Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2021 3 08 /12 /décembre /2021 09:50

Le Diable par la queue - Film de Philippe de Broca (France/Italie, 1969)  (Comédie) : la critique

C'était une grande gueule sympathique, comme les Français les adorent. Méditerranéen jusqu'au bout des ongles, Montand était un homme qui ne savait jamais s'arrêter. C'est sans doute le film "César et Rosalie" qui donne de lui l'image la plus fidèle. Mariant avec un rare bonheur chanson et cinéma, Montand eut aussi des femmes, beaucoup de femmes. Et pourtant, le couple qu'il formait avec Simone Signoret reste un modèle du genre. Ce que nos amis américains appelleraient un french paradoxe... 

 

 

Montand et la politique ICI 

 

Un Reagan à la française

 

En février 1984, au retour d'une tournée triomphale de récitals en France et aux États-Unis, Montand crée l'événement en assurant le commentaire de "Vive la crise", l'un des premiers docu-fictions de l'histoire du petit écran.

 

Il évoque, sous la forme de faux reportages, l'état de l'économie dans le monde. Les vingt millions de téléspectateurs qui ont suivi ce programme et la classe politique sont impressionnés par son sens de la pédagogie.

 

Certains lui prédisent une carrière politique et une folle rumeur commence à courir: l'acteur envisagerait de se présenter à l'élection présidentielle de 1988. Les premiers sondages, très prometteurs, font dire aux observateurs qu'il a toutes les chances de devenir le "Ronald Reagan français".

 

ll s'en défend dans un entretien accordé à Christian Defaye dans l'émission "Spécial cinéma", où il résume sa position ainsi: "Pour me faire entendre, si j'ai quelque chose à dire, faut-il viser la présidence?". La réponse est "non".

 

Le Diable par la queue - Film (1969) - SensCritique

 

Aujourd’hui c’est « Le diable par la queue» (1969)

 

Pourquoi ce film ?

 

Par esprit de contradiction ! Ciné papy vous avait annoncé autre chose et bien non. Ce sera selon son bon plaisir. M’enfin, qui commande après tout ?

 

Une autre raison, qui après tout, on vaut bien une autre, en ces temps de morosité voire d'inquiétude (Covid 19 et son variant Delta – étonnez-vous qu'on n'y comprenne rien, un delta c'est toujours plus ou moins marécageux – médiocrité du personnel politique quel que soit leur couleur – phénomènes climatiques hors normes – échiquier mondial nous menant au bord de la catastrophe * un peu d’enchantement et d’humour nous fera du bien.

 

* On rapporte qu’en 1913 et/ou 1914 chaque fois qu’un de ses interlocuteurs ponctuait avec solennité ses tirades d’un : « Je sens la guerre » le Tigre répondait, faites-vous désinfecter.

 

Quelle est l’histoire ?

 

Dans un château délabré du XVIIe siècle, les propriétaires, une famille de nobles désargentés, s’essayent à faire tourner une activité d’hôtellerie et/ou  de restaurant repas. Les touristes sont attirés avec la complicité du garagiste local. Un jour arrivent un séduisant gangster et ses deux complices qui transportent le butin de leur dernier méfait. La famille des châtelains saute sur l’occasion. Elle n’a nullement l'intention de laisser passer une pareille aubaine et de fil en aiguille on voit le gangster succomber au charme de la plus ingénue des filles  des châtelains et ne se montre plus aussi pressé de partir.

 

 

Réalisation

 

On retrouve Philippe de Broca dans ses pompes et dans ses œuvres. On l’a déjà rencontré dans les premières fiches de Ciné papy qui déclarait son inclination pour « Le Roi de Cœur » bide retentissant de 1966. On se reportera utilement à cette fiche pour une première approche de cet exceptionnel et inclassable metteur en scène plein de talent autant que d’humour et dont la ligne de conduite se traduisait par cette profession de foi : « Le rire est la meilleure défense contre les drames de la vie. »

 

Philippe de Broca est un ovni dans le monde du cinéma. Il appartient au monde qu’il s’est créé. Il vient après les cinéastes dit de « Qualité française » (Claude Autant-Lara, René Clair, Julien Duvivier ou moins talentueux, Yves Allégret, Jean Delannoy) Cette « Qualité française » décriée par « Les cahiers du cinéma » allait être remplacée par « La nouvelle vague. » qui ne fut jamais rejoint par de Broca.

 

Trop futile pour cela ?

 

On peut le croire quand le succès de ses films populaires le rendait suspect aux yeux de ses confrères. Pourtant on était loin des pantalonnades des « Gendarmes » ou des « Charlots »

 

Et on ne se privait pas de souligner un certain amateurisme, voir j’m’en foutisme dans ses films ou l’on relevait, à plaisir, des incohérences au tournage comme au montage.

Dans « Le Diable par la queue » on voit curieusement, très furtivement, redécoller un avion alors qu’il vient de se scratcher dans les étangs du domaine !

 

Mais à y bien regarder son cinéma est tout en sensibilité. On a inventé pour lui le qualificatif de « Mélancomique » Il y a chez lui, une légèreté, une douceur de vivre, une lumière particulière qu’il sait restituer.

 

On est loin de ces cinéastes, aussi talentueux soient-ils, dont la caractéristique est le nombrilisme tel les Verneuil ou les Melville.

 

Terminons par cette déclaration de François Truffaut : « Je l’aime aussi parce qu’il est heureux. La preuve ? Je ne l’ai jamais entendu dire du mal de personne. »

 

Le diable par la queue | Philippe de BrocaThe Devil by the Tail (1969)

Qui fait quoi ?

 

Madeleine Renaud :             la marquise de Coustines

On se demande bien qui, parmi les actrices françaises aurait pu endosser ce rôle. On voit bien à la rigueur l’excellente Danielle Darrieux mais trop légère et primesautière ou mutine. Quand elle joue la tragédie elle apparaît comme fragile. De toute façon elle a déjà tenu un grand rôle de mère, dans « Les demoiselles de Rochefort»1967 de Jacques Demy.

 

Loin de moi l’idée d’opposer ces deux grandes dames de la scène française et internationale dont les carrières s’étendent sur plus d’un demi-siècle.

 

Mais ici, la marquise de Coustines est une maîtresse femme qui mène, son petit monde à la baguette avec autant de charme, d’humour que d’énergie ce qui convient parfaitement à ce grand nonchalant de Jean Rochefort.

 

 

Jean Rochefort :           Georges, comte de Coustines

 

Je ne ferais l’injure à personne de « raconter » Jean Rochefort. Ici il est parfait de légèreté, presqu’évanescent. Pourtant il occupe avec brio ce rôle, avec une discrète désinvolture et cette impression qu’il donne à chaque fois, de ne pas y croire, de « s’en foutre » et l’air de nous dire faites comme si je n’étais pas là. C’est tout cela qui me le rend si cher.

 

Maria Schell :                 Diane, comtesse de Coustines

 

Actrice helvético-autrichienne, une des plus grandes des années 50 et 60 elle mena une carrière internationale. Amie de Marlon Brando elle eut des partenaires comme Yul Brunner, Glenn Ford ou encore Gary Cooper. Sa classe naturelle apporte ce qu’il faut de crédibilité à la famille d’aristocrates ruinés que nous présente ce film.

 

Dans les années 1970, on la voit souvent dans des séries télévisées comme « Derrick ». En 1982, elle joue le rôle de Claire Zachanassian dans l'adaptation cinématographique par Max Peter Ammann de « La Visite de la vieille dame » de Friedrich Dürrenmatt.

 

Le diable par la queue en streaming direct et replay sur CANAL+ | myCANAL

 

Marthe Keller :              Amélie, baronne de Coustines

 

À la voir virevolter avec légèreté on à l’impression que cette toute jeune actrice a tout dit.

 

Le réalisateur venait juste de rencontrer cette fraiche jeunesse suisse, qui traverse le film en minijupe et pieds nus. Ils auront un enfant ensemble. Et tournera encore « Les caprices de Marie » 1970 La toute belle a tenu ses promesses avec une carrière internationale bien remplie « Vertiges » 1975 Mauro Bolognini, « Marathon Man » 1976 de John Schlesinger et surtout « Bobby Deerfield » 1977 de Sydney Pollack. Elle triomphe aussi sur les scènes lyriques ne se contentant pas de jouer la comédie.

 

Petit clin d’œil, n’oublions pas sa participation au film « Mes funérailles à Berlin »1966 (voir parmi les premières fiches de Cinépapy.)

 

 

Clotilde Joano :              la comtesse Jeanne, la cousine pianiste

 

Actrice te cinéma autant que de théâtre (elle participa à l’aventure du TNP de l’époque de Jean Vilar) morte à l’âge de 42 ans * cela ne l’empêcha pas de jouer dans près de trente films avec des metteurs en scène tel que Bertrand Tavernier, Chabrol, Costa-Gavras par exemple.

 

Elle est «la clé » du film qui assure le contrepoint entre comédie et mélancolie.

 

Xavier Gélin :                  Charly, le petit garagiste

 

Encore un acteur qui meurt relativement jeune – 53 ans * – au regard de la longévité de beaucoup d’autres. Soulignons qu’il fait partie de la famille des Gélin de sa plus tendre enfance et tout au long de sa vie professionnelle multiforme.

 

Le duo qu’il forme avec Marthe Keller (coquette vs amoureux transi) donne de très bon moment.

 

Claude Piéplu :               Monsieur Patin, le client assidu

 

Piéplu outre le narrateur des Shadoks c’est autre chose qu’un second rôle, même important, aux cotés des têtes d’affiches. C’est une personnalité hors du commun du monde du spectacle.

Il a su se servir autant qu’il a servi le théâtre, le cinéma et la télévision sachant imposer et son physique, son port distingué  et sa voix reconnaissable entre toute sans oublier un humour très pince sans rire.

 

Bien qu’ayant joué dans près de 175 pièces, le théâtre conventionnel lui en a fait voir de toutes les couleurs. Il échoue par deux fois au concours du conservatoire de Paris1. Il entre alors dans la compagnie Jacques Fabbri un autre marginal du monde du spectacle. Il jouera par la suite dans près de 175 pièces de théâtre d’auteurs modernes ou contemporain tel Harold Pinter. Dés 1975 il renonça à jouer du classique ou les pièces dites « du répertoire » pour se consacrer

 

On le voit aussi, à partir de 1948 dans une quarantaine de films. Il tourne avec Costa-Gavras, Claude Chabrol, Luis Buñuel, Henri-Georges Clouzot, Julien Duvivier… Il s'illustre notamment dans les films La Bourse et la Vie de Jean-Pierre Mocky, La Meilleure Façon de marcher (1975) de Claude Miller, « Les Noces rouges » 1972 de Claude Chabrol, « Le Charme discret de la bourgeoisie » de Luis Bunuel la même année, voire « La Galette du roi » 1986 de Jean-Michel Ribes.

 

Il dit se sentir à l'aise dans « l'expression aérienne et distanciée de l'humour ». (Merci Wikipédia)

 

Un grand Monsieur.

 

Remarque – pour ceux qui n’auraient pas encore bien cerné la personnalité de pax le commentateur invétéré des Chroniques du Taulier, on peut leur dire qu’avec « Monsieur Patin » ils ont là un bel exemple.

 

 

Jean-Pierre Marielle :         Jean-Jacques Leroy-Martin, le "play-boy"

 

On peut faire de cet immense acteur complètement farfelu pour ne pas dire fou un éloge identique à celui fait de Jean Rochefort. Mais juste le contraire. Autant Rochefort jouait tout en finesse autant Marielle jouait dans l’outrance, l’extravagance mais toujours à la limite de la rupture. On se souviendra de lui dans « Les Galettes de Pont-Aven, »ou « Les Grands Ducs » 1996 mais aussi des films comme « Tous les matins du monde » 1991 d'Alain Corneau. Pressenti pour un César, celui ci lui a échappé entrainant ce commentaire : « Les César ? J'en ai rien à foutre, je ne suis pas un acteur de tombola. L'important, c'est devant la caméra. C'est servir un auteur, en découvrir un nouveau » Outre sa « gueule » - rappelez-vous : « A quarante ans on a la gueule qu’on mérite » disait Degas. A l’image de ce que Cinépapy disait de Depardieu dans la fiche « Quand j’étais chanteur » 2006 Jean Pierre Marielle est lui-même quand il joue. Tout le reste est littérature. Passion pour cet artiste !

 

Tanya Lopert :                Cookie, la minette pour un ouiken crapuleux avec «le play-boy »

 

Avec quelque 60 films de 1955 à 2017 les amateurs de cinéma n’ont pu faire autrement que de la voir d’autant qu’elle tourna avec des pointures telles Claude Lelouch, Robert Enrico, Federico Fellini, Polanski ou encore Peter Ustinov dans « Lady L »1965 (voir parmi les fiches de Ciné papy.)

 

Elle est mentionnée ici, non par soucis d’exhaustivité mais par ce qu’elle participe à un des grands moments du film

 

Yves Montand :              le "baron" César Maricorne

Ciné papy n’aime pas Yves Montand. Cet artiste est bourré de talent mais c’est un laborieux. Tout est fabriqué chez lui. À coup de travail et de répétitions, il arrive à donner le change et tous se laissent prendre. Mais je ne peux m’empêcher derrière toutes ses performances, dans tous les sens du mot, de percevoir une fêlure. Tous ses succès, la vénération d’un public idolâtre, rien n’y fait. Le petit Ivo Livi n’arrive pas à se faire oublier. Cela devrait me toucher mais il manque tellement de simplicité. Il est trop suffisant, imbu de sa personne et surtout, faute impardonnable pour Ciné papy, aucun sens de l’humour.

 

Dans « Le Diable par queue », il est parfait ! Pour que Ciné papy en arrive à le reconnaître qu’est-ce qu’il doit être parfait.

 

Miracle de Philippe de Broca. Bravo les artistes.

 

Jacques Balutin :                   Max, un gangster

 

Qui ne connaît pas ce comédien qui fit carrière dans le théâtre de boulevard. Sa voix, reconnaissable et appréciée lui permit de devenir un spécialiste du doublage. On l’a beaucoup vue également à la télévision dans « Les grosses têtes » de Bouvard

 

Pierre Tornade :            Schwartz, un gangster

Qui ne connaît pas ce « second rôle » apprécié et reconnaissable à l’écran par sa stature sa voix grave qui donnait, un peu de sérieux à un physique porté plutôt à la dérision. Il fût des épopées de « La septième compagnie » et de la série des «Nestor Burma » avec Guy Marchand

 

* Quarante-deux ans, cinquante-trois ans, c’est tout jeune pour disparaître au regard de l’âge des décès de plusieurs acteurs du casting souvent supérieur à 80 ans

 

Et si pour une fois on parlait musique

 

L'atmosphère de ce film tient à la période du tournage (été 1968), au lieu de tournage (le château de Fléchères dans le département de l'Ain), à la musique de Georges Delerue, à la distribution, dont la récente conquête du cinéaste : Marthe Keller

 

Plusieurs thèmes musicaux accompagnent l'histoire. Le plus connu, le "thème de Jeanne", apporte une sérénité au récit, mais également une mélancolie particulière. Cette comédie alterne en effet les scènes burlesques rappelant le théâtre de boulevard, et des instants plus graves et poétiques. Le "thème de César", plus dansant, est également adapté pour la scène de la messe en un kyrie grégorien. Lors de cette même scène, on peut également entendre le adoro te devote de Saint Thomas d'Aquin. (Notice Delerue de Wikipédia)

 

Tout cela me fait penser qu’il pourrait être intéressant de remplacer quelques fiches « Cinéma » par des fiches à thème consacrées par exemple, aux musiciens de films, aux décorateurs ou encore aux dialoguistes voir à des metteurs en scène.

 

De Broca est le premier réalisateur a avoir confié, la totalité de la musique des films à Georges Delerue quand ce dernier y participait.

 

Une des qualités professionnelles de Philippe de Broca est la fidélité. A ses acteurs, bien sûr mais aussi à Georges Delerue. Avec ce grand musicien ce n’était plus de la fidélité mais une véritable complicité qui s’était nouées (près de 18 films sur 30) avec ce génie de la musique, de la taille d’un Ennio Morricone ou d’un Michel Legrand.

 

Quelques très bons moments

 

         - Jean Pierre Marielle et Tanya Lopert, chacun d’un côté de la double porte communicante de leurs chambres voisine. Un superbe moment de « commedia del arte »

 

         - Monsieur Patin amoureux de Jeanne qui lui rétorque sentencieux : « Le monde est plein de malveillant » (de mémoire)

 

         - Quand Madeleine Renaud, Maria Schell et Marthe keller batifolent et pouffent de rire dans un flot de lingerie sur un grand lit en commentant des idées farfelues de la Marquise avec un air complice et entendu.

 

         - à chaque apparition de Jean Rochefort, là ou on ne l’attend pas et où il traine sa nonchalance avec application.

 

 

 

 

Pax

 

Prochainement « La traversée de Paris »

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Montand sonne toujours faux, mention spéciale pour les PAGNOL) sauf peut être dans L'AVEU
Répondre
P
Méa culpa !

La vrai citation de M.Patin est : " Le monde est plein d'extravagants !"

Malveillant, Malfaisant, sont des mots qui appartiennent au vocabulaire de Michel Audiard.
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents