Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 06:00

SIA 2022

Alors que l’affiche du SIA 2022, qui s’ouvre le 26 février, met en avant une belle Abondance, une superbe savoyarde nommée Neige, pour séduire les urbains en mal de pâturages « labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée… » comme le déclarait Sully surintendant des Finances, le Club Déméter a présenté, le 10 février la 28e édition de son ouvrage annuel. Sous l’intitulé «Alimentation : les nouvelles frontières», ce laboratoire d’idées agricoles associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) entend faire passer le message que l’alimentation (re)devient une arme stratégique.  

 

Le Club Déméter c’est 73 entreprises et structures ICI professionnelles représentant l’agriculture agro-industrielle.

 

Trois quarts des adhérents de DEMETER ont des activités internationales. Ensemble et dans le monde, ils représentent un chiffre d’affaires consolidé de 300 milliards d’euros et emploient 600 000 salariés.

 

L'IRIS a été créé en 1991 par Pascal Boniface sous le statut association loi de 1901.

 

L'IRIS est un think tank français travaillant sur les thématiques géopolitiques et stratégiques. L'IRIS est organisé autour de 4 pôles d'activité : la recherche, la publication, la formation et l'organisation d'évènements. Il a été reconnu d'utilité publique en 2009. ICI 

 

Nous sommes dans « la cour des Grands », une approche géostratégique de l’agriculture, certes discutable, mais qui ne peut être repoussée d’un simple revers de mains comme le font les écologistes et les insoumis, cependant elle ne me semble pas exclusive d’une autre forme agriculture, viticulture créatrice de la valeur, qu’il ne faut pas réduire à un retour au passé vaches, cochons, couvées…

Le Déméter 2022 - Sébastien Abis, Matthieu Brun | Cairn.info

Quand l’alimentation redevient stratégique

 

Le Club Déméter a présenté, le 10 février la 28e édition de son ouvrage annuel. Sous l’intitulé «Alimentation : les nouvelles frontières», ce laboratoire d’idées agricoles associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) entend faire passer le message que l’alimentation (re)devient une arme stratégique.

 

Sans doute la crise du Covid-19 a-t-elle remis en perspective les risques d’approvisionnement, de sécurisation et in fine de souveraineté alimentaire. Cette question agrège, à elle seule, de nombreuses facettes, de l’amont de l’agriculture au consommateur final en passant par la chaîne logistique, la question de normes, celle des cultures alimentaires et de l’environnement, ou encore les influenceurs des réseaux sociaux. Une chose est certaine : «On constate un réarment des politiques alimentaires à travers le monde», a soutenu Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats académiques au Club Déméter. Car l’alimentation est devenue «un marqueur de la puissance d’un pays», a-t-il ajouté. Il en est ainsi de la Chine sur le marché du porc ou de la Russie sur le marché du blé. D’autres pays, à l’image de la cité-Etat de Singapour (719 km2, 6 millions d’habitants) qui ne possède quasiment aucune terre agricole, s’interroge sur la manière dont il pourrait assurer sa souveraineté alimentaire. Par l’innovation ? Si oui à quel prix ? D’autres frontières, nettement moins visibles, se révèlent tout aussi primordiales pour l’agriculture et l’alimentation. L’éducation est l’une d’entre elle, notamment dans les pays d’Amérique (Nord, Latine et Sud) qui sont confrontés à une explosion du taux d’obésité. La mise en place de régimes alimentaires pourrait impacter les productions locales ainsi que les importations agroalimentaires. «Un vrai défi sociopolitique», concède Matthieu Brun. Il rejoint en cela Samuel Rébulard, professeur agrégé à l’Université de Paris-Saclay pour qui «ces régimes ont un impact sur la production, la santé et l’environnement». Il pré-vient cependant que la réduction de consommation de viande ne doit pas être l’alpha et l’oméga des futurs régimes alimentaires «notamment dans les pays où les carences en fer sont chroniques».

 

Guerre des étoiles ?

Tout aussi primordiales sont les chaînes logistiques qui participent à la sécurité des approvisionnements. Après avoir été longtemps boudé par les autorités publiques, et là encore à la faveur de la crise Covid, le rail redevient un élément clé de l’alimentation. Delphine Acloque, enseignante-chercheuse en géographie rappelle ainsi la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis (Train de primeurs) et le recours au rail, en pleine pandémie, pour satisfaire les Japonais qui importent, bon an mal an, près de sept millions de bouteilles de Beaujolais nouveau. Ce retour en grâce du rail poursuite deux objectifs : la conquête de nouveaux marchés et la diminution de l’empreinte carbone. L’avenir du fret ferroviaire «va d’ailleurs plus reposer sur son adaptation aux chaînes logistiques complexes que sur une concurrence avec d’autres modes de transports», a-t-elle expliqué. Comme dans l’édition 2021 où elle avait interrogé le spationaute Thomas Pesquet, la cuvée 2022 Déméter prend de la hauteur en se penchant sur l’alimentation, champ d’action possible d’une «nouvelle guerre des étoiles». En effet, pour Quentin Mathieu, responsable économie à La Coopération agricole, «la problématique alimentaire reste essentielle dans la réussite de la conquête spatiale. Manger et produire de quoi manger dans des conditions d’impesanteur sont donc nécessairement deux axes majeurs de recherche et de développement pour les agences spatiales à la fois pour prolonger les missions en orbite mais aussi pour envisager des projets de colonisation sur des corps célestes».

 

Une montée en puissance des PAT

Créés en 2014, avec la loi d’avenir pour l’agriculture, les PAT ont pour mission de créer une dynamique entre agriculture locale et alimentation, d’encourager des pratiques agroécologiques tout en consolidant des filières agricoles et de rapprocher différents acteurs économiques ou associatifs. L’objectif initial de 500 PAT a été revu à la baisse et remplacé par un PAT par département. Lors d’une rencontre du réseau national des PAT, début février, consacrée aux effets du plan de relance, François Beaupère, vice-président de Chambres d’Agriculture France (APCA), a souligné l’importance de ces PAT pour maintenir «une ruralité vivante, renforcer le lien entre agriculture et alimentation, développer le dialogue avec la société civile afin de créer des partenariats et rendre des services à la collectivité». Les stratégies sont différentes selon les régions mais 60 % des projets concernent la constitution de filières pour atteindre le consommateur local ou servir la restauration collective. Si les porteurs de projets sont majoritairement des communautés de communes ou des métropoles, les chambres d’agriculture sont toujours impliquées, ne serait-ce que pour fournir un diagnostic agricole. Cette manne de 80 millions d’euros a donné un nouveau souffle à ces PAT qui se veulent avant tout une démarche, un nouvel état d’esprit. Nicolas Orgelet, élu vert de la Communauté d’agglomération de Blois et référent du PAT «Pays des Châteaux» expliquait ainsi que ces projets «mobilisent d’autres politiques publiques, celles relevant de l’économie sociale et solidaire, du ministère du travail ou de la santé, des fonds européens Leader …etc. L’élu doit faciliter les liens entre ces différents partenaires.» Pour une vue d’ensemble des PAT : rnpat.fr

Point de vue de Sébastien ABIS - Directeur Club DEMETER

Le Déméter 2022 pose les nouvelles frontières de l’alimentation ICI 

Rouen, premier port céréalier d’Europe de l’Ouest. Le blé part principalement vers l’Afrique du nord.

Rouen, premier port céréalier d’Europe de l’Ouest. Le blé part principalement vers l’Afrique du nord. | DR

L’agriculture devient la « valeur refuge » des placements financiers ICI

 

Le 28e rapport du Club Déméter rappelle que la crise du Covid-19 a accéléré, depuis deux ans, la recherche de souveraineté alimentaire.

Ouest-FranceGuillaume LE DU.

Publié le 22/02/2022 à 17h30

 

La crise du Covid a accéléré la recherche de souveraineté alimentaire, désormais un enjeu de puissance étatique. Et de placements financiers. « L’alimentation est une valeur refuge » , expliquent Sébastien Abis et Matthieu Brun, codirecteurs de la 28e édition du rapport Déméter (sous-titré « Alimentation : les nouvelles frontières »), ouvrage de référence sur les enjeux stratégiques de l’agriculture et de l’alimentation.

 

« BlackRock, le plus important gestionnaire d’actifs au monde, mais aussi de nombreux fonds dédiés et des fonds souverains, investissent dans la plus vieille histoire du monde : se nourrir. » À titre d’exemple, la Fondation Bill-et-Mélinda Gates place aujourd’hui, dans l’alimentation, des sommes plus importantes que l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). « Le fonds souverain de Singapour, Temasek, consacre 10 % de ses actifs à l’agroalimentaire […]. Singapour dont l’autosuffisance alimentaire est de 10 %, ambitionne de passer à 30 %. »

 

Rachat de milliers de terres

 

Après la crise financière de 2007-2008, la question alimentaire était déjà un sujet stratégique dans les relations internationales. La population mondiale s’accroît, mais pas les terres cultivables. Un exemple : les Émirats arabes unis (EAU) sécurisent leur approvisionnement en rachetant des milliers d’hectares de terres en Afrique. « ADQ, le fonds souverain d’Abou Dhabi (la capitale des EAU), a racheté 45 % de Louis Dreyfus Company », une multinationale de négoce de matières premières agricoles et un transporteur maritime. L’accord, signé fin 2020, s’est doublé d’un contrat à long terme pour la vente de matières premières agricoles. « Les fonds essaient de plus en plus de verticaliser leur investissement, en maîtrisant toutes les étapes, depuis la production jusqu’à la consommation. »

 

Coédité par l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et le Club Déméter, le « Déméter » paraît chaque année en février : 400 pages d’analyses, des infographies, cartographies et statistiques mondiales, dix-huit chapitres prospectifs, sur lesquels ont travaillé cinquante auteurs et dix-huit collaborateurs.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Bonjour Jacques<br /> "Les pyramides d’Égypte sont des excédents agricoles" <br /> je ne sais plus qui a écrit ça, mais c'est toujours valable aujourd'hui.<br /> <br /> ps: Quand à Bruno Latour, quand il parle d'habitabilité de la planète, il me semble qu'il parle d'alimentation.
Répondre
P
Ce crétin de pax n'en fera jamais d'autre ! V' la t'y pas qu'il vient de balancer ses commentaires du jour sur la la chronique d'hier !<br /> La voila remis à sa juste place<br /> <br /> Oh la superbe couverture aquarellée dans toutes les nuances de vert de la publication « Le Demeter »<br /> <br /> Et oui, aujourd’hui le commentaire rejoindra la série « Par le petit bout de la lorgnette »<br /> <br /> En effet, quand il entend le mot industrie alimentaire le pax rentre son porte monnaie. Grand buveur de thé il va devoir réexaminer son stock à la lumière de l’enquête de « 60 Million de Consommateurs » publiée dans son n° 578 de mars 2022 « THE, TISANE, Trop de saletés ! – beaucoup de pesticides, d’insectes, de plantes… »<br /> Mais que fait la police ! Quand nos zélithes comprendront elles que le contrôle et/ou l’inspection est une fonction essentielle d’un état ! On en n’est loin quand on observe combien les différents corps concernés années après années voient leurs effectifs amputés et ou supprimés . La privatisation n'est pas loin avant certainement, que soit instauré l’auto contrôle qui rime avec vous trouvez ça drôle ? Bien évidemment que je trouve çà drôle. N’est ce pas ce qui est arrivé aux States avec autocontrôles et certifications par le constructeur , du Boeing 737 MAX . Après deux crashs, Boeing, fut accusé de fraude. La firme plaida coupable pour limiter un désastre financier. Tout est bien qui finit bien...Alors les 346 victimes et leurs familles on dit merci à qui ?<br /> <br /> Pascal Boniface est un personnage passionnant et clivant. Il dit ce qu’il a à dire, arguments et/ou preuves à l’appui. Et tant pis s’il bouscule le politiquement correcte, ne suit pas les sentiers battus et se méfie du tout blanc/tout noir. On commence à le revoir sur les chaines de télé nationales. Longtemps il en avait été ostracisé pour avoir écrit « Les Intellectuels faussaires », publié en 2011, ou il s'attaque à quelques intellectuels français tels que Bernard-Henri Lévy, Alexandre Adler, Caroline Fourest, Philippe Val et Frédéric Encel. (Malheureusement épuisé chez l’éditeur il faut faire les bouquinistes pour le trouver) On ne peu que recommander l’excellente notice de Wikipédia le concernant.<br /> <br /> <br /> Dans la série « Les insomnies de pax »<br /> Clin d’œil qui n’a rien à voir. Cette nuit, la rediffusion, sur la cinq, de « La Grande Librairie » d’il y a une semaine avec pour invité Bruno Latour qui publie avec Nikolaj Schultz un "Mémo sur la nouvelle classe écologique", aux éditions La Découverte. Toujours passionnant ce philosophe adepte des chemins de traverse qui vous démontre, sans artifice ni sophisme ce qu’il y a de commun en écolos et chasseurs ce qui en réunit plus d’un. On est loin des discours démagogiques des monomaniaques du tout ou rien.<br /> On serait curieux de savoir ce qu'il a à dire sur le sujet de l'alimentation ?<br /> <br /> Bon, j’m’en va m’recoucher. Pour la tasse de thé on verra plus tard…
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents