Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 09:16

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/629a517f69bf716158103588/large/image.jpg?v=3

La vague Nupes annoncée par les sondages va-t-elle submerger le paquebot de croisière de notre souverain ?

 

Les chiffres publiés indiquent que non, elle devra se contenter d’empêcher Ensemble de passer le seuil béni de la majorité absolue.

 

Une première depuis la « géniale » érection du quinquennat, en 2000, suite à une proposition de loi constitutionnelle déposée à l’Assemblée nationale par Valéry Giscard d’Estaing, pour réduire la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans et le rendre renouvelable une seule fois, il en est ainsi.

 

Au moment de la réforme, la France vit sa troisième période de cohabitation avec un président de la République de droite, Jacques Chirac, et un Premier ministre de gauche, Lionel Jospin.

 

La réforme sera accentuée par l’inversion du calendrier électoral, adoptée l’année suivante avec la loi organique du 15 mai 2001. Le texte repousse d’avril à juin la date d’expiration des pouvoirs de l’Assemblée nationale. Les élections législatives se tiennent désormais après l’élection présidentielle, ce qui permet de donner au président nouvellement élu une majorité parlementaire pour mettre en place son programme politique.

 

Le 24 septembre 2000, la réforme sur le quinquennat est approuvée par 73,21% des suffrages exprimés, dans un contexte de forte abstention (70% des inscrits).

 

Je fus, pour la première fois de ma vie de citoyen votant abstentionniste, et je ne le regrette pas.

 

Donc, si notre Président dans sa version 2, ne dispose à l’Assemblée Nationale que d’une majorité relative, il devra désigner un Premier Ministre à la tête d’un gouvernement qui devra, comme le fut celui de Michel Rocard sous Mitterrand 2, à la recherche de voix d’appoint, dans les cas où la NUPES coagule une majorité supérieure à la sienne.

 

Et c’est là que le jeu se complique pour l’ex-premier Ministre Mélenchon, qui ne sera pas dans l’hémicycle pour galvaniser les oppositions. En effet, avec qui s’allier ?

 

Le second groupe de l’opposition sera celui du RN, une alliance de circonstance avec ses élus, est certes possible mais ne pourra tenir lieu de stratégie durable et soutenable.

 

Le troisième groupe sera celui des Républicains, je ne vois pas ces derniers se pacser avec les Insoumis.

 

Le quatrième noyau sera celui des socialos qui ont refusé de se soumettre aux rets de Mélenchon. Là aussi ce ne sera pas simple puisqu’il y aura un groupe de socialistes Nupes, un groupe d’EELV Nupes, un groupe communiste Nupes.

 

Tout ça sent la IVe République et non la VIe appelée de ses vœux par l’ami Jean-François. C’est à dessein que dans mon titre j’ai parlé de Chambre des députés.

 

Je ne vais pas retourner ma veste, faire mon Edgar Faure, j’ai appelé la cohabitation de mes vœux afin de réduire l’omnipotence présidentielle, mais, c’était sans compter sur l’arrogance de LREM, des limites du en Même Temps pour mettre en place un gouvernement proposant des perspectives claires, du ralliement des lambeaux du PS, des Verts et du PCF, tels les bourgeois de Calais, à la coalition électorale de l’impérial Mélenchon.

 

Ce machin sans priorités, ramassis de 650 propositions de NUPES, n’est qu’un cartel électoral, tout juste bon à s’opposer mais incapable de gouverner sans sombrer sous le poids des réalités d’une économie mondiale en pleine stagflation.

 

J’en suis là, las aussi, nous allons connaître des jours difficiles, très difficiles, mais qui puis-je ?

 

Pas grand-chose, nous avons en ce pays une propension à vouloir le changement mais pour les autres, à renverser la table mais surtout pas la nôtre, à donner des leçons à la terre entière, à tous ceux qui se mettent les mains dans le cambouis, à détester leur réussite, à tout attendre d’en haut…

 

Allez, bonne journée, le pire n’est jamais sûr… laissons les sondages en plan et, au lieu d’aller à la pêche dimanche, votons, même sans enthousiasme, c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses. ICI   Le camarade Mélenchon joue l’intox à fond, le second tour dans la complexité des circonscriptions est le seul juge de paix d’une élection.

Législatives 2022 : à quatre jours du vote, un scrutin à l’issue incertaine ICI 

 

Au coude-à-coude dans les intentions de votes, la majorité présidentielle et la Nupes font la course en tête dans un contexte d’abstention très forte, selon la dernière vague de l’enquête Ipsos-Sopra Steria, réalisée pour « Le Monde », en partenariat avec le Cevipof et la Fondation Jean Jaurès.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Mélenchon chon chon les petits marionnettes<br /> Mélenchon chon chon deux p’tit tours et puis s’en vont.<br /> <br /> Ne mélanchon pas les torchons et les serviettes apprenait on autrefois.<br /> Pour avoir oublier ce précepte pourtant simple ce talentueux bonimenteur de la politique n’a réussi qu’a rassembler dans une corbeille à linge ,baptisée Nupes, des pièces de vêtement de toutes sortes qui, une fois étendues sur le séchoir de la cour, s’envoleront au premier coup de vent
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents