  

 

Douard-8308.JPG

Douard-8311.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 10 août 2010 2 10 /08 /Août /2010 11:00

C’est la rencontre de ........., « à l’hôtel Chevillon, de Gretz-sur-Loing, en 1876, avec l’américaine Fanny Osbourne, fille de pionniers, une femme avec une volonté de fer, des idées bien ancrées, des partis violents » sa plume s’envole « Ce fut le coup de foudre réciproque, aidé peut-être par la qualité du Bourgogne pour lequel ......... avait un faible. Bien qu’elle fût son aînée de dix ans, il sentit qu’il ne lui échapperait jamais. Lui qui, jusqu’à sa mort, devait rechercher la pureté, il rencontra à vingt-six ans, sur le bord de la petite rivière d’herbes et de poissons, cette femme qui « appartenait à l’enfance de l’humanité ».

 

7ième question : Quel est le nom et le prénom de ce grand écrivain voyageur né le 13 novembre 1850 à Édimbourg et mort le 3 décembre 1894 à Vailima (Samoa). Le texte cité ci-dessus est de quel auteur né à Replonges ?

 

  

Ce matin pour la 7ième Question, puisque nous accompagnons un Grand Voyageur, nous allons d’abord au Japon où Les Gouttes de Dieu aime bien le discret Jean-Yves Bizot qui n’a pas de photo de son Vosne-Romanée 2008, puis nous revenons à Beaune où le BIVB nous propose un Chassagne-Montrachet 1ier Cru Les Caillerets Lamy-Pillot viticulteurs, ensuite nous descendons vers les Côtes Chalonnaises 2007,« Le clos des roches » d’Alain Hasard des Champs de l’Abbaye nous est offert par les parisiens de la Contre-Etiquette , et pour finir ce périple étrange cap au nord pour l’Irancy 2005 de la cave de Bailly-Lapierre.

Douard 8291  Douard 8292

GetAttachment 2  1147Douard 0184

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Concours
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 août 2010 2 10 /08 /Août /2010 00:09

Même si le livre de la Genèse nous dit qu’Ève fut créée à partir d'une côte d'Adam (Genèse 2:21,22), même si en ce moment beaucoup se prélassent sur le sable de nos côtes : Azur, d’Argent, Vermeille, d'Opale, d’Émeraude... même si comme l’écrit le blog du Guide Hachette « de nombreuses AOC affichent fièrement les mots côte, côtes ou coteaux (voire costières) dans leur nom», cependant, comme la pile Wonder, la dénomination « côtes » ne s’use que si l’on s’en sert et manifestement en ce moment c’est la surchauffe. C’est le fourre-tout des mal-aimés. C’est le refuge des affligés. Alors je vous le dit tout net je suis partisan de la négociation d’un traité de non-prolifération de la dénomination « Côtes »

 

Certains objecteront, comme le souligne le Guide Hachette « Quoi de plus normal d’ailleurs ? Les meilleurs vins ne sont-ils pas précisément produits sur ces vignobles en pente, dont l’inclinaison favorise le drainage naturel, par opposition aux vins de table produits dans la plaine, parfois « les pieds dans l’eau » après l’orage ? » 

  

J'en conviens, mais trop de Côte fait chuter la cote des Côtes, d’autant plus que comme le fait toujours remarquer le blog du Guide Hachette « sur la centaine de vins de pays de zone existants, près de la moitié se nomme « Côtes de » ou « Coteaux de », sans même parler des «Collines de» ! » Certains petits futés constatant cette inflation, symbole de dévaluation, ce sont empressés de la remiser dans les oubliettes : ainsi Buzet (ex côtes-de-Buzet) et Fronton (ex côtes-du-Frontonnais), ou plus récemment Ventoux, Luberon ou Pierrevert.

 

Alors pourquoi au pays de la Côte d’Or, de la Côte de Nuits, de la Côte de Beaune une telle cote d’amour pour l'invention d'une AOC Côte de Bourgogne ou de Coteaux-bourguignons pendant que leurs voisins et cousins du Beaujolais, eux,  pencheraient pour des côtes- ou coteaux-du-beaujolais ?

 

On me répond que c’est que parce que le Beaujolais réfléchit à démarquer son offre de vins de garde de celle des primeurs ?  et que la « Grande Bourgogne viticole » (Beaujolais inclus) cherche à distinguer les bourgognes comprenant du gamay de ceux issus exclusivement de pinot noir ?

 

Pourquoi pas, mais du côté du Beaujolais je ne vois pas ce que la nouvelle dénomination va apporter, sauf à confirmer dans l’esprit du consommateur que le seul Beaujolais Primeur est du vrai Beaujolais. L’adjonction d’un étage supplémentaire, rayant de la carte le Beaujolais tout court, me semble compliquer plus encore la lisibilité de l’offre Beaujolaise tout en enterrant l’icône, le symbole. Mieux vaudrait, à mon humble avis, s’attaquer au préalable au sourcing de ce fameux Beaujolais de garde pour que le vin fini soit en adéquation avec les ambitions affichées.

 

Du côté des bourguignons, ça me semble encore plus étrange que cette érection soudaine de  Coteaux-bourguignons pour symboliser la «Grande Bourgogne viticole» alors que le BGO existe. Pourquoi diable précipiter ce bon vieux BGO dans les ténèbres extérieures au profit d’une ombrelle bien commune ? Dans une chronique datée du 11 avril 2008 je m’alarmais déjà de cette mise à bas  http://www.berthomeau.com/article-18610677.html . Je ne vais pas revenir à mon argumentaire mais me contenter de citer la définition d’un éminent chroniqueur, couvert de lauriers, lui, Olif. Qu’est-ce qu’il dit l’Olif ? Il dit que le « Bourgogne Grand Ordinaire. BGO ! 3 initiales quasiment infamantes ! 250 ha de production, du Lyonnais jusqu’au Yonnais, une AOC régionale depuis 1937, dans laquelle le Gamay se taille la part du lion, en association avec le Pinot noir, voire le César ou le Tressot dans l’Yonne. Les blancs, quant à eux, peuvent comporter de l’Aligoté, du Chardonnay, du Pinot et, dans l’Yonne »

 

Sans m’immiscer dans les chicanes des acteurs de la « Grande Bourgogne », car je n’ai pas la moindre idée de l’état d’avancement de ce dossier, je les exhorte à ne pas verser dans la facilité en se précipitant, si je puis m’exprimer ainsi, dans le bas-côté.

 

En effet, le retour en force du vin populaire, celui qui ne se prend pas le chou, qui ne pète pas plus haut que son cul, est inscrit dans l’avenir du vin. Revivifier le BGO c’est entreprendre la même démarche que celle de grandes marques automobiles qui ont relooké la Fiat 500 et l’Austin Mini pour en faire à nouveau des Must.

 

Bien évidemment, pour ce faire, il est indispensable que cette appellation couvrant la « Grande Bourgogne » ne soit pas qu’un simple bassin déversoir des 2 appellations. Le concept de vin voulu et non celui de vin subi n’est pas une lubie mais la seule base de reconquête de segments de marché qu’occupent joyeusement nos concurrents. La signature Bourgogne d’un vin qui a en facteur commun le gamay et le pinot noir doit s’appuyer sur la réalité du produit et non sur une référence géographique ou plutôt topographique qui ne signifie rien.

 

Bref, je voudrais bien qu’on m’explique en quoi la trilogie : Beaujolais-Bourgogne Grand Ordinaire-Bourgogne n’est pas simple et lisible pour le consommateur. Le BGO constituant un trait d’union facilement identifiable qui ferait la transition entre la tradition et la modernité. Pour un esprit simple comme le mien le Beaujolais c’est du Beaujolais, le Bourgogne c’est du Bourgogne, le BGO serait la réinvention d’un vieux produit.

Sans doute suis-je un piètre expert en marketing mais se noyer dans la masse pour soi-disant mieux se démarquer ne me semble pas très crédible. Dans Grand Ordinaire il y a certes ordinaire mais il y a aussi grand ce qui me permet d’écrire que le BGO c’est beau comme une belle journée à la campagne, panier d’osier, nappe à carreaux, poulet froid et cornichons, verre à moutarde en Duralex, limonade et vin qui chante et réjouit les cœurs…

 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés