Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 06:00

https://www.hebdo-ardeche.fr/photos/maxi/11920.jpg

À l'annonce de son décès, ce personnage à l'image modeste et frugale fait pleurer dans les chaumières, la "grande presse" alimentant le cortège des lamentations ...

 

Une amie chère : C.... m'informe de sa peine et, modestement voici ma réponse à son chagrin sincère n'en doutons point !

 

<< Ah! ma chère C.... désolé de ne pas totalement m'associer à ta peine !...

 

Par-delà son aura et ses très bonnes relations avec la presse (cf. PJ) qui le pleure aujourd’hui (et nous incite à faire de même),ce monsieur avait une part d'ombre qu'il valait mieux ne pas évoquer : ICI

 

 

D'un point de vue sociologique on peut noter que son discours (respect de la nature, économie frugale et fable du colibri) a parfaitement fonctionné pour globalement devenir un mythe ; d'où la réceptivité et l'engouement pour ses thèses simples à la portée de chacun.

 

Pour ma part je demeure axé sur celles de feu René Dumont (qui s'était confronté à Pierre R.) et pour lequel j'avais voté en 1974 ... (1,32%)

 

Ce débat de "coupeur de cheveux" n'aura pas lieu sur les grands médias certes...

 

Peu me chaut mais, à notre modeste niveau, je suis tout disposé à poursuivre l'échange malgré son caractère iconoclaste (de l'échange...) et pour te rassurer si ton projet de le faire rencontrer eût abouti, j'y serais allé pour lui poser ces mêmes questions et entendre ses réponses.

 

Aussi aurais-je aimé l'entendre analyser et remettre en question :

 

  • l'organisation de l'Europe agricole et de la PAC favorisant systématiquement les céréaliers

 

  • le syndicalisme de la FNSEA bras armé de l'ultralibéralisme

 

  • soutenir la confédération paysanne

 

  • remettre en question les multinationales de l'agroalimentaire (Nestlé Coca-cola, Mars, Unilever etc...) et de l'agrochimie.

 

  • les conditions de production du sucre, du thé, du cacao et du café dans le tiers monde

 

  • dénoncer l'agro business et les conditions d'élevage et d'abattage des animaux en Europe en Chine et Usa

 

Et le voir soutenir financièrement (cf. feuille d'impôts) les actions en faveur des déshérités d'ici et d'ailleurs ....

 

                     C'est donc avec la plus grande réserve que je compatis à sa disparition et me tiens à bonne distance  du cortège des lamentations ... (et désolé  si je t’ai fait de la peine 😥 )

 

 Débat ouvert sur Le Diplo  suite  >> ICI

 

===========================================================

Au fond, la question est que son message ne dérangeait pas l'ordre établi et qu'en fait il s'en accommodait comme d'un état de fait à l'inverse d'un René Dumont ou encore, jadis d'un Jack London...

 

Libé a sorti sa nécro  ICIoù l'on  retrouve des phrases issues de Wikipédia et en trois lignes l'allusion à l'enquête du Diplo sans référence au contenu (son parcours de formation idéologique .

 

Voilà, j'arrête ici mon revanchard  monologue…    

 

Pierre Rabhi, enquête sur un prophète, par Sophie des Déserts | Vanity Fair

Pierre Rabhi, enquête sur

 

un

 

prophète ICI

 

 

Pierre Rabhi élevait des chèvres en Ardèche avant de devenir un penseur écolo ultra-médiatique. Aujourd’hui, il publie des best-sellers, donne des conférences dans la France entière, inspire les politiques et les célébrités. Dans le numéro de décembre 2015 de Vanity Fair, Sophie des Déserts dévoile les secrets d’une ascension qui intrigue.

 

PAR SOPHIE DES DÉSERTS

Pierre Rabhi, chez lui en Ardèche, le 5 janvier 2017.

ierre Rabhi, chez lui en Ardèche, le 5 janvier 2017. 

La mort de Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie ICI

L’écrivain, figure populaire et fondateur de l’association Colibris, appelait à une « insurrection des consciences » et prônait une agriculture permettant la régénération des sols. Il est mort samedi 4 décembre à Lyon, à l’âge de 83 ans.

Par Catherine Vincent

 

Il estimait l’humanité folle, la modernité une imposture, la planète entre des mains inconscientes. Il appelait à l’« insurrection des consciences » pour un monde meilleur dans lequel tout le vivant aurait sa place. Il était, avant tout, l’un des pionniers de l’agroécologie, cette « agriculture du pauvre » qui affranchit le paysan des engrais et des pesticides et permet la régénération des sols. Fondateur, en 2006, de l’association Colibris, auteur de l’ouvrage Vers la sobriété heureuse (Actes Sud, 2010) vendu à plus de 460 000 exemplaires, Pierre Rabhi est mort, samedi 4 décembre, des suites d’une hémorragie cérébrale. Il avait 83 ans.

 

Dès samedi soir, plusieurs personnalités politiques ont réagi à cette disparition. Ségolène Royal, ancienne ministre de l’environnement, a rendu hommage à un « laboureur de la terre et laboureur de conscience ». « Il semblait immortel comme ses idées », a tweeté Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public et ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’écologie. Le candidat EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, évoquait « l’un des grands précurseurs de l’agroécologie », tandis que la maire de Paris, Anne Hidalgo, saluait « un penseur et écrivain qui avait à cœur de protéger notre planète ».

 

Dans ce concert de louanges, une musique discordante s’est pourtant fait entendre, dans les termes plus ou moins choisis qui font le sel des sites Internet. « Précurseur incroyable de l’écologie (…), conservateur sur les questions sociétales, l’homosexualité et les femmes », a sobrement résumé la finaliste de la primaire d’EELV, Sandrine Rousseau. Principalement en cause : les propos tenus par l’agroécologiste sur le mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée (PMA). « Je considère comme dangereuse pour l’avenir de l’humanité la validation de la famille “homosexuelle”, alors que par définition cette relation est inféconde », avait-il notamment expliqué dans son livre d’entretiens Pierre Rabhi. Semeur d’espoirs (Actes Sud, 2016). Depuis quelques années, cette phrase, sortie de son contexte, tourne en boucle sur les réseaux sociaux – auxquels il n’attachait guère d’importance.

 

 

Immuablement vêtu d’un pantalon à bretelles en velours côtelé et d’une chemise à carreaux, l’homme qui enchaînait les conférences à guichets fermés, celui en qui le moine bouddhiste Matthieu Ricard voyait un « frère de conscience », s’est également vu reprocher une attitude par trop messianique – d’où le titre d’un article publié en décembre 2015 par Vanity Fair : « Pierre Rabhi, enquête sur un prophète ». Un gourou, vraiment ? Tous ceux qui l’ont approché de près s’insurgent contre cette assertion. Mais la plupart admettent qu’il n’a pas fait grand-chose pour rectifier l’image. Ainsi de Cyril Dion, en deuil d’un « grand frère » qu’il côtoie depuis plus de quinze ans (il fut directeur de Colibris de 2006 à 2013) : « Pierre était suffisamment intelligent pour ne pas complètement démentir ce côté messianique. Et, surtout, il avait tellement besoin qu’on l’aime ! » Un besoin de consolation qui remonte à la petite enfance. A ses 4 ans précisément, âge où le petit garçon, né en 1938 aux portes du Sahara algérien, devient orphelin de sa mère.

 

 « Le chagrin que je porte toujours à 80 ans, c’est de n’avoir aucune image d’elle – il n’y avait pas de photos au village. Quand j’évoque ma mère, c’est presque un ectoplasme », confiait-il au Monde il y a quelques années. Convaincu que « le futur est entre les mains des Européens », son père, forgeron, le confie à un couple de Français du village. A l’adolescence, ses parents adoptifs l’emmènent à Oran, à 650 kilomètres de là. Le jeune garçon aime modérément l’école (il s’arrêtera peu après le certificat d’études), mais découvre les philosophes grecs, la Bible et les Evangiles.

 

Du Christ à Thomas Sankara

 

Le message du Christ agit sur lui comme un catalyseur. Il s’appelait Rabah – « le victorieux » en arabe –, il devient Pierre, du prénom de son apôtre favori. A 18 ans, il se convertit au catholicisme. A 20 ans – on est en 1958, en pleine guerre d’Algérie –, une dispute avec son père adoptif le pousse à prendre un bateau pour Marseille. Le voici à Paris, mais pour bien peu de temps. Celui d’y trouver un travail et d’y rencontrer Michèle, qui deviendra sa femme et la mère de ses cinq enfants. En 1961, tous deux mettent le cap vers le sud de la France. Sur le sol caillouteux du plateau ardéchois, ils montent un élevage de chèvres et parviennent à cultiver cette terre aride. L’aventure de l’agroécologie commence.

 

Deux rencontres sont déterminantes. La première avec Fécondité de la terre, un ouvrage de l’Allemand Ehrenfried Pfeiffer prônant les principes de l’agriculture biodynamique (qui pense la nature comme un ensemble), à la promotion desquels Pierre Rabhi va rapidement consacrer conférences et formations. La seconde, en 1983, avec un tour-opérateur qui monte un campement touristique à Gorom-Gorom, dans le nord du Burkina Faso, et propose à Rabhi d’y développer un centre de formation à l’agroécologie. C’est ainsi que le paysan ardéchois rencontrera le leader révolutionnaire Thomas Sankara, qu’il parviendra à intéresser au bien-fondé de ses méthodes. Mais, en 1987, l’assassinat de Sankara signe la fin de l’aventure, et Pierre Rabhi doit rentrer en France.

 

« Pierre adorait les conditions difficiles. Si les cultures poussaient là où il y avait des pierres, un climat compliqué et pas d’eau, il savait qu’elles pousseraient partout. Dans le Burkina Faso, ce pays emblématique touché par tant de problèmes climatiques et de famines, il voyait la possibilité de montrer que l’agroécologie fonctionnait à l’échelle d’un pays. Avoir dû y renoncer fut un des grands regrets de sa vie », raconte Françoise Vernet-Aubertin, présidente de Terre et Humanisme. Une association créée en Ardèche en 1997, précisément pour poursuivre l’œuvre entamée par Rabhi dans les pays d’Afrique.

 

Candidat à l’élection présidentielle

 

Au tournant des années 2000, l’homme à la frêle silhouette n’est pas encore une icône écolo-médiatique. En 2002, sa tentative d’être candidat à l’élection présidentielle lui assure, certes, une certaine visibilité. Mais l’épisode tourne court. Rabhi n’obtint que 184 parrainages d’élus sur les 500 requis et retourne à sa ferme ardéchoise de Montchamp. Celui pour qui « les hommes politiques se comportent comme dans une cour de maternelle, l’innocence en moins », ne se laissera plus jamais attirer dans cette arène.

 

En 2006, il décide en revanche de concrétiser la mobilisation populaire qui l’avait soutenu en lançant le mouvement Colibris. L’objectif : inspirer et relier les citoyens engagés dans des alternatives concrètes – jardins partagés, fermes pédagogiques, circuits d’approvisionnement courts – au système dominant. En 2010, Actes Sud publie Vers la sobriété heureuse, immense succès de librairie. En 2012, en amont de la présidentielle, Colibris lance une campagne qui fait du bruit. L’année suivante sort le film documentaire Pierre Rabhi, au nom de la terre… La notoriété est en marche. Elle ne cessera plus de croître. Surfant sur la prise de conscience désormais générale de la catastrophe écologique en cours, et charriant avec elle son lot de critiques à l’encontre de la nouvelle star. Et tout d’abord de son apolitisme.

 

A se tenir loin des partis et du militantisme, à prôner le mérite des petits gestes, Pierre Rabhi fut en effet volontiers catalogué comme le promoteur des initiatives individuelles, l’adepte naïf d’une écologie mièvre et bêtifiante. « Alors que c’était tout l’inverse ! C’était quelqu’un qui refusait tellement le monde moderne et la société de consommation qu’il est allé vivre dans une ferme sans électricité et sans eau ! Qui citait déjà Rachel Carson dans les années 1990, que personne ne connaissait à l’époque ! », s’insurge Cyril Dion. Intarissable sur les apports de sa rencontre avec Pierre Rabhi, le réalisateur du film documentaire Demain (2015) ne s’en est pas moins retrouvé lui-même en désaccord avec son mentor, surtout dans les dernières années de sa vie.

 

« L’écologie, je l’applique »

 

« Pierre était extrêmement catégorique sur le fait que le changement de la société passait d’abord par le changement de la conscience humaine, et je ne parvenais pas à le convaincre que cela fonctionne dans les deux sens. Cela ne me paraissait pas très opérant. Et cela avait un côté presque croyant qui me laissait perplexe », raconte-t-il. Dans La Convergence des consciences (Le Passeur, 2016), l’un de ses derniers ouvrages, l’agroécologiste réaffirme cette conviction. Et, plus globalement, la quête spirituelle et la référence à une transcendance sont une constante dans ses interventions et ses écrits.

 

« C’était un homme qui détestait le conflit et le rapport de force. Il remettait donc son espoir dans le fait que la conscience évolue et que tout cela se transforme de façon plus profonde. Malheureusement, cela relève un peu de l’ordre de la pensée magique », poursuit Cyril Dion. « Le credo de Pierre, c’est de dire que chacun de nos actes est politique, tempère Grégory David, membre de Colibris depuis 2008. Y compris pratiquer l’agroécologie, qui, bien plus qu’une somme de principes agricoles, est le moyen pour une communauté de retrouver le lien à la terre, de regagner de la souveraineté et de l’autonomie. Là était sa radicalité. »

 

Le secret de sa célébrité ? A cette question, l’intéressé nous avait lui-même répondu : « Je pense que quelque chose me différencie des autres : l’écologie, je ne fais pas qu’en parler, je l’applique. Je crois beaucoup à la force de la simplicité. » Ceux qui l’ont côtoyé évoquent sa capacité d’écoute, sa disponibilité aux autres, ses discours d’une grande évidence – autant d’ingrédients propices à la personnalisation. Mais gourou, décidément, non. « Pierre était un inspirateur, pas un leader. Oui, il était charismatique, oui il inspirait. Mais, ensuite, il laissait faire », précise Grégory David. « Ce qui me marquait chez Pierre, ajoute Cyril Dion, c’était le décalage entre l’image et celui qu’il était vraiment. Quand on entrait chez lui, on le trouvait avec son vieux bonnet, à gratter son chien dans sa cuisine, où il faisait froid… Et, après, je voyais des gens, dans les stands où on vendait ses ouvrages, qui touchaient les couvertures des livres… Comme pour le toucher, lui, dans une espèce de fétichisme… C’était fou ! » La force de la simplicité.

 

Pierre Rabhi en quelques dates

 

29 mai 1938 Naissance à Kenadsa (Algérie)

 

1958 Arrivée en France

 

1961 Installation à la ferme de Montchamp (Ardèche)

 

1983 Dispense une formation à l’agro­écologie à Gorom-Gorom (Burkina Faso)

 

2006 Création du mouvement Colibris

 

4 décembre 2021 Mort à Lyon

 

 

 

Pierre Rabhi est mort, et cela coupe la France en deux

 

Réécouter Pierre Rabhi est mort, et cela coupe la France en deux ICI

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Et vlan ! Ca c’est envoyé !
Bienvenue à un Taulier qui joue au chien dans un jeu de quilles
Bien sur qu'un tel personnage est intéressant et digne de respect.
Cependant, l'engouement qu'il suscite fait vibrer la sensibilité
écologique de chacun qui peut ainsi vivre son écologie, par délégation.
C'est évident que je suis un écolo bon teint puisque j'adhère pleinement
au discours de ce Monsieur.
Le Taulier souligne à juste titre que l’un des reproches que l'on peut faire
à ce type de gourou, aussi sincère et loin de toute volonté de pouvoir, c’est,
apparemment, une incapacité à prendre du recul par rapport au modèle proposé
pour en percevoir les contradictions, les conséquences et/ou, car il en existe toujours
les effets pervers.
Pourquoi se remettrait il en question puisque l'adoration des masses le conforte dans
ses pensées.
Ainsi Gandhi, apôtre de la non-violence, a réussi à imposer aux Anglais l'indépendance
de l'Inde. Sa méthode et son succès ont contribué à sa gloire. Il n'a cependant pas réussi
à éviter la partition Inde/Pakistan avec ses milliers de morts et les guerres de religion qui
perdurent aujourd'hui.
Méfions-nous de ce cautionnement aveugle des masses. Pour moi, il est toujours suspect.
N'a-t-on pas découvert récemment la face cachée d'un de ce qui fut longtemps « la personne préférait les Français »* un certain Nicolas Hulot.
L'écologie à tout prix, envers et contre tout, nous mène droit dans le mur en raison des
fameux effet pervers évoqué plus haut.
Comme de Gaulle disait à propos de l'Europe, il ne sert à rien de crier l'écologie, l'écologie, l'écologie en sautant comme un cabri, cela ne veut rien dire.
Je n'entends ou lis que trop rarement des remarques et/ou observations relatives à la voiture électrique et l'univers merveilleux qu'elle nous promet.
Elle annonce à court terme et suppression de 500 000 emplois.
Elle nous rend dépendant de pays tiers concentrant, chez eux les matières et métaux rares absents dans le reste du monde. Ainsi le lithium indispensable à la fabrication des batteries se trouve réparti ainsi : 24 % en Bolivie, 22 % en Argentine, 11 % au Chili, 7 % en Australie et 6 % en Chine. On imagine aisément dans quelles conditions humaines il est extrait dans la plupart de ces pays. L’extraction est également un saccage environnemental car nécessitant eau et électricité dans des proportions énormes.
Elle va nous apporter des tonnes de batteries à coté desquelles les pneus usagés sont poussière facile a cacher sous le tapis.
Enfin, nous ne sommes pas à l’abri d’énormes déconvenues. Ainsi le nombre de bornes de recharge. On avait annoncé 100 000 unité pour la fin 2021. A tout casser il y en a 40 000.
Et déjà arrivent les faits divers de conducteur restant en panne comme cette infirmière bloquée entre deux visite de malades.
Tout cela pour notre bonne conscience d’occidentaux soit disant inquiets de la planète qu’ils vont laisser à ces enfants qu’ils font, par ailleurs, de moins en moins.
Mais pour ce que j’en dis…
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents