Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2022 7 31 /07 /juillet /2022 06:00

 

Point de vue n°3856

Plus c’est gros plus ça passe, il ose tout Hubert comme dirait Audiard !

 

Un grand moment d'histoire !

 

L’article de Point de Vue n°3856 du 13/07/2022 doit être lu dans son contexte.

 

Au milieu des histoires des familles du Gotha Européen.

 

Il faut acheter le numérique : 1,5 euros pour avoir l'intégralité de ce numéro de Point de Vue.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
En général la tapette à mouche fait merveille pour fustiger les diptères. Mais quand c'est la mouche elle même qui fournit les verges pour se faire battre, il n'y a plus qu'à faire amende honorable pour éviter une chiquenaude apparemment bien venue puisque le commentaire s'adresse à la mauvaise personne me dit on. Dont acte
Répondre
D
En effet je me suis dit quelle mouche a piqué la mouche ! Manifestement elle avait fait erreur sur ma personne.<br /> Je ne suis ni Hubert de Boüard ni comte. <br /> Membre de la même famille de Boüard (j’ai élagué Laforest), je m’efforce de démystifier l’histoire officielle du Château et de la famille sur des bases historiques. L’article de Point de Vue reprend allégrement sans vérifier, comme la plupart des médias, cette falsification historique. Cette falsification a pour but d’amplifier la notoriété du dit Château, d’alimenter la légende (fondation en 1782, huit générations des de Boüard à Saint-Emilion, Aliénor aux racines de la généalogie, le livre de complaisance « Angélus » de Jane Anson…). Et comme on le sait, la notoriété l’emporte sur la dégustation dans le classement de 2012…<br /> On pourrait ainsi reprendre une célèbre réplique d'un film de John Ford ("L'Homme qui tua Liberty Valance") : « On est dans le [Sud-] Ouest, ici. Quand la légende dépasse la réalité, alors on publie la légende ! ». Loin de moi de vouloir imiter les fiches de ciné papy ! J’attends la prochaine avec impatience.<br /> Non pas de chiquenaude pour Pax, la tapette à mouche restera au placard et la mouche continuera de voler. Ce blog doit rester libre et convivial.<br /> <br /> A travers mes commentaires je n’ai pas voulu alourdir ma démonstration. Aussi je renvoyais à l’article de Wikipédia et aux deux articles que Monsieur Berthomeau avait bien voulu publier sur son blog : « Château Angélus, un autre son de cloche » et « Château Angélus, portraits de famille » parus le 24 octobre et 15 novembre 2017. En voici les liens :<br /> http://www.berthomeau.com/2017/10/chateau-angelus-une-histoire-familiale-un-autre-son-de-cloche-par-bruno-de-bouard.html<br /> http://www.berthomeau.com/2017/11/hubert-de-bouard-de-laforest-saison-2-chateau-angelus-portraits-de-famille-rien-n-est-beau-que-le-vrai-le-vrai-seul-est-aimable-nico?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail
D
Décidément Angélus vise un autre public, une autre clientèle. Un autre point de vue, le sien, qui sera sans doute couronné de succès. L’art de la communication obtient ses lettres de noblesse ! Le Gotha européen ! La marque Angélus flirte toujours avec les sommets de la falsification historique (ne pas confondre avec le Golghota). Marketing oblige.<br /> Quelques citations de l’article en question que je me permets de commenter :<br /> <br /> « Hubert de Boüard de Laforest, sa femme Emmanuelle, sa fille Stéphanie entourée par son mari Marc et ses fils Côme et Antoine ».<br /> [légende d’une photographie dans l’article sur la famille de Boüard censée représenter les seuls propriétaires d’Angélus. L’autre partie de la famille des de Boüard également propriétaire pour moitié d’Angélus est effacée : là est « le miracle à Saint-Emilion »]. <br /> <br /> « Depuis 2012, Stéphanie de Boüard-Rivoal a pris la suite de son père, Hubert de Boüard de Laforest, à la tête du domaine, l’un des cinq [ ?] premiers grands crus classés de Saint-Emilion. L’occasion pour cette représentante de la huitième génération de se diversifier dans l’hôtellerie sans perdre de vue l’amour de la vigne ».<br /> [et bientôt la 9e génération paraît-il !]<br /> <br /> « C’est bien là, au milieu des vignes, que tout à commencé pour une famille implantée dans le Bordelais depuis 1544 qui compte même aux racines de son arbre généalogique une certaine Aliénor d’Aquitaine ».<br /> [avec Aliénor, Hubert et Stéphanie dépasseraient largement les 8 générations ! En réalité l’arbre généalogique des de Boüard ne remonte pas à Aliénor. C’est par filiation cognatique que l’on pourrait parler de liens indirects des de Boüard avec les Plantagenêt, un ancêtre ayant épousé en 1689 une jeune femme permettant ce lien. Le plus ancien de Boüard connu remonte en 1544 comme Bourgeois et jurat de Bordeaux]<br /> <br /> « C’est seulement au XVIIIe siècle que nos ancêtres s’installent dans le vignoble de Mazerat par une alliance avec les Souffrain de Lavergne ».<br /> [C’est dommage que ce ne soit qu’au XVIII e siècle. Mais en cherchant bien du côté d’Aliénor…] <br /> <br /> « Stéphanie imagine une bouteille noire aux reflets d’or pour le millésime 2012, qui célèbre les 230 ans du domaine ».<br /> [1782 + 230 = 2012. Pour mieux comprendre on peut imaginer une petite équation : 1er juillet 1782 (date « officielle » de la fondation du Château Angélus) + 200 ans (8 générations) = 1er juillet (jour de naissance d’Hubert de Boüard) + 1982 (année de naissance de Stéphanie de Boüard-Rivoal). Beau cadeau d’anniversaire !].<br /> <br /> « Une audace héritée des femmes de la famille, qui ont toujours eu une influence décisive sur la destinée d’Angélus ».<br /> [L’art de mettre en valeur la huitième génération en jouant la carte féministe !]<br /> <br /> « C’est pour faire plaisir à sa femme que mon arrière-grand-père a augmenté la proportion de cabernet franc à 45% aux dépens du merlot, dans les années 1920 ». En mémoire de cette aïeule inspirée, Stéphanie a souhaité une cuvée 100 % cabernet franc, « Hommage à Elisabeth Bouchet ».<br /> [L’art de la communication porté à son plus haut degré. Elisabeth ]<br /> <br /> « La table est dressée pour un déjeuner estival dans la maison familiale attenante au domaine, où vivait jusqu’à sa mort Jacques de Boüard, comte de Laforest, le grand-père de Stéphanie ».<br /> [en réalité cette maison était celle de Maurice et d’Elisabeth de Boüard où Jacques de Boüard leur fils n’a fait que passer sa jeunesse]<br /> <br /> Pour illustrer encore cet art de la com’ poussé à son extrême, la cuvée 2016 « Hommage à Elisabeth Bouchet » établirait un lien symbolique entre Elisabeth et le Château Angélus, grâce à une homonymie heureuse ! En effet selon Stéphanie, pour honorer son épouse mon grand-père aurait planté certaines parcelles en BOUCHET nom local du CABERNET FRANC à Saint-Emilion. Affirmation un peu fallacieuse ! Un hommage réel devrait être rendu au vu de son engagement entre autres financier et juridique au service du Château Angélus qu’elle a acheté en 1922 et dont elle est restée seule propriétaire jusqu’en 1946. C’est bien elle qui a fait entrer l’Angélus dans la famille de Boüard. Certains l’ont effacée de l’histoire de la propriété … pour donner son nom à une cuvée. Les cuves débordent !<br /> <br /> Pour quelques précisions sur l’histoire du domaine vous pourrez consulter l’article du Château Angélus sur Wikipédia, ainsi que deux articles de ce blog sur ce même domaine (2017).<br /> Merci Monsieur Berthomeau.
Répondre
P
Il y a a Boüard et à manger dans cet alambiqué commentaire.<br /> Monsieur le Comte, quand on s'appelle de Laforest, il n'y a qu'une brève et simple réponse, " nuts " à la façon du général Anthony Clement McAuliffe alors commandant dans les Ardennes .<br /> "Vous voulez voir de quel bois je me chauffe !"
P
rappelons que l'archevêque de Bordeaux qui procéda à la bénédiction des cloches de l'Angélus s'appelait , je vous le donne en mille: .Mgr Jean -Pierre Ricard, d'où l'expression du Taulier: UN Ricard sinon....<br /> j'ai une retranscription de la négociation:<br /> Jean Pierre tu me la fait à combien ta Bénédiction?<br /> Hubert , pour toi ce sera 6 caisses!<br /> T'es cher, Jean Pierre, avec ou sans TVA?<br /> etc.......
Répondre
P
L'Ange est lus. Mais par qui ? Les buveurs d'étiquettes ?
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents