Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2022 3 25 /05 /mai /2022 06:00

relativite - Twitter Search / Twitter

La question du jour : « Ultracrépidarianisme : pourquoi certains ont-ils une opinion sur tout ?»

 

Pour madame, monsieur tout le monde, dont je suis, se rendre chez son caviste c’est, prosaïquement, aller acheter du vin. Bien évidemment, s’il est compétent, s’il connaît ses clients, ce commerçant, qui achète pour revendre, vous fait bénéficier de ses conseils pour que vous puissiez découvrir la vigneronne ou le vigneron qui monte, et Dieu sait que ça foisonne les petites bêtes qui montent.

 

Avec le vin nu est apparu une nouvelle race de caviste : le caviste militant, en général tendance insoumis, qui se faisant tellement chier dans son échoppe passe son temps à martyriser son clavier, non pour nous abreuver de ses découvertes de nectars nu, mais pour inonder les réseaux sociaux de ses opinions, en général tranchées comme le saucisson, sur tout et le contraire de tout.

 

« Je ne vais pas énumérer ici ses champs de compétence, ils sont sans limites puisqu’il sait tout sur tout et le contraire de tout. »

 

Afin d’éclairer votre lanterne je vous propose de lire les explications d’Hadrien Chevalier sur cette engeance sans qui on ne peut plus prendre une décision sans avoir recourt à leurs lumières.

 

« Il est complètement ridicule de penser que votre opinion d'amateur a une quelconque valeur. D'ailleurs, voici la mienne sur ce sujet que je n'ai pas du tout étudié. »

 

« Nous avons tous des croyances (ou opinions). Par exemple, qu'on ne mourra pas demain (quand on est jeune et en bonne santé), qu'il ne faut pas mettre ses doigts mouillés dans une prise électrique, qu'il ne vaut mieux pas essayer de sauter du dixième étage, ni faire le malin devant un ours brun. On ne cherche pas à démontrer méthodiquement que ces décisions ou ces croyances sont en adéquation avec le réel, on les admet souvent.

 

En une journée, vous prenez inconsciemment des milliers de microdécisions. Et parce que nos cerveaux sont super efficaces (ou plutôt, ils ont évolué ainsi), ils nous font grâce d'un long traitement analytique, conscient, calculatoire, de chaque décision. Cela est remplacé par de l'intuition. Et en général, ça ne marche pas trop mal –après s'être bien entraîné et familiarisé avec l'environnement.

 

Sauf que ça ne marche qu'avec ce sur quoi on a entraîné le cerveau, donc avec des phénomènes qui sont assez communs pour en avoir fait de malheureuses expériences (souvent pendant l'enfance) : le fait que les objets chutent, que les trucs pointus font mal, que le feu est dangereux. 

 

Experts en amateurisme

 

L'erreur de l'ultracrépidarianiste, c'est de penser qu'au sujet d'une prise de décision mettant en jeu des concepts et des phénomènes dépassant largement le quotidien moyen, ses intuitions, ses croyances, ses opinions et même son expérience personnelle auraient autant ou plus de valeur qu'un consensus d'experts ou qu'une méta-analyse scientifique.

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
C’est le nom savant du comportement de la mouche du coche bien que celle qui sévit tout au long des chroniques ponctue ses commentaires d’un « Mais pour ce que j’en dit… » qui relativise son point de vue.<br /> En grattant bien il apparaît que son comportement relèverait plutôt d’une variante : l’ultracrétinisarianisme.<br /> <br /> Le Coche et la Mouche<br /> <br /> Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,<br /> Et de tous les côtés au Soleil exposé,<br /> Six forts chevaux tiraient un Coche.<br /> Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu.<br /> L'attelage suait, soufflait, était rendu.<br /> Une Mouche survient, et des chevaux s'approche ;<br /> Prétend les animer par son bourdonnement ;<br /> Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment<br /> Qu'elle fait aller la machine,<br /> S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;<br /> Aussitôt que le char chemine,<br /> Et qu'elle voit les gens marcher,<br /> Elle s'en attribue uniquement la gloire ;<br /> Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit<br /> Un Sergent de bataille allant en chaque endroit<br /> Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.<br /> La Mouche en ce commun besoin<br /> Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;<br /> Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.<br /> Le Moine disait son Bréviaire ;<br /> Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;<br /> C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !<br /> Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,<br /> Et fait cent sottises pareilles.<br /> Après bien du travail le Coche arrive au haut.<br /> Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :<br /> J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.<br /> Ça, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.<br /> <br /> Ainsi certaines gens, faisant les empressés,<br /> S'introduisent dans les affaires :<br /> Ils font partout les nécessaires,<br /> Et, partout importuns, devraient être chassés.<br /> <br /> Jean de la Fontaine
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents